Heptarchie


Heptarchie
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Royaumes barbares.

Heptarchie
Heptarchy (en)

Heptarchia (la)

Ve siècle927

Accéder aux informations sur cette image commentée ci-après.

Les royaumes de l’Heptarchie (en jaune) vers l'an 800 (Frontières approximatives)

Histoire et évènements
Ve siècle Premiers débarquements de tribus germaniques : Angles, Jutes et Saxons
Ve et VIe s. Constitution des 7 royaumes : Wessex, Mercie, Northumbrie, East-Anglie, Sussex, Essex et Kent
927 Unification des 7 royaumes sous la souveraineté du Wessex : création du royaume d'Angleterre

Entités précédentes :

Entités suivantes :

L’Heptarchie est le nom donné aux sept principaux royaumes fondés par les Anglo-Saxons dans l’île de Bretagne.

Sommaire

Liste des royaumes de l'Heptarchie

Les sept royaumes traditionnels décrit dans l’historiographie anglo-saxonne sont :

Précisions historiographiques sur le terme Heptarchie

Le terme d’Heptarchie est un concept introduit a posteriori par Henri de Huntingdon, dans son Historia Anglorum (« Histoire des Anglais) », écrit entre 1123 et 1130, destiné à mieux décrire les clivages politiques et historiques de la période comprise entre les années 500 et 900.
Le statut relativement mineur de certains des royaumes comptés dans l'Heptarchie (Essex et Sussex notamment), ainsi que l'existence d'autres durant une grande partie de cette même période, ont conduit à une certaine désaffection du terme chez les historiens.

Histoire de l'Heptarchie

Naissance de l'Heptarchie

La naissance de l'Heptarchie est le résultat de l'invasion autour de l'an 500 de la majeure partie de la Bretagne insulaire par trois ensembles de peuples germaniques : les Angles, les Saxons, les Jutes. Ces envahisseurs refoulèrent vers l'Ecosse, le Pays de Galles et l'Armorique une grande partie des populations celtes puis se regroupèrent autour de quelques royaumes. Ceux de l'Heptarchie sont les principaux ou plus connus d'entre ces royaumes germaniques.

Les témoignages archéologiques des dernières années de présence romaine montrent des signes indéniables de décadence. Au IVe siècle, un système de défense est mis en place contre les raids saxons, autour de plusieurs forts le long des côtes sud-est de l'Angleterre ; mais certains historiens estiment que cette « Côte saxonne » se compose en fait de comptoirs où les Saxons sont établis, non de forteresses édifiées contre leurs attaques. Les pièces frappées après 402 sont rares, ce qui suggère que l'armée n'est plus payée après cette date. En 407, l'usurpateur Constantin III est proclamé empereur par ses troupes, et traverse la Manche avec une partie des garnisons de l'île. Il meurt au combat en 411. En 410, l'empereur Honorius demande aux Romains de Bretagne de s'occuper eux-mêmes de leur défense, mais au milieu du Ve siècle, ils estiment pouvoir encore faire appel au consul Aetius pour repousser les envahisseurs. Même si la puissance romaine se retire, il est possible que le mode de vie romanisé se soit perpétué pendant plusieurs générations.

La Bretagne romaine semble s'être divisée en plusieurs royaumes distincts, mais réunis par un conseil de contrôle commun. Selon Gildas, ce conseil invite des mercenaires saxons en Bretagne pour repousser les pillards, mais ceux-ci se révoltent lorsqu'ils ne sont plus payés. Bède date l'arrivée des Saxons de 446, une date aujourd'hui remise en question. Une période de conflits s'ensuit, marquée par des victoires saxonnes et bretonnes. Les dates, lieux et individus impliqués sont très incertains, mais il semble que vers 495, à la bataille du Mont Badon (Mons Badonicus en latin, Mynydd Baddon en gallois), les Bretons infligent une sévère défaite aux Anglo-Saxons. Des éléments archéologiques suggèrent que la migration anglo-saxonne est temporairement stoppée. Un second débarquement saxon a lieu au VIe siècle dans la région de Southampton, tandis que les Saxons progressent dans les Cotswolds et les Chilterns. Au VIIe siècle, ils prennent le contrôle du sud-ouest de l'Angleterre, hormis les Cornouailles, qui ne seront vraiment annexées qu'au Xe siècle. Si les Bretons donnent le nom générique de « Saxons » à leurs envahisseurs, ceux-ci comprennent également des Angles, des Frisons et des Jutes. Les Saxons ont probablement donné leur nom à l'Essex (« Saxons de l'Est »), au Middlesex (« Saxons du milieu »), au Sussex (« Saxons du Sud ») et au Wessex (« Saxons de l'Ouest »). Les Angles peuplent en majorité l'Est-Anglie, la Mercie, la Bernicie et le Deira, tandis que les Jutes s'établissent dans le Kent et sur l'île de Wight.

