Ogmios


Ogmios

Ogmios est un dieu de la mythologie celtique gauloise que l'on retrouve dans la mythologie celtique irlandaise sous le nom d'Ogme. C'est un champion à la grande force physique représentant typique de la fonction guerrière indo-européenne. Ogma est le Dieu de l'éloquence. Il terrasse ses ennemis par la parole[1].

Sommaire

Etymologie

Ogme est connu sous de nombreuses variantes orthographiques : Ogm, Ogma, Ogmios, Ogmius. Un h est parfois accolé au g montrant qu’il est quasiment inaudible en irlandais.

Philippe Jouët propose de relier Ogme à l'indo-européen Hek- « aigu, pierre, voûte... » et au grec akmon.

Pour Xavier Delamarre, la racine de son nom signifierait « chemin, sentier, conducteur », il indique la juste direction aux vivants et est aussi psychopompe[2], c'est-à-dire qu'il accompagne les morts dans l’Autre Monde.

Ogmios dans la mythologie celtique gauloise

Description

Jules César qui écrit Ogmios l'assimile à Mars. Mais Lucien de Samosate (IIe siècle) le rapproche d’Hercule. Il le décrit comme un vieillard à la peau noircie, à demi-chauve avec de longs cheveux blancs qui lui retombent dans le dos. Il a une peau de lion, une massue, un arc et un carquois. Enfin il retient, par des chaînes d'or fixées aux oreilles, une multitude d’hommes qui le suivent volontiers.

Interprétation

Cette description, selon Georges Dumézil, le rend comparable à Varuna, dieu lieur par excellence de l'inde védique, et interdit la réduction de son personnage à la seule fonction guerrière. La partie la plus archaïque de son personnage se traduit par son aspect nocturne.

Ogme dans la mythologie celtique irlandaise

Ogme par Lee Lawrie, Bibliothèque du Congrès, Washington.

Ogme, dieu guerrier

Dans la hiérarchie du panthéon irlandais, Ogme se place en troisième position derrière Lug, le dieu polytechnicien suprême, et le Dagda, le dieu-druide, dont il est le frère et le complément. Il est au même rang que Nuada et fait donc partie des Tuatha Dé Danann (les Gens de la déesse Dana) et relève de la deuxième classe guerrière dont la fonction est de diriger les héros et les guerriers.

Dans ce rôle martial, il est vêtu d’une peau de lion et il est armé d’un arc et d’un carquois ainsi que d’une massue.

Ogme, dieu lieur et magicien

En tant que dieu de la magie, il a le pouvoir de paralyser ses ennemis.

Ce frère du Dagda assume le rôle du Ciel nocturne. Il est le « père » de l'écriture ogamique, tout comme Odin qui a enfanté les runes[3]. Inventeur mythique de l’écriture, on lui attribue la création des Ogam qui constituent l’alphabet des druides.

Par conséquent, l'éloquence et la poésie entrent également dans ses attributions. On le représente alors comme un vieillard dont la bouche, d’où jaillissent l’or et l’ambre précieux, fascine la foule. On le montre aussi muni d’une langue reliée aux oreilles des hommes par une chaîne qui symbolise son rôle de rassembleur et de civilisateur[réf. nécessaire].

Avatars d'Ogme

On peut le rencontrer sous l’un de ses trois avatars :

  • Elcmar « envieux, jaloux », contraire du Dagda le dieu-bon ;
  • Labraid « le parleur », symbole de l’éloquence, il est bègue ;
  • Celtchar « le rusé ».

Equivalences

Georges Dumézil reconnaît dans Ogmios l'équivalent celtique des dieux-lieurs que sont le dieu scandinave Odin ou le dieu indien Varuna.

Notes et références

  1. http://mythologica.fr/celte/ogma.htm
  2. Voir, Xavier Delamarre, Dictionnaire de la langue gauloise, éd. Errance, Paris, 2003, p. 238 (ISBN 2-87772-237-6).
  3. Philippe Jouët, L’Aurore celtique dans la mythologie, l'épopée et les traditions, Yoran embanner, Fouesnant, 2007, p.32-33(ISBN 978-2-914855-33-8)

Bibliographie

  • Paul-Marie Duval, Les Dieux de la Gaule, Paris, éditions Payot, février 1993, 169 p. (ISBN 2-228-88621-1).
    Réédition augmentée d'un ouvrage paru initialement en 1957 aux PUF. Paul-Marie Duval distingue la mythologie gauloise celtique du syncrétisme dû à la civilisation gallo-romaine.
     
