Alphonse De Lamartine

Alphonse de Lamartine

Alphonse de Lamartine
Lamartine peint par Decaisne (musée de Mâcon)
Lamartine peint par Decaisne (musée de Mâcon)

Nom de naissance Alphonse Marie Louis de Prat de Lamartine
Activité(s) Écrivain
Poète
Historien
Personnalité politique
Naissance 21 octobre 1790
Mâcon
Décès 28 février 1869
Paris
Langue d'écriture Français
Mouvement(s) Romantisme

Alphonse de Lamartine, ou plus précisément Alphonse Marie Louis de Prat de Lamartine, né à Mâcon le 21 octobre 1790 et mort à Paris le 28 février 1869, est un poète, un écrivain, un historien et un homme politique français. Il appartient au mouvement romantique (sa poésie lyrique incarne une idéalisation de la nature). On lui doit notamment le célèbre poème Le Lac.

Sommaire

Biographie

Les dix premières années, passées à la campagne à Milly, proche de Mâcon, sont influencées par la nature, ses sœurs, sa mère, et surtout par l'abbé Dumont, son tuteur, qui lui insuffle une grande ferveur religieuse renforcée par les années qu'il passe au collège de Belley, pendant lesquelles il lit Chateaubriand, Virgile et Horace.

Après avoir fini ses études, ne désirant pas servir l'usurpateur, il mène une vie de gentilhomme campagnard (1808-1811). Il écrit de la poésie chrétienne, et entame un voyage en Italie (1811-1812) pendant lequel il rencontre une jeune Napolitaine qui lui inspirera Adieu à Graziella (1819).

Il devient garde du corps de Louis XVIII une fois ce dernier intrônisé, mais démissionne après Waterloo et revient à Milly, bien qu'il aille souvent à Paris, où il s'adonne au jeu et contracte de lourdes dettes. Seul garçon de sa famille, il reçoit en héritage les domaines de ses parents. Sans y être obligé, il s'engage à indemniser ses sœurs par des rentes. Il s'essaye à la tragédie (Médée).

En 1816, le poète rencontre à Aix-les-Bains Julie Charles, une femme mariée atteinte de la tuberculose. Un amour spirituel naît entre les deux, mais Julie meurt en 1818 : le poète est profondément marqué par cette perte. En 1820, il lui inspire le recueil Les méditations. Ce dernier le propulse socialement : il peut épouser Mar-Ann Birch et devient attaché d'ambassade à Naples. Le couple voyage en Italie, en Angleterre, à Paris. En même temps, le poète publie Les nouvelles méditations, La mort de Socrate, Le dernier chant du pèlerinage d'Harold.

En 1825, il est nommé secrétaire d'ambassade à Florence, mais se voit refuser le poste de ministre de France : qu'importe, il demande un congé, revient en province, et publie Les Harmonies Poétiques et Religieuses.

Lamartine se rallie à la monarchie de Juillet mais est candidat malheureux à la députation. Après cet échec, il fait un voyage en Orient dès 1832 : il visite la Grèce, le Liban, va jusqu'au Saint-Sépulcre pour raffermir ses convictions religieuses, qui sont cependant bien vite ébranlées par la mort de sa fille, qui lui inspirera Gethsémani.

En 1833, il est élu député et ne cessera de l'être jusqu'en 1851. En 1838, avec Honoré de Balzac et Paul Gavarni il va à Bourg en Bresse pour témoigner en faveur d'un ancien actionnaire du journal le Voleur, Sébastien-Benoît Peytel accusé d'assassinat. Démarche inutile : l'accusé sera guillotiné à Bourg en Bresse le 28 octobre 1839[1].

Lamartine remplit toutefois sa tâche de député consciencieusement et se déplace lentement vers la gauche au fil des années, allant jusqu'à devenir la tête de file des révolutionnaires de 1848. Le Voyage en Orient, Jocelyn, et La chute d'un Ange, révèlent l'inflexion de sa pensée religieuse.

Il finit sa vie dans la pauvreté matérielle chez un ami, chez qui il meurt d'apoplexie près de Paris en 1869

La Révolution de 1848

En 1848, à l'occasion de la chute de Louis-Philippe et de la proclamation de la Seconde République, Lamartine fait partie de la Commission du gouvernement provisoire. Il est ainsi Ministre des Affaires étrangères de février à mai 1848.

Partisan d'une révolution politique, il est plus proche des libéraux que des partisans d'une réforme politique et sociale (Louis Blanc, Albert, etc.). Le 25 février 1848, il s'oppose ainsi à l'adoption du drapeau rouge. De concert avec François Arago, il mène une politique modérée. C'est lui qui signe le décret d'abolition de l'esclavage du 27 avril 1848. Le 10 mai 1848, le gouvernement provisoire est remplacé par une commission exécutive, dont ont été exclus les plus à gauche (Louis Blanc, etc.). Lamartine siège alors avec Arago (également président de la Commission), Garnier-Pagès, Ledru-Rollin et Saint-Georges.

