Slayer


Slayer
Slayer
Slayer en 2007

Pays d’origine Huntington Park - Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre musical Thrash metal
Années d'activité Depuis 1981
Labels American Recordings
Def American Records
Def Jam Records
Metal Blade Records
Site officiel www.slayer.net

Membres Tom Araya
Jeff Hanneman
Kerry King
Dave Lombardo
Anciens membres Paul Bostaph
Jon Dette
Tony Scaglione

Logo Slayer

Slayer est un groupe de thrash metal américain, formé en 1981 à Huntington Park, Californie, par les guitaristes Jeff Hanneman et Kerry King[1]. Slayer est connu pour être l'un des groupes leaders du mouvement thrash metal, avec la sortie en 1986 de Reign in Blood, qui a été nommé « le meilleur album heavy de tous les temps avec Master of Puppets de Metallica »[2]. Le groupe est cité comme formant le « Big Four » des groupes de thrash metal, avec Megadeth, Anthrax et Metallica[3]. Le groupe est toujours actif près de 30 ans après sa création.

Slayer est connu pour son style musical particulier, y compris pour les tremolo picking, les solos, la double grosse caisse et le chant hurlé. Les chansons du groupe et ses pochettes, basées sur des sujets tels que les tueurs en série, le satanisme, la religion, la guerre et l'holocauste, ont entrainé des censures, des retards, des procès et de fortes critiques de la part des groupes religieux et du public.

Depuis leur premier enregistrement en 1983, le groupe a sorti deux albums live, un box set et onze albums studio (dont un cover album), et vendu 35 millions d'albums dans le monde. Le groupe a été nommé deux fois aux Grammy Awards et a été récompensé en 2007 pour leur chanson Eyes Of The Insane et en 2008 pour la chanson Final Six.

Sommaire

Biographie

1981-1982 : Les débuts

Slayer se forme en 1981, lorsque le guitariste Kerry King rencontre Jeff Hanneman lors d'une audition pour un groupe[4]. Les deux recrutent le bassiste/chanteur Tom Araya, qui avait déjà joué avec King dans un groupe nommé Quits, et le batteur Dave Lombardo, qui rencontre King en lui livrant une pizza[5]. Le groupe commence à jouer différentes reprises des chansons d'Iron Maiden et Judas Priest dans des clubs et des fêtes dans le sud de la Californie. Les premiers shows font référence à l'imagerie satanique avec des pentagrammes, du maquillage et des croix inversées.

En 1982, Slayer enregistre sa première démo — une répétition avec les chansons « Fight Till Death », « Black Magic » et « The Antichrist » [6]. La démo est largement diffusée dans le milieu underground, le groupe se voit offrir l'ouverture du groupe Bitch au Woodstock Club à Los Angeles. Alors qu'ils jouent « Phantom Of The Opera » (Iron Maiden), le groupe est découvert par Brian Slagel, un ancien critique de musique qui a récemment fondé Metal Blade Records. Slayer enregistre un inédit du groupe « Aggressive Perfector » qui paraît sur la compilation Metal Massacre III, sortie en juillet 1983. Ayant eu beaucoup de succès, Slagel fait signer le groupe sur un label[7].

1983-1984 : Show No Mercy

Sans un budget d'enregistrement, le groupe est forcé d'autofinancer l'album. Combinant les économies d'Araya, qui était employé comme thérapeute respiratoire[8], et l'argent emprunté au père de King[1], le groupe entre alors en studio en novembre 1983. L'album est enregistré rapidement, en trois semaines toutes les chansons sont achevées. Show No Mercy, qui sort en décembre 1983 par Metal Blade Records, fait gagner au groupe une popularité underground, qui commence sa première tournée nationale dans des clubs en 1984 pour promouvoir l'album en voyageant avec la voiture d'Araya et une remorque[1]. La tournée donne au groupe encore plus de popularité; le groupe vend un peu plus de 20 000 exemplaires de Show No Mercy aux États-Unis, auxquels s'ajoutent 20 000 autres exemplaires vendus à travers le monde[9]. Les paroles des chansons de Show No Mercy évoquent le satanisme, l'enfer et le démon.

