Musee des Beaux-Arts de Nantes


Musee des Beaux-Arts de Nantes

Musée des Beaux-Arts de Nantes

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Musée des beaux-arts.
Musée des Beaux-Arts de Nantes
Nantes-muséeBeauxArts.jpg
Façade du musée des Beaux-Arts de Nantes.
Informations géographiques
Coordonnées 47° 13′ 10″ Nord
       1° 32′ 50″ Ouest
/ 47.219415, -1.547152
Pays France France
Localité Nantes
Informations générales
Date d'ouverture 1804
Collections Peinture : Art Ancien, Art Moderne, Art Contemporain
Informations visiteurs
Visiteurs / an 112 000 visiteurs en 2008
Adresse 10, rue Georges-Clemenceau
Site officiel http://www.nantes.fr/

Le musée des Beaux-Arts de Nantes est créé, comme quatorze autres musées de province, par arrêté consulaire du 14 fructidor de l'an IX (1801). Aujourd'hui, le musée des beaux-arts de Nantes fait partie des cinq grands musées en région, aux côtés de Lyon, Bordeaux, Toulouse et Lille. Il est inscrit monument historique le 29 octobre 1975[1].

Sommaire

Présentation

Fondé sous le Consulat, le musée des Beaux-Arts de Nantes reçoit des œuvres achetées par l'état et des dépôts du Musée central (aujourd'hui musée du Louvre). Il prend, dès le début du XIXe siècle, une place importante dans les collections publiques française grâce à l'achat par la Ville de Nantes de la collection des frères Pierre et François Cacault. Ce fonds, comportant des œuvres majeures, est par la suite complété par plusieurs autres donations directes ou testamentaires, et par une politique d'achats soutenue par les Amis du Musée. S'ajoute aujourd'hui à ce riche ensemble des dépôts d'œuvres du Fonds régional d'art contemporain des Pays de Loire et du Centre Pompidou[2].

Le musée offre ainsi un panorama d'ensemble des principaux mouvements artistiques français et européens, ce qui place ses collections parmi les plus importantes collections publiques de province aux côtés de celles des musées des Beaux-Arts de Valenciennes, de Grenoble, de Lyon ou de Montpellier[2].

Origines

Il bénéficie en 1804 et en 1809 de l'envoi par l'État de 43 tableaux prélevés dans les réserves du Musée central. Ces œuvres proviennent de l'ancienne collection royale, d'églises et de couvents de Paris ou encore des conquêtes révolutionnaires et napoléoniennes. Mais c'est l'achat de la collection des frères Cacault par la Ville en 1810 qui donne au musée de Nantes toute sa richesse et son ampleur[2].

Il faut attendre 1830 pour que les collections soient présentées au public à l'étage de la halle aux toiles (situé rue du Calvaire à l'emplacement de l'ancien Marché de Feltre). Cet espace se révèle rapidement trop exigu. En 1891, la Ville décide de construire un édifice spécialement conçu pour les conserver et les présenter au public dans de bonnes conditions. Une parcelle quadrangulaire à proximité du lycée et du jardin des plantes, est retenue pour accueillir le futur Palais des Beaux-Arts. Le projet est mis au concours public sous le nom de « musée de peinture et de sculpture »[2].

Architecture

Le lauréat, l'architecte d'origine nantaise Clément-Marie Josso, conçoit les plans du « Palais des Beaux-Arts » selon les principes des récents musées de Lille ou d'Amiens. Le plan est organisé autour d'une cour centrale couverte d'une verrière (le patio). Un double circuit de galeries et de salles l'entoure sur deux niveaux, derrière un monumental escalier à double volée et un vestibule voûté. Les salles du rez-de-chaussée s'éclairent par de larges baies, celles de l'étage bénéficient d'un moderne éclairage zénithal rendu possible par la charpente métallique de l'ensemble[2].

L'éclectisme de l'architecture répond au triomphe des architectes qui, à l'Expositions universelles de Paris de 1900 (année de l'inauguration du musée), prennent leur revanche sur les ingénieurs de celle de 1889. Les niches entre les colonnes ioniques jumelées accueillent les allégories des arts, l'architecture en position centrale au-dessus de la porte d'entrée[2].

Monument de la fin du XIXe siècle, le musée a pu s'adapter à la présentation chronologique des collections sans cesse enrichies. Parallèlement, une politique ambitieuse d'expositions temporaires permet la diffusion du patrimoine et de la création contemporaine[2].

