Jupiter (Mythologie)


Jupiter (Mythologie)

Jupiter (mythologie)

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Jupiter.
Jupiter
Jupiter Tonans.jpg
Liens avec les autres mythologies
Nom latin
Jupiter,Jove
Équivalent grec
Zeus
Équivalent étrusque
Tins
Fonctions
Fonctions
Dieu du Ciel
Attributs
Sceptre, Foudre, Chêne
Animal favori
Aigle
Culte
Culte
Capitole
Mythologie romaine et liste des divinités mineures
Série Rome antique

Jupiter est le dieu romain du Ciel. Il est aussi le père des dieux. Il a pour symbole l'aigle et la foudre.

Sommaire

Étymologie

Le nom Jupiter vient de l'évolution d'un nom composé; c'est littéralement le « père du jour lumineux ». La première partie du composé appartient à la famille formée sur *dyew, racine indo-européenne sur laquelle est formé également le nom du jour en latin, dies. On trouve même Diespiter chez Plaute et Varron pour Jupiter[1].

L'accusatif Jovem a donné les adjectifs jovial, jovien et aussi le substantif jeudi ou « jour de Jupiter » (Jovis dies). Le mot francoprovençal Joux que l'on retrouve souvent en toponymie alpine pourrait en dériver.

Mythologie

Un début difficile

Jupiter, en taureau, et Europe

Jupiter (ou Zeus en grec), disent les poètes, est le père, le dieu des dieux et des hommes; il règne sur l'Olympe, et, d'un signe de tête, ébranle l'Univers. Il était le fils de Rhéa et de Saturne qui dévorait ses enfants à mesure qu'ils venaient au monde. Déjà Vesta, sa fille aînée, Cérès, Pluton, Neptune avaient été dévorés, lorsque Rhéa, voulant sauver son enfant, se réfugia en Crète, dans l'antre de Dicté, où elle donna le jour, en même temps, à Jupiter et à Junon. Celle-ci fut dévorée par Saturne. Quant au jeune Jupiter, Rhéa le fit nourrir par Adrastée et Ida, deux nymphes de Crète, qu'on appelait les Mélisses, et recommanda son enfance aux Curètes, anciens habitants du pays. Cependant, pour tromper son mari, Rhéa lui fit avaler une pierre emmaillotée. Les Mélisses nourrirent Jupiter avec le lait de la chèvre Amalthée et le miel du mont Ida de Crète.


Devenu adolescent, il s'associa la déesse Métis, c'est-à-dire la Prudence. Ce fut par le conseil de Métis qu'il fit prendre à Saturne un breuvage dont l'effet fut de lui faire vomir premièrement la pierre qu'il avait avalée, et ensuite tous les enfants engloutis dans son sein.

Avec l'aide de ses frères, Neptune et Pluton, il se proposa d'abord de détrôner son père et de bannir les Titans, cette branche rivale qui faisait obstacle à sa royauté. Il leur déclara donc la guerre ainsi qu'à Saturne. La Terre lui prédit une victoire complète, s'il pouvait délivrer les Cyclopes (géants à un seul œil) et les Hécatonchires (géants à cent bras et cinquante têtes) que son père tenait enfermés dans le Tartare, et les engager à combattre pour lui. Il l'entreprit, et en vint à bout, après avoir tué Campé, la geôlière, qui avait la garde de ces géants dans les Enfers.

C'est alors que les Cyclopes donnèrent à Jupiter le foudre composé du tonnerre, de l'éclair et de la foudre, à Pluton la kunée, et à Neptune le trident. Avec ces armes, les trois frères vainquirent Saturne, le chassèrent du trône et de la société des dieux, après lui avoir fait subir de cruelles tortures. Les Titans qui avaient aidé Saturne à combattre furent précipités dans les profondeurs du Tartare sous la garde des Hécatonchires.

Après cette victoire, les trois frères, se voyant maîtres du monde, se le partagèrent entre eux: Jupiter eut le Ciel, Neptune la Mer, et Pluton les Enfers.

Mais à la guerre des Titans succéda la révolte des Géants, enfants du Ciel et de la Terre. D'une taille monstrueuse et d'une force proportionnée, ils avaient les jambes et les pieds en forme de serpent. Résolus à détrôner Jupiter, ils entassèrent le mont Ossa sur le mont Pélion, et le mont Olympe sur l'Ossa d'où ils essayèrent d'escalader le ciel. Ils lançaient contre les dieux des rochers dont les uns, tombant dans la mer, devenaient des îles, et les autres, retombant à terre, formaient des montagnes.

