Hennebont


Hennebont

47° 48′ N 3° 17′ W / 47.8, -3.28

Hennebont
Le Blavet et son viaduc, au coucher du soleil.
Le Blavet et son viaduc, au coucher du soleil.
Armoiries logo
Administration
Pays France
Région Bretagne
Département Morbihan
Arrondissement Lorient
Canton Hennebont (chef-lieu)
Code commune 56083
Code postal 56700
Maire
Mandat en cours
Gérard Perron
2008-2014
Intercommunalité Communauté d'agglomération du Pays de Lorient
Site web www.ville-hennebont.fr
Démographie
Population 15 005 hab. (2011[1])
Densité 808 hab./km²
Aire urbaine 188 988 hab. ()
Gentilé Hennebontais
Géographie
Coordonnées 47° 48′ Nord
       3° 17′ Ouest
/ 47.8, -3.28
Altitudes mini. 0 m — maxi. 82 m
Superficie 18,57 km2

Voir la carte physique

Voir la carte administrative

Hennebont (orthographe ancienne au XIIe siècle siècle : Hanebont) selon des sources aux archives, signifiant « vieux pont », est une commune française située dans le département du Morbihan et la région Bretagne. Ses habitants sont appelés Hennebontais et Hennebontaises.


Avec une population calculée à 15 005 habitants en 2011, c'est la 665e ville de France, 32ème de Bretagne, 6ème du Morbihan, 3ème de Cap l'Orient agglomération, et enfin 1re et chef-lieu de son canton, par sa population.

Sommaire

Situation et géographie

Hennbont se situe en Bretagne, au sud-ouest du département du Morbihan, dans l'agglomération lorientaise. Entre Lorient à 10 km et Vannes à 45 km (Les deux principales villes du Morbihan), et près du littoral atlantique qui se situe à une quinzaine de kilomètres de celle-ci. La ville est traversée par un fleuve, le Blavet, rejoignant ses eaux à l'embouchure, avec le Scorff, et qui se jette dans la rade de Lorient.

La ville fait partie de la communauté d'agglomération de Cap L'Orient.

Hennebont est la ville la plus en aval de la Vallée du Blavet. Le Syndicat mixte de la vallée du Blavet permet de promouvoir le tourisme et d'entretenir les milieux aquatiques des quatorze communes qui y participent.


Distance des grandes villes françaises

Ville Toulouse Bordeaux Strasbourg Lille Marseille Nantes Lyon Brest Paris
Distance

Orientation

744 km

(S-E)

506 km

(S-E)

967 km

(E)

708 km

(N-E)

1144 km

(S-E)

160 km

(S-E)

874 km

(S-E)

139 km

(N-O)

489 km

(N-E)

La communauté d'agglomération Cap L'Orient

Communes limitrophes

Transports en commun

Réseau TER Bretagne

  • Trains
Ligne 12 Vannes ↔ Hennebont ↔ Lorient

Réseau CTRL

  • Bus
Ligne 40 Inzinzac-Lochrist - Mairie ↔ Hennebont ↔ Lorient - Le ter
Ligne 41 Inzinzac-Lochrist - Mairie ↔ Hennebont - Gare SNCF
Ligne 42 Languidic - Kergonan ↔ Hennebont ↔ Lorient - Le ter
Ligne 43 Languidic - Tréauray ↔ Hennebont - Place foch
Ligne 44 Inzinzac-Lochrist - Locqueltas ↔ Hennebont - Zola

Urbanisme

Quartiers

De la rive gauche à la rive droite, de l'est à l'ouest, du centre-ville à la campagne, séparé par le Blavet, Hennebont dispose d'une quinzaine de quartiers, lieux de vie qui ont chacun leur identité propre. En 2008, les quartiers d'Hennebont ont été découpés en sept secteurs : Ker Motte, Kerbihan-La Grange-Kerlano, Rive droite sud, Rive gauche sud, Korn ar c'hoad, Fleur des forges, et Centre haras.