Les premières traces archéologiques des « Saxons » ont été retrouvées dans l'est de l'Angleterre, et non, comme le suggèrent les documents historiques, dans le Kent. On a également découvert des traces dans la haute vallée de la Tamise, que l'on a interprétées comme provenant de mercenaires au service des rois bretons. Gildas indique que les Bretons ont connu une période de guerre civile, et il y en a également eu entre les proto-royaumes saxons.

Dès le Ve siècle, les Bretons commencent à traverser la Manche pour s'installer en Armorique, donnant naissance à la Bretagne actuelle. Il semble y avoir eu des phases de migrations ultérieures, à partir du Devon et des Cornouailles, et également à destination de la Galice. Ces migrations, tant celles des Bretons que des Anglo-Saxons, sont à replacer dans le contexte des « grandes invasions ». Toutefois, l'ampleur de la migration anglo-saxonne vers la Grande-Bretagne a été remise en doute par divers travaux génétiques et archéologiques.

L'Heptarchie et la christianisation

La christianisation des Anglo-Saxons débute vers 600, sous l'influence des Irlandais à l'ouest et des catholiques romains au sud. L'archevêché de Cantorbéry est fondé par Augustin en 597, qui baptise en 601 Ethelbert de Kent, premier roi anglo-saxon à embrasser la foi chrétienne. Le dernier roi anglo-saxon païen, Penda, meurt en 655. À partir du VIIIe siècle, des missionnaires anglo-saxons partent évangéliser l'Europe, et en 800, l'Empire carolingien est presque entièrement christianisé.

Tout au long des VIIe et VIIIe siècles, les relations de pouvoir entre les principaux royaumes fluctuent. D'après Bède, le roi le plus puissant à la fin du VIe siècle est Ethelbert de Kent, mais le centre de gravité de l'Angleterre semble avoir migré vers le nord et la Northumbrie, formée par l'union des royaumes de Bernicie et de Deira. Edwin de Northumbrie domine probablement la majeure partie de l'Angleterre, même s'il faut tenir compte du parti pris de Bède en faveur de la Northumbrie. Diverses querelles de succession entament l'hégémonie northumbrienne, et la Mercie reste une puissance importante. La domination northumbrienne est détruite après deux défaites : contre la Mercie à la bataille du Trent (679), et contre les Pictes à la bataille de Nechtansmere (685).

La Mercie domine le VIIIe siècle, encore que de façon discontinue. Les rois Æthelbald et Offa acquièrent une puissance remarquable : Charlemagne considère Offa comme le suzerain de tout le sud de la Grande-Bretagne, et l'Offa's Dyke, vaste ouvrage défensif édifié contre les Gallois, témoigne de la puissance de ce souverain. Toutefois, la montée en puissance du Wessex, ainsi que les défis posés par les plus petits royaumes, tiennent en échec la Mercie, et à la fin du VIIIe siècle, sa « suprématie » n'existe plus.

L'Heptarchie face aux offensives vikings

La première offensive connue des Vikings en Grande-Bretagne est le pillage du monastère de Lindisfarne, daté de 793 par la Chronique anglo-saxonne. Il est cependant probable que d'autres attaques aient eu lieu auparavant à partir des Orcades et des Shetland, où les Vikings étaient déjà bien établis. L'arrivée des scandinaves, et notamment de la Grande Armée païenne danoise (865), bouleverse la géographie politique et sociale des îles Britanniques. La victoire d'Alfred le Grand, roi du Wessex, à Ethandun (878), porte un coup d'arrêt à l'expansion danoise, mais la Northumbrie est déjà partagée entre un royaume viking et un résidu saxon en Bernicie, la Mercie est divisée en deux, et l'Est-Anglie devient un royaume danois après le martyre du roi Edmond. Les petits royaumes d'Irlande, d'Écosse et du pays de Galles connaissent des sorts semblables.

Les Danois commencent à s'établir dans l'est de l'Angleterre, et la région qu'ils dominent prend le nom de Danelaw. La Mercie danoise s'articule autour des Cinq Bourgs, tandis que dans le nord, Jórvík (York) devient la capitale d'un royaume viking homonyme, allié de temps à autres aux Norvégiens de Dublin. Les colonies danoises et norvégiennes ont eu une influence significative sur la langue anglaise : de nombreux mots dérivent du vieux norrois, même si la grande majorité provient de la langue anglo-saxonne. En outre, de nombreux toponymes des régions colonisées par les Danois et les Norvégiens proviennent de racines scandinaves.

Le IXe siècle est marqué par la montée en puissance du royaume de Wessex. À la fin du règne d'Alfred le Grand, malgré diverses vicissitudes, les rois des Saxons de l'Ouest règnent sur les anciens royaumes de Wessex, de Sussex et de Kent. Les Cornouailles sont soumises à la domination anglo-saxonne, et certains rois du sud du pays de Galles reconnaissent Alfred comme suzerain, de même que l'ouest de la Mercie.

