Andre Joseph Abrial

André Joseph Abrial

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Abrial.
André Joseph Abrial.jpg
Acte de naissance d'André Joseph Abrial

André Joseph, comte Abrial est un homme politique français né le 19 mars 1750, à Annonay (Ardèche) et mort le 13 novembre 1828, à Paris.

Fils unique de Jean Pierre Abrial, maître chirurgien juré[1], et de Marie Christine Murol.

Sommaire

Chronologie

  •  1808 : Chargé par Napoléon de réorganiser les tribunaux italiens.
  • juillet 1811 : Épouse Marie Anne Rosalie Abrial, sa cousine (Napoléon est témoin du mariage et signe le contrat de mariage).
  •  1814 : Vote la déchéance de l'Empereur.
  • 27 août 1814 : Propose l'établissement de la censure pour deux ans.
  •  1819 : Devient quasiment aveugle, mais assiste toujours aux séances de la Chambre des pairs.
  •  1828 : Recouvre la vue, après une opération de la cataracte.

Biographie

Le jeune Abrial obtint une bourse au Collège d'Autun qui avait été réuni à celui de Louis-le-Grand.

Après avoir été quelque temps avocat au parlement, il fut admis dans les bureaux du duc d’Aiguillon, ministre des affaires étrangères, par la protection de Monsieur Cothonay, gendarme de la garde du roi, qui était né à Saint-vallier, mais qui avait passé sa jeunesse auprès d’un de ses oncles, chanoine à la collégiale de Tournon.

Une sorte de bégaiement dont il était affecté lui rendant la plaidoirie difficile, il se joignit en 1771 à une compagnie qui s’était formée pour faire le commerce au Sénégal. Obligé de revenir en France, après une maladie grave, il reprit l’exercice de sa profession en 1776.

Lors de l’organisation des tribunaux, en 1791, il fut nommé le 18 janvier commissaire du roi au sixième arrondissement de Paris et passa très rapidement, le 3 septembre 1791, au tribunal de cassation, où il succéda à Hérault de Séchelles. Sa conduite et sa modestie le préservèrent durant cet intervalle des orages de la Révolution. Il eut soin de se renfermer strictement dans le cercle de ses devoirs, de ne tenir d’autre langage que celui de la justice et de ne céder à d’autre impulsion que celle de sa conscience.

Les consuls le nommèrent à Naples, le 20 février 1799, commissaire civil pour organiser la République parthénopéenne. Il se lia intimement avec le général MacDonald et son administration fut si sage que le roi des Deux-Siciles conserva à sa rentrée quelques unes des améliorations apportées par Abrial.
A son retour de Naples, sa place de commissaire à la cour de cassation était pourvue, mais la démission volontaire de M. Jourde qui l’occupait, la rendit vacante pour Abrial.

A la même époque, un de ses proches parents était nommé commissaire du gouvernement près le tribunal de première instance du Puy (18 mai 1800) et un autre (24 mai 1800) au tribunal de Lavaur; un troisième, Barthélémy Abrial, vicaire général du diocèse du puy, prêta serment en cette qualité le 14 mai 1802, conformément au concordat.

Après le 18 brumaire, Bonaparte offrit le ministère de la justice à Abrial, le 25 décembre 1799. Il travailla à dissiper le désordre et la confusion qui régnaient dans l’administration de la justice, laquelle en l’absence de codes, flottait entre les anciennes et les nouvelles lois. Avec discernement, il dirigea, par de savantes circulaires, les tribunaux vers l’unité de la jurisprudence. Plus tard, il prit une grande part à l’élaboration du Code Napoléon. Il s’employa, également, à faire rayer des noms sur la liste des Émigrés.

Le 14 septembre 1802, devenu titulaire de la sénatorerie de Grenoble, il quitte le ministère de la justice et reçoit peu après, en décembre 1803, le cordon de Grand officier de la Légion d'honneur.

En 1808, l’empereur, reconnaissant son talent d’administrateur, l’envoya en Piémont, à Gênes et à Milan, pour y organiser la justice et introduire le Code Napoléon. À sa rentrée, il fut créé comte le 26 avril 1808 et Grand croix de l'Ordre de la Réunion.

En juillet 1811, il épousa, en secondes noces, sa cousine Marie Anne Rosalie Abrial et l’empereur voulut signer au contrat.

En janvier 1812, il est Président du collège électoral du Cantal. Pendant tout le temps de l’empire, Abrial fit partie de cette majorité du sénat qui approuva toutes les mesures du maître, ce qui ne l’empêcha pas, en  1814, de voter un des premiers la déchéance de Bonaparte.