Les principaux quartiers :

  • La Gare
  • Kerlivio
  • Saint-Caradec
  • Centre-ville
  • Les Haras
  • La Grange
  • Kergroix
  • Lalumec, Kerlano
  • Talhouët
  • Langroix
  • Kerpotence
  • Saint-Gilles
  • Le Quimpero
  • Kerliven
  • Kerhiouais
  • Le Parco

Les principaux lieux-dits :

  • Toul Douar
  • Le Vizel
  • Kerlois
  • Kerroc'h, Kercroch
  • Kerform, Kermario, Mané El Cuff, Kerlerhouarn, Polvern
  • La Bergerie
  • Coet er Ver
  • Belann
  • Saint-Germain
  • Le Braigno
  • Saint-Antoine
  • Locoyarn (Bas et Haut)


Histoire

Née du Blavet et de ses ponts, Hen Bont signifie en effet chemin du pont ou vieux pont, selon les étymologistes bretons. Dès la période de l'âge du fer, un oppidum gaulois est installé sur le site de Polvern, le long du Blavet. À l'époque médiévale, les seigneurs d'Hennebont maîtres du Kemenet-Héboé établissent une motte féodale sur l'éperon rocheux au-dessus de ce qui deviendra, entre 1200 et 1264, par la volonté d'Henri d'Hennebont, la paroisse de Saint-Caradec-Hennebont, village de la rive droite, prédécesseur de la future ville d'Hennebont. La création de cette dernière par le duc de Bretagne, signa l'achèvement de l'absorption et du démantèlement de l'antique Kemenet-Héboé. Une situation stratégique qui permet de contrôler le passage étroit de la rivière.

Au milieu du XIIIe siècle, le duc de Bretagne Jean Le Roux (1237-1286) démantèle la motte féodale des seigneurs d'Hennebont et entreprend la construction des fortifications sur la rive gauche du Blavet, la ville close. Hennebont devient très vite une place forte importante du Duché de Bretagne, ce qui lui vaudra de nombreux sièges durant cette époque.

Hennebont et Jeanne de Flandre

L'histoire a surtout retenu le siège de 1342, pendant la guerre de succession du duché de Bretagne qui opposa les partisans de Charles de Blois et de Jean de Monfort, les deux prétendants à la succession du duc Jean III. Charles de Blois assiège les murs de la ville. En l'absence de son mari, Jean de Montfort, prisonnier des Français, Jeanne de Flandre organise victorieusement la résistance et vient se réfugier derrière les murs d'Hennebont. La place forte, sur le point de se rendre, est délivrée in-extrémis par la flotte anglaise venu au secours des assiégés après avoir remonté le cours du Blavet. Lors de ce siège, Jeanne de Flandre y gagnera son surnom de Jeanne La Flamme pour son intrépidité au combat.

Quelques décennies plus tard, Du Guesclin assiègera aussi la place forte et passera la garnison anglaise au fil de l'épée après l'avoir prise. Le prince De Dombes, durant les guerres de la Ligue, l'assiègera également victorieusement.

Le XVIe siècle est marqué par la paix et la prospérité pour l'ensemble de la région. C'est au cours de ce siècle que la basilique Notre-Dame-du-Paradis est bâtie à l'initiative du maréchal-ferrant François Michart et avec l'aide de la population.

Jusqu'aux XVIIe et XVIIIe siècles, la région vit essentiellement du commerce maritime et agricole. La commune compte alors entre 1 500 et 2 000 habitants.

Hennebont est aussi une ville commerçante et administrative de taille moyenne. Si, en 1666, la fondation de Lorient sonne le glas de sa primauté, Hennebont n'en reste pas moins, tout au long du siècle, une ville d'une grande vitalité. Les hôtels particuliers de cette époque témoignent de cette prospérité. La prépondérance administrative et judiciaire de la sénéchaussée hennebontaise décline cependant au profit de Lorient, où s'installe la Compagnie des Indes au milieu du XVIIIe siècle.

Elle fut chef-lieu de district de 1790 à 1795.

En 1857, les Haras nationaux s'installent sur le site de l'ancienne abbaye de la Joye Notre-Dame. Hennebont devient alors un lieu important pour le développement du cheval breton. Avec l'ère industrielle, la ville bénéficie d'une importante activité grâce à l'implantation à Kerglaw, sur la commune d'Inzinzac-Lochrist, des Forges d’Hennebont.

Celles-ci assurent le développement du trafic sur le Blavet avec l'importation du charbon d'Angleterre et permettent l'essor de l'industrie régionale de la conserve de fer blanc. Devenue cité ouvrière, Hennebont connaît, entre les deux guerres, un développement urbain important avec la construction de nouvelles zones d'habitat sur les périphéries.

