Hebdomadaire

Semaine

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir sem.
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homophone, voir Semène.

Une semaine (du latin septimana, abrévié sem.) est une période consécutive de sept jours.

Sommaire

Origines

Heptagramme avec les sept jours de la semaine. C'est ce processus que l'étoile à sept branches ou heptagramme synthétise. Les planètes sont placées aux pointes de l'étoile dans l'ordre mentionné ci-contre. On obtient l'ordre des jours de la semaine si on passe d'une pointe à l'autre en suivant les branches de l'étoile.

En Mésopotamie

La division du temps en période de sept jours semble avoir été utilisée par les Chaldéens[1]. En Mésopotamie, le chiffre 7 était considéré comme néfaste et il était recommandé de ne rien entreprendre les 7, 14, 21 et 28 du mois. On peut remarquer que 7 jours correspondent approximativement à un « quartier » de lune. 13 semaines constituent une « saison » de 91 jours ; l'année solaire de 365 jours comprend 4 « saisons » plus un jour, soit 52 semaines plus un jour. Il correspond surtout au nombre d'astres visibles dans le ciel à l'œil nu : le Soleil et la Lune ainsi que les planètes Mercure, Vénus, Mars, Jupiter et Saturne.

Les astronomes de l'époque comprenaient dans les planètes (qui vient du grec πλανήτης (planêtês)"errantes") aussi bien le Soleil que la Lune. Ils ne connaissaient pas les planètes au-delà de Saturne : Uranus et Neptune. Ils considéraient ainsi sept planètes dans l'ordre établi par les Chaldéens[2], c'est-à-dire : Saturne, Jupiter, Mars, Soleil, Vénus, Mercure et Lune.

Chaque planète, ou plus exactement le génie ou l'esprit associé à la planète, régnait à tour de rôle sur une heure du jour, dans un cycle continu, en commençant par les planètes les plus lentes, soit de Saturne vers la Lune. Chaque jour, à son tour, était dominé par l'intelligence planétaire régnant sur sa première heure. Donc, la première journée sera régie par Saturne (samedi) car la première heure de cette journée sera régie par Saturne, la deuxième heure sera régie par Jupiter, la troisième sera régie par Mars, et ainsi de suite jusqu'à la septième heure qui sera régie par la Lune, la huitième heure sera de nouveau régie par Saturne, de même que la quinzième, et on continue ainsi jusqu'à la vingt-quatrième heure qui sera régie par Mars, la vingt-cinquième heure qui est en fait la première du jour suivant sera celle du Soleil, et comme la première donne son nom au jour cela sera un dimanche (Sonntag, Zondag, Sunday). Le processus se poursuit pareillement pour les autres jours[3].

On remarque qu'avec ce procédé le premier jour de la semaine correspond au jour de Saturne : le samedi. Le dernier étant donc le jour de Vénus, c'est-à-dire le vendredi[4]. Ce qui n'est pas très logique, puisque ce devrait être la Lune en dernier.

Empire romain et chrétienté

L’Ancien Testament et le quatrième commandement : « Souviens-toi du jour du repos, pour le sanctifier »[5] fondent la pratique juive du chabbat sur le récit de la Création du monde en six jours. La Genèse fait d'ailleurs venir Abraham de Chaldée. Traduite en grec puis en latin, la Bible a répandu la pratique de la semaine, dans le monde monothéiste. Scandée par un jour de repos ou de réunion, la semaine permet un repérage commode des six autres jours[6].

En Occident, l'emploi du découpage en semaines date seulement du IIIe siècle. L'adoption du dimanche chrétien comme jour de repos, au lieu du samedi juif, est officialisé par un décret de l'empereur Constantin Ier en 321 [7].

La coexistence du chabbat juif et du dimanche chrétien est un élément essentiel du Christianisme ancien[8].
Des tentatives de suppression des références aux divinités antiques par le