En 2011, le musée doit fermer ses portes pour environ 18 mois, afin d'effectuer d'importants travaux d'agrandissement qui doivent porter sa surface à 17 000 m² (contre 11 400 m² actuellement) et permettant d'englober la chapelle de l'Oratoire (servant de lieu d'expositions temporaires pour le musée) située à proximité, en construisant de nouveau bâtiment en lieux et place de construction à caractère commercial (notamment le « Garage Louis-XVI »). Ses travaux permettront notamment : l'agrandissement de 2 500 m² de surface d'exposition supplémentaire (principalement dédiée à l'art contemporain), l'aménagement d'un auditorium de 180 places sous le patio, l'amélioration de l'accès des personnes à mobilité réduite à l'ensemble du bâtiment et l'accueil des personnels dans des locaux mieux adaptés[3].

Les collections

Art ancien

XIIIe - XVIIIe siècles

Le Songe de saint Joseph, Georges de La Tour (avant 1652)

Une des originalités de la collection d'art ancien est la relative importance du fonds de primitifs italiens, provenant essentiellement de la collection du diplomate François Cacault (constituée de 1785 à 1803), à une époque où ces œuvres étaient ordinairement peu prisées des amateurs. Outre un rare panneau du XIIIe siècle, le musée peut ainsi présenter des œuvres des écoles florentine et siennoise du XVe siècle et un bel ensemble d'œuvres de la Renaissance italienne (Saint Sébastien et un saint franciscain, Le Pérugin, avant 1523). Le XVIIe siècle est la période où s'exprime le mieux la richesse de la collection du musée. L'école italienne demeure la plus importante, avec un exceptionnel ensemble d'œuvres d'inspiration caravagesque, illustrant le goût des frères Cacault pour cette peinture d'un puissant réalisme. On trouve également, grâce aux envois de l'État, des chefs-d'œuvre d'inspiration plus classique, comme de multiples petits tableaux de dévotion et des esquisses. Les nombreuses natures mortes et les paysages de la collection Cacault offrent un panorama presque complet des principales tendances de l'art italien de cette période[2].

Le Grand Siècle français est également richement représenté. Dans le domaine de la peinture religieuse, presque tous les grands courants de la première partie du siècle sont illustrés. mais le joyau en demeure les trois chefs-d'œuvre de Georges de La Tour (Le Veilleur, Le Songe de saint Joseph, Le Reniement de saint Pierre), entrés au musée avec la collection Cacault sous des attributions alors erronées, et qui furent parmi les premières œuvres permettant d'établir le corpus du peintre lors de sa redécouverte au début du XXe siècle[2].

Les écoles flamandes et hollandaises sont bien illustrées : de grands tableaux d'autel de Rubens ou de Boyermans, mais aussi de nombreux témoignages de la virtuosité des écoles nordiques pour le paysage, la nature morte, les scènes de genre ou le portrait[2].

Les collections du XVIIIe siècle, moins développées, conservent néanmoins des œuvres rares. On peut admirer un bel ensemble de portraits de Tournières, des natures mortes de Desportes et Oudry, une des toutes premières œuvres de Watteau, Arlequin empereur dans la Lune, le célèbre Camargo de Lancret, quatre œuvres de Greuze dont Le Guitariste, et le célèbre buste de Lemoyne par Pajou. Des paysages de Pannini, de Volaire et Vernet rappellent le goût des collectionneurs du siècle des Lumières pour l'Italie[2].

XIXe siècle

Charlotte Corday, Paul Baudry (1860)

En raison de la présence d'une riche collection ancienne présentée enfin au public à partir de 1830, la municipalité décide en 1838 de n'acquérir que de l'art contemporain. Les choix se portent sur les artistes connus qui exposent à Nantes après le salon parisien. Ainsi sont achetées les œuvres de Delacroix, Rousseau, Corot et Gérôme. Le Portrait de Madame de Senonnes (1814) peint par Ingres est découvert par pur hasard chez un brocanteur d'Angers en 1853. En 1852, la Ville obtient le legs Clarke de Feltre et bénéficie en 1854 de la donation de l'armateur nantais Urvoy de Saint-Bedan[2].

La peinture française des années 1830-1850 entre au musée avec deux ensembles cohérents d'artistes représentatifs du goût de l'époque romantique, avec notamment les artistes Brascassat et Delaroche. En 1861, à l'issue de la grande Exposition nationale des produits de l'industrie, le musée s'enrichit d'un seul coup de plus de vingt œuvres. Parmi celles-ci, Charlotte Corday de Paul Baudry, Le Prisonnier, œuvre orientaliste de Gérôme, L'Escamoteur de Hamon et surtout Les Cribleuses de blé de Courbet, qui suscite une polémique dans la presse[2].

