Kangxi
Portrait officiel de l'empereur Kangxi

L'empereur de la dynastie Qing Xuányè (nom personnel) Kāngxī (nom de règne), en translittération EFEO Kang-Hi, est né le 4 mai 1654 à Pékin dans la Cité interdite et mort le 20 décembre 1722. Il fut l'empereur qui eut le règne le plus long de l'histoire de la Chine, de 1661 à 1722, soit 61 ans.

Il était le fils d'une concubine issue d'une famille Jurchen (ethnie à laquelle appartiennent les Mandchous). Sinisée de longue date, elle portait le nom chinois de Tong (佟), mais avait repris un nom mandchou (Tunggiya) à l'avènement des Qing. La mère de Kangxi était donc certainement en partie une Han. Une légende fait de Kangxi le fils secret d'une autre concubine, Dong Guifei, dont son père était très épris, et à la mort de laquelle il aurait pris l'habit de moine en feignant sa mort. On peut encore en entendre les échos de nos jours.

Kangxi pensait déjà pouvoir régner à l'âge de 16 ans. Cependant, son père lui avait choisi comme régent un ministre du nom de Oboi (Aobai) 鳌拜 qui ne lui a pas laissé le pouvoir comme convenu. On peut se plaire à penser que Kangxi était un enfant très brillant, car grâce à son habileté et l’assistance de sa grand-mère l’impératrice douairière Xiaozhuang, il réussit à faire lâcher prise à Oboi et à l'emprisonner en 1669 puis le tuer.

Sommaire

Dernières résistances et ennemis extérieurs

Sud et sud-ouest

Il dut encore faire face en 1673 à la grande rébellion des « trois feudataires », les provinces de Yunnan, Sichuan et Guangdong ayant fait sécession simultanément. Les armées impériales réussirent à rétablir la paix durablement, même si certaines révoltes éclatèrent dans les marches montagneuses du sud-ouest.

Au Tibet, le régent Sangyé Gyatso cacha la mort du cinquième dalaï-lama Lobsang Gyatso pendant douze ans pour terminer la construction du palais du Potala. En 1697, le régent Sangyé Gyatso envoya son ministre Shabdrung Ngawang Shonu à la cour mandchoue pour informer l'empereur Kangxi de la mort du cinquième et de la découverte du sixième dalaï-lama, Tsangyang Gyatso, qui fut intronisé en présence des fonctionnaires du gouvernement tibétain, la population de Lhassa, les princes Mongols et les représentants l'empereur Kangxi. En 1705, Lhazang Khan le roi de la tribu mongole des Qoshot s'assura que Kangxi ne s'opposerait pas à ce que Lhazang Khan envahît le Tibet central. Lhazang Khan prit Lhassa et tua le régent Sangyé Gyatso. Lhazang Khan tentera d'installer un autre dalaï-lama, qui ne sera pas reconnu par les moines Gelugpa.

Sud-est

Il avait ordonné en 1662, pour libérer l'empire des mouvements anti-Qing, le « Grand dégagement », déplacement forcé vers l’intérieur des terres des populations des côtes du Sud-Est où le parti des Ming était encore puissant. Le pirate Koxinga, qui se battait aux côtés des princes du sud de la Chine restés fidèles à la dynastie précédente, avait cette même année pris l'île de Taïwan aux Hollandais pour s’y réfugier ; il y fonda l'éphémère dynastie Zheng que les armées impériales combattirent avec détermination. Elles finiront par reprendre l'île à son petit-fils en 1683. À partir de 1684 fut organisé le repeuplement des régions côtières dépeuplées par le Grand dégagement, assorti d’encouragements financiers.

Nord et nord-ouest

La rébellion des Mongols Chakhars commencée en 1675 fut matée en deux mois, et ils furent incorporés aux bannières. L’empire Qing se retrouva ultérieurement entrainé dans des luttes intra-mongoles, les Khalkha qui se déclaraient vassaux de la Chine ayant requis son aide contre leurs assaillants les Dsungar. Leurs disputes étaient en rapport avec la politique tibétaine, que les Mongols contrôlaient en grande partie depuis le XIIe siècle. Les Dsungars furent repoussés mais non annihilés, et occupèrent le Tibet en 1717 en représailles de l’éviction du Dalaï Lama en 1706. Le protectorat Qing sur le Tibet ne fut établi qu’en 1720.

L’empire mandchou entra également en conflit avec l’Empire russe le long de l’Amour, en 1650 (victoire chinoise) et à partir de 1680. Le traité de Nertchinsk, signé en 1689 avec la régente Sophia Alexeievna, demi-sœur du futur Pierre le Grand, attribua la vallée de l’Amour à la Chine et fixa le tracé de la frontière russo-chinoise.

Aménagement de l'empire

Kangxi ordonna la réparation du Grand Canal construit par les Sui, plus de mille ans auparavant. Il montra une attention particulière pour les travaux d'hydraulique en particulier en Chine du Nord, ayant acquis personnellement une certaine expertise technique en la matière.

L'empereur savait que l'agriculture était la base de l'État ; il organisa donc des exonérations fiscales spéciales pour les campagnes. Le niveau de vie fut considérablement amélioré pour les simples villageois. Dans l'administration, les fonctionnaires, mieux rémunérés, furent moins enclin à se livrer à la corruption, plaie endémique de l'administration chinoise. En 1675 naquit son successeur Yinzhen (futur Yongzheng) ; à cette occasion six eunuques furent élevés à des dignités de fonctionnaires civils.

