Équations aux dérivées partielles


Équations aux dérivées partielles

Équation aux dérivées partielles

En mathématiques, plus précisément en calcul différentiel, une équation aux dérivées partielles ou équation différentielle partielle (EDP) est une équation dont les solutions sont les fonctions inconnues vérifiant certaines conditions concernant leurs dérivées partielles.

Une EDP a souvent de très nombreuses solutions, les conditions étant moins strictes que dans le cas d'une équation différentielle ordinaire (à une seule variable) ; les problèmes incluent souvent des conditions aux limites qui restreignent l'ensemble des solutions. Alors que les ensembles de solutions d'une équation différentielle ordinaire sont paramétrées par un ou plusieurs paramètres correspondant aux conditions supplémentaires, dans le cas des EDP les conditions aux limites se présentent plutôt sous la forme de fonction ; intuitivement cela signifie que l'ensemble des solutions est beaucoup plus grand, ce qui est vrai dans la quasi-totalité des problèmes.

Les EDP sont omniprésentes dans les sciences, puisqu'elles apparaissent aussi bien en dynamique des structures, mécanique des fluides que dans les théories de la gravitation ou de l'électromagnétisme (équations de Maxwell). Elles sont primordiales dans des domaines tels que la simulation aéronautique, la synthèse d'images, ou la prévision météorologique. Enfin, les équations les plus importantes de la relativité générale et de la mécanique quantique sont également des EDP.

L'un des dix problèmes à un million de dollars proposés par la fondation Clay consiste à montrer l'existence et la continuité par rapport aux données initiales d'un système d'EDP appelé équations de Navier-Stokes. Ces équations servent énormément dans la mécanique des fluides.


Articles d'analyse vectorielle
Champ vectorielChamp scalaire
Objets d'étude
Champ vectoriel Champ scalaire
Équation aux dérivées partielles
de Laplace de Poisson
Opérateurs
Nabla Gradient
Rotationnel Divergence
Laplacien scalaire Bilaplacien
Laplacien vectoriel D'alembertien
Théorèmes
de Green de Stokes
de Helmholtz de flux-divergence
du gradient du rotationnel

Sommaire

Introduction

Une équation différentielle très simple est :

 \frac{\partial u}{\partial x}=0\,

u est une fonction inconnue de x et y. Cette relation implique que les valeurs u(x,y) sont indépendantes de x. Les solutions de cette équation sont :

u(x,y) = f(y),\,

f est une fonction de y. L'équation ordinaire,

 \frac{du}{dx}=0\,

a pour solution :

u(x) = c,\,

avec c une valeur constante (indépendante de x). Ces deux exemples illustrent qu'en général, les solutions d'une équation différentielle ordinaire met en jeu une constante arbitraire, tandis que les équations aux dérivées partielles mettent en jeu des fonctions arbitraires. Une solution des équations aux dérivées partielles n'est généralement pas unique.

Trois catégories importantes d'EDP sont les équations aux dérivées partielles linéaires et homogènes du second-ordre dites elliptiques, hyperboliques et paraboliques.

Notations

En mathématiques

Pour les EDP, par souci de simplification, il est d'usage d'écrire u la fonction inconnue et Dxu (notation française) ou ux (notation anglo-saxonne, plus répandue) sa dérivée partielle par rapport à x, soit avec les notations habituelles du calcul différentiel :

u_x = {\part u \over \part x}

et pour les dérivées partielles secondes :

u_{xy} = {\part^2 u \over \part x\, \part y}

En physique

Les opérateurs de l'analyse vectorielle sont utilisés.

Exemples d'EDP

Équation de Laplace

L'équation de Laplace est une EDP de base très importante :

{\part^2 u \over \part x^2} + {\part^2 u \over \part y^2} + {\part^2 u \over \part z^2} = 0

où u(x,y,z) désigne la fonction inconnue.

En notation d'analyse vectorielle, en utilisant l'opérateur laplacien Δ

Soit  \psi \equiv u\left(x,y,z,t\right) \ , fonction d'onde.
 \Delta \psi \ = \ 0

Équation de propagation (ou équation des cordes vibrantes)

Cette EDP décrit les phénomènes de propagation des ondes sonores et des ondes électromagnétiques (dont la lumière). La fonction d'onde inconnue est notée u(x,y,z,t), t représentant le temps :

{\part^2 u \over \part x^2} + {\part^2 u \over \part y^2} + {\part^2 u \over \part z^2} = {1 \over c^2} {\part^2 u \over \part t^2}

Le nombre c représente la célérité ou vitesse de propagation de l'onde u.

