Anisakis

Anisakis

Comment lire une taxobox
Anisakis
Classification classique
Règne Animalia
Embranchement Nematoda
Classe Secernentea
Ordre Ascaridida
Famille Anisakidae
Genre
Anisakis
Dujardin, 1845
Parcourez la biologie sur Wikipédia :
AlphaHelixSection (blue).svg
Symbole-faune.png
Salmobandeau.jpg
PCN-icone.png
Icone botanique01.png
P agriculture.png
Patates.jpg
Extracted pink rose.png

Anisakis est un genre de nématodes parasites, qui au cours de leur vie passent par des poissons et des mammifères marins. Ils peuvent infecter les êtres humains et provoquent l'anisakiase. La consommation de poisson cru infecté par Anisakis spp. peut provoquer une réaction avec un choc anaphylactique chez les personnes sensibilisées dont l’organisme produit des immunoglobulines E (IgE) spécifiques.

Sommaire

Cycle biologique

Cycle biologique complexe du ver Anisakis .

Anisakis spp. a un cycle de vie complexe qui le fait passer par un certain nombre d’hôtes au cours de sa vie. Les œufs éclosent dans l'eau de mer et les larves sont mangées par des crustacés, généralement des euphausides. Le crustacé infecté est mangé à son tour par un poisson ou un calmar. Le nématode creuse dans la paroi de l’intestin et s’enkyste à l’intérieur d’une enveloppe protectrice, d'habitude sur la face extérieure des organes viscéraux, mais de temps en temps dans le muscle ou sous la peau. Le cycle parasitaire s’achève quand un poisson infecté est mangé par un mammifère marin, comme une baleine ou un dauphin. Le nématode s’enkyste dans l'intestin, se nourrit, grandit, s’accouple et les œufs sortent dans l'eau de mer dans les fèces de l’hôte. Comme le tube digestif d'un mammifère marin est fonctionnellement très semblable à celui d'un être humain, Anisakis spp. est capable d'infecter les personnes qui mangent le poisson cru ou insuffisamment cuit. Le genre s’est révélé présenter une grande biodiversité au cours de vingt dernières années grâce à l'apparition des techniques génétiques modernes dans l'identification et la classification scientifique des espèces. On a découvert que chaque espèce d'hôte final abrite sa propre espèce d'Anisakis spp., biochimiquement et génétiquement identifiable, à reproduction endogame. Cette découverte a permis d’utiliser la proportion d'espèces différentes issues de mêmes parents dans un poisson comme indicateur de l'identité d’une population dans les stocks de poisson.

Morphologie

Une vue au microscope électronique à balayage de la pièce buccale d'Anisakis

Les anisakidés partagent les particularités communes à tous les nématodes : plan du corps vermiforme, section transversale de forme arrondie et absence de segmentation. La cavité corporelle se réduit à un pseudocœlome étroit. La bouche est placée en avant et entourée de sortes de tentacules qui servent à l’alimentation et aux sensations tactiles, l’anus est légèrement excentré par rapport à la partie arrière. L’épiderme sécrète une pellicule qui protège le corps des sucs digestifs.

Comme dans le cas de tous les parasites qui ont un cycle de vie complexe impliquant le passage dans plusieurs hôtes, quelques détails de la morphologie varient en fonction de l’hôte et l’étape du cycle de vie. Dans le stade qui infecte le poisson, Anisakis présente une forme enroulée caractéristique qui évoque un ressort de montre. Déroulé il atteint environ 2 cm. Dans l’hôte final, il est plus long, plus épais et plus robuste, en fonction de l’environnement plus dangereux qu’il trouve dans le tube digestif d’un mammifère.

Implications sanitaires

Les anisakidés constituent un risque pour la santé de l’homme de deux façons : par infestation après ingestion de poissons mal préparés, et par réaction allergique aux produits chimiques libérés par les vers dans la chair du poisson.

