TEOR


TEOR

Transport est-ouest rouennais

Page d'aide sur les redirections « TEOR » redirige ici. Pour la commune en Italie, voir Teor.
TEOR
Logo du TEOR
Situation Rouen, Seine-Maritime
France France
Type Bus à haut niveau de service
Entrée en service ?? février 2001
Longueur du réseau 39 km
Lignes 3
Stations 53
Fréquentation 50 000 passagers par jour (2005)[1]
Propriétaire Agglomération de Rouen
Exploitant TCAR
Vitesse moyenne 17,25 km/h[2]
Vitesse maximale 70 km/h
Lignes du réseau T1 T2 T3
Réseaux connexes TEOR
Métro de Rouen
Réseau de bus

Le TEOR (Transport est-ouest rouennais) est un réseau de transport en commun circulant dans la ville de Rouen et son agglomération.

Prévu à la base pour être un tramway, le projet TEOR, principalement porté par l'ancien maire rouennais Yvon Robert, est devenu le nouveau symbole du transport en commun rouennais, titre précédemment tenu par le métro. TEOR est le résultat d'un concept initialement prévue entre un bus et un tramway, ce qui en fait un bus à haut niveau de service. Le TEOR bénéficie d'une voie réservée sur environ 30 % de son parcours, ce qui lui permet de ne pas être mélangé au trafic urbain et permet une régularité de passage qui n'est pas sujette aux perturbations. Les trois lignes de TEOR desservent une zone commune s'étendant sur 11 stations (environ 4 kilomètres) en centre-ville de Rouen.

En 2005, le système TEOR a reçu la Palme de l'Accessibilité du magazine Ville & Transports[3].

Sommaire

Histoire du projet

Avant l'inauguration

  • 1996 : lancement d'une étude pour la réalisation d'un axe est-ouest afin de compléter le métro qui forme un axe nord-sud. Yvon Robert, initiateur du projet, parle alors un « Télébus » (téléphérique urbain).
  • 1997 : le conseil de la Communauté de l'agglomération rouennaise décide, le 1er décembre 1997, de construire le système TEOR (Transport Est Ouest Rouennais) en lieu et place d'une seconde phase de tramway jugée trop couteuse.[4] L'idée du téléphérique est abandonnée et le matériel sur pneus à guidage optique est sélectionné.
  • Novembre 1999 : signature du marché du matériel roulant.
  • Février 2001 : inauguration des lignes T2 (TEOR 2), T3 (TEOR 3) et du pôle d'échanges du Mont-Riboudet après de longs retards dans l'évolution des travaux. Ce réseau de bus nouvelle génération, avec système de guidage et d'accostage optique relie le centre-ville de Rouen aux communes environnantes.

Depuis l'inauguration

  • 8 janvier 2007 : prolongement des lignes T2 et T3 jusqu'aux hauts de Rouen : Bihorel et Darnétal (portions est). Les 3 lignes TEOR à haut niveau de service constituent désormais un axe est-ouest sur la rive droite de la Seine.
  • Mai 2008 : mise en place du SAEIV (Système d'aide à l'exploitation et à l'information voyageur) dans les véhicules circulant sur le réseau TEOR. Il s'agit d'afficheurs lumineux d'informations en temps réel indiquant le temps avant d'atteindre le terminus, les prochaines stations, ou des informations sur les perturbations des transports en commun.
  • Juillet 2008 : à l'occasion de l'Armada, la TCAR met en place la ligne T4, une ligne temporaire affectée à la desserte des quais. D'autres parts, les 3 autres lignes TEOR ainsi que les deux lignes de métro sont en circulation jusqu'à 2h du matin.
  • Septembre 2008 : prolongement du T1 jusqu'à Boulingrin, terminus des deux lignes de métro. Cette extension remplace le projet de prolonger le métro au CHU Charles Nicolle et sera effective jusqu'à juin 2009 à des fins expérimentales.
  • 19 décembre 2008 : inauguration de la station Cathédrale par Laurent Fabius (président de la Communauté de l'agglomération Rouennaise), en compagnie de Valérie Fourneyron, députée-maire de Rouen et Patrice Dupray, vice-président de la Région Haute-Normandie chargé des transports et des infrastructures. Cette station, conçue par Jean-Pierre Vaysse et Alain Crenon, marque la fin des aménagements de l'infrastructure à Rouen.