Le 7 août 1944, une grande partie du centre-ville est détruite par les bombardements des troupes allemandes retranchées dans la célèbre poche de Lorient visant les troupes alliées; bilan: une vingtaine de tués, 180 blessés et une ville en feu, les quartiers les plus anciens sont très touchés notamment les tour bro'erec'h qui ont vu leurs toits détruits. Les Allemands organisent une terrible répression : ils font sauter les ponts sous les yeux des Américains et des résistants. Après la guerre vient naturellement l'ère de la reconstruction qui se poursuivra jusqu'au milieu des années soixante ou des baraques de bois provisoires ont été installées pour reloger les habitants sinistrés. C'est à peu près à cette époque que les Forges d'Hennebont ferment leurs portes dans un climat de luttes ouvrières. Cette période a fortement marqué de son empreinte la ville.

À cette destruction s'ajoutait le poids de la vétusté des immeubles, des réseaux, des bâtiments publics. La population évacuée à partir de 1943 n'allait réintégrer la commune que très progressivement en 1945 et 1946. Les premières taches de la municipalité d'après-guerre allaient être la reconstruction et l'urbanisme. Des mesures provisoires étaient prises pour sauvegarder ce qui pouvait l'être. Tandis qu'aux confins de la commune, les agglomérations de Langroix et Saint-Gilles venaient agrandir le terrain communal, en 1946. Le chiffre de la population reprendra une courbe ascendante un moment interrompue. La vitalité du commerce sera attestée par les foires-expositions entre 1948 et 1954. À partir de 1957 commence la fermeture des forges d'Hennebont qui deviendra totale en 1966. Les terres agricoles diminuent au profit de l'habitat et des industries. Au plan politique, une municipalité d'Union de Gauche investit la mairie en 1959. Les budgets à gérer seront de plus en plus volumineux pour faire face à des investissements fonciers et une gestion immobilière plus importante.

Blasonnement

Blason ville fr Hennebont (Morbihan).svg

Les armoiries de Hennebont se blasonnent ainsi :

D’azur au navire contourné de trois mâts de sable, habillé d’hermine, flammé de gueules et voguant sur une mer d’argent.

Administration

Gérard Perron, maire PCF à la ville d'Hennebont
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1939 1945 Emile Symphorien Trottier PCF
1945 1959 Ferdinand Thomas PSF
1959 1983 Eugène Crépeau PCF Conseiller général du Canton d'Hennebont (1976-1982)
1983 1997 Jean Le Borgne PCF
1997 en cours Gérard Perron PCF Conseiller général du Canton d'Hennebont depuis 2001
Toutes les données ne sont pas encore connues.

Démographie

Évolution démographique
(Source : Cassini[2]INSEE[3])

1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
  4 847 4 678 4 887 4 477 4 749 4 552 4 668 4 710
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
4 755 4 675 5 112 5 498 6 050 5 988 6 519 6 972 8 074
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
8 702 9 121 8 605 8 682 8 297 8 148 8 690 8 217 11 279
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005    
11 690 11 799 12 273 12 963 13 624 13 412 14 300    

Nombre retenu à partir de 1962 : population sans doubles comptes


Enseignement

Hennebont est située dans l'académie de Rennes.

Enseignement et éducation

Malgré la démographie limitée. La ville d’Hennebont bénéficie d’une douzaine d’établissements scolaires, allant de l'enseignement primaire à l'enseignement général et professionnel, dont sept dans le domaine public et cinq dans le privé, dont une école bilingue (B), enseignant dès le plus jeune âge, le breton. Ces écoles sont situées essentiellement dans l’ensemble des différents quartiers qui compose la commune.

Collèges

  • Collège public : Pierre-et-Marie-Curie
  • Collège public : Paul-Langevin
  • Collège privé : Saint-Félix Kerlois

Lycées d'enseignement général

  • Lycée public : Victor-Hugo
  • Lycée privé : Notre-Dame du Vœu

Lycées professionnels

  • Lycée public : Émile-Zola
  • Lycée public : Le Talhouët

Écoles Primaire et maternelle

  • Ecole primaire et maternelle privée : Saint-Joseph
  • École primaire et maternelle privée : Saint-Félix-Kerlois
  • École primaire et maternelle privée : Notre-Dame du vœu
  • École primaire et maternelle privée : Saint-Gilles (B)
  • École primaire et maternelle publique : Talhouët
  • École primaire et maternelle publique : Pierre-et-Marie-Curie
  • École primaire et maternelle publique : Langroix

Langue bretonne

En breton la ville se nomme Henbont. La commune a signé la charte Ya d'ar brezhoneg le 9 décembre 2009.