Extinction de l'Heptarchie

L’extinction de l'Heptarchie est le résultat de l'unification des royaumes anglo-saxons autour du royaume de Wessex. Plusieurs souverains exercèrent une domination indéniable sur la quasi-totalité de l'Angleterre, et certains se virent donner le titre de bretwalda par la Chronique anglo-saxonne quoiqu'il s'agisse peut-être là aussi d'un concept introduit a posteriori.
Après plusieurs siècles de conflits fratricides, l'invasion viking sur l'est de l'Angleterre permit aux rois du Wessex de réunir auprès d'eux toutes les populations anglo-saxonnes de l'île. Le roi Egbert imposa l'hégémonie du Wessex. Après lui, Alfred le Grand confirma cette hégémonie, unifia le pays et prit le titre de rois des anglo-saxons. Alfred de Wessex mourut en 899, et son fils Édouard l'Ancien lui succèda. Avec son frère Ethelred de Mercie (puis Ethelfleda, épouse de celui-ci), il combattit les Danois et entreprit un programme d'expansion, s'emparant de territoires danois et les fortifiant. En 918, Édouard contrôlait toute l'Angleterre au sud de l'Humber. Cette même année, la mort d'Ethelfleda entraîna l'intégration totale de la Mercie au sein du Wessex. Le fils d'Édouard, Athelstan, fur le premier à régner directement sur la totalité de l'Angleterre après la conquête de la Northumbrie (927). Athelstan fut le premier souverain à prendre le titre de roi d'Angleterre, titre symbolisant la fusion des Angles, des Saxons et des Jutes en un seul peuple. Il réussit à briser une tentative de reconquête de la Northumbrie par une coalition d'Écossais et de Vikings à Brunanburh (937). L'unité de l'Angleterre, disputée sous ses successeurs Edmond et Edred, devint fermement établie sous le règne d'Edgar (959-975).


Armorial imaginaire de l'Heptarchie

L'Heptarchie a disparu avant la naissance de l'héraldique. Néanmoins, les artistes du Moyen Âge avaient l'habitude de représenter symboliquement les personnages et les États ayant existé avant l'héraldiques par des armoiries imaginaires, ce qu'ils firent pour les rois et royaumes de l'Heptarchie. Les collectivités territoriales modernes correspondant aux territoires de ces anciens royaumes ont parfois officiellement repris ces armes comme par exemple le conseil du comté d'Essex.


Liens internes



Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Heptarchie de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • heptarchie — [ ɛptarʃi ] n. f. • 1654; de hept(a) et archie ♦ Hist. L heptarchie : les sept royaumes germains de Grande Bretagne. ● heptarchie nom féminin Nom donné à l organisation politique des Anglo Saxons aux VIe IXe s., parce que sept royaumes de quelque …   Encyclopédie Universelle

  • Heptarchie — (v. gr., Siebenherrschaft), die sieben angelsächsischen Reiche in England, s.d. (Gesch. IV) …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Heptarchīe — (griech., »Siebenherrschaft«), die sieben angelsächsischen Reiche in England (s. Angelsachsen, S. 515) …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • Heptarchie — Heptarchīe (grch.), die sieben angelsächs. Reiche in England. (S. Angelsachsen.) …   Kleines Konversations-Lexikon

  • Heptarchie — Karte der Besiedlung Englands um 600 Heptarchie (griechisch für sieben und Herrschaft) ist ein Name für jene frühmittelalterliche Periode, in der England in angelsächsische Kleinkönigreiche geteilt war. Nach dem Abzug der römischen Legionen aus… …   Deutsch Wikipedia

  • heptarchie — (è ptar chie) s. f. Les sept royaumes fondés par les Angles et les Saxons en Bretagne, au Ve et au VIe siècle.    Gouvernement de sept individus. ÉTYMOLOGIE    Hepta...., et domination en grec …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • Heptarchie — Hept|ar|chie auch: Hep|tar|chie 〈[ çi:] f.; Gen.: ; Pl.: unz.; Gesch.〉 Staatenbund der sieben angelsächsischen Königreiche (Essex, Wessex, Sussex, Kent, Mercien, Ostanglien, Northumberland) [Etym.: <Hepta… + …archie] …   Lexikalische Deutsches Wörterbuch

  • Heptarchie — Hep|tar|chie* die; <zu gr. árchein »herrschen« u. 2↑...ie> Staatenbund der sieben angelsächsischen Kleinkönigreiche (Essex, Sussex, Wessex, Northumberland, Ostanglien, Mercien, Kent) …   Das große Fremdwörterbuch

  • Royaume anglo-saxon — Heptarchie Pour les articles homonymes, voir Royaumes barbares. Les royaumes de l’Heptarchie (en jaune) vers l an 800. L’Heptarchie est le nom do …   Wikipédia en Français

  • Royaumes anglo-saxons — Heptarchie Pour les articles homonymes, voir Royaumes barbares. Les royaumes de l’Heptarchie (en jaune) vers l an 800. L’Heptarchie est le nom do …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.