En août 1984, Slayer sort un EP de trois chansons, nommé Haunting the Chapel. L'EP a un style plus noir, plus thrash par rapport à son prédécesseur[10]. La chanson d'ouverture, « Chemical Warfare » est devenue un passage obligé dans les lives : la chanson est jouée à presque tous les concerts du groupe depuis 1984. Après la sortie de Haunting the Chapel, Slayer donne ses premiers concerts européens au Heavy Sounds Festival en Belgique ouvrant pour le groupe UFO[11], puis revient aux États-Unis pour commencer la tournée Haunting The West Coast[12]. Durant la tournée, King quitte temporairement Slayer pour rejoindre le nouveau groupe de Dave Mustaine, Megadeth[13]. Hanneman est inquiet de la décision de King, et a déclaré à ce propos « Je suppose que nous allons avoir un nouveau guitariste »[1]. Alors que Mustaine voulait que King reste dans Megadeth en tant que membre permanent, ce dernier retourne chez Slayer après cinq shows, déclarant que le groupe « demandait trop de [son] temps »[1]. La séparation a provoqué une rupture entre King et Mustaine qui a évolué en querelle entre les deux groupes[14]. Après le retour de King dans le groupe, le groupe s'embarque pour le 1984 Combat Tour, avec Venom et Exodus, et réalise un album live, Live Undead, en novembre.

1985-1986 : Hell Awaits

Slayer sort son premier live video en 1985, Combat Tour: The Ultimate Revenge. La vidéo est une vidéo live filmée à New York au Studio 54 club lors de la tournée du groupe en 1984 avec Venom et Exodus. Au début de l'année 1985, Show No Mercy est vendu au nombre de 40000 exemplaires[9], ce qui a conduit le groupe à retourner en studio pour enregistrer un second album. Metal Blade a fourni cette fois un budget d'enregistrement, qui a permis au groupe d'embaucher le producteur Ron Fair[1]. Sorti en septembre 1985, le second album de Slayer Hell Awaits a un style ténébreux encore plus prononcé sur Haunting the Chapel, avec l'enfer et Satan comme sujet pour les paroles des chansons de l'album. L'album est l'un des plus progressif du groupe, avec des chansons aux structures plus longues et beaucoup plus complexes[1]. L'intro est en fait un enregistrement passé à l'envers d'une voix aux sonorités démoniaques qui répète "Join us"[15] de « Welcome Back » après que la chanson commence[16].

1986-1987 : Reign in Blood

Suite au succès de « Hell Awaits », Slayer obtient un contrat d'enregistrement avec le nouveau label fondé par Russell Simmons et Rick Rubin : Def Jam Records, un label de hip hop[1]. Le groupe accepte et avec un producteur expérimenté et un label avec un budget d'enregistrement, le groupe subit une refonte sonore résultant en chansons courtes, rapides avec une meilleure production. Fini les arrangements complexes et longues chansons de Hell Awaits, le groupe est largement influencé par les structures des chansons hardcore[1].

Le distributeur de Def Jam, Columbia Records, refuse de sortir Reign in Blood à cause de sa couverture et des paroles[1]. Par exemple, "Angel of Death" detaille les camps de concentrations de l'Holocauste et des expérimentations humaines conduites par Josef Mengele. L'album est alors distribué par Geffen Records le 7 octobre 1986. Toutefois, en raison de la controverse, Reign in Blood n'est pas apparu sur le planning des sorties de Geffen Records[1]. Bien que l'album ne passe pas à la radio, c'est le premier du groupe à entrer dans le Billboard 200 en arrivant à la 94e place du classement[17] et le premier album du groupe à être disque d'or aux États-Unis[18].

En octobre 1986, Slayer débute la tournée mondiale Raining Pain, avec Overkill aux US, et Malice en Europe. Le groupe joue en première partie de la tournée américaine de W.A.S.P., mais un mois après, le batteur Dave Lombardo quitte le groupe : « Je ne me faisais pas d’argent. Je voulais qu’on fasse cela professionnellement, sur une major, je voulais que mon loyer et autres soient payés. »[1] Pour continuer la tournée, Slayer recrute Tony Scaglione de Whiplash. La femme de Lombardo essaya de convaincre Lombardo pour qu’il revienne dans Slayer, en 1987[1]. Sur les conseils de Rubin, Slayer enregistre une reprise de la chanson « In-A-Gadda-Da-Vida » d'Iron Butterfly pour le film Less Than Zero[1]. Bien que le groupe n’était pas convaincu du résultat final, Hanneman jugeant que c’est une pauvre représentation de Slayer et King la classant comme « un bloc de merde », c’était une de leurs premières chansons à bénéficier d’un passage en radio[1].