En 1866 a lieu à Nantes une grande exposition à laquelle participent Pissaro, Renoir, Sysley, Gauguin, Seurat et Signac, mais aucun tableau ne leur est acheté. On leur préfère des artistes moins audacieux comme Boggs, Luminais, Merson, Moreau de Tours, Salmson, Raffaëlli ou Debat-Ponsan. Cet exemple est significatif de la politique d'enrichissement menée jusqu'à la fin du XIXe siècle, reflet fidèle des engouements d'un large public pour une peinture académique[2].

Le musée bénéficie également de nombreux dépôts de l'État choisis parmi les acquisitions faites à l'issue des Salons officiels de Paris. Enfin, par don ou par legs, des ensembles significatifs d'œuvres d'artistes originaires de la région nantaise, comme les paysagistes Leroux ou Maufra, les peintres d'histoire et portraitistes Delaunay (Le Nu jaune, 1908), Merson ou Baudry renforcent les collections, en particulier par des fonds de dessins[2].

Depuis quelques années, la collection s'est enrichie d'œuvres importantes : un portrait préraphaélite de Burne-Jones, une subtile Copie de Madame de Senonnes par le peintre né à Nantes James Tissot, ainsi que des dessins de Maufra, Tissot et Redon[2].

Art moderne

XXe siècle

Les principaux mouvements de l'art moderne sont représentés dans les collections. Les différents administrateurs du musée, dès le milieu du XIXe siècle, portent en effet attention aux artistes vivants. Ainsi, Soir de septembre (1911) de Maurice Denis, est acquis en 1913, ou Kizette en rose (1927) de Tamara de Lempicka, en 1928[2].

La Société des amis du musée fait aussitôt l'acquisition du Port du Havre (1906) de Raoul Dufy et du Phare d'Antibes (1909) de Paul Signac. Claude Monet offre en 1922 une version des Nymphéas (1917). Le legs, en 1930, par Georges Clemenceau d'un tableau du maître de Giverny, Gondoles à Venise (1908), et l'achat, en 1987, du Nu jaune de Sonia Delaunay enrichissent l'illustration des grands courants artistiques du début du XXe siècle, de l'impressionnisme à l'expressionnisme[2].

De même, Le Café du commerce (1913) de Jean Émile Laboureur et Le Paysage à la fenêtre ouverte (1915) de Jean Metzinger, marquent l'adhésion de deux peintres nés à Nantes, à l'esthétique cubiste qui mena Alberto Magnelli au seuil de l'abstraction avec Deux Femmes debout (1917)[2].

Un autre nantais, Jean Gorin, fait la même expérience avant de rejoindre le néo-plasticisme et le groupe Cercle et Carré, où il rencontre Joaquin Torrès-Garcia. Les tableaux de Pierre Roy réunis autour d'Adrienne pêcheuse (1919) et un ensemble important de photographies de Claude Cahun remettent en mémoire la participation de Nantes à l'aventure surréaliste. La Forêt (1925) de Max Ernst rappelle que les premiers « frottages » de cet artiste furent réalisés à Pornic, où André Breton fit en 1916 la rencontre de Jacques Vaché[2].

Onze œuvres de Kandinsky témoignent des expérimentations et des recherches de cet artiste en Allemagne, de 1922 à 1933. Dix d'entre elles proviennent du musée national d'Art moderne du Centre Georges Pompidou qui, en 1987, dépose un ensemble cohérent autour de Herunter (1929), première œuvre de ce pionnier de l'abstraction. Il s'agit du don d'un amateur particulier, Gildas Fardel, effectué pour encourager l'ouverture du musée dès 1947 à l'art non figuratif, notamment par l'acquisition en 1947 de Salve Regina (1945) de Manessier et en 1958 de Nocturne (1957) de Bissière[2].

Gildas Fardel offre aussi une collection d'œuvres caractéristiques de l'art abstrait en France dans les années 1950-60 (Hartung, Poliakoff, Soulages). Cette collection est complétée par des achats municipaux (Martin Barré, Camille Bryen, Sonia Delaunay) ou des dépôts du musée National d'Art Moderne (Maria Elena Vieira da Silva, Joan Mitchell)[2].

