Réduit national


Réduit national
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Réduit national (homonymie).
Carte du Réduit national

Le « Réduit national », « Réduit » ou plus familièrement « le gruyère »[1], est un terme utilisé en Suisse pour désigner le système de fortifications dans les Alpes, du Jura jusqu'au lac de Constance. Il fut planifié dès les années 1930 avec son apogée durant la Seconde Guerre mondiale et tomba peu à peu en désuétude devant les changements géopolitiques en Europe (guerre froide), la modernisation de l'armement et les réformes de l'armée suisse.

Sommaire

Histoire

Bunker au massif du Saint-Gothard pour un canon de 105 mm

Ce système de défense suisse a été théorisé par Max Alphons Pfyffer von Altishofen au XIXe siècle[1].

En 1933, le gouvernement suisse prend des dispositions pour mettre en place des fortifications dans les montagnes suisses. Les travaux se poursuivent durant toute la décennie.

Le général Henri Guisan se rend compte bien vite au début de la Seconde Guerre mondiale que la Suisse ne peut pas résister à une invasion allemande sur le plateau, essentiellement formé de rase campagne. L'armée se voit donc attribuer la tâche de construire dans les Alpes un noyau bien fortifié : le réduit national.

Celui-ci englobe les forteresses de Saint-Maurice, du massif du Saint-Gothard et de Sargans. Ce nouveau principe de la politique militaire est approuvée dès juillet 1940 par le Conseil fédéral de la Suisse.

Le 25 juillet, Henri Guisan convoque les officiers lors du rapport du Grütli pour y exposer sa nouvelle stratégie, tout en voulant redonner confiance à l'armée et à la population.

Le but de son nouveau plan est de protéger les objectifs stratégiques les plus importants pour l'Allemagne : les axes de communication à travers les Alpes. En cas d'attaque, l'ennemi doit s'attendre à une longue et épuisante guerre de montagne pour finalement trouver les principaux itinéraires rendus impraticables : les tunnels et les ponts sont minés dans ce but.

Mais le plan a aussi le désavantage de laisser le plateau et sa population quasiment sans défenses, d'autant plus que toute l'industrie y est concentrée. De 1940 jusqu'à la fin de la guerre, l'armée construit 21 000 ouvrages fortifiés.[réf. nécessaire]

Démantèlement

Gallerie souterraine
Baraquement souterrain

Une bonne partie de ce dispositif, obsolète, coûteux et ne répondant plus aux exigences militaires, fut progressivement démantelée après guerre. Certaines constructions peuvent maintenant être visitées comme le fort de Pré-Giroud à Vallorbe.

D'autres forts importants ont toutefois été modernisés et sont toujours actifs comme le fort de Dailly sur la rive droite du Rhône près de Saint-Maurice (le fort de Savatan étant maintenant occupé par l'Académie de Police et les galeries de la rive gauche ont été abandonnées au début des années 1990). D'autres bunkers, en particulier ceux destinés à l'aviation et à l'artillerie, sont encore utilisés par l'armée suisse.

Controverse récente

Depuis les années 1990 et la redécouverte de l'histoire de la Suisse pendant la Seconde Guerre mondiale, les historiens helvétiques ont avancé de nouvelles théories quant aux objectifs motivant la mise en place du réduit national.

En effet, la raison avancée à l'époque et jusqu'à récemment, est qu'elle ne répondait qu'à des fins militaires ; l'armée suisse, inférieure en nombre et en technologie face à celle du Troisième Reich, reprenait ainsi un avantage certain.

Mais sont maintenant évoquées d'autres raisons[2] :

  • le fait de ne plus laisser qu'une force militaire symbolique à la frontière allemande aurait été un acte d'allégeance au Troisième Reich
  • la démobilisation massive qui accompagna sa mise en application (évaluée à 2/3 de ses effectifs) aurait en fait permis d'augmenter d'autant la main d'œuvre dans les usines suisses, qui pour beaucoup revendaient leurs produits aux Allemands. Ainsi, le réduit suisse aurait permis d'accroître de manière significative les échanges commerciaux avec le Troisième Reich, et participer ainsi indirectement à l'effort de guerre allemand.

Notes et références

  1. a et b François Sérié, « Dans le «gruyère» de la défense suisse », Le Figaro. Mis en ligne le 18 novembre 2010, consulté le 19 novembre 2010
  2. l'honneur perdu... sur archives de la TSR. Mis en ligne le 6 mars 1997

Liens externes



Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Réduit national de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Reduit national — Réduit national Pour les articles homonymes, voir Réduit national (homonymie). Bunker au massif du Saint Gothard pour un canon de 105 mm Le « Réduit na …   Wikipédia en Français

  • Réduit national —   [re dɥiː nasjɔ nal, französisch] das, / s. ..naux, nach dem stark befestigten Kernwerk innerhalb einer größeren Befestigungsanlage (Réduit) benanntes größeres Befestigungssystem, v. a. das im Zweiten Weltkrieg von der Schweiz im Alpenraum… …   Universal-Lexikon

  • Reduit National — Das Schweizer Reduit (Réduit National) ist ein System aus militärischen Verteidigungsanlagen in den Schweizer Alpen. Während des Zweiten Weltkriegs wurde es zum Inbegriff des Widerstands der Schweiz gegen das Dritte Reich – zum einen ihres… …   Deutsch Wikipedia

  • Réduit national — The Réduit national (French) or De versterkte stelling Antwerpen (Dutch) was a term given for the collection of strongholds and fortifications encircling the city of Antwerp (Belgium) built in the second half of the 19th century.In planning the… …   Wikipedia

  • Reduit national (homonymie) — Réduit national (homonymie) Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom.  Suisse Le Réduit national en Suisse, est un système de fortifications dans les Alpes et le …   Wikipédia en Français

  • Réduit national (homonymie) — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom.  Suisse Le Réduit national en Suisse, est un système de fortifications dans les Alpes et le Jura, planifié dè …   Wikipédia en Français

  • Reduit — des Forts Oberer Kuhberg der Bundesfestung Ulm Rheinseitige Ansicht der …   Deutsch Wikipedia

  • National Redoubt (Switzerland) — Plan of the Defence lines of the Swiss National Redoubt The Swiss National Redoubt (Schweizer Alpenfestung or Réduit suisse) was a defensive plan developed by the Swiss government beginning in the 1880s to respond to foreign invasion. In the… …   Wikipedia

  • Reduit — A reduit in the German fortress of Mainz. For the town, see Réduit (Mauritius). A reduit is a fortified structure such as a citadel or a keep into which the defending troops can retreat when the outer defences are breached.[1] The term i …   Wikipedia

  • National Reduit (Belgium) — For the fortifications near Lake Constance, see National Redoubt (Switzerland). For the fortifications around Amsterdam, see Stelling van Amsterdam. The Antwerp forts Fortress Antwerp was a defensive belt of fortifications built in two rings to… …   Wikipedia


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.