1988-1989 : South of Heaven

Slayer retourne en studio pour enregistrer son quatrième album. Pour contraster avec les chansons rapides de Reign in Blood, le groupe décide consciemment de ralentir le tempo et d’incorporer des vocaux plus mélodieux, contrairement aux hurlements qui se font plus rares. Hanneman affirme "On savait qu’on ne pourrait pas faire aussi bien que Reign in Blood, alors nous avons ralenti. On savait que ce qu’on allait faire allait être comparé à cet album, et je me souviens qu’on avait discuté quant au fait de ralentir. C’était étrange, on avait jamais fait ça sur un album, avant ou après."[1]

Sorti en 1988, South of Heaven reçoit divers avis des fans du groupe et des critiques, bien que ce fut la meilleure sortie commerciale de Slayer à l’époque, arrivant à la 57e place du Billboard 200[17], et le second album du groupe à recevoir la distinction de disque d'or[18]. Les avis de la presse quant à l’album divergent, avec le Allmusic citant l’album comme "inquiétant et puissant”[19], et le Rolling Stone le désignant comme un " radotage satanique "[20]. King dit à son propos que "Cet album fut ma performance la plus sombre"[1].

1990-1993 : Seasons in the Abyss

Slayer retourne en studio avec le co-producteur Andy Wallace en 1989, pour enregistrer leur cinquième album studio. Suite à la réaction créée par South of Heaven, Slayer revient à la « vitesse de Reign in Blood », en ayant ajouté de plus un nouveau sens mélodique[21]. Seasons in the Abyss, sorti en octobre 1990, était le premier album de Slayer à sortir sur le nouveau label de Rick Rubin, Def American (car lui et l'autre créateur de Def Jam, Russell Simmons, prirent des chemins différent pour cause de divergences musicales). L'album entre à la 44e place du Billboard 200[17], et est certifié disque d'or en 1992[18]. Un clip de la chanson éponyme du disque - le second du groupe - est tourné devant les pyramides de Gizeh en Égypte avant la guerre du Golfe.

Slayer recommence le cycle des tournées en septembre 1990 à la tête d'affiche de la tournée européenne Clash of the Titans avec Megadeth, Suicidal Tendencies, et Testament. Avec le thrash arrivé à son pic de popularité, la tournée a été prolongée jusqu'en mai 1991, avec Megadeth, Anthrax et Alice in Chains en ouverture. Le groupe réalise un double album live, Decade of Aggression en 1991, pour célébrer ses 10 ans d'existence. La compilation rentre en 55e place du Billboard 200[17].

En mai 1992, Lombardo quitte le groupe à cause de conflits avec les différents membres du groupe, car sa femme ne pouvait pas le suivre durant la tournée[22]. Lombardo forme son propre groupe Grip Inc, avec le guitariste de Voodoocult, Waldemar Sorychta[23], et Slayer recrute Paul Bostaph (ancien batteur de Forbidden) pour prendre sa place. Le groupe fait ses premiers live avec Bostaph au festival Monsters of Rock de Donington en 1992. Le premier effort studio de Bostaph est un medley des chansons de The Exploited « War », « UK '82 », et « Disorder » avec Ice-T pour la bande originale de Judgment Night en 1993[24].

Depuis les années 1990

Il faut attendre 1994 et l'album Divine Intervention, toujours produit par Rick Rubin, pour assister au retour de Slayer. Avec cet album, le groupe modernise son approche de la production mais c'est également à partir de ce dernier que la division des fans va s'amorcer, certains reprochant au groupe de ne plus évoluer et de rester sur ses acquis. Ce disque relance également la polémique, à cause du morceau "SS-3" évoquant à nouveau les atrocités nazies.

En 1996 est enregistré Undisputed Attitude, une suite d'interprétations de morceaux punk témoignant de leurs influences. Malgré sa radicalité ce disque est le plus mal aimé des albums de Slayer, de par sa nature très marginale dans la discographie du groupe.

