Marcel Schwob


Marcel Schwob
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Schwob (homonymie).
Marcel Schwob
Portrait de Marcel Schwobpar Félix Vallotonparu dans Le Livre des masquesde Remy de Gourmont (1898).
Portrait de Marcel Schwob
par Félix Valloton
paru dans Le Livre des masques
de Remy de Gourmont (1898).

Activités Écrivain Poète Traducteur
Naissance 25 août 1867
Chaville
Décès 26 février 1905 (à 37 ans)
Paris
Mouvement Symbolisme
Œuvres principales

Marcel Schwob, né à Chaville (Seine-et-Oise, aujourd'hui Hauts-de-Seine) le 25 août 1867 et mort à Paris le 26 février 1905, est un écrivain français — conteur, poète, traducteur, érudit — proche des symbolistes.

Sommaire

Biographie

Marcel Schwob naît dans une famille de lettrés ; son père, George Schwob, était un ami de Théodore de Banville et de Théophile Gautier tandis que sa mère, Mathilde Cahun, appartenait à une famille d'intellectuels juifs originaires d'Alsace[1].

Au moment de la naissance de Marcel, la famille Schwob revient d'Égypte où George était chef de cabinet du ministre des Affaires étrangères[2]. Au début de la IIIème République, les Schwob sont à Tours où George dirige Le Républicain d'Indre-et-Loire. En 1876, il prend à Nantes la direction du quotidien républicain Le Phare de la Loire ; à sa mort en 1892, c'est son fils aîné Maurice, né en 1859, qui lui succèdera.

Le premier article de Marcel Schwob est publié dans Le Phare en décembre 1878, un compte-rendu de lecture d'Un capitaine de quinze ans[3]. En 1878-79, il est élève de sixième au Lycée de Nantes et obtient le 1er Prix d'excellence. Il passe directement en quatrième où il n'a plus que le 6ème accessit d'excellence (2ème prix de version grecque) ; en troisième, il est 2ème prix d'excellence (1er prix de composition française et d'anglais)[4]. En 1881, IL est envoyé à Paris chez son oncle maternel Léon Cahun, bibliothécaire en chef de la Bibliothèque Mazarine, afin de poursuivre ses études au lycée Louis-le-Grand, où il se liera d'amitié avec Léon Daudet et Paul Claudel[1]. Il développe un don pour les langues et devient rapidement polyglotte. En 1884, il découvre Robert Louis Stevenson, qui sera un de ses modèles.

Il échoue au concours d'entrée de l'École normale supérieure, mais est reçu premier à la licence ès lettres en 1888. Il échoue de nouveau à l'agrégation en 1889. Il choisit alors une carrière d'homme de lettres et de journaliste, collaborant au Phare de la Loire, à l' Evénement, à l'Echo de Paris. Il dirige le supplément littéraire de ce journal, où il introduit Alfred Jarry en 1894 (Ubu roi, en 1896, lui est dédicacé). Il fréquente Paul Valéry, André Gide et Colette.

Il se passionne également pour l'argot, et notamment pour le langage des coquillards utilisé par Villon dans ses ballades en jargon : contrairement à l'opinion répandue à l'époque (et qui avait été celle qu'avait développée Victor Hugo dans les Misérables), Schwob considère que l'argot n'est pas une langue qui se crée spontanément, mais qu'il est en réalité un langage artificiel et codé[1].

Il commence à publier des séries de contes, à la limite du poème en prose, où il crée des procédés littéraires qui seront repris par d'autres ultérieurement. Ainsi Le Livre de Monelle, en 1894, annonce Les Nourritures terrestres d'André Gide (Marcel Schwob lui en voudra pour cela) ; La Croisade des enfants, l'année suivante, annonce William Faulkner dans As I Lay Dying ; Borges aussi lui avouera une grande dette.

En 1900, il épouse l'actrice Marguerite Moreno, l'amie de Colette, qu'il a rencontrée en 1895 et qui avait pour lui une affection particulière. Leur franche camaraderie était un mélange d'humour et de rosserie. Elle notera dans Mes apprentissages : « Le plus menaçant visage qui pût couvrir, comme un masque de guerre et d'apparat, les traits mêmes de l'amitié ».

La santé de Marcel Schwob est des plus mauvaises. Il tente de fuir son destin en voyageant, à Jersey et, d'octobre 1901 à mars 1902, à Samoa, là même où Stevenson avait fini sa vie[5]. Un peu à la manière des enfants de cette Croisade, qui furent massacrés avant d'atteindre le tombeau du Christ. Marcel Schwob a cependant le temps de revenir en France, terminant sa vie en reclus, laissant une œuvre inachevée.