Anisakiase

Larves d'Anisakids dans la cavité corporéale d'un hareng ( Clupea harengus )

L’anisakiase est la maladie causée par l'infestation venant des vers Anisakis. On la rencontre fréquemment dans les aires géographiques où le poisson est consommé cru, légèrement saumuré ou salé. Les aires de plus grande fréquence sont la Scandinavie (consommation de foie de morue), le Japon (consommation de sushi et de sashimi), les Pays-Bas (consommation de harengs fermentés infectés [Maatjes]) et le long de la côte Pacifique de l'Amérique du Sud (consommation de ceviche). La cuisson à 60 °C, ou la congélation au-dessous de --20 °C sont des méthodes efficaces pour tuer les Anisakidés. voir aussi à la page Anisakiase.

Dans les heures qui suivent l'ingestion de larves contagieuses, peuvent survenir des nausées, des vomissements et des douleurs abdominales violentes. Occasionnellement des larves peuvent être expulsées dans les crachats. Si les larves passent dans l’intestin, une réaction sévère à type de granulome éosinophile peut également se produire 1 à 2 semaines après l'infection, provoquant des symptômes évoquant la maladie de Crohn.

Le diagnostic peut être fait par une fibroscopie gastrique qui permet de visualiser et de retirer des larves de 2 centimètres, ou par l'examen anatomopathologique du tissu prélevé par une biopsie ou au cours d’une intervention chirurgicale.

On pense que les humains courent davantage de risque de contracter l'anisakiase en consommant des poissons sauvages que des poissons élevés dans des fermes aquacoles, parce que le procédé de broyage utilisé pour la fabrication des granulés servant de nourriture aux poissons d’élevage tue les parasites. Une étude faite en 2003 par la FAO de l’ONU n'a trouvé aucun parasite chez les saumons d’élevage, contrairement aux saumons sauvages parmi lesquels les parasites ont été fréquemment retrouvés.

Beaucoup de pays recommandent que tous les types de poissons présentant un risque potentiel à être consommés crus soient congelés pour tuer les parasites.

Réactions allergiques

Même lorsque le poisson est bien cuit Anisakis demeure un risque pour la santé humaine. Les anisakidés (et les espèces proches comme le ver de phoque, (Pseudoterranova spp. et le ver de morue, (Hysterothylacium aduncum) libèrent des substances biochimiques dans les tissus qui les entourent lorsqu’ils infectent un poisson. Il arrive aussi qu’on consomme accidentellement ces produits, à l'intérieur d'un filet de poisson.

Les personnes sensibilisées aux nématodes peuvent, après avoir mangé du poisson infecté par Anisakis spp., présenter des réactions anaphylactiques sévères souvent confondues avec l’allergie au poisson ou aux coquillages, du fait que les composants allergéniques des anisakidés sont difficiles à tester et il se produit souvent lors des tests des réactions positives avec d’autres allergènes.

Traitement

Pour le ver, les humains sont une impasse parasitaire. Les larves d’ Anisakis et de Pseudoterra ne peuvent pas survivre chez l'homme et finissent par mourir. Le traitement est donc dans la grande majorité des cas purement symptomatique. La seule indication pour un traitement est une occlusion intestinale par les larves d'Anisakis, qui peuvent exiger une intervention chirurgicale d’urgence, bien qu'il y ait des observations de cas ou le traitement par l’albendazole est parvenu à éviter la chirurgie (Pacios et autres. , 2005).

Prévalence

Les larves d’anisakis sont des parasites répandus chez les poissons de mer et anadromes (poissons qui vivent en mer mais se reproduisent en rivière, comme le saumon), et elles peuvent également être retrouvés chez le calmar et les seiches. En revanche, ils sont absents chez poissons vivants dans des eaux à basse salinité, à cause des exigences physiologiques des EuphausidEs, qui sont indispensables pour qu’elles accomplissent leur cycle parasitaires. Les Anisakids sont également rares dans les zones où les cétacés sont peu répandus, comme la partie méridionale de la Mer du Nord (Grabda, 1976).