Sur Diabolus in Musica (1998), le groupe incorpore des éléments de Hardcore à sa musique : tentative de modernisation alors que le public américain est en pleine vague de Néo metal, nouveau son, nouvelle approche essentiellement due à Jeff Hanneman, principal compositeur de cet album génial pour les uns, impropre à Slayer pour les autres.

La sortie de God Hates Us All passe relativement inaperçue car elle a lieu le 11 septembre 2001.

Le 25 novembre 2003, sort Soundtrack To The Apocalypse, une compilation de 74 titres sur 4 CD.

Slayer est à l'origine d'une tournée mondiale qui regroupe plusieurs groupes chaque année sur les routes d'Amérique et d'Europe: The Unholy Alliance Tour

Le 8 août 2006 est sorti le dixième album studio de Slayer : Christ Illusion. On retrouve dans cet album les influences de Slayer à l'époque de Reign in Blood et de Seasons in the Abyss, mélangées à celles de God Hates Us All. L'accueil du public est très partagé : retour aux sources pour certains, redite des vieux albums pour d'autres.

Le nouvel album prévu pour octobre 2009, World Painted Blood, est annoncé par Dave Lombardo comme "se rapprochant de Seasons In The Abyss". Araya a dit que le groupe serait amené à discuter du futur de Slayer après la sortie.

Influence

Slayer est l’un des groupes que l’on appelle les Big four : les quatre groupes de Thrash metal considérés comme étant les plus influents avec Megadeth, Anthrax et Metallica. Tous ont connu le succès au début des années 1980. Ces quatre groupes ont eu une énorme influence sur les scènes thrash et death metal.

MTV a classé Slayer, sixième plus grand groupe de metal de tous les temps en justifiant : « Their downtuned rhythms, infectious guitar licks, graphically violent lyrics and grisly artwork set the standard for dozens of emerging thrash bands ». Et en disant que « la musique de Slayer est directement à l’origine du Death metal »[16]. Slayer a, de plus, été classé numéro 50 dans le classement des plus grands artistes de Hard rock[25]. Jeff Hanneman et Kerry King ont été classés dixièmes dans le top 100 des plus grands guitaristes de metal, fait par le magazine Guitar World en 2004[26] et ont été élus « meilleur duo de guitaristes » par les lecteurs du magazine Revolver. Dave Lombardo, quant à lui est « meilleur batteur » et le groupe est même dans le top 5 des plus grands groupes de tous les temps, est « meilleur groupe live » et a aussi un titre de « meilleur album de l’année » (pour Christ Illusion), et de « groupe de l'année »[27].

Reign in Blood, sorti en 1986 a eu une influence dès sa sortie sur les groupes de Thrash metal extrêmes. Il s’est vu décerner les titres de « album le plus « heavy » de tous les temps » par le magazine Kerrang![2], de « créateur de genre » par Stylus Magazine[28], et de « classique dès sa sortie » par Allmusic[29]. En 2006 il a eu le titre de meilleur album metal de ces 20 dernières années décerné par le magazine Metal Hammer[30]. Richard Christy, du groupe Death a été époustouflé par la performance de Lombardo sur l'album Reign in Blood[31], tout comme Paul Mazurkiewicz de Cannibal Corpse[32].

Le batteur Dave Lombardo a influencé de nombreux batteurs de groupes actuels comme Raymond Herrera de Fear Factory[33], Pete Sandoval de Morbid Angel[34], Adrian Erlandsson de Cradle of Filth[35] et Max Kolesne de Krisiun[36]. Patrick Grün, du groupe Caliban a quant à lui décidé de jouer de la batterie grâce à Lombardo[37] et Jason Bittner de Shadows Fall a utilisé la double grosse caisse lorsqu'il a débuté sa carrière toujours grâce à l'influence de Lombardo[38].

Style

Leurs premiers albums ont été salués pour leur « vitesse époustouflante et les prouesses instrumentales », combinant les tempos du punk hardcore et du speed metal. L’album Reign in Blood est le plus rapide , avec des rythmes de batterie atteignant les 250 BPM[39]. L’album Diabolus in Musica est le premier avec une guitare accordée en Drop D, God Hates Us All le premier en réglage drop B , faisant intervenir des guitares à sept cordes[40]. Allmusic a dit de l’album qu’il « abandonnait l’extravagance et l’accessibilité de leur travail de la fin des années 80/début 90 et retournait à une approche plus brute »[41], que certains fans qualifièrent de nu-metal[42].