Il meurt d'une grippe le 26 février 1905, à l'âge de trente-sept ans[1]. Il est inhumé au cimetière du Montparnasse.

Œuvres

  • Étude sur l’argot français (1889)
  • Cœur double (1891) Texte en ligne : Wikisource, (marcel-schwob.org)
  • Le Roi au masque d’or (1892) Texte en ligne
  • Mimes (1893)
  • Le Livre de Monelle (1894) Texte en ligne : (marcel-schwob.org), (scribd.com)
  • Annabella et Giovanni (1895)
  • La Croisade des enfants (1896) Texte en ligne : Wikisource, (ebooksgratuits.com)
  • Spicilège (1896) Texte en ligne
  • Vies imaginaires (1896)
  • La Légende de Serlon de Wilton (1899)
  • La Lampe de Psyché (1903)
  • Mœurs des diurnales (sous le pseudonyme de Loyson-Bridet) (1903)
  • Le Parnasse satyrique du XVe siècle (1905)
  • Il Libro della mia Memoria (inachevé, 1905) Texte en ligne
  • François Villon (1912)
  • Chroniques (1981)
  • Vie de Morphiel (1985)
  • Correspondance inédite (1985)
  • Correspondance Schwob-Stevenson (1992)
  • Dialogues d'Utopie (2001)
  • Vers Samoa (2002)
  • Maua (2009)

Traductions

Sur Marcel Schwob

  • Pierre Champion, Marcel Schwob et son temps. Paris : Bernard Grasset, 1927.
  • Sylvain Goudemare, Marcel Schwob ou les vies imaginaires. Paris : Le Cherche Midi, 2000.

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références

  1. a, b, c et d Cf. Biographie de Marcel Schwob sur le site de la Société Marcel Schwob
  2. Chérif Pacha, petit-fils de Méhémet Ali.
  3. Cf.Jean Guiffan, Joël Barreau et Jean-Louis Liters, dir., Le Lycée Clemenceau. 200 ans d'histoire, Nantes, Editions Coiffard, 2008, pages 451 (fiche biographique).[ISBN 9782910366858].
  4. Ibidem, pages 473-474.
  5. Le Voyage à Samoa réunit ses lettres à Marguerite Moreno.

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Marcel Schwob de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Marcel Schwob — (* 25. August 1867 in Chaville, Dept. Hauts de Seine; † 12. Februar 1905 in Paris) war ein französischer Schriftsteller und Übersetzer. Er stand den Symbolisten nahe. I …   Deutsch Wikipedia

  • Marcel Schwob — French literature …   Wikipedia

  • Marcel Schwob — (Chaville, Hauts de Seine, 1867 – París, 1905) fue un escritor, crítico literario y traductor francés, autor de relatos y de ensayos donde combina erudición y experiencia vital. La brevedad de su vida no le impidió desarrollar una obra singular y …   Enciclopedia Universal

  • Marcel Schwob — Retrato de Marcel Schwob por Félix Valloton para El libro de las máscaras de Remy de Gourmont. Marcel Schwob (Chaville, Hauts de Seine, 1867 – París, 1905) fue un escritor, crítico literario y traductor judío francés, autor de relatos y de… …   Wikipedia Español

  • Marcel Schwob — Justicia Sé justo en el momento preciso. Toda justicia que tarda es injusticia …   Diccionario de citas

  • SCHWOB, MARCEL — (1867–1905), French scholar, essayist, and biographer. Schwob was born in Chaville, near Paris. He began his career as a journalist, but spent much time on medieval and philological studies. His erudition is evident in all his writing,… …   Encyclopedia of Judaism

  • SCHWOB (M.) — SCHWOB MARCEL (1867 1905) Journaliste, conteur, poète, grammairien, essayiste, romancier... Il est bien difficile d’étiqueter les recherches de Marcel Schwob, esprit complexe et curieux, aussi attiré par le bizarre, les littératures anciennes ou… …   Encyclopédie Universelle

  • Schwob — ist der Familienname folgender Personen: Anton Schwob (* 1937), österreichischer Germanist Fritz Hermann Schwob (1891–1956), Brandenburgischer Arbeitsminister (CDU) Marcel Schwob (1867–1905), französischer Schriftsteller und Übersetzer Ralf… …   Deutsch Wikipedia

  • Schwob — is the surname of: * Lucy Schwob ( Claude Cahun ) (1894–1954), French photographer and writer * Marcel Schwob (1867 1905), French writeree also* Schwab …   Wikipedia

  • Schwob (homonymie) — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Sommaire 1 Patronyme 2 Titre d œuvre 3 …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.