Un projet controversé

TEOR a été un projet contesté par beaucoup en raison de son coût et d'abandons successifs.[5]

  • 1995 : Yvon Robert parle de « Télébus » dans son nouveau projet TEOR.
  • 1998 : pour des raisons de coûts (environ 1 milliard de francs), le « Télébus » est abandonné au profit de bus diesel.
  • Novembre 1999 : abandon de la desserte directe des Hauts-de-Rouen et de de Bonsecours.
  • Mai 2000 : abandon des travaux entre le boulevard des Belges et Martainville (quartier de Rouen) ainsi que les aménagements à Darnétal. Les travaux reprendrons quelques temps après.
  • 2000 : suite à des sondages de terrain trop tardifs en bas de l'avenue Pasteur, les travaux sont arrêtés. Le terrain est pollué par des hydrocarbures. Les travaux de dé-pollution s'ajoutent à la facture.
  • 2000 : acquisition du terrain du Mont-Riboudet pour 2,7 millions de francs (prévue, à la base, pour 1,5 millions de francs).
  • 19 mai 2006 : nouvelle annonce de l'abandon des travaux en centre-ville de Rouen.

En théorie (dans la déclaration d'utilité publique), le coût du matériel roulant était estimé à 150 millions de francs (bus et équipements de l'atelier-dépôt). La commande finale à Irisbus a atteint les 396 millions de francs.

Rouen a connu sa plus importante augmentation de taxe professionnelle entre 1995 et 1998 (56,62%).

Financement

Chiffres exprimés en millions d'euros, hors taxes.[6]

  • Montant total de l'opération TEOR : 208,8
  • Montant de l'achat du matériel roulant : 29,5
  • Construction du pôle d'échanges du Mont-Riboudet : 9,4


Total des subventions : 80,9

Exploitation

Horaires d'ouverture et fréquences

Le réseau TEOR circule tous les jours de l'année de 4 h à 23 h 30 (sauf les dimanches et jours de fêtes : ouverture vers 5 h), à l'exception du 1er mai où aucun bus ne circule. En semaine, la circulation du TEOR commence à 3 h 58 pour le T2, puis vers 5 h pour le T1 et T3. Les derniers départs ont lieu vers 23h.

En heure de pointe, il passe un bus environ toutes les 2 minutes aux stations du tronc commun et toutes les 2 minutes en heures creuses. En dehors du tronc commun, il passe un bus environ toutes les 8 minutes en heure de pointe et toutes les 11 minutes en heures creuses.

Le samedi, les horaires sont les mêmes qu'en heure creuse, la semaine (3 minutes sur le tronc commun et 11 minutes hors tronc commun).

Les dimanche et jours fériés, un bus passe toutes les 10 minutes sur le tronc commun et toutes les 30 minutes en dehors du tronc commun.

Tarification

Le système de tarification se fait sans distinction de zone.

En septembre 2008, l'Agglomération de Rouen et la TCAR ont développé la carte Astuce. Cette carte à puce permet de charger un ou plusieurs titre de transport (4 par carte au maximum) sur un seul support. Des valideurs sont placés à bord des bus (un valideur à chaque porte) ; pour valider une carte Astuce, il suffit d’approcher la carte à moins de quinze centimètres des bornes, même dans un sac ou une poche.

A terme, ce système de carte dit « sans contact » est prévu pour être interopérable avec le futur système billettique régional de la Haute-Normandie.

Il existe également une gamme de 10 titres magnétiques utiles pour les voyageurs occasionnels.

Un titre de transport (tickets sous forme papier ou carte à puce Astuce) permet de voyager pendant une heure à partir de la première validation, quel que soit la distance avec une à 6 correspondances[7] avec les lignes de bus et de métro.

La politique tarifaire est déterminée par la Communauté de l’agglomération rouennaise. Les augmentations suivent l’inflation et s’inscrivent dans le cadre du développement et de la modernisation du réseau : nouveaux véhicules, entretien, développement des lignes en site propre...