À la rentrée 2007, 5,6% des enfants de la commune étaient inscrits dans le primaire bilingue[4].

Monuments et lieux touristiques

les tours Broërech

Jumelages et partenariats

La ville d'Hennebont est jumelée avec plusieurs villes européennes et africaine et entretient des relations de partenariat avec d'autres villes. Il faut rappeler que le jumelage est une relation établie entre deux villes de pays différents qui se concrétise par des échanges socio-culturels, en portant haut les valeurs de la découverte et de la fraternité. .

Jumelages et partenariats Carte
La ville d'Hennebont est jumelée avec :
World location map (equirectangular 180).svg
Localisation de la ville
Halhul
Localisation de la ville
Mumbles
Localisation de la ville
Mourdiah

Personnalités

Sport

Football

  • Hennebont possède quatre clubs de football amateur dont un de loisir. Le plus ancien est La Garde Du Vœu Hennebont (GVH), suivi par l'Union Sportive Hennebontaise (USH), L'Entente Saint-Gilloise (ESG) et, en tant que loisir, l'Association Sportive Kergroix (ASK).

Tennis de table

La Garde du Vœu Hennebont tennis de table remporte en 2005, 2006, 2007 et 2009 le titre de champion de France.

Notes et références

Voir aussi

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes

Liens externes


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Hennebont de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Hennebont — Henbont Escudo …   Wikipedia Español

  • Hennebont — (spr. enn bóng), Stadt im franz. Depart. Morbihan, Arrond. Lorient, am Blavet, 15 km vom Atlantischen Ozean, an der Orléansbahn gelegen, die den Fluß auf einer 222 m langen Brücke überschreitet, hat eine schöne gotische Kirche aus dem 16. Jahrh …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • Hennebont — (spr. enn bóng), Stadt im franz. Dep. Morbihan, am Blavet, (1901) 8702 E …   Kleines Konversations-Lexikon

  • Hennebont —   [ɛn bɔ̃], Stadt in der Bretagne, Département Morbihan, Frankreich, an der Mündung des Blavet, 13 600 Einwohner; Stahlwerk, Gießerei, Hafen.   …   Universal-Lexikon

  • Hennebont — French commune nomcommune= Hennebont native name=Henbont x = 34 y = 99 lat long=coord|47|48|18|N|3|16|39|W|region:FR type:city région=Bretagne département= Morbihan arrondissement= Lorient canton=Hennebont (chief town) insee=56083 cp=56700… …   Wikipedia

  • Hennebont — Original name in latin Hennebont Name in other language Anbon, Ennbon, Hannebotum, Henbont, Hennebont, ai nei bang, en nubon, Анбон, Еннбон State code FR Continent/City Europe/Paris longitude 47.80512 latitude 3.27337 altitude 22 Population 14288 …   Cities with a population over 1000 database

  • Gare d'Hennebont — Hennebont Façade extérieure de la gare d Hennebont (en 2009) Localisation Pays France Ville Henneb …   Wikipédia en Français

  • Forges d'Hennebont — Les Forges d Hennebont sont un ancien établissement sidérurgique, situé à Inzinzac Lochrist (Morbihan). Située en bordure du Blavet, à une vingtaine de kilomètres de Lorient, la commune d Inzinzac Lochrist doit son extension aux forges de Kerglaw …   Wikipédia en Français

  • Forges d'hennebont — Les Forges d Hennebont sont un ancien établissement sidérurgique, situé à Inzinzac Lochrist (Morbihan). Située en bordure du Blavet, à une vingtaine de kilomètres de Lorient, la commune d Inzinzac Lochrist doit son extension aux forges de Kerglaw …   Wikipédia en Français

  • Forges d’Hennebont — Forges d Hennebont Les Forges d Hennebont sont un ancien établissement sidérurgique, situé à Inzinzac Lochrist (Morbihan). Située en bordure du Blavet, à une vingtaine de kilomètres de Lorient, la commune d Inzinzac Lochrist doit son extension… …   Wikipédia en Français