"Jupiter et Thétis" - par Dominique Ingres (1811)

Jupiter était dans une grande inquiétude, parce qu'un ancien oracle annonçait que les Géants seraient invincibles, à moins que les dieux n'appelassent un mortel à leur secours. Ayant défendu à l'Aurore, à la Lune et au Soleil de découvrir ses desseins, il devança la Terre qui cherchait à secourir ses enfants ; et, par l'avis de Pallas, ou Minerve, il fit venir Hercule qui, de concert, avec les autres dieux, l'aida à exterminer les Géants Encelade, Polybétès, Alcyonée, Porphyrion, les deux Aloades Éphialte et Otus, Eurytus, Clytius, Tityus, Pallas, Hippolytus, Agrius, Thaon et le redoutable Typhon qui, seul, donna plus de peine aux dieux que tous les autres. Après les avoir défaits, Jupiter les précipita jusqu'au fond du Tartare, ou bien, suivant d'autres poètes, il les enterra vivants, les uns dans un pays, les autres dans un autre. Encelade fut enseveli sous le mont Etna. C'est lui dont l'haleine embrasée, dit Virgile, exhale les feux que lance le volcan ; lorsqu'il essaie de se retourner, il fait trembler la Sicile, et une épaisse fumée obscurcit l'atmosphère. Polybétès fut enterré sous l'île de Lango, Otus sous l'île de Candie, et Typhon sous l'île d'Ischia.

Famille

Liens de parenté

(Latin/grec)

Ses relations amoureuses

Avec des déesses

Déesse Enfant(s)
avec Cérès/Demeter Proserpine/Perséphone
avec Maïa Mercure/Hermès
avec Latone/Léto Apollon, Diane/Artémis
avec Eurynomé les Grâces/Charites

Avec des mortelles

Mortelle Enfant(s)
avec Danaé Persée
avec Sémélé Bacchus/Dionysos
avec Alcmène (sous la forme de son mari Amphitryon) Hercule/Héraclès
avec Léda Castor, Pollux, Hélène et Clytemnestre
avec Io Épaphos
avec Europe Minos

Emblèmes

Attributs

  • le sceptre
  • le foudre (au masculin), faisceau de dards en forme de zigzag représentant la foudre
  • le trône

Animal favori =

  • l'aigle que l'on appelait "oiseau de Jupiter"

Domaine

les cieux car il est le maître du ciel.

Épithète

Statue en bronze de Jupiter Stator, retrouvée à Gisacum
  • Jupiter Caelestis ("céleste")
  • Jupiter Fulgurator ("de la foudre")
  • Jupiter Latarius ("Dieu du Latium")
  • Jupiter Lucetius ("de la lumière")
  • Jupiter Pluvius ("qui envoie la pluie") ; voir aussi Pluvius
  • Jupiter Stator (de stare signifiant "se tenant debout")
  • Jupiter Terminus ou Jupiter Terminalus (qui défend les frontières) ; voir aussi Terminus
  • Jupiter Tonans ("tonnant")
  • Jupiter Victor ("qui dirige les armées romaines")
  • Jupiter Summanus ("qui envoie le tonnerre de la nuit")
  • Jupiter Feretrius
  • Jupiter Optimus Maximus (le meilleur et le plus grand)
  • Jupiter Homoscus Maximus
  • Jupiter Latiaris, adoré sur le Mont Albain
  • Jupiter Capitolin, adoré sur le Capitole dans le temple de Jupiter Capitolin

Légende

Quand il épousa Junon , Jupiter invita à ses noces tous les dieux, tous les hommes et tous les animaux. Tous les invités vinrent à la fête , sauf une fille nommée Chélone. Celle-ci osa mépriser les ordres du roi des dieux, allant même jusqu'à se moquer du mariage divin. Elle en fut bien punie : Jupiter ordonna à Mercure de la changer en tortue .

Culte

Parmi les divinités, Jupiter tenait toujours le premier rang ; et son culte était le plus solennel et le plus universellement répandu. Ses trois plus fameux oracles étaient ceux de Dodone, de Libye et de Trophonius. Les victimes les plus ordinaires qu'on lui immolait étaient la chèvre, la brebis et le taureau blanc dont on avait eu soin de dorer les cornes. On ne lui sacrifiait pas de victimes humaines; souvent on se contentait de lui offrir de la farine, du sel et de l'encens. L'aigle, qui plane en haut des cieux et fond comme la foudre sur sa proie, était son oiseau favori. Le jeudi, jour de la semaine, lui était consacré (Jovis dies).

Temples

Prêtres

Le Flamine de Jupiter était dit flamen dialis.

Représentation artistique

Dans la fable, le nom de Jupiter précède celui de beaucoup d'autres dieux, même de rois : Jupiter-Ammon en Libye, Jupiter-Sérapis en Égypte, Jupiter-Bélus en Assyrie, Jupiter-Apis, roi d'Argos, Jupiter-Astérius, roi de Crète, etc.

Le plus ordinairement il est représenté sous la figure d'un homme majestueux, avec de la barbe, une abondante chevelure, assis sur un trône. De la main droite il tient la foudre qui peut être figurée de deux manières : soit par un tison flamboyant des deux bouts, soit par une gerbe de dards en forme de zigzag. De la main gauche il tient une Victoire, et à ses pieds se trouve un aigle aux ailes déployées qui enlève Ganymède. La partie supérieure du corps est nue, et la partie inférieure couverte.