Il ne faut pas s’étonner outre mesure si, en  1814, Abrial accepta la Restauration, car il était resté, au fond, attaché aux Bourbons. Il avait connu leur gouvernement. S’il aima l’empereur qui fut son bienfaiteur et qu’il appréciait personnellement, il n’aima jamais le régime impérial; le gouvernement personnel et militaire n’allait pas avec son caractère de légiste.

Louis XVIII, à sa rentrée en France, s’empressa de nommer Abrial Pair de France le 4 juin 1814 et c’est pour ce motif que l’empereur à son retour de l’Île d'Elbe, le laissa de côté. Redevenu Pair de France après les Cent jours, Abrial fut un des membres ardents de la majorité royaliste. Son nom figure parmi les 139 membres de la Chambre haute qui votèrent la mort du Maréchal Ney en  1815.

Vers la fin de l’année  1819, il devint presque aveugle mais ne cessa pas néanmoins d’assister aux séances de la Chambre et son opération de la cataracte, bien réussie, semblait lui assurer quelques années de bonheur. Il décéda à Paris, le 14 novembre 1828.

André Joseph Abrial était un esprit froid, lucide et circonspect. On a dit, non sans raison que sa prudence allait parfois jusqu’à la pusillanimité[2]. D’un talent un peu grave, il fut surtout un savant jurisconsulte et un grand administrateur.

Précédé par André Joseph Abrial Suivi par
Jean-Jacques Régis de Cambacérès
Ministre français de la Justice
Claude Ambroise Régnier

Sources

Notes et références

  1. juré : se disait autrefois, dans les Corporations, de celui qui avait fait les serments requis pour la maîtrise. Chirurgien juré.
  2. pusillanimité : Excessive timidité, manque de courage.
  • Portail de la Révolution française Portail de la Révolution française
  • Portail du Premier Empire Portail du Premier Empire
Ce document provient de « Andr%C3%A9 Joseph Abrial ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Andre Joseph Abrial de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • André Joseph Abrial — Pour les articles homonymes, voir Abrial. André Joseph Abrial Mandats …   Wikipédia en Français

  • Abrial — is a surname and may refer to:* André Joseph Abrial (1750 1828), French politician * Comte André Pierre Etienne Abrial (born 1783), general police chief in Lyon under Napoleon I * Jean Marie Charles Abrial (1879 1962), French admiral during World …   Wikipedia

  • André Pierre Étienne Abrial — Pour les articles homonymes, voir Abrial. André Pierre Étienne Abrial Portrait de M. Abrial, auditeur, Frédéric Christophe d Houdetot (1778–1859), dessin à la plume, 1806. Conservé …   Wikipédia en Français

  • Abrial —  Cette page d’homonymie répertorie des personnes (réelles ou fictives) partageant un même patronyme. André Joseph Abrial (1750 1828), un homme politique français ; André Pierre Étienne Abrial, Comte (1783  ??), fils du précédent,… …   Wikipédia en Français

  • Abrial — Abrial, André Joseph, Graf, geb. 1750 zu Anonay, war Advocat beim Ausbruch der Revolution u. ward Generalprocurator am Cassationstribunal, 1799 vom Directorium zur Organisation der republikan. Regierung nach Neapel gesandt; nach seiner Rückkehr,… …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Joseph Darnand — Naissance 19 mars 1897 Coligny Décès 10 octobre 1945 (à 48 ans) Fontenay aux Roses Origine …   Wikipédia en Français

  • Joseph Pascot — (dit Jep) est un joueur français de rugby à XV et ministre du Régime de Vichy, né le 11 décembre 1897 à Port Vendres (Pyrénées Orientales) et décédé le 4 juin 1974 à Ribérac (Dordogne). Sommaire 1 Carrière 1.1 En club …   Wikipédia en Français

  • André Lemoine — Pour les articles homonymes, voir André Lemoine (homonymie). André Lemoine né à Épinal le 13 juillet 1888, décédé en 1962, homme politique, avocat puis préfet dans l Ain, l Indre et le Loiret. Secrétaire d État à l Intérieur du 30 décembre 1943… …   Wikipédia en Français

  • Joseph Barthélemy — Pour les articles homonymes, voir Barthélemy. Joseph Barthélemy Parlementaire français Date de naissance 9 juillet 1874 Date de décès 14 mai 1945 …   Wikipédia en Français

  • Joseph de La Porte du Theil — Paul Marie Joseph de La Porte du Theil Naissance 29 mai 1884 Mende (Lozère Décès 5 novembre 1976 (à 92 ans) Sèvres Anxaumont (Vienne Origine …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”