Les solos de guitare de Jeff Hanneman et King ont été qualifiés de « sauvagement chaotiques », et « génialement tourmentés »[43]. Le batteur Dave Lombardo, quant à lui, utilise la double grosse caisse, au lieu de la double pédale. Sa rapidité et son agressivité lui ont valu le titre de « parrain de la double grosse caisse » décerné par Drummerworld[44].Il utilise, pour la double grosse caisse, la technique du "heel-up"[45]

Les querelles

En 2007, Araya et King ont eu maille à partir avec Dave Mustaine de Megadeth. Tout a commencé quand Mustaine a tenté de convaincre King de rester avec Megadeth plutôt qu’avec Slayer[46]. Mustaine a avancé à Araya qu’il avait aimé quand celui-ci lui avait « sucé la bite » en 1991 pendant la tournée Clash of the Titans[47]. Araya a démenti l’avoir traité d'homosexuel[47]. Depuis cette querelle, King fustigea Mustaine dans de nombreuses interviews, le traitant de « suceur de bites » (cocksucker en anglais)[14] en disant que « tout le monde le hait[48] » et qu’il est un « dictateur[49] ». Récemment, dans Guitar World, King a dit l’avoir « admiré jusqu’à ce jour », mais seulement en tant que guitariste, même s’il considère Mustaine comme un « hypocrite ». Cependant, les relations entre ces deux hommes semblent s'être améliorées puisqu'en 2009 leurs groupes respectifs se partagent plusieurs tournées et partiront bientôt ensemble ainsi qu'avec Metallica et Anthrax pour la toute première tournée des Big Four durant l'année 2010[50].

Les relations entre Machine Head et Slayer se sont également détériorées quand King les a traités de « vendus » après la sortie en 2001 de Supercharger. King a continué à critiquer le groupe, disant notamment qu’« ils sont responsables du Rap metal », qu’ « ils m’ont trompé quand je pensais qu’ils faisaient du metal » et qu’« ils n’ont plus d’intégrité[51] ». Robb Flynn de Machine Head a précisé que King ne les avait pas provoqués et que ces affirmations venaient de nulle part[51]. Flynn, qui par le passé était fan de Kerry King a réfuté en disant : « Oh, Monsieur, la vidéo de Sum 41 a plus d’intégrité !? Merde?! » après que King fut apparus dans le clip What We're All About de Sum 41[51] et a dit de King qu'il a mangé tellement de hamburgers que son cerveau a commencé à se boucher[52] ».

Controverses

Slayer a été accusé d’avoir de la sympathie pour les Nazis, du fait de la ressemblance du logo du groupe avec le signe SS appliqué sur les guitares des musiciens, à leur fan-club dénommé " slaytanic wehrmacht " et à cause des paroles de la chanson Angel of Death[53]. Les paroles de "Angel of Death" ont été inspirées par les actes de Josef Mengele[4], le médecin ayant conduit les expérimentations sur des êtres humains durant la Seconde Guerre Mondiale à Auschwitz, et qui fut surnommé "l'Ange de la Mort"[54]. Durant leur carrière, les membres du groupe ont été interrogés à de multiples reprises sur ces accusations, et ont déclaré qu’ils ne cautionnaient pas le nazisme[55]. Le guitariste Jeff Hanneman s'est notamment défendu de ces accusations en insistant sur le fait qu'il n'y a pas besoin qu'une chanson le dise explicitement pour savoir que les actes de Mengele sont atroces et condamnables[56].

La reprise de Minor Threat "Guilty of Being White” (coupable d’être blanc) a soulevé la question d’une hypothétique apologie de la suprématie blanche par le groupe. La controverse entoure la reprise dans laquelle le refrain "guilty of being white" a été changé en "guilty of being right", à la fin de la chanson. Cela a irrité le frontman de Minor Threat, Ian MacKaye, qui déclara : "C’est une offense envers moi"[57].

