Musee des Beaux-Arts de Lyon


Musee des Beaux-Arts de Lyon

Musée des Beaux-Arts de Lyon

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Musée des beaux-arts.
Musée des Beaux-Arts de Lyon
Palais Saint Pierre
Informations géographiques
Coordonnées 45° 46′ 01″ Nord
       4° 50′ 01″ Est
/ 45.766846, 4.83363
Pays France France
Localité Lyon
Informations générales
Date d'ouverture 1801
Collections Antiquités égyptiennes
Peintures du XVe siècle au XXe siècle
Informations visiteurs
Visiteurs / an
Adresse 20, place des Terreaux
69001 Lyon
Site officiel Site officiel

Le musée des Beaux-Arts de Lyon est un musée municipal situé près de la place des Terreaux dans un ancien couvent de Bénédictines. De 1988 à 1998 le musée subit d'importants travaux de rénovation mais reste néanmoins ouvert au public. Ses collections, qui embrassent une période comprise entre l’Égypte antique et l’art moderne, en font l’un des plus importants musées européens. Des expositions temporaires y sont proposées toute l’année. Une exposition rassemblant les œuvres de Braque et de Laurens durant la deuxième moitié et de l'année 2005, puis une exposition sur l'œuvre de Géricault d'avril à juillet 2006, ont remporté un succès considérable.

Sommaire

Le bâtiment

Façade principale qui donne sur la place des Terreaux
Façade principale illuminée pour la Fête des Lumières 2008
Jardin du palais Saint-Pierre en été

Du couvent au musée

L’abbaye

Jusqu’en 1792, les bâtiments ont appartenu à l'abbaye royale des Dames de Saint-Pierre construite au XVIIe siècle. L'abbesse, issue de la haute noblesse, y reçoit des personnalités du royaume. Ce détail illustre l’orientation particulièrement aristocratique de l’institution. Le bâtiment a été rénové sous Louis XIV, au XVIIe siècle. L'état actuel du palais Saint-Pierre est largement tributaire de ces travaux. Le réfectoire baroque et le monumental escalier d’honneur, dit Thomas Blanchet, ont été réalisés à cette occasion. L’expulsion des religieuses et la destruction de l'église Saint-Saturnin datent de la Révolution française. L’autre église de l’abbaye, l’église Saint-Pierre, existe toujours et accueille désormais les sculptures du XIXe siècle et du XXe siècle.

Le Palais du commerce et des Arts

Après la Révolution les bâtiments accueillent le Palais du Commerce et des Arts. L’institution accueille dans un premier temps des œuvres confisquées au clergé et à la noblesse. Par la suite, son orientation devient pluridisciplinaire. Elle abrite ainsi, par exemple, des collections d’archéologie, d’histoire naturelle et l’Académie des Sciences et des Lettres. L’École impériale de dessin est créée en 1805 au sein du Palais du Commerce et des Arts afin de fournir des dessinateurs à l’industrie de la soierie lyonnaise. Il en naît une école de peintures devenue célèbre par la suite. En 1860, la Chambre de Commerce quitte le Palais Saint-Pierre. L’établissement s’appelle désormais Le Palais des Arts. À partir de 1875, les collections du musée connaissent une expansion remarquable. Il s’ensuit de nouveaux travaux d’agrandissement. L’escalier réalisé par Pierre Puvis de Chavannes date de cette époque.

Le Musée des Beaux-Arts

Le début du XXe siècle est marqué par une ouverture considérable des collections. Le Palais des Arts devient alors Musée des Beaux-Arts. Après plusieurs rénovations, c’est au milieu des années 1990 que le bâtiment acquiert son agencement actuel.

Jardin

Ce jardin municipal prend place au cœur de l’ancien cloître de l’abbaye bénédictine. Situé en plein centre ville, sur la presqu’île, il est particulièrement aimé des Lyonnais pour son calme et son atmosphère reposante.

Plusieurs statues de maîtres lui servent d’ornementation :

Réfectoire baroque

Le réfectoire baroque, réalisé au XVIIe siècle et rénové depuis, sert aujourd’hui à l’accueil des groupes. Il est notamment orné de deux peintures monumentales se faisant face de chaque côté de la pièce. Chacune de ses peintures à un sujet lié au thème du repas, en fonction de la destination du lieu. Il s’agit de la Multiplication des pains et de La Cène de Pierre-Louis Cretey. Le reste du décor, constitué de sculptures, a été réalisé par Nicolas Bidaut et Simon Guillaume.

