Institut Musulman de la Grande Mosquée de Paris


Institut Musulman de la Grande Mosquée de Paris

Grande Mosquée de Paris

Mosquée de Paris
Vue générale de l'édifice
Vue générale de l'édifice

Latitude
Longitude
48° 50′ 31″ Nord
       2° 21′ 18″ Est
/ 48.841944, 2.355
 
Pays France France
Région Île-de-France
Département Paris
Ville Paris Ve
Culte Islam
Type Mosquée
Début de la construction 1922
Fin des travaux 1926
Style(s) dominant(s) Néo hispano-mauresque
Classé(e) Monument historique (1983)
Localisation
  Géolocalisation sur la carte : Paris
Paris arr jms.gif
Grande Mosquée de Paris

48°50′31″N 2°21′18″E / 48.84194, 2.355 La Grande Mosquée de Paris (en arabe مسجد باريس) est la plus grande mosquée de France (un hectare) de style hispano-mauresque avec un minaret de 33 mètres de haut, inaugurée le 15 juillet 1926 dans le quartier latin du 5e arrondissement de Paris
(M) Ce site est desservi par les stations de métro : Place MongeCensier - Daubenton et Saint-Marcel.

Le minaret.

Sommaire


Historique

Religion
religions abrahamiques :
judaïsme · christianisme · islam
Mosque02.svg
Cet article fait partie d’une série sur
l’islam
Les piliers de l’islam
la déclaration de foi · la prière · l’aumône · le jeûne de ramadan · le pèlerinage à La Mecque
Les piliers de la foi
Allah · malaikas (anges) · les livres sacrés · les prophètes · le jugement dernier · le destin
Histoire de l’islam
Mahomet · Abu Bakr as-Siddiq · Omar ibn al-Khattab · Uthman ibn Affan · Ali ibn Abi Talib · califes
Branches de l’islam
sunnisme · soufisme · chiisme · kharidjisme · acharisme · druze · salafisme
Les villes saintes de l'islam
La Mecque · Médine · al Quds
Constructions religieuses
mosquée · minaret · mihrab · qibla · architecture islamique
Événements et fêtes
hijri · hégire · Aïd el-Fitr · Aïd el-Kebir · Mawlid · Achoura · Arbaïn
Religieux
muezzin · imam · mollah · ayatollah · mufti
Textes et lois
vocabulaire de l’islam · droit musulman · écoles · la hisba · le Coran · hadith · sourate · la charia · la sunna · le fiqh · fatwa
Politique
féminisme islamique · islam libéral · islam politique · islamisme · panislamisme

La genèse du projet

Un premier projet de mosquée est envisagé sans succès en 1895 par le « Comité de l'Afrique française » animé par Théophile Delcassé, Jules Cambon, le prince Bonaparte et le prince d'Arenberg.

Le journaliste Paul Bourdarie justifie la construction de la mosquée de Paris dans le journal La Revue indigène :

« Une telle proposition ne pouvait être oubliée et disparaître. Elle correspond trop bien à la politique que la France se doit à elle-même de suivre envers ses fils musulmans, et qui doit se traduire tantôt en actes d'équité politique ou administrative et tantôt en gestes de sympathie ou de bienveillance. Dès sa fondation en 1906, La Revue indigène avait mis dans ses plans de reprendre ce projet dès que seraient réalisées les réformes qu'elle se proposait de préconiser et de faire aboutir. Les membres de la Délégation musulmane algérienne venue à Paris en 1912 : MM. le Dr Benthami, Dr Moussa, Mokhtar Hadj Saïd, avocat, etc., se rappellent que la question fut abordée à ce moment au cours des réunions qui eurent lieu au siège de la Revue indigène. Entre temps, M. Christian Cherfils, islamophile, auteur d'un ouvrage connu sur Napoléon et l'islam, préconisait de son côté l'érection d'une mosquée à Paris. D'autres, sans doute, entrevoyaient la même construction comme désirable et possible. »

Bourdarie évoquait, dans son article, la contradiction de l'alliance avec l'Angleterre qui travaillait à dominer les pays à majorité musulmane alors que l'intérêt français était de rester « l'amie du Turc selon le vœu de François Ier et de Süleyman le Magnifique » et de garder « son rôle de puissance musulmane arabe ».

La Revue indigène, comme le projet de mosquée à Paris, visait à ce que les citoyens français sachent « accorder dans leur esprit et dans leur cœur l'amour de leur patrie et le respect de l'islam ».

C'est pourquoi Bourdarie n'avait cessé de faire pression et de faire partager son projet et avait entrepris de longues démarches qui finirent par trouver l'oreille du gouvernement de l'époque.

Bourdarie confie dans son journal :

« En mai et juin 1915, j'entrais en relations suivies avec un architecte, élève de Girault, de l'Institut, M. E. Tronquois. Nos causeries roulant fréquemment sur l'islam et le rôle des musulmans français sur les champs de bataille, M. Tronquois émit un jour l'opinion que le véritable monument commémoratif de leur héroïsme et de leurs sacrifices serait une mosquée. J'expliquai à M. Tronquois les faits et les points de vue précédemment évoqués et nous résolûmes de nous mettre au travail aussitôt. Et ce fut dans l'été 1916 qu'un certain nombre de musulmans habitant Paris et d'amis des musulmans se rencontrèrent à plusieurs reprises au siège de La Revue indigène pour examiner et, au besoin, critiquer les esquisses de l'architecte. Je puis nommer : l'émir Khaled, venant du front et de passage à Paris ; le Dr Benthami ; le muphti Mokrani ; le Dr Tamzali et son frère ; Halil Bey ; Ziane ; le peintre Dinet ; la comtesse d'Aubigny ; Lavenarde ; Christian Cherfils, A. Prat, député, etc. À la suite de ces réunions, un Comité fut constitué, dont la présidence fut offerte à M. Ed. Herriot, maire de Lyon, sénateur, et la vice-présidence à MM. Lucien Hubert, sénateur, Bénazet Marin et Prat, députés et A. Brisson, directeur des Annales politiques et littéraires. La Commission interministérielle des Affaires musulmanes, saisie du projet par M. Gout, ayant donné son approbation, et M. Pichon, ancien ministre des Affaires étrangères, son patronage, le projet fut apporté directement à M. Briand, président du Conseil qui approuva. »