Le dictionnaire Kangxi

Il commanda la composition du plus grand ouvrage sur les caractères chinois et le plus exhaustif jamais créé. On l'appela le Dictionnaire Kangxi. Depuis, ce dictionnaire de caractères a été largement dépassé en taille. Il introduisit les 214 clefs de classement des caractères chinois qui sont toujours largement utilisées (214 clefs de Kangxi).

Choix difficile d'un successeur

Kangxi avait eu de nombreux fils et choisit son héritier avec beaucoup de soin. Il dut abandonner son premier choix, son deuxième fils le prince Yinreng (胤礽), nommé prince héritier à 2 ans, mais qui s'était avéré extrêmement décevant malgré la précaution que l’empereur avait prise de surveiller lui-même son éducation. Yinreng perdit définitivement son titre en 1712. Le choix finit par tourner autour de deux candidats nés de la même mère, dont les noms personnels étaient homonymes (Yinzhen), la graphie ne différant que par la clé du second caractère : 胤禛 et 胤禎. Kangxi avait tenu à garder secrètes ses dernières volontés concernant sa succession, qu’il avait placées dans une boîte. L'un des héritiers présomptifs, quatorzième fils de l'empereur, était en campagne dans le Xinjiang au moment de la mort de son père. Lorsqu’il fut proclamé que le nom inscrit était celui du seul présent, le quatrième fils, une rumeur naquit prétendant qu’il avait modifié le testament en changeant 14 (十四) en 4 (四), mais cette hypothèse n'est pas cohérente avec le fait que ce testament était rédigé était également rédigé en mandchou et en mongol, langues dans lesquelles la modification n'aurait pas été aussi aisée. Quoi qu'il en soit, son quatrième fils devint l’empereur Yongzheng, et le nom de son frère évincé fut changé en Yinti, pour respecter la règle qui veut que personne ne porte un nom similaire à celui de l'empereur.

Le véritable choix de Kangxi est le deuxième des « quatre mystères de la dynastie Qing », le premier étant le destin final de son père, l'empereur Shunzhi.

Kangxi est enterré dans la nécropole Est des Qing.

Précédé par Kangxi Suivi par
Shunzhi
Dynasties chinoises
~~
Dynastie Qing
Yongzheng

Lien externe


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Kangxi de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Kangxi — (chinesisch 康熙 Kāngxī, W. G. K ang Hsi, * 4. Mai 1654 in Peking; † 20. Dezember 1722 im Alten Sommerpalast) war der zweite chinesische Kaiser der Qing Dynastie und regierte seit dem 7. Februar 1661 über China. Sein Geburtsname …   Deutsch Wikipedia

  • KANGXI — [K’ANG HI] (1654 1722) empereur de Chine (1661 1722) Second empereur de la dynastie mandchoue des Qing à régner en Chine, Kangxi (nom personnel Xuanye, appellation posthume Shengzu) monte sur le trône à l’âge de six ans après la disparition… …   Encyclopédie Universelle

  • Kangxi —   [kaȖçi; chinesisch »friedvolle Harmonie«], K ang hsi, Regierungsdevise (Devise) und danach Name des zweiten Kaisers (1661 1722) der von den Mandschu gegründeten Qingdynastie, eigentlich Xuanye (Hsüan yeh), postum Shengzu (Sheng tsu), * Peking 4 …   Universal-Lexikon

  • Kangxi — ▪ emperor of Qing dynasty Introduction Wade Giles romanization  K ang hsi , personal name (xingming)  Xuanye , temple name (miaohao)  (Qing) Shengzu , posthumous name (shi)  Rendi  born May 4, 1654, Beijing, China died Dec. 20, 1722, Beijing… …   Universalium

  • Kangxi — noun a) A Chinese emperor (1654 1722) from the Qing Dynasty period. b) A dictionary and cross reference of Chinese characters, first published in 1716 at the behest of the Kangxi Emperor, and used to the present day …   Wiktionary

  • Kangxi Dynasty — (Chinese: 康熙王朝) is a Chinese drama TV series. It focuses mainly on major events that occurred during Kangxi s reign from getting rid of Oboi to the revolt of the Three Feudatories and conquering Taiwan. It is based on Er Yuehe s novel the Great… …   Wikipedia

  • Kangxi (disambiguation) — Kangxi may refer to:* Kangxi Emperor (1654 1722), an important ruler from the Chinese Qing Dynasty period * Kangxi dictionary, authoritative compilation and cross reference of Chinese characters, used to the present day * Kangxi radicals, 214… …   Wikipedia

  • Kangxi transitional porcelain — was manufactured at China’s principle ceramic production area of Jingdezhen until 1680 when the production of “official ware” was resumed. The Manchu regime was established in 1644. For those many intervening years a variety of porcelain wares… …   Wikipedia

  • Kangxi Emperor — Infobox Chinese Royalty name = Kangxi Emperor native name = 康熙帝 temple name = Qing Shengzu 清聖祖 reign = 17 February 1661 – 20 December 1722 predecessor = Shunzhi Emperor successor = Yongzheng Emperor spouse =Empress Xiao Cheng Ren Empress Xiao… …   Wikipedia

  • Kangxi Dictionary — Chinese pic=K ang Hsi Dictionary.jpg picc pic2=K ang Hsi Dict.png c=康熙字典 p=Kāngxī Zìdiǎn w=K ang hsi Tzu tien j=Hong1 hei1 zi6 din2 y=Hōnghēi Jihdín poj=Khong hi Jī tián kanji=康熙字典 hiragana=こうきじてん revhep=Kōki JitenThe Kangxi Dictionary was the… …   Wikipedia

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”