Les départements

Peintures

Le département des peintures propose des peintures européennes du XIVe siècle jusqu'à la deuxième moitié du XXe siècle. Les œuvres y sont classées chronologiquement et par grandes écoles dans trente cinq salles.

Parmi les points forts de cette collection, il faut noter :

Sculptures

Fichier:Maquette statue liberte.JPG
L'ébauche en terre cuite de la statue de la Liberté

Le département des sculptures est divisé en deux sections :

Ces deux sections sont séparées dans le musée : La première est située au 1er étage tandis que les sculptures plus récentes se trouvent dans la chapelle. Des sculptures françaises du XIXe siècle sont également visibles dans le jardin public.

Antiquités

Fragment de bas-relief funéraire provenant probablement du site de Deir-el-Bahari, XXe dynastie.
Fragment de bas-relief du temple de Cléopâtre et Césarion, Coptos, Ier siècle av. J.-C.
Tête en grès vert d'un roi de la XXXe dynastie, sans doute Nectanébo II.
Modèle de barque en bois, Assiout, XIIe dynastie

L’Égypte

L’Égypte constitue le thème principal du département des Antiquités. Cette place s’explique par l’importance historique de l’égyptologie à Lyon, animée par des hommes tels que Victor Loret dont la famille a fait don au musée en 1954 de plus d'un millier d'objets. Dès 1895, le musée du Louvre fournit près de quatre cents objets (vases à onguent, figurines funéraires, etc.) pour constituer le fonds du département ; d'autres objets (vases canopes, éléments de parure, ainsi que des tissus de la nécropole d'Antinoé) complètent ce dépôt quelques années plus tard, augmenté, en 1936, d'objets provenant du village des artisans de Pharaon à Deir el-Médineh.

Les points forts de cette section sont la vitrine des sarcophages et les portes de Ptolémée III et IV du temple de Médamoud ramenées par le lyonnais Alexandre Varille en 1939. Le reste des objets donne un aperçu de la vie quotidienne en Égypte antique.

Les presque deux mille six cent pièces de la collection d'œuvres égyptiennes conservé au musée des Beaux-Arts de Lyon est exposé dans neuf salles, suivant un parcours à la fois thématique et chronologique :

Salle 1 - la vie au-delà de la mort :

Plongée dans la pénombre, la première salle nous fait découvrir les pratiques funéraires des anciens Égyptiens à travers une belle collection de cercueils allant de l'Ancien Empire à la Basse époque, des vases canope renfermant les viscères du défunt, un ensemble de cent-deux ouchebtis de toutes les époques ainsi que cent-cinquante-cinq amulettes aux sujets très variés. On peut encore citer, entre autres œuvres, le fragment du tombeau de Bakenranef ramené de Saqqarah, datant de l'époque saïte, ainsi que le linceul d'époque romaine.

Salle 2 - le divin et les rites :

Nous entrons maintenant dans une salle toute en longueur qui recrée le décor d'un temple, avec en point d'orgue les portes de Ptolémée III et IV du temple de Montou de Médamoud. Celle de Ptolémée III est fragmentaire, mais conserve une partie de sa polychromie d'origine, alors que celle de son successeur est presque complète.
Les autres bas-reliefs que nous découvrons dans cette salle proviennent de Coptos : huit sont datés du Moyen Empire et proviennent du temple de Min. Ils furent découverts par Adolphe Reinach en 1909 dans les fondations d'un édifice tardif. Onze autres fragments remontent à la fin de l'époque ptolémaïque, et plus précisément au règne de Cléopâtre VII.

Même si la statuaire pharaonique est très peu représentée au musée, le fragment de la statue de Ramsès VI en granite rose et l'ébauche de statue de l'empereur Commode en pharaon documentent quelque peu cet aspect de l'art égyptien.

Salle 3 - le culte du divin :

On accède à cette salle par la porte de Ptolémée IV. Au centre, on découvre un support de barque ou de statue datant du règne de Ptolémée II. Dans les murs sont exposés trois fragments de bas-reliefs de la XVIIIe dynastie, trouvés eux aussi à Coptos.

Salle 4 - les images et les emblèmes du divin :

Les trois vitrines de cette salle renferment une belle collection de statuettes en bronze de bon nombre de divinités du panthéon égyptien, avec notamment une très rare représentation de Hâpy, le dieu du Nil, datant de la Basse époque. Une vitrine entière et consacrée aux représentations d'Osiris et une autre à celles du pharaon. On peut y voir une jolie tête de pharaon de la XXXe dynastie, attribuée à Nectanébo II, un buste de roi du Moyen Empire, caractérisé par ses oreilles démesurées, ou encore un scarabée au nom d'Amenhotep II.