Mais cette manière de le représenter n'était pas uniforme. L'imagination des artistes modifiait son image ou sa statue, suivant les circonstances et le lieu même où Jupiter était honoré. Les Crétois le représentaient sans oreilles, pour marquer son impartialité ; les Lacédémoniens, au contraire, lui en donnaient quatre, pour démontrer qu'il est en état d'entendre toutes les prières. À côté de Jupiter on voit souvent la Justice, les Grâces et les Heures.

La statue de Jupiter, par Phidias, était d'or et d'ivoire : le dieu paraissait assis sur un trône, ayant sur la tête une couronne d'olivier, tenant de la main gauche une Victoire aussi d'or et d'ivoire, ornée de bandelettes et couronnée. De la droite il tenait un sceptre sur le bout duquel reposait un aigle resplendissant de l'éclat de toutes sortes de métaux. Le trône du dieu était incrusté d'or et de pierreries : l'ivoire et l'ébène y faisaient par leur mélange une agréable variété. Aux quatre coins il y avait quatre Victoires qui semblaient se donner la main pour danser, et deux autres aux pieds de Jupiter. À l'endroit le plus élevé du trône, au-dessus de la tête du dieu, on avait placé d'un côté les Grâces, de l'autre les Heures, les unes et les autres comme filles de Jupiter.

Equivalences

  • le dieu grec Zeus (au Fulmen)
  • les dieux gaulois Taranis (aux Esses), Ésus et Sucellos (au Maillet)
  • le dieu germanique Thor (au Marteau)
  • le dieu indien Indra (au Vazra)
  • le dieu égyptien ou Râ
  • le dieu carthaginois Bhal

Liens externes

Notes et références

  1. Ernout-Meillet, Dictionnaire étymologique de la langue latine, Paris, Klincksieck, 1967, s.v.
  • Portail de la Rome antique Portail de la Rome antique
Ce document provient de « Jupiter (mythologie) ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Jupiter (Mythologie) de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Jupiter (Mythologie) — Jupiter (römische Kamee) Jupiter (lateinisch Iuppiter, seltener Iupiter, Genitiv: Iovis) oder Diēspiter, seltener Juppiter, oft mit erweitertem Namen Iuppiter Optimus Maximus („bester und größter Jupiter“; in Inschriften meist abgekürzt zu IOM),… …   Deutsch Wikipedia

  • Jupiter (mythologie) — Pour les articles homonymes, voir Jupiter. Jupiter Zeus …   Wikipédia en Français

  • Jupiter Dolichenus — 3. Jahrhundert Carnuntum Jupiter Dolichenus war ab dem letzten Drittel des 1. Jahrhunderts ein Soldatengott mit einem im römischen Militär verbreiteten Kult. Er hatte seine Ursprünge in der Stadt Doliche, Dolike oder Dolikhe, wo sich seit alter… …   Deutsch Wikipedia

  • Jupiter — steht für: Jupiter (Mythologie), die höchste Gottheit der römischen Religion Jupiter (Planet), den 5. Planeten unseres Sonnensystems, nach dem Gott benannt Jupiter (Rumänien), einen kleinen Badeort an der Schwarzmeerküste, Rumänien Jupiter… …   Deutsch Wikipedia

  • Jupiter — (Mythologie), siehe Zeus …   Damen Conversations Lexikon

  • Jupiter-Gigantensäule — Große Mainzer Jupitersäule (Rekonstruktion, Original im Landesmuseum Mainz) …   Deutsch Wikipedia

  • Mythologie Grecque — La mythologie grecque est l ensemble des mythes provenant de la Grèce antique. Elle couvre une très large (et imprécise) période du XIIe siècle av. J. C. au IVe siècle av. J. C. Ces récits, familiers à tous les anciens Grecs forment les …   Wikipédia en Français

  • Mythologie greque — Mythologie grecque La mythologie grecque est l ensemble des mythes provenant de la Grèce antique. Elle couvre une très large (et imprécise) période du XIIe siècle av. J. C. au IVe siècle av. J. C. Ces récits, familiers à tous les… …   Wikipédia en Français

  • Mythologie Nordique — Pour les articles homonymes, voir Nordique (homonymie). La mythologie nordique est constituée des légendes provenant de la religion pratiquée autrefois dans une grande partie de l Europe du Nord de peuplement essentiellement germanique (Norvège,… …   Wikipédia en Français

  • Mythologie scandinave — Mythologie nordique Pour les articles homonymes, voir Nordique (homonymie). La mythologie nordique est constituée des légendes provenant de la religion pratiquée autrefois dans une grande partie de l Europe du Nord de peuplement essentiellement… …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.