En marge de ce courant, le musée conserve de singulières productions de Gaston Chaissac et de Jean Dubuffet. Picasso est présent avec deux œuvres de sa dernière période, confiée à Nantes par le musée national Picasso : Le Couple (1967) et L'Homme à la Canne (1971)[2].

Art contemporain

XXIe siècle

La collection contemporaine du musée s'est enrichie depuis 2003 de nombreux dépôts d'œuvres du Fonds National d'Art Contemporain et aux nouvelles acquisitions. Le mouvement des Nouveaux Réalistes, né dans les années 1960, est bien représenté par les œuvres de Dufrêne, Villeglé, Raysse, Wolman, Tinguely et Raymond Hains. La collection regroupe des artistes d'origine italienne liés au mouvement de l'Arte Povera, tels que Manzoni, Fabro, Penone, Boetti et Pascali[2].

Les artistes qui ont marqué l'actualité internationale des années 1970-80 sont présents à travers les œuvres de Vito Acconci, Bernd et Hilla Becher et bien d'autres. Enfin, de nombreuses figures importantes apparues dans les années 1980 et 1990 introduisent la collection du musée aux débats qui animent l'art le plus actuel[2].

Voir aussi

  • Jean le Moal : vitraux de la cathédrale de Nantes (Loire-Atlantique), vingt-neuf vitraux pour le chœur et le déambulatoire, trois vitraux pour une chapelle du déambulatoire, verre et plomb (500 m²), ateliers Le Chevallier.
  • A voir également au musée les peintures de Jean le Moal, en compagnie des autres Maîtres de la non-figuration française de l'après-guerre : Poliakoff, Manessier, Vieira dea Silva, Schneider, Hartung, Bissière, Bryen, Soulages.

Articles connexes

Lien externe

Notes et références

  1. Musée des beaux-arts de Nantes, sur la base Mérimée, ministère de la Culture. Consulté le 31 août 2009
  2. a , b , c , d , e , f , g , h , i , j , k , l , m , n , o , p , q , r , s , t , u , v , w , x  et y Musée des Beaux-Arts de Nantes : Guide de visite (2007)
  3. Article Ouest-France du 6 mai 2009
  • Portail de l’histoire de l’art Portail de l’histoire de l’art
  • Portail de Nantes Portail de Nantes
Ce document provient de « Mus%C3%A9e des Beaux-Arts de Nantes ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Musee des Beaux-Arts de Nantes de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Musée Des Beaux-Arts De Nantes — Pour les articles homonymes, voir Musée des beaux arts. Musée des Beaux Arts de Nantes …   Wikipédia en Français

  • Musée des Beaux-Arts de Nantes — Pour les articles homonymes, voir Musée des beaux arts. Musée des Beaux Arts de Nantes …   Wikipédia en Français

  • Musée des beaux-arts de nantes — Pour les articles homonymes, voir Musée des beaux arts. Musée des Beaux Arts de Nantes …   Wikipédia en Français

  • Musée des beaux-arts de Nantes — Pour les articles homonymes, voir Musée des beaux arts. Musée des beaux arts de Nantes Façade du musée des beaux arts de Nantes …   Wikipédia en Français

  • Musée des Beaux-Arts de Nantes — Coordinates: 47°13′10″N 1°32′50″E / 47.219415°N 1.547152°E / 47.219415; 1.547152 …   Wikipedia

  • Société des amis du musée des beaux-arts de Nantes — Créée en 1919 par Gaëtan Rondeau, la Société des amis du musée des beaux arts de Nantes a pour vocation l enrichissement des collections du musée des beaux arts de Nantes par l acquisition d œuvres contemporaines, ainsi que la promotion d… …   Wikipédia en Français

  • Musée des Beaux-Arts — bezeichnet mehrere Kunstmuseen in frankophonen Ländern, darunter in Belgien: Musées royaux des Beaux Arts de Belgique in Brüssel, siehe Königliche Museen der Schönen Künste Musée des Beaux Arts (Mons) Musée des Beaux Arts (Tournai) in Frankreich …   Deutsch Wikipedia

  • Musée des beaux-arts d'Orléans — L entrée du musée des beaux arts Informations géographiques Pays …   Wikipédia en Français

  • Musée des beaux-arts de Tours — Musée des beaux arts Le Musée des beaux arts de Tours, dans l ancien évêché Informations géographiques Pays …   Wikipédia en Français

  • Musée des beaux-arts de Carcassonne — Vue du musée de Carcassonne. Informations géographiques Pays …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.