Salle 5 - pharaon et ses serviteurs :

Dans cette salle sont conservés dix-huit modèles en bois de la XIIe dynastie, provenant d'Assiout. Placés dans les tombes, ils reproduisent des scènes de la vie quotidienne, comme la fabrication de la bière ou une vache vêlant.
En face de la vitrine contenant ces modèles, nous trouvons une vitrine consacrée à l'écriture et une autre aux serviteurs du pharaon. Cette dernière dévoile entre autres une belle représentation d'un couple anonyme de l'Ancien Empire en calcaire, un buste d'homme de l'époque ptolémaïque et un fragment de statuette de scribe accroupi.

Salle 6 - les stèles :

Réparties autour d'une statue d'Osiris en bois se trouvent quatre stèles du Moyen Empire, huit du Nouvel Empire et quatre de l'époque romaine. L'une des plus belles est la stèle de Ptahmès, grand prêtre d'Amon, vizir de Thèbes et chef des travaux d'Amenhotep III, qui conserve des traces de polychromie.

Salle 7 - la vie quotidienne :

Commençons par les vitrines de droite en rentrant : la première contient quatorze vases de l'époque protohistorique et prédynastique, tandis que la seconde présente des vases sur une période étalée du Nouvel Empire à la Basse époque.
La grande vitrine qui leur fait face dévoile quelques pièces uniques, comme la stèle de Nes-Henou, datant de la IIe dynastie ou la magnifique tête d'homme en bois de la XVIIIe dynastie, qui ornait peut-être une harpe. Sinon, on trouve dans cette vitrine une foule d'objets du quotidien, comme des sandales, miroirs, bijoux... et même un tabouret.

Salle 8 - l'Égypte et les Grecs - l'Égypte et Rome :

L'influence grecque et romaine dans l'art égyptien se fait particulièrement ressentir dans les œuvres privées, comme en témoigne la série de figurines en terre cuite reprenant les dieux égyptiens sous des traits hellénisants. Dans cette salle, on trouve aussi cinq stèles funéraires d'influence palmyrénienne des IIe et IIIe siècles de notre ère, découvertes à Coptos.

Salle 9 - l'Égypte et l'Empire Romain - la chrétienté Copte

La dernière salle consacrée à l'art égyptien présente de beaux masques funéraires en plâtre doré d'époque romaine. Enfin, la période copte est illustrée par des bas-reliefs, des patères, et plusieurs tapisseries, dont un fragment du célèbre « châle de Sabine ».

Proche et Moyen-Orient

Réunies dans une unique salle, les collections évoquent tout d'abord trois grandes civilisations de Mésopotamie et du Moyen-Orient à travers des sceaux-cylindres, des tablettes d'argile et des bas-reliefs :

On trouve ensuite des bronzes du Luristan, des céramiques et statuettes chypriotes et un bel ensemble d'objets provenant de Syrie, comme un sarcophage anthropoïde en marbre et des bas-reliefs.

Grèce et Italie antiques

Particulièrement connue des Lyonnais, la statue en marbre de korê (« jeune femme » en grec) du VIe siècle av. J.-C., provenant de l’Acropole d'Athènes, est un chef-d’œuvre du département des antiquités. Une salle entière lui est consacrée.

Une seconde salle est dédiée à la civilisation grecque : elle rassemble une belle série de vases attiques à figures noires ou rouges, des bronzes et des figurines en terre cuite de Tanagra.

Enfin, une petite salle est consacrée à la Grande Grèce, c'est-à-dire aux colonies grecques établies en Italie du Sud, avec là encore de nombreuses céramiques et des casques en bronze.

Dans la salle suivante, la civilisation Étrusque, du VIIIe siècle au IIe siècle av. J.-C., est illustrée par des vases en bucchero (céramique à pâte noire) et des bronzes.

La sculpture romaine est également présente à travers plusieurs ensembles : des sculptures en marbre (un torse de Vénus, un enfant au coq, des statues de personnages drapés, etc.) et également de petites figurines en bronze de dieux et déesses (Mercure, Vénus, Mars, etc.) ou d’objets familiers.

Objets d'art

Le département des Objets d'art du musée des Beaux-Arts de Lyon recèle de véritables merveilles allant du Moyen Âge au XXe siècle :

La galerie des objets d’art comprend depuis 1917, des grès de Chine, de Corée et du Japon. Des pièces rares illustrent le rituel de la cérémonie du thé.