En notation d'analyse vectorielle, en utilisant l'opérateur laplacien Δ :

Soit  \psi \equiv u\left(x,y,z,t\right) \ , fonction d'onde.
 \Delta \psi \ = - \ {1 \over c^2} {\part^2 \psi \over \part t^2}
Equation d'onde, forme générale
Onde ψ Partie longitudinale Partie transversale Propagation Dissipation
Δψ  \ =  \vec{grad}\left[div \ \psi \right]  \ -  \vec{rot}\left[\vec{rot} \ \psi\right]  \ =  { 1 \over c^2} {\part^2 \psi \over \part t^2}  \ +  {1 \over \alpha} {\part \psi \over \part t}

Voir aussi onde sismique, onde mécanique, Son, Onde sur une corde vibrante, Onde stationnaire dans un tuyau, Equations de Maxwell

Équation de Fourier

{\part^2 u \over \part x^2} + {\part^2 u \over \part y^2} + {\part^2 u \over \part z^2} = {1 \over \alpha}{\part u \over \part t}

Cette EDP est également appelée équation de la chaleur. La fonction u représente la température. La dérivée d'ordre 1 par rapport au temps traduit l'irréversibilité du phénomène. Le nombre α est appelé diffusivité thermique du milieu.

En notation d'analyse vectorielle, en utilisant l'opérateur laplacien Δ :

Soit  \psi \equiv u \left(x,y,z,t\right) \ , fonction d'onde de température.
 \Delta \psi \ = \ {1 \over \alpha } {\part \psi \over \part t}

Équation de Poisson

En utilisant l'opérateur laplacien Δ :

Soient  \psi\left(x,y,z,t\right) \ , fonction d'onde et  \rho\left(x,y,z,t\right) densité de charge.
 \Delta \psi \ = - 4\pi\rho

Équation d'onde de Langmuir

Soient  \psi\left(x,y,z,t\right) \ , fonction d'onde et  \rho\left(x,y,z,t\right) densité de charge.
 \Delta \psi \ = {1 \over c^2 }. { \part^2 \psi \over \part t^2} - { \rho \over \epsilon }

Cette équation décrit des ondes électriques longitudinales en propagation dans un plasma.

Équation de Stokes

L'équation de Stokes décrit l'écoulement d'un fluide newtonien incompressible en régime permanent et à faible nombre de Reynolds, s'écrit :

\eta \Delta \vec{v} = \overrightarrow{\mathrm{grad}}\,p - \rho \vec{f},

Équation de Schrödinger

Article détaillé : Équation de Schrödinger.
i\hbar {\part \psi \over \part t} \ = \left[ - \frac{\hbar^2}{2m}\Delta + V\right] \psi

Équation de Klein-Gordon

Article détaillé : Équation de Klein-Gordon.

Soit  \psi\left(x,y,z,t\right), fonction d'onde.

-\hbar^2 {\part^2 \psi \over \part t^2} \ = - \hbar^2 c^2 \Delta \psi + m^2c^4 \psi

Méthodes de résolution numérique

Les méthodes numériques les plus couramment utilisées pour la résolution des équations aux dérivées partielles sont :