Araya déclare dans une interview de 2004 (quand on lui pose la question "Les personnes vous critiquant ont-elles réalisé que vous faisiez de la parodie?") : "Non les gens croient que nous sommes sérieux!...avant, il y avait le PMRC, qui prenait vraiment tout très à cœur, alors que vous essayez juste de vous créer une image. On essaye d’effrayer les gens exprès"[58]. Il a aussi réfuté les rumeurs selon lesquelles les membres du groupe seraient satanistes, et ajouté qu’il trouvait néanmoins ce sujet intéressant : "nous sommes tous sur cette planète pour apprendre et faire des expériences"[55].

La chanson "Jihad" figurant sur l’album Christ Illusion créa immédiatement une polémique au sein des familles des victimes des Attentats du 11 septembre 2001[59]. La chanson traite de ces attentats du point de vue des terroristes. Le groupe a bien précisé qu’il se plaçait de leur point de vue sans pour autant adhérer à leur cause[59]. Les autorités de la ville de Fullerton (Californie) ont jugé offensantes les publicités pour cet album. Ils ont aussi jugé la représentation de l'Antéchrist et de crânes inappropriée, de même que le simple nom de Slayer qui serait une incitation au meurtre. Le groupe a été contacté et la municipalité a exigé que les publicités soient retirées[60]. Finalement, toutes les publicités ont été retirées[61].

En Inde, l’album a été rappelé par EMI India après des protestations de la part de groupes religieux musulmans et catholiques quant à la nature de l’artwork de la pochette. La couverture est de Larry Carroll. Elle représente un Christ aux bras amputés, borgne, debout dans une mer de sang[62]. Le 11 octobre 2006, EMI a annoncé que tous les stocks avaient été détruits[62].

Apparitions

Pour inaugurer son nouveau bar de pirates, Bam Margera a fait venir Slayer chez lui pour Viva La Bam. Le groupe a ensuite donné un concert à tous les fans de West Chester.

Dans l'épisode Crève Hippie, Crève de la saison 9 de la série South Park, le titre du groupe, Raining Blood est utilisé par Eric Cartman afin de disperser un festival de musique hippie.

Formation

Date Batterie Chant et Basse Guitare Guitare
1982 Dave Lombardo Tom Araya Jeff Hanneman Kerry King
1983
1984
1985
1986 Tony Scaglione
1987 Dave Lombardo
1988
1989
1990
1991
1992 Paul Bostaph
1993
1994
1995
1996 Jon Dette
1997 Paul Bostaph
1998
1999
2000
2001 Dave Lombardo
2002
2003
2004
2005
2006
2007
2008
2009
2010
2011

Discographie

Albums Studios

Année Album Charts Label
Drapeau de la France Drapeau du Canada Drapeau de la Belgique Drapeau de la Suisse Drapeau des États-Unis
1983 Show No Mercy 10 - - - - Metal Blade
1985 Hell Awaits - - - - - Metal Blade
1986 Reign in Blood - - - - 94 Def Jam
1988 South of Heaven - - - - 57 Def Jam
1990 Seasons in the Abyss - - - - 40 American
1994 Divine Intervention - - - 15 8 American
1998 Diabolus in Musica 23 - - - 31 American
2001 God Hates Us All 25 9 - 44 28 American
2006 Christ Illusion 52 50 48 11 5 American
2009 World Painted Blood 50 - - - - American