À côté de ces œuvres sont exposées des céramiques d’Art Nouveau qui s’inspirent largement de l’art du grès japonais.

Médaillier

Le médaillier de Lyon est le deuxième médaillier de France après le Cabinet des médailles de la Bibliothèque nationale de France, à Paris. Il conserve près de 50 000 objets : monnaies, médailles, sceaux, etc. Il est connu au niveau européen et tient une place prépondérante dans la numismatique mondiale allant du début du XIXe siècle aux récentes découvertes des trésors des Terreaux et des Célestins[1].

Arts graphiques

Le cabinet d’Arts graphiques regroupe des œuvres sur papier : dessins, estampes, gravures, etc. Ces œuvres ont comme point commun d’être basées sur le trait, par opposition à la couleur. Cependant, le cabinet comprend aussi des aquarelles.

C’est en tout près de 4 000 œuvres qui sont conservées dans ce département. Sa création date du début du XIXe siècle siècle. La collections comprend notamment des œuvres de Puvis de Chavannes, Filippino Lippi, Parmigianino, Fra Bartolomeo, Leonetto Cappiello ainsi qu’une étude remarquable de Albrecht Dürer.

Publication

En 1952, à l'initiative de René Jullian, est créé le « Bulletin des musées lyonnais ». En 1960 cette publication change de titre et devient le « Bulletin des musées et monuments Lyonnais ». En 2003, il change de périodicité en devenant annuel et s'intitule alors « Cahiers du musée des Beaux-Arts de Lyon ».

Liens externes

Le Palais Saint-Pierre fait l'objet d'un classement au titre des monuments historiques depuis le 8 août 1938[2].

Commons-logo.svg

Notes et références

  1. Site internet du musée des Beaux-Arts : échantillon de médailles représentatives de la richesse de ce médaillier.
  2. Base Mérimée
Métro-M-Lyon.svg
Ce site est desservi par la station de métro : Hôtel de Ville - Louis Pradel.

Le musée est également accessible par la ligne  C3 à l'arrêt Terreaux.

  • Portail de la culture Portail de la culture
  • Portail des arts Portail des arts
  • Portail de la peinture Portail de la peinture
  • Portail de l’archéologie Portail de l’archéologie
  • Portail du Grand Lyon Portail du Grand Lyon
Ce document provient de « Mus%C3%A9e des Beaux-Arts de Lyon ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Musee des Beaux-Arts de Lyon de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Musée Des Beaux-Arts De Lyon — Pour les articles homonymes, voir Musée des beaux arts. Musée des Beaux Arts de Lyon …   Wikipédia en Français

  • Musée des Beaux-Arts de Lyon — Pour les articles homonymes, voir Musée des beaux arts. Musée des Beaux Arts de Lyon …   Wikipédia en Français

  • Musée des beaux-arts de lyon — Pour les articles homonymes, voir Musée des beaux arts. Musée des Beaux Arts de Lyon …   Wikipédia en Français

  • Musée des beaux-arts de Lyon — Pour les articles homonymes, voir Musée des beaux arts. Musée des beaux arts de Lyon …   Wikipédia en Français

  • Collection de peintures du musée des beaux-arts de Lyon — L’Ascension du Christ, panneau central du polyptyque de San Pietro du Pérugin, huile sur bois transposée sur toile, 1495 1498 …   Wikipédia en Français

  • Collection de peintures du musée des Beaux-Arts de Lyon — L’Ascension du Christ du Pérugin, huile sur bois transposée sur toile, 1495 1498 …   Wikipédia en Français

  • Musée des Beaux-Arts de Limoges — Musée de l Évêché de Limoges Pour les articles homonymes, voir Musée des beaux arts. Musée des Beaux Arts de Limoges, Palais de l’Évêché …   Wikipédia en Français

  • Musée des Beaux-Arts (Lyon) — Das Musée des Beaux Arts Das Musée des Beaux Arts ist ein 1801 eröffnetes Kunstmuseum in Lyon. Es befindet sich in einer alten Abtei der Benediktiner, die im Zuge der Französischen Revolution aufgelöst wurde. In 70 Galerien wird die Sammlung des… …   Deutsch Wikipedia

  • Musee des Beaux-Arts de Nantes — Musée des Beaux Arts de Nantes Pour les articles homonymes, voir Musée des beaux arts. Musée des Beaux Arts de Nantes …   Wikipédia en Français

  • Musée Des Beaux-Arts De Nantes — Pour les articles homonymes, voir Musée des beaux arts. Musée des Beaux Arts de Nantes …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.