Lignes

Ligne Parcours Mise en
service
Dernière
extension
Longueur
(en km)
Longueur et % en site propre
(en km)
Nombre de
stations
T1
Boulingrin ↔ Mont au Malades 2002 2008 ??? ??? 17
T2 Tamarelle ↔ Mairie V. Shoelcher 2001 2007 ??? ??? 30
T3 Durécu-Lavoisier ↔ Bizet 2001 2007 ??? ??? 30

Ligne T4

Une ligne T4 CHU Charles NicolleLe Musoir avait été créée pour deux semaines à l'occasion de l'Armada 2008. Le T4 circulait de 9h00 à 23h00 et desservait deux stations sur le site de l'Armada : le terminus Le Musoir (à l'extrémité du site de l'Armada) et la station Pont Flaubert, avant de rejoindre le Mont-Riboudet et d'emprunter la voie TEOR jusqu'à CHU Charles Nicolle.

A partir de 20h, les deux stations Pont Flaubert et Le Musoir n'étaient plus desservies pour laisser l'accès aux concerts.

Projets d'extension

Stations

Le réseau totalise 52 stations de 20 ou 35 mètres de long[10]. La hauteur des quais, arrangés de la même façon que le métro (29 cm de hauteur) permet une meilleure accessibilité aux véhicules. Elles sont équipées :

Les rampes d'accès aux quai sont aménagées pour les personnes à mobilité réduite, elles sont présentes sur toutes les stations, tout comme les bandes podotactiles (à l'exception du terminus encore non-aménagé Boulingrin).

La dernière station, Cathédrale, a été inaugurée le 19 décembre 2008. Cette nouvelle station de TEOR possède un design différent des autres. Modélisée par Jean-Pierre Vaysse et Alain Crenon du cabinet d’architecture Ar. Thème, le station évoque l'architecture de la Cathédrale Notre-Dame de Rouen, symbole de Rouen.

Pôle du Mont-Riboudet

Sorti de terre en février 2001, le pôle d'échange du Mont-Riboudet se situe à l'entrée de l'A150 (Barentin - Le Havre), au pied du pont Flaubert. Il permet une correspondance entre les trois lignes TEOR et quatre autres lignes régulières (9, 16, 26 et 29) et la navette du parc animalier de Roumare.

Cette station est la plus proche du centre-commercial Docks 76.

Situé à l'entrée de l'A150, au pied du pont Flaubert, le parc relais du Mont-Riboudet permet de laisser sa voiture au pour prendre une des trois lignes TEOR accessibles à proximité. Constitué de plus de 950 places, le parking est équipe de distributeurs de pass In'Cité. Ce titre de transport à 3,60 €, permet de garer sa voiture au parking et sert de titre de transport pour un aller-retour pour tous les occupants d'une voiture.

Voirie

Il existe trois types de circulation possible pour les véhicules du réseau TEOR.

  • Les sites propres
    • les voies à double sens sont réservées exclusivement aux véhicules TEOR. Elles sont isolées de la circulation générale par des séparateurs physiques infranchissables et mesurent 6,20 m de largeur[11]. Ces sites sont également praticables par les véhicules d'urgence en mission (Police, Samu, pompiers et ambulances) et par les véhicules de patrouille de la TCAR. Ces sites sont prioritaires aux carrefours grâce à un système similaire à la signalisation des tramways.
  • Les sites réservés
    • les voies à double sens ou à sens unique sont réservées aux véhicules TEOR et mesurent 6,20 m de largeur[12]. Elles sont séparées de la circulation générale par une séparation franchissable par les autres véhicules, il est d'ailleurs fréquent que ces derniers croisent la voie TEOR. Cependant les véhicules TEOR sont prioritaires aux carrefours grâce à un système similaire à la signalisation des tramways.
  • Les sites banalisés
    • les véhicules sont mêles au trafic. L'aménagement des stations est identique à celui des stations en site propre.

Matériel roulant

Prototype Irisbus Civis à face avant de Cristalis qui circulait sur le réseau TEOR de 2001 à 2004.