Après la fermeture des Ateliers nationaux, décidée par la Commission exécutive, et les Journées de Juin, réprimées dans le sang par le général Cavaignac, la Commission démissionne. Le 28 juin 1848, Cavaignac devient président du Conseil des ministres par intérim.

En décembre, Lamartine obtient des résultats insignifiants à l'élection présidentielle (0,28%), qui porte au pouvoir Louis Napoléon Bonaparte. En avril-juin 1850, lors des débats parlementaires sur la loi de déportation politique, Lamartine s'oppose au choix des Iles Marquises, bien qu'il ne fût pas opposé au principe même de la déportation [2].

Sous le Second Empire

La fin de la vie de Lamartine est marquée par des problèmes d'argent, dus à sa générosité et à son goût pour les vastes domaines. Il revient un temps aux souvenirs de jeunesse avec Graziella, Raphaël, mais doit très vite faire de l'alimentaire. La qualité de ses œuvres s'en ressent rapidement, et désormais les productions à la mesure du poète, tel que La vigne et la maison (1857), seront rares. À la fin des années 1860, quasiment ruiné, il vend sa propriété à Milly et accepte l'aide d'un régime qu'il réprouve. C'est à Paris qu'il meurt en 1869, deux ans après une attaque l'ayant réduit à la paralysie.

L'inspiration politique et sociale

Dès 1830, la pensée politique et sociale de Lamartine va devenir un aspect essentiel de son œuvre. Légitimiste en 1820, il évolue peu à peu vers la gauche, mais voit un danger dans la disparition de la propriété : cette position ambiguë sera intenable. En 1830, il sera attaqué dans La némésis : on lui reprochera d'avilir sa muse en la faisant la servante de ses idées politiques. Lamartine réplique, et dès cette période, son œuvre sera de plus en plus marquée par ses idées. Lamartine croit en le progrès : l'histoire est en marche et les révolutions sont un moyen divin pour atteindre un objectif. La démocratie est la traduction politique de l'idéal évangélique. Jocelyn, La chute d'un ange, témoignent des préoccupations sociales de leur auteur, qui œuvre aussi pour la paix.

La pensée religieuse de Lamartine

Le déisme de Lamartine est assez vague, mais le poète veut expurger la religion de la croyance en les miracles, l'enfer, etc. Cependant, ses œuvres seront mises à l'index. Sa foi en la Providence est contingente des vicissitudes de sa vie, mais cependant, le désir de servir Dieu est à chaque fois plus fort.

Précédé par Alphonse de Lamartine Suivi par
François Guizot
Ministre français des affaires étrangères
1848-1848
Jules Bastide

Œuvres

En histoire 
Autres 
Correspondance
  • Correspondance d'Alphonse de Lamartine : deuxième série, 1807-1829. Tome III, 1820-1823 (textes réunis, classés et annotés par Christian Croisille ; avec la collaboration de Marie-Renée Morin pour la correspondance Virieu). – Paris : H. Champion, coll. « Textes de littérature moderne et contemporaine » n° 85, 2005. – 521 p., 23 cm. – ISBN 2-7453-1288-X.
  • Lamartine, lettres des années sombres (1853 - 1867), présentation et notes d'Henri Guillemin, Librairie de l'Université, Fribourg, 1942, 224 pages.
  • Lamartine, lettres inédites (1821 - 1851), présentation d'Henri Guillemin, Aux Portes de France, Porrentruy, 1944, 118 pages.
  • Correspondance du 25 décembre 1867

Tableaux représentant Lamartine

  • Félix Philippoteaux, Épisode de la Révolution de 1848 : Lamartine repoussant le drapeau rouge à l’Hôtel de Ville, le 25 février 1848, v. 1848. Huile sur toile, 63 × 27,5 cm. Musée Carnavalet, Paris.

