Analogie des calendriers julien et grégorien

En vertu de leur même origine, les calendriers julien et grégorien ont une forme quasi-identique. Mais, alors qu'ils comportent les mêmes dates, celles-ci sont décalées dans le temps. Ce décalage étant seulement de quelques jours, une pratique courante consiste à reprendre les dates commémoratives telles quelles dans le calendrier grégorien, lors de la conversion depuis le calendrier julien. Ainsi, un 18 mars du calendrier julien deviendra un … 18 mars dans le calendrier grégorien, même si dans les deux calendriers, ces dates correspondent à des jours différents. Ceci correspond avec les habitudes des historiens qui conservent la forme julienne des dates d'avant l'introduction du calendrier grégorien, or cette transition a duré plus de quatre siècles. Ce qui de prime à bord semblerait être extrêmement simple devient donc compliqué aussitôt que l'on désire tenir un compte précis des jours.

Cette conservation des dates par analogie concerne l'Histoire et particulièrement la période du passage du calendrier julien au calendrier grégorien. Elle concerne aussi l'histoire de l'astronomie qui date les évènements célestes très anciens avec précision. L'Église orthodoxe, qui, à ce jour, est partagée entre les deux calendriers, est également vivement concernée.

L'étude de la question met clairement en évidence le besoin de préciser lequel des calendriers on utilise, à chaque fois qu'une date est indiquée dans une circonstance ambiguë.

Sommaire

Exemples

Historique

Pour comprendre la nature du problème, il faut se tourner vers l'histoire. L'ajustement grégorien admet que le jeudi 4 octobre 1582 est immédiatement suivi par le vendredi 15 octobre 1582 et qu'en conséquences, les 5, 6, 7, 8, 9, 10, 11, 12, 13 et 14 octobre 1582 sont des dates aussi inexistantes que le 29 février 2006. En effet, la réforme calendaire du pape Grégoire XIII prétendait ajuster le calendrier julien et non le remplacer par un autre. Elle était faite dans l'esprit du calendrier romain que les empereurs modelaient à leur guise. L'ancienne forme julienne était abolie et était censée disparaître avec la mise en place de la nouvelle. Mais l'Europe de l'époque n'était pas aussi unie politiquement que la Rome antique, les communications n'y étaient pas aussi rapides que de nos jours et surtout, elle n'était plus exclusivement Catholique puisque la Réforme battait son plein. Aussi, l'ajustement grégorien n'a pas été immédiatement adopté dans toute l'Europe ni dans le monde. La conséquence en est l'apparition de deux calendriers quasi-identiques mais décalés. Les 5, 6, 7, 8, 9, 10, 11, 12, 13 et 14 octobre 1582 ont en fait existé, pour ceux qui ont fait le passage plus tard et ont donc supprimé le même nombre de jours à un autre moment. Même si aujourd'hui, le coup de force de Grégoire XIII a abouti, malgré l'opposition des protestants et de nombreux scientifiques de l'époque, pour l'historien, la confusion est perpétuelle, puisque les dates d'avant le passage sont toujours au calendrier julien.

Commémorations annuelles

La commémoration d'un évènement, chaque année à la même date, se fait en général à la date de l'évènement lui-même. Mais si l'évènement en question s'est produit à une époque où l'on utilisait le calendrier julien (époque plus ou moins ancienne selon les pays), alors on conserve, le plus souvent, la même date, même si elle est fausse du point de vue du nouveau calendrier. Ainsi, le calendrier liturgique catholique a été simplement décalé par l'adoption du calendrier grégorien sans aucun recalcul des dates. L'avantage est évident : on garde le même calendrier qu'on utilise simplement à un autre moment qu'avant. Quant au décalage des jours, cela ne préoccupe personne (est il vraiment important que l'évènement ait eu lieu un nombre entier d'années avant sa commémoration annuelle ?).

L'Église orthodoxe, dont la partie occidentale utilise le calendrier grégorien et la partie orientale le calendrier julien, se sert en réalité d'un seul calendrier liturgique mais qui est appliqué avec 13 jours de décalage selon l'endroit.

Il en va différemment pour des évènements qui ont eu lieu peu avant le changement de calendrier et pour lesquels on se souvenait encore bien du moment où ils se sont produits, raison pour laquelle ils ont été naturellement recalculés dans le calendrier grégorien. On notera en particulier les commémorations de l'Escalade genevoise en Suisse et de la Révolution d'octobre en Russie. Cette dernière s'est produite dans la nuit du 24 au 25 octobre julien qui est la nuit du 6 au 7 novembre grégorien. Voilà pourquoi la Révolution d'octobre était fêtée en novembre en Union soviétique.

