Allondrelle-la-Malmaison

49° 30′ 39″ N 5° 33′ 50″ E / 49.5108, 5.5639

Allondrelle-la-Malmaison
Armoiries
Administration
Pays France
Région Lorraine
Département Meurthe-et-Moselle
Arrondissement Briey
Canton Longuyon
Code commune 54011
Code postal 54260
Maire
Mandat en cours
Jean-François Mariemberg
2008 - 2014
Intercommunalité sans
Démographie
Population 519 hab. (1999)
Densité 38 hab./km²
Géographie
Coordonnées 49° 30′ 39″ Nord
       5° 33′ 50″ Est
/ 49.5108, 5.5639
Altitudes mini. 230 m — maxi. 396 m
Superficie 13,61 km2

Voir la carte physique

Voir la carte administrative

Allondrelle-la-Malmaison est une commune française, située dans le département de Meurthe-et-Moselle et la région Lorraine.

Sommaire

Géographie

Lieux-dits et écarts

  • La Malmaison village rattaché à Allondrelle, les Cerisiers et Bellevue

Histoire

  • Officialisé en 1956, le nom de la localité concrétise le long destin commun du village d'Allondrelle et de son hameau de La Malmaison.

Sidérurgie

Dès le XIVe siècle, Allondrelle connaît une activité métallurgique avec l'installation des Forges de Buré (ou Buré d'Orval) et du Dorlon, propriétés des moines de l'abbaye d'Orval. A la fin de ce même siècle, un haut-fourneau est érigé à côté de la forge de Buré. L'exploitation du haut-fourneau, détruit au début du XVe siècle, est reprise vers 1470; il est alimenté par le minerai de fer sort des minières de Saint Pancré... En 1692, le haut-fourneau du Dorlon commence à fonctionner; sa fonte est affinée aux Forges de Buré. Après un arrêt consécutif à la Révolution, ce haut-fourneau est réactivé au milieu du XIXe siècle (vers 1846) pour s'arrêter définitivement en 1860. La Forge de Buré, qui a connu deux hauts-fourneaux, s'arrête définitivement en 1885.

Administration

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2008 Jean-François Mariemberg
2001 Charles Zanaletti
Toutes les données ne sont pas encore connues.

Démographie

Évolution démographique
1962 1968 1975 1982 1990 1999
581 560 513 483 481 519
Nombre retenu à partir de 1962 : Population sans doubles comptes

Lieux et monuments

  • Nécropole mérovingienne.
  • Ancien haut fourneau de Dorlon 1838.
  • Château fort, château de Domey à la Malmaison, mentionné dans une bulle de 1184 parmi les biens de la collégiale de Longuyon, propriété de la famille de Failly au XVe siècle, de la famille de Custine de 1499 aux années 1730, puis vendu aux religieux de l'Abbaye de Chatillon Meuse. Vendu comme bien national à deux fermiers de la Malmaison et détruit en 1818 puis en 1824. La tour, détruite en 1824, avait été reconstruite en 1573 (date portée) pour Martin de Custine, reconstructeur du château de Cons-la-Grandville. A l'emplacement du château subsiste seulement un terre plein.
  • Maison forte la Malmaison, construite au XVIe siècle pour la famille Arquin dont il ne subsiste que la partie droite à base talutée. Parties agricoles du XVIIIe siècle. Transformée et repercée au XIXe siècle et au XXe siècle. Eléments défensifs.
  • Maison dite Château de la Providence la Malmaison. Grande maison dite château de la Providence, construite vers 1830 pour la famille Bidoyen, cédée par héritage aux pères de La Salette en 1934-1935 qui le transformèrent en petit séminaire et l'occupèrent jusqu'en 1939-1940, puis revendu après la guerre aux usines de la Providence (société Cockerill), actuellement maison .
  • Maison du maître de forge, à Buré-la-Forge.

Édifices religieux

  • Eglise paroissiale Saint-Pierre à Allondrelle, construite au milieu du XVIIIe siècle, agrandie de 1859 à 1861, transformée en 1897 avec adjonction de deux étroits collatéraux et restaurée en 1950 .
  • Eglise paroissiale Saint Nicolas à la Malmaison, construite en 1867, 1868, en remplacement de la chapelle saint Nicolas.
  • Chapelle de L'Ange-Gardien à la Malmaison, construite en 1729 (date portée par le linteau de la porte d'entrée et par une pierre de fondation située sur le mur ouest), aux frais de Désiré Arquin, seigneur en partie d'Allondrelle et de La Malmaison .
  • Chapelle Saint-Nicolas à la Malmaison, construite à partir de 1733 et bénite en 1738 par l'évêque auxiliaire de Trêves, Lothar Frédéric von Nalbach, détruite à l'époque de la construction de l'église paroissiale.
  • Chapelle-ermitage de Sainte-Reine au Lary, érigée en 1677, date portée par la clef du linteau de la porte de la chapelle comprenant le logement de l'ermite dans son prolongement. En 1836, date portée par le linteau de la porte piétonne de la ferme sont ajoutés plusieurs bâtiments agricoles. Ensemble de plan rectangulaire, coiffé d'un campanile à flèche polygonale. Encadrement suivant l'ordre toscan. A l'intérieur, autel avec retable de la fin du XVIIe siècle, typique de cette région (en chêne peint avec chutes végétales et têtes d'angelots ailées). L'ermitage comporte une grande pièce, avec cheminée et four à pain.

Notes et références


Voir aussi

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Allondrelle-la-Malmaison de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”