  • Albert Grenier, Les Gaulois, Paris, Petite bibliothèque Payot, août 1994, 365 p. (ISBN 2-228-88838-9).
    Réédition augmentée d'un ouvrage paru initialement en 1970. Albert Grenier précise l’origine indo-européenne, décrit leur organisation sociale, leur culture et leur religion en faisant le lien avec les Celtes insulaires.
     
  • Christian-J. Guyonvarc'h, Magie, médecine et divination chez les Celtes, Bibliothèque scientifique Payot, Paris, 1997, (ISBN 2-228-89112-6).
  • Christian-J. Guyonvarc'h et Françoise Le Roux :
    • Les Druides, Ouest-France Université, coll. « De mémoire d’homme : l’histoire », Rennes, 1986 (ISBN 2-85882-920-9) ;
    • La Civilisation celtique, Ouest-France Université, coll. « De mémoire d’homme : l’histoire », Rennes, 1990 (ISBN 2-7373-0297-8) ;
    • Les Fêtes celtiques, Rennes, Ouest-France Université, coll. « De mémoire d’homme : l’histoire », avril 1995, 216 p. (ISBN 2-7373-1198-7).
      Ouvrage consacré aux quatre grandes fêtes religieuses : Samain, Imbolc, Beltaine, Lugnasad.
       
  • Philippe Jouët, Aux sources de la mythologie celtique, Yoran embanner, Fouesnant, 2007 (ISBN 978-2-914855-37-0).
  • Venceslas Kruta, Les Celtes, Histoire et Dictionnaire, éditions Robert Laffont, coll. « Bouquins » , Paris, 2000 (ISBN 2-7028-6261-6).
  • Claude Sterckx, Mythologie du monde celte, Paris, Marabout, octobre 2009, 470 p. (ISBN 978-2-501-05410-2) .
  • Consulter aussi la Bibliographie sur la mythologie celtique et la Bibliographie sur la civilisation celtique.



Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Ogmios de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • OGMIOS — OGMIOS, irl. OGME La divinité gauloise Ogmios est décrite, par une rare exception et avec une précision remarquable, par un auteur grec du IIe siècle, Lucien de Samosate: «Dans leur langue maternelle, les Celtes appellent Héraklès Ogmios et ils… …   Encyclopédie Universelle

  • Ogmios — (῍Ογμιος) war ein Gott der Gallier, den Lukian von Samosata als kahlköpfigen, mit Bogen und Keule bewaffneten alten Mann beschreibt. Er führte eine Gruppe von Männern an, die durch Ketten, die von ihren Ohren zu seiner Zunge reichten, mit ihm… …   Deutsch Wikipedia

  • Ogmios — era el dios galo de la elocuencia y de la escritura, de su nombre deriva oghámico, ya que se supone que fue él quien inventó el alfabeto oghámico a base de muescas y rayas grabadas sobre piedra o madera. Representado como un anciano calvo y… …   Wikipedia Español

  • Ogmios — For the linguistics journal published by the Foundation for Endangered Languages, see Ogmios (journal). For the Lithuanian group of companies in real estate business, see Ogmios group. Ogmios (also known as Ogmius) was the Celtic deity of… …   Wikipedia

  • Ogmios — /og mee ohs /, n. the ancient Gallic god of eloquence, identified by the Romans with Mercury. * * * ▪ Celtic deity       Celtic god of Gaul identified with the Roman Hercules. He was portrayed as an old man with swarthy skin and armed with a bow… …   Universalium

  • Ogmios —    From Celtic mythology, the god of the strength of poetry, charm and incantation. The Celts believed that eloquence was of greater power than physical strength, and that eloquence reached its zenith in old age. For this reason, Ogmios was often …   The writer's dictionary of science fiction, fantasy, horror and mythology

  • Ogmios — /og mee ohs /, n. the ancient Gallic god of eloquence, identified by the Romans with Mercury …   Useful english dictionary

  • Ogmios group — Type Several companies of different types Industry Real estate Founded Vilnius, Lithuania (1994) Headquarters Verkių g. 29, Vilnius, Lithuania Website …   Wikipedia

  • Oghma — Ogmios Dans la mythologie celtique, le dieu Ogma est connu sous de nombreuses variantes orthographiques : Ogm, Ogme, Ogmios, Ogmius. Un h est parfois accolé au g montrant qu’il est quasiment inaudible en irlandais. Jules César qui écrit… …   Wikipédia en Français

  • Oghmius — Ogmios Dans la mythologie celtique, le dieu Ogma est connu sous de nombreuses variantes orthographiques : Ogm, Ogme, Ogmios, Ogmius. Un h est parfois accolé au g montrant qu’il est quasiment inaudible en irlandais. Jules César qui écrit… …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.