Articles connexes

Bibliographie

  • Lars Hörmander ; The analysis of linear partial differential operators, Springer-Verlag (1983 à 1985). Traité de référence en quatre volumes, par le récipiendaire de la médaille Fields 1962. Le volume I est sous-titré : Distribution theory and Fourier analysis, et le volume II : Differential operators with constant coefficients. Les volumes III et IV sont consacrés à la théorie moderne via les opérateurs pseudo-différentiels.
  • Lars Hörmander ; Linear Partial Differential Operators, Springer-Verlag (1963). Le livre qui contient les travaux pour lesquels l'auteur a obtenu la médaille Fields en 1962.
  • Yu.V. Egorov & M.A. Shubin ; Foundations of the Classical Theory of Partial Differential Equations, Springer-Verlag (2ème édition - 1998), ISBN 3-540-63825-3. Premier volume d'une série qui en comporte neuf, écrits pour l' Encylopaedia of Mathematical Sciences. Les volumes suivants sont consacrés à la théorie moderne via les opérateurs pseudo-différentiels.
  • Michael E. Taylor ; Partial Differential Equations - Basic Theory, Series: Texts in Applied Mathematics, Vol. 23, Springer-Verlag (2ème édition - 1999), ISBN 0-387-94654-3. Premier volume d'une série qui en comporte trois. Les volumes suivants sont consacrés à la théorie moderne via les opérateurs pseudo-différentiels.
  • Vladimir I. Arnold ; Lectures on partial differential equations, Springer-Verlag (2004), ISBN 3-540-40448-1.
  • Portail des mathématiques Portail des mathématiques
Ce document provient de « %C3%89quation aux d%C3%A9riv%C3%A9es partielles ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Équations aux dérivées partielles de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Principe du maximum (équations aux dérivées partielles) — Pour les articles homonymes, voir principe du maximum. En mathématiques, et plus précisément en analyse, le principe du maximum est une propriété des solutions de certaines équations aux dérivées partielles, de type elliptique ou parabolique qui… …   Wikipédia en Français

  • Equation aux derivees partielles — Équation aux dérivées partielles En mathématiques, plus précisément en calcul différentiel, une équation aux dérivées partielles ou équation différentielle partielle (EDP) est une équation dont les solutions sont les fonctions inconnues vérifiant …   Wikipédia en Français

  • Équation aux dérivées partielles — En mathématiques, plus précisément en calcul différentiel, une équation aux dérivées partielles (EDP) est une équation dont les solutions sont les fonctions inconnues vérifiant certaines conditions concernant leurs dérivées partielles. Une EDP a… …   Wikipédia en Français

  • DÉRIVÉES PARTIELLES (ÉQUATIONS AUX) - Sources et applications — On se propose de décrire très sommairement quelques types classiques d’équations aux dérivées partielles issues principalement de la physique et de préciser leurs interventions dans des domaines variés des mathématiques. Alors que les solutions… …   Encyclopédie Universelle

  • DÉRIVÉES PARTIELLES (ÉQUATIONS AUX) - Analyse numérique — Plus peut être que tout autre domaine des mathématiques, les équations aux dérivés partielles étaient prédisposées à bénéficier de l’utilisation des ordinateurs, pour de nombreuses raisons. La plus importante est leur intervention dans de… …   Encyclopédie Universelle

  • DÉRIVÉES PARTIELLES (ÉQUATIONS AUX) - Théorie linéaire — Il existe une théorie mathématique assez bien constituée des équations aux dérivées partielles linéaires, dont nous allons essayer de donner une idée. En contraste, les équations non linéaires présentent un foisonnement de problèmes et de… …   Encyclopédie Universelle

  • DÉRIVÉES PARTIELLES (ÉQUATIONS AUX) - Équations non linéaires — L’étude des équations aux dérivées partielles non linéaires se trouve à l’interface de nombreux problèmes scientifiques. En effet, la plupart des phénomènes de la physique ou des sciences de l’ingénieur sont non linéaires et une modélisation par… …   Encyclopédie Universelle

  • DÉRIVÉES PARTIELLES (ÉQUATIONS AUX) — LES ÉQUATIONS aux dérivées partielles sont sans doute le domaine des mathématiques où le lien avec la physique est le plus étroit. Il ne s’agit pas seulement du fait que les recherches les plus actives, et en général les plus importantes, ont été …   Encyclopédie Universelle

  • DÉRIVÉES PARTIELLES (ÉQUATIONS AUX) - Analyse microlocale — Soit P un opérateur différentiel sur un ouvert 行 de Rn , P = a 見(x ) Dx 見. | 見| 諒m Son symbole principal: s’interprète, si l’on fait un changement de coordonnées sur 行, comme une fonction sur T 行, le fibré cotangent à 行. Si P est à… …   Encyclopédie Universelle

  • Equations de Navier-Stokes — Équations de Navier Stokes Pour les articles homonymes, voir Stokes. En mécanique des fluides, les équations de Navier Stokes sont des équations aux dérivées partielles non linéaires qui décrivent le mouvement des fluides dans l approximation des …   Wikipédia en Français