Les bus, véhicules articulés modernes et spacieux, se distingues des bus de lignes régulières par une livrée différente, ils sont équipés d'un plancher bas intégral pour permettre une meilleure accessibilité en station. Au total, 66 véhicules desservent les trois lignes TEOR actuellement en service. Ils sont équipés d'un dispositif d'aide à l'accostage ou guidage optique.

Le projet initial de TEOR voulait faire rouler des Irisbus Civis, 2 prototypes Civis à face avant de Cristalis roulaient sur les lignes TEOR pour tester leur bon fonctionnement lors de l'inauguration en 2001. 38 Renault Agora L les accompagnaient en attendant la livraison progressive de 57 autres Civis[13]. Les tests ne furent pas concluants à cause de multiples problèmes techniques et d'une consommation excessive de carburant, l'Agglomération de Rouen se sépara des 2 prototypes Civis en 2004 et passa commande de 28 Irisbus Citelis.

Aujourd'hui, les véhicules roulant sur TEOR sont :

Irisbus Citelis 18

Irisbus Citelis au terminus Bizet à Canteleu.
Article détaillé : Irisbus Citelis.

Le réseau TEOR comporte, depuis 2006 (date de livraison des véhicules), 28 Irisbus Citelis 18. Tous les bus sont alimentés en Diester, et sont équipés de filtres à particules et de pots catalytiques de la nouvelle génération (CTR) qui respectent les normes environnementales Euro 3.

Un véhicule comporte 43 places assises et 67 places debout, soit 110 places. Les dimensions d'un véhicule est de 18 mètres de longueur et 2,5 mètres de largeur.

Chaque véhicule est équipé de deux bornes SAEIV (Système d'aide à l'exploitation et à l'information voyageur) embarqué, d'un système de climatisation et du système de guidage optique Optiguide situé au dessus du pare-brise.

Renault Agora L

Article détaillé : Renault Agora.

Le réseau TEOR est équipée, depuis 2001, de 38 bus articulés Renault Agora L Euro 2 de 4 portes. Ces bus, de 17,8 mètres de longueur pour 2,5 mètres de largeur, disposent de 115 places (dont 40 places assises)[14] et sont équipés de plancher bas pour faciliter l'accès des personnes à mobilité réduite et des utilisateurs de fauteuil roulant. Ils sont équipés de deux bornes SAEIV (Système d'aide à l'exploitation et à l'information voyageur) embarqué depuis 2008.

Un système de climatisation ainsi qu'un système de guidage optique Optiguide ont également été ajoutés.

Depuis 2008, 4 bus ont été affectés à d'autres lignes régulières nécessitant des bus articulés, réduisant ainsi, l'effectif des Agora à 34 unités.

Guidage optique

Marquage lu et interprété par un guidage optique sur un Renault Agora L.

Le guidage optique Optiguide conçu par Matra (aujourd'hui Siemens Transportation Systems) a pour rôle d'optimiser l'accessibilité en station en faisant suivre au véhicule une trajectoire matérialisée par un marquage au sol. Il assure la précision et surtout la régularité de l'accostage pour une bonne accessibilité des voyageurs et des personnes à mobilité réduite.

  • le guidage optique est composé d'une caméra placée derrière le pare-brise (pour les Agora ou au dessus du pare-brise pour les Citelis qui lit sur la chaussée un marquage codé matérialisant la trajectoire imposée.
  • un ordinateur analyse la position du véhicule par rapport à la voie et transmet à la colonne de direction les informations nécessaires.
  • l'accostage se fait avec une moyenne de 4 à 5 cm d'écart horizontale entre le quai et le véhicule.
  • il est utilisé uniquement pour l'accostage en station, le conducteur peut à tout moment passer d'une conduite guidée à une conduite manuelle.
  • lors de l'utilisation du guidage optique, la vitesse maximale est abaissée à 30 km/h pour des raisons de fiabilité.
  • le risque de panne du guidage optique est très faible (indice de défaut du guidage pendant l’exploitation : 1,97 pour 10 000 accostages en station. (chiffre de 2006))[15]

Quatre stations ne sont pas concernées par le guidage optique :

  • Maison Normande (en direction de Nd-de-Bondeville)
  • Auberge de Jeunesse (dans les 2 directions)
  • Deux Rivières (dans les 2 directions)
  • Clos d'Argent (dans les 2 directions)

Système d'aide à l'exploitation et à l'information voyageur (SAEIV)

L'Agglomération de Rouen a lancé un appel d'offres en 2005 afin d'équiper les bus de bornes SAEIV pour un montant d'environ 10 millions d'euros[16].