Autres albums

Vidéos

Références

  1. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o, p et q (en) An exclusive oral history of Slayer, Decibelmagazine.com. Consulté le 28/10/2007
  2. a et b Classement Kerrang!, Kerrang!
  3. Thrash Metal, EOL Audio
  4. a et b Davis, Brian, « Knac.com interview with Jeff Hanneman », Knac.com. Consulté le 2006-12-13
  5. (en)Dave Lombardo sur le site Drummerworld.com
  6. Sharpe-Young, Garry, « Biographie de MusicMight », MusicMight.com. Consulté le 5 décembre 2006
  7. German, Eric, « Interview de Brian Slagel », Metalupdate.com. Consulté le 4 décembre 2006
  8. Live Chat with Tom Araya of Slayer, ESPguitars.com. Consulté le 29/10/2007
  9. a et b German, Eric, « Interview avec Brian Slagel » sur Metalupdate.com. Consulté le 4 décembre 2006
  10. Rivadavia, Ed, « Slayer:Haunting the Chapel », Allmusic. Consulté le 2006-12-01
  11. Lahtinen, Lexi, « Slayer - Jeff Hanneman », Metal-rules.com, 2006-12-18. Consulté le 2006-12-27
  12. Dark Angel, Voicesfromthedarkside.com. Consulté le 2007-03-04
  13. Megadeth History, Megadeth.com. Consulté le 2006-12-10
  14. a et b "Slayer's Kerry King Says Dave Mustaine is 'A Cocksucker'" - Feb. 12, 2005, Blabbermouth.net. Consulté le October 21
  15. Rejoint-nous.
  16. a et b Why They Rule - #6 Slayer, MTV. Consulté le 18 janvier 2006
  17. a, b, c et d Slayer's album chart history, Billboard.com. Consulté le 2006-12-01
  18. a, b et c Recording Industry Association of America Gold & Platinum Searchable Database, RIAA. Consulté le 2007-03-24
  19. Henderson, Alex, « South of Heaven », Allmusicguide.com. Consulté le 2006-12-13
  20. Neely, Kim, « Slayer - Album Reviews », Rolling Stone. Consulté le 2006-11-29
  21. Huey, Steve, « Season in the Abyss AMG album review », Allmusic. Consulté le 2006-12-13
  22. Patrizio, Andy, « Meet the new Slayer, same as the old Slayer », IGN, 2006-08-14. Consulté le 2006-12-01
  23. Waldemar Sorychta interview, antenna.nu. Consulté le 2006-01-10
  24. Bennett, J, « Legendary rapper and longtime metal advocate moves on with the Body Count », Decibelmagazine.com. Consulté le 2007-03-27
  25. The Greatest: 100 Greatest Artists of Hard Rock, VH1.com. Consulté le 19 mars 2007
  26. Guitar World's 100 Greatest Heavy Metal Guitarists Of All Time, Blabbermouth.net, 23 janvier 2004. Consulté le 18 janvier 2006
  27. The fans have spoken: Slayer comes out on top in readers' polls, Blabbermouth.net, 1er mars 2007. Consulté le 16 mars 2007
  28. Jarvis, Clay, « Slayer », Stylus Magazine, 1er septembre 2003. Consulté le 19 janvier 2006
  29. Huey, Steve, « Reign in Blood », Allmusic. Consulté le 1er décembre 2006
  30. Golden Gods Awards Winners, Metal Hammer, 13 juin 2006. Consulté le 10 janvier 2007
  31. Bowar, Chad, « A Conversation With Richard Christy », about.com. Consulté le 22 février 2007
  32. L. Wilson, David, « Interview With Paul Mazurkiewicz of Cannibal Corpse », Metal-Rules.com, 13 décembre 1998. Consulté le 22 février 2007
  33. Wolf, DC, « Fear Factory screams through the U.S. on Machines At War Tour », Tuftsdaily.com, 16 novembre 2006. Consulté le 22 février 2007
  34. Cortez, Rick, « MORBID ANGEL interview », Voicesfromthedarkside.de. Consulté le 22 février 2007
  35. Tobin, Dan, « INTERVIEW WITH ADRIAN ERLANDSSON », Earache.com. Consulté le 22 février 2007
  36. German, Eric, « Krisiun », Metalupdate.com. Consulté le 22 février 2007
  37. Day, Tom, « Caliban - Living The Dream », MusicOHM.com. Consulté le 22 février 2007
  38. Haid, Mark, « Proving Speed, Power, And Musicality Can Go Hand In Hand », Moderndrummer.com. Consulté le 23 février 2007
  39. Haug, Andrew, « Andrew Haug speaks with Dave Lombardo from Slayer », Abc.net.au, 13 octobre 2006. Consulté le 9 février 2007
  40. Slayer - BIOGRAPHY, hardcoresounds.net. Consulté le 19 janvier 2006
  41. Birchmeier, Jason, « Slayer - God Hates us all », Allmusic. Consulté le 18 janvier 2006