Paul Bourdarie est le véritable père du projet de la mosquée de Paris, il a travaillé inlassablement à la réalisation de ce projet.[réf. nécessaire] Le premier concepteur du projet est l'architecte Maurice Tranchant de Lunel, qui a été directeur des Beaux-Arts sous Lyautey (1912 à ...). M. Tranchant de Lunel ami de R. Kipling, de C. Farrère, de la reine Elizabeth de Belgique.

Construction

La décision de construire la Grande Mosquée de Paris, première mosquée construite en France, est prise après la Première Guerre mondiale pour rendre hommage aux 100 000 morts musulmans qui avaient combattu pour la France[1].

Financée par la France (loi du 19 août 1920[2]), et construite par le monde arabe [Qui ?], elle est bâtie sur l'emplacement de l'ancien hôpital de la Pitié et voisine du Jardin des Plantes de Paris. La première pierre est posée en 1922.

Elle est inaugurée le 16 juillet 1926, en présence du président Gaston Doumergue et du sultan du Maroc Moulay Youssef [2]. Doumergue célèbre alors l’amitié franco-musulmane scellée dans le sang sur les champs de bataille européens et affirme que la République protège toutes les croyances [2]. La veille de l'inauguration, Messali Hadj tient le premier meeting de l'Etoile Nord-Africaine, et critique cette « mosquée-réclame » [2].

Inspirée de la mosquée El-Qaraouiyyîn de Fès (une des plus importantes mosquées du Maroc), toute sa partie décorative et en particulier les mosaïques est confiée à des artisans spécialisés d'Afrique du nord avec des matériaux traditionnels. Le minaret de 33 m est inspiré de celui de la Mosquée Zitouna en Tunisie.

La grande porte de la mosquée de Paris est ornée de motifs floraux stylisés dans le plus pur style islamique.

La mosquée contient également :

  • Une salle de prière décorée par plusieurs influences du monde musulman
  • Une madrassa (école)
  • Une bibliothèque
  • Une salle de conférence
  • Un restaurant, un salon de thé, hammam et boutiques.

Seconde Guerre mondiale

Durant la Seconde Guerre mondiale, et l'occupation de la France par l'Allemagne nazie, la mosquée de Paris sert de lieu de résistance pour les musulmans vivant en France.

Les Algériens du FTP (Francs-tireurs partisans) avaient pour mission de secourir et de protéger les parachutistes britanniques et de leur trouver un abri. Les FTP ont par la suite porté assistance à des familles juives, des familles qu’ils connaissaient, ou à la demande d’amis, en les hébergeant dans la mosquée, en attente que des papiers leur soient fournis pour se rendre en zone libre ou franchir la Méditerranée pour rejoindre le Maghreb.

Le docteur Assouline a comptabilisé 1 600 cartes alimentaires (une par personne) qu’il avait fournies à la mosquée de Paris pour les juifs qui y avaient trouvé refuge[3].

Aujourd'hui

La mosquée de Paris fait office de mosquée mère des mosquées françaises sous la direction du recteur Dalil Boubakeur depuis 1992.

Le roi du Maroc Hassan II a, à maintes reprises, déclaré dans les médias que cette mosquée était un projet essentiellement marocain dans la mesure où le terrain fut choisi par son grand-père le sultan Moulay Youssef qui fut un des protagonistes majeurs dans sa réalisation.

Des tensions politiques entre le Maroc et l'Algérie ont poussée les musulmans marocains à construire leur mosquée à Évry avec l'aide des Saoudiens.

Galerie photos

Tourisme

La mosquée est ouverte à la visite touristique toute l'année, hormis les salles de sermons des imams, de lecture du Coran, de prières et de médiations réservées aux pratiquants de l'islam.

La mosquée intègre également un restaurant traditionnel « Aux Portes de l'Orient » de cuisine des pays du Maghreb (tajine, couscous ...), salon de thé (thé à la menthe, loukoum, pâtisserie , narguilé ...), hammam (non mixte : ouvert en alternance aux hommes et aux femmes), boutiques d'objets traditionnels arabes, ouvert au grand public toute l'année

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes

Commons-logo.svg

Notes, sources et références

  1. Maurice Barbier, La laïcité, L'Harmattan, 1995, 311 p. (ISBN 2738430635), p. 98 
  2. a , b , c  et d 1935 – 2005. L’hôpital Avicenne : une histoire sans frontières, Dossier pédagogique réalisé par le Musée de l’Assistance Publique-Hôpitaux de Paris en collaboration avec le Bureau du Patrimoine du Conseil Général de Seine-Saint-Denis et l’Inspection Académique de Seine-Saint-Denis, pour l'exposition « 1935-2005. L'hôpital Avicenne : une histoire sans frontières »
  3. El Watan - Des centaines de juifs sauvés de l’extermination nazie
  • Portail de l’architecture et de l’urbanisme Portail de l’architecture et de l’urbanisme
  • Portail de Paris Portail de Paris
  • Portail de l’islam Portail de l’islam
Ce document provient de « Grande Mosqu%C3%A9e de Paris ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Institut Musulman de la Grande Mosquée de Paris de Wikipédia en français (auteurs)