Liste des espèces

Cette liste ne présente que les espèces européennes.

  • Anisakis pegreffii Campana-Rouget & Biocca 1955
  • Anisakis physeteris Baylis 1923
  • Anisakis simplex (Rudolphi 1809) - Ver de hareng

Bibliographie

  1. Akbar A, Ghosh H, « Anisakiasis—a neglected diagnosis in the West », dans Allergy, vol. 37, no 1, 2005, p. 7–9 
  2. Grabda, J., « Studies on the life cycle and morphogenesis of Anisakis simplex (Rudolphi, 1809)(Nematoda: Anisakidae) cultured in vitro », dans Acta Ichthyologica et Piscatoria, vol. 6, no 1, 1976, p. 119–131 
  3. Lorenzo S, Iglesias R, Leiro J, Ubeira FM, Ansotegui I, Garcia M, Fernandez de Corres L, « Usefulness of currently available methods for the diagnosis of Anisakis simplex allergy », dans Allergy, vol. 55, 2000, p. 627–33 
  4. Mattiucci S., Nascetti G., Tortini E., Ramadori L., Abaunza P. & Paggi L, « Composition and structure of metazoan parasitic communities of European hake (Merluccius merluccius) from Mediterranean and Atlantic waters: stock implications », dans Parassitologia, vol. 42, no S1, 2000, p. 176–186 
  5. Orecchia P, Paggi L, Mattiucci S, Smith JW, Nascetti G & Bullini L, « Electrophoretic identification of larvae and adults of Anisakis (Ascaridida:Anisakidae) », dans J Helminthol, vol. 60, no 4, 1986, p. 331–9 
  6. Pacios E, Arias-Diaz J, Zuloaga J, Gonzalez-Armengol J, Villarroel P, Balibrea JL, « Albendazole for the treatment of anisakiasis ileus », dans Clin Infect Dis, vol. 41, 2005, p. 1825–6 

Liens externes

  • Portail de la zoologie Portail de la zoologie
Ce document provient de « Anisakis ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Anisakis de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Anisakis — Saltar a navegación, búsqueda ? Anisakis Anisakis simplex Clasificación científica …   Wikipedia Español

  • Anisakis — Anisakis …   Wikipédia en Français

  • Anisakis — Taxobox name = Anisakis image width = 240px image caption = Anisakis simplex regnum = Animalia phylum = Nematoda classis = Secernentea ordo = Ascaridida familia = Anisakidae genus = Anisakis genus authority = (Karl Rudolphi 1809)Verify… …   Wikipedia

  • Anisakis — Lebenszyklus von Anisakis simplex Anisakiasis ist eine Krankheit, die durch Fadenwürmer verursacht wird. Es sind drei Arten von Fadenwürmern in Fischen bekannt. Die Art Anisakis simplex gab der Krankheit ihren Namen. Der Fadenwurm kann in rohem… …   Deutsch Wikipedia

  • anisakis — {{#}}{{LM A43053}}{{〓}} {{[}}anisakis{{]}} ‹a·ni·sa·kis› {{◆}}(pl. anisakis){{◇}} {{《}}▍ s.m.{{》}} Parásito nematodo cuyas larvas se encuentran en algunos pescados: • Las personas alérgicas al anisakis deben tener cuidado cuando coman pescado,… …   Diccionario de uso del español actual con sinónimos y antónimos

  • Anisakis — Genus of nematodes (family Anisakidae) that includes many common parasites of marine fish eating birds and marine mammals. [G. anisos, unequal, + akis, a point] * * * An·i·sa·kis (an″ĭ saґkis) [Gr. an + is + akis point] a genus of… …   Medical dictionary

  • anisakis —  n.m. Ver parasite de certains mammifères marins …   Le dictionnaire des mots absents des autres dictionnaires

  • Anisakis Simplex — Anisakis simplex …   Wikipédia en Français

  • Anisakis simplex — Anisakis simplex …   Wikipédia en Français

  • Anisakis simplex — Anisakis simplex …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”