  42. Syrjälä, Marko, « PAUL BOSTAPH of Exodus, ex-Slayer », Metal-Rules.com, 5 février 2007. Consulté le 7 mars 2007
  43. Horatio, « Slayer - Reign in Blood », Kickedintheface.com. Consulté le 18 janvier 2006
  44. Drummerworld - Dave Lombardo, Drummerworld.com. Consulté le 30 janvier 2007
  45. Dave Lombardo Modern Drummer Festival 2000
  46. Dave Mustaine Slamming Slayer, Metallica, Kirk Hammett In 1984 Interview Surfaces!, Pitriff.com, 14 novembre 2004. Consulté le 18 janvier 2006
  47. a et b Kuipers, Dean, « Clash of the Titans », Rockmetal. Consulté le 18 janvier 2006
  48. Davis, Brian, « Exclusive! Interview With Slayer Guitarist Kerry King », KNAC.com, 10 novembre 2004. Consulté le 18 janvier 2006
  49. Slayer's Kerry King: Dave Mustaine is a dictator, Blabbermouth.net, 9 juillet 2004. Consulté le 10 janvier 2006
  50. Sonisphère Festival 2010
  51. a, b et c Machine Head's Flynn: 'I'm Disappointed In Slayer's Kerry King, Blabbermouth.net, 9 mars(Il ne faut pas oublier que Kerry King a joué les riffs de guitares sur le morceau No Sleep Till Brooklyn du groupe de rap Beastie Boys...) 2006. Consulté le 10 décembre 2006
  52. Kerry King's eaten so many cheeseburgers his brain's starting to clog up, Blabbermouth.net, 20 juin 2002. Consulté le 22 janvier 2006
  53. Hess, Mike, « Kerry King: Maniac. Guitar Legend. Botanist? », Nighttimes.com, 23 juillet 2003. Consulté le 10 décembre 2006
  54. moreorless : heroes & killers of the 20th century - Josef Mengele, Moreorless.com, 30 avril 2001. Consulté le 1er décembre 2006
  55. a et b Cummins, Johnson, « Slayers Tom Araya on Satanism, serial killers and his lovable kids », MontrealMirror.com. Consulté le 2 décembre 2006
  56. KNAC.COM - Features - Interview With Slayer's Jeff Hanneman
  57. Blush, Steven American Hardcore: A Tribal History by Steven Blush (New York: Feral House, 2001), "Guilty of Being White", in an interview with Ian MacKaye, 30–31.
  58. La Briola, John, « Westword interview with Tom Araya », Westword.com, 22 juillet 2004. Consulté le 7 décembre 2006
  59. a et b Slayer spark 9/11 Controversy, Contactmusic.com, 26 mai 2006. Consulté le 29 novembre 2006
  60. Exclusive: City Of Fullerton demands that Slayer bus benches be removed, Blabbermouth.net, 1er août 2006. Consulté le 17 janvier 2006
  61. Slayer 'Christ Illusion' bus benches removed from Fullerton, Blabbermouth.net, 8 août 2006. Consulté le 17 janvier 2006
  62. a et b India bans 'offensive' rock album, BBC News (2006-10-11). Consulté le 2006-10-11.

Liens externes

Sur les autres projets Wikimedia :


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Slayer de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Slayer — Slayer …   Википедия

  • Slayer — Slay er, n. One who slays; a killer; a murderer; a destroyer of life. [1913 Webster] …   The Collaborative International Dictionary of English

  • Slayer — es un grupo estadounidense de Thrash metal formado en California en 1982. Junto con Megadeth, Anthrax y Metallica se les considera como los cuatro grupos que cambiaron el genero del metal en los ochenta. Se le ha criticado fuertemente por poseer… …   Enciclopedia Universal

  • Slayer — For other uses, see Slayer (disambiguation). Slayer Slayer performing at Fields of Rock in 2007. Background information Origin …   Wikipedia

  • Slayer — Slayer …   Wikipedia Español

  • slayer — slay ► VERB (past slew; past part. slain) 1) archaic or literary kill in a violent way. 2) N. Amer. murder. DERIVATIVES slayer noun. ORIGIN Old English …   English terms dictionary

  • slayer — noun see slay …   New Collegiate Dictionary

  • Slayer — …   Deutsch Wikipedia

  • slayer — See slay. * * * …   Universalium

  • slayer — noun /ˈsleɪə/ One who slays; a killer; a murderer; a destroyer of life …   Wiktionary


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.