Voir aussi

Sur les autres projets Wikimedia :

Références et notes

  1. Pierre-Antoine Perrod: l'Affaire Peytel, préface de Marcel Bouteron, Paris, Hachette, 1958, p. 174-175
  2. « Ce système de déportation est un supplice par la distance même », dit-il, mais pas après avoir dit: « Les Grecs avaient l’ostracisme ; Rome avait la déportation dans les îles, en Corse, en Sardaigne. L’Angleterre elle-même, à l’époque la plus orageuse de son histoire, établit ce système, qui la sauva de bien des crimes comme nos affreuses journées de septembre ». Cité par Louis-José Barbançon, La loi de déportation politique du 8 juin 1850 : des débats parlementaires aux Marquises. 1/3, Revue Criminocorpus, dossier n°2

Source

  • Nouveau Larousse illustré, 1898-1907 (publication dans le domaine public)

Bibliographie critique

  1. Lamartine, l'homme et l'œuvre, Boivin et Cie, Collection Le Livre de l'Étudiant, Paris, 1940, 166 pages. (réédité en 1987 sous le titre abrégé Lamartine')
  2. Connaissance de Lamartine, Librairie de l'Université, Fribourg, 1942, 312 pages.
  3. Lamartine et la question sociale, La Palatine, Genève, 1946, 218 pages.
  4. Lamartine en 1848, PUF, Paris, 1948, 90 pages.
  5. Lamartine. Documents iconographiques, Éditions Pierre Cailler, Genève, 1958, 230 pages.
  • Édouard Rod, Lamartine, Lecène, Oudin et Cie, Paris, 1883.
  • Pierre Michel, Lamartine, reconnaissance et mémoire, Presses Universitaires de Lyon, Lyon, 2006, 100 pages.
  • Maurice Toesca, Lamartine ou l'amour de la vie, Albin Michel, Paris, 1969, 586 p.
  • Gérard Unger, Lamartine. Poète et homme d'État, Flammarion, Paris, 1999, 538 pages.
  • Pierre Jouanne. Les variantes des Harmonies de Lamartine. Paris, Jouve, 1926, 202 p.
  • Henriette Lasbordes. La poésie des souvenirs d'enfance chez Lamartine, Champion, 1929, 93 p.
  • Masson, Pierre-Maurice, Lamartine, Paris, Hachette, 1911.

Articles connexes

Liens externes

Podcast de l'article


Précédé par
Pierre Daru
Fauteuil 7 de l’Académie française
1829-1870
Suivi par
Émile Ollivier
  • Portail de la littérature Portail de la littérature
  • Portail de la poésie Portail de la poésie
  • Portail de la France au XIXe siècle Portail de la France au XIXe siècle
  • Portail de la Saône-et-Loire Portail de la Saône-et-Loire
Ce document provient de « Alphonse de Lamartine ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Alphonse De Lamartine de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Alphonse de Lamartine — Lamartine peint par Decaisne (musée de Mâcon) Nom de naissance Alphonse Marie Louis de Prat de Lamartine …   Wikipédia en Français

  • Alphonse de lamartine — Lamartine peint par Decaisne (musée de Mâcon) Nom de naissance Alphonse Marie …   Wikipédia en Français

  • Alphonse de Lamartine — Alphonse Marie Louis Prat de Lamartine (* 21. Oktober 1790 in Mâcon; † 28. Februar 1869 in Paris) war ein französischer Dichter, Schriftsteller und Politiker …   Deutsch Wikipedia

  • Alphonse de Lamartine — Retrato (1856). Nacimiento 21 de octubre de 1790 Mâcon …   Wikipedia Español

  • Alphonse de Lamartine —     Alphonse de Lamartine     † Catholic Encyclopedia ► Alphonse de Lamartine     Poet, b. at Macon Saône et Loire, France, 21 Oct., 1790; d. at Paris, l March, 1869. Born of a noble and Christian family, Lamartine at an early age read selected… …   Catholic encyclopedia

  • Alphonse de Lamartine — Alphonse Marie Louise Prat de Lamartine (21 de octubre de 1790 28 de febrero de 1869) fue un escritor, poeta y político francés …   Enciclopedia Universal

  • Alphonse de Lamartine — Infobox Writer name = Alphonse Marie Louis de Lamartine |thumb caption = birth date = birth date|1790|10|21 birth place = Mâcon, Burgundy, France death date = death date and age|1869|01|28|1790|10|21 death place = Paris, France occupation =… …   Wikipedia

  • Alphonse De Lamartine — Amor Amé, fui amado: basta para mi tumba. A menudo, el sepulturero entierra, sin saberlo, dos corazones en el mismo ataúd. El amor verdadero es el fruto maduro de la vida. A los dieciocho años no se le conoce, se le imagina. Guerra La guerra no… …   Diccionario de citas

  • Lamartine, Alphonse de — born Oct. 21, 1790, Mâcon, France died Feb. 28, 1869, Paris French poet and statesman. After brief military service under Louis XVIII, he turned to literature, writing verse tragedies and elegies. He is chiefly remembered for his successful first …   Universalium

  • Lamartine, Alphonse de — (1790–1869)    A French poet, author, and politician of the Romantic era, Alphonse de Lamartine was born Mâcon Saône et Loire in 1790 to a provincial noble family. During his youth, Lamartine traveled frequently and served briefly in the army. In …   Encyclopedia of the Age of Imperialism, 1800–1914

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”