Calendrier grégorien rétroactif

Recalculer toutes les dates d'avant la réforme grégorienne serait cohérent avec le postulat du nouveau calendrier qui considère que le calendrier julien est tout simplement faux. En effet, la seule motivation raisonnable du calendrier grégorien est de corriger les trois jours de retard que le calendrier calendrier julien prendrait tous les quatre siècles. L'ajustement grégorien revient même sur le retard antérieur, puisqu'il supprime les jours qui s'était accumulés depuis 13 siècles au moment de l'ajustement. Il se donne donc une dimension rétroactive (voir Calendrier grégorien proleptique). La logique voudrait donc qu'il recalcule aussi les anciennes dates. Logique, qui porterait cependant à confusion car on devrait alors attribuer une nouvelle date à des évènements clairement datés depuis longtemps, ce que l'on évite de faire, préférant incorporer les dates par analogie, comme si on utilisait le calendrier grégorien rétroactivement, alors qu'on utilise en fait le calendrier julien, au lieu de les recalculer vers le calendrier grégorien proleptique.

L'historien est donc contraint de travailler avec les deux calendriers similaires ou, si l'on préfère, avec un calendrier juliano-grégorien où les dates sont de l'un ou de l'autre des calendriers selon la période. Mais comme la période de chaque calendrier se prolonge de manière différente selon le pays, et puisqu'il peut y avoir coexistence des deux calendriers, il faut indiquer le calendrier que l'on utilise à chaque fois que la confusion est possible. C'est exactement comme pour l'heure qui doit être accompagnée de l'indication du fuseau horaire pour être bien comprise.

Dates historiques en informatique

Le problème se pose dans le format de dates en informatique, où certains programmes se basent sur le calendrier grégorien proleptique, c'est-à-dire qui remonte avant la réforme du pape Grégoire. On pourrait croire qu'il n'y a pas de problème, à saisir des dates juliennes dans un champ prévu pour une date grégorienne, ces dates n'utilisent-elles pas le même format de jour, mois et année ? Le problème est que, si ces champs admettent les dates du 5, 6, 7, 8, 9, 10, 11, 12, 13 et 14 octobre 1582 omises par l'ajustement grégorien, en revanche, ils ne reconnaissent pas les dates supplémentaires du 29 février des années 300, 500, 600, 700, 900, 1000, 1100, 1300, 1400 et 1500 qui ont pourtant existé dans le calendrier julien de l'époque. Rappelons que ces dates, comme toutes celles du Moyen Âge, sont usuellement intégrées et non recalculées au calendrier grégorien. Toutes sortes d'erreurs résultent de l'absence de ces dates, comme l'application d'un mauvais jour de semaine ou un mauvais compte de jours entre deux dates. De tels formats de dates sont inutilisables pour des besoins historiques poussés.

Les environnements et formats informatiques utilisants le format de date grégorien proleptique sont :

Voir aussi


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Analogie des calendriers julien et grégorien de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Analogie Des Calendriers Julien Et Grégorien — En vertu de leur même origine, les calendriers julien et grégorien ont une forme quasi identique. Mais, alors qu ils comportent les mêmes dates, celles ci sont décalées dans le temps. Ce décalage étant seulement de quelques jours, une pratique… …   Wikipédia en Français

  • Analogie des calendriers julien et gregorien — Analogie des calendriers julien et grégorien En vertu de leur même origine, les calendriers julien et grégorien ont une forme quasi identique. Mais, alors qu ils comportent les mêmes dates, celles ci sont décalées dans le temps. Ce décalage étant …   Wikipédia en Français

  • Gémellité des calendriers julien et grégorien — Analogie des calendriers julien et grégorien En vertu de leur même origine, les calendriers julien et grégorien ont une forme quasi identique. Mais, alors qu ils comportent les mêmes dates, celles ci sont décalées dans le temps. Ce décalage étant …   Wikipédia en Français

  • 13 septembre — Éphémérides Septembre 1er 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 …   Wikipédia en Français

  • Undecimber — ou Undecember est un terme anglais désignant un treizième mois d un calendrier qui en comporte normalement douze. Duodecember représente de la même façon un quatorzième mois. Sommaire 1 Usage en latin 2 Usage en informatique 3 Notes et références …   Wikipédia en Français

  • Temps — Pour les articles homonymes, voir Temps (homonymie). Chronos, dieu du temps de la mythologie grecque, par Ignaz Günther. Le temps …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”