Chaque bus est équipé d'une borne de Système d'aide à l'exploitation et à l'information voyageur (SAEIV) de marque Ineo. Un bandeau lumineux est située à l'avant du véhicule, au milieu du couloir ; le seconde se situe derrière le soufflet du véhicule. Ces bandeaux SAEIV indiquent :

  • la prochaine station ;
  • la destination ;
  • le temps d'attente estimé avant d'atteindre une station clé ;
  • l'heure ;
  • les messages d'information en cas de perturbation sur le réseau ;

A cette borne SAEIV, est ajoutée des haut-parleur diffusant des annonces vocales (prochaine station, destination et messages d'information en cas de perturbation).

Les travaux d'installation de ce nouveau SAEIV ont commencé en 2006 et se sont achevé en septembre 2008. Ce système équipe également tous les autres véhicules (métro et bus) depuis septembre 2008.

Atelier-dépôt

L'atelier-dépôt des TEOR et des bus se trouve au centre des Deux-Rivières proche du Robec à Rouen, à la limite de Darnétal, la superficie du site est d'environ 72000m². Cet atelier-dépôt est utilisé pour le stockage de l'ensemble des bus de la TCAR, ainsi que l'entretien technique, les contrôles et le nettoyage intérieur et extérieur. Les 92 personnes qui y sont employés sont directement en contact avec le Poste de Commandement Central.

Annexes

Notes, sources et références

Articles connexes

Liens externes

  • Portail des transports en commun Portail des transports en commun
  • Portail de Rouen Portail de Rouen
Ce document provient de « Transport est-ouest rouennais ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article TEOR de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Teor — Escudo …   Wikipedia Español

  • teor — |ô| s. m. 1. Conteúdo textual de um escrito. 2.  [Figurado] Norma; regra; regulamento; sistema. 3. Modo; maneira; gênero; qualidade. 4. Proporção em que, num composto químico, entra cada um dos componentes …   Dicionário da Língua Portuguesa

  • Teor — « Teor » redirige ici. Pour le système de transport en commun, voir TEOR. Teor …   Wikipédia en Français

  • Teor — Infobox CityIT img coa = official name = Teor name = Teor region = Friuli Venezia Giulia province = Province of Udine (UD) elevation m = 12 area total km2 = 16.9 population as of = Dec. 2004 population total = 2020 population density km2 = 119… …   Wikipedia

  • Teor — Original name in latin Teor Name in other language Teor, Teov State code IT Continent/City Europe/Rome longitude 45.85639 latitude 13.05667 altitude 9 Population 1996 Date 2012 02 15 …   Cities with a population over 1000 database

  • Teor — ISO 639 3 Code : tev ISO 639 2/B Code : ISO 639 2/T Code : ISO 639 1 Code : Scope : Individual Language Type : Living …   Names of Languages ISO 639-3

  • TEOR —   Thermally Enhanced Oil Recovery …   Energy terms

  • Liste des arrêts du TEOR — Liste des stations du TEOR et du tramway de Rouen Cet article est une liste des stations du TEOR et du métro de Rouen. Noms en gras : stations terminus servant à de départ ou de terminus à certaines missions. Sommaire 1 TEOR 1.1 T1 :… …   Wikipédia en Français

  • Liste des stations du TEOR — et du tramway de Rouen Cet article est une liste des stations du TEOR et du métro de Rouen. Noms en gras : stations terminus servant à de départ ou de terminus à certaines missions. Sommaire 1 TEOR 1.1 T1 : Boulingrin Mont aux Malades 1 …   Wikipédia en Français

  • Liste des stations du TEOR et du tramway de Rouen — Cet article est une liste des stations du TEOR et du tramway de Rouen. Noms en gras : stations terminus servant à de départ ou de terminus à certaines missions. Sommaire 1 TEOR 1.1 T1 : Boulingrin Mont aux Malades 1.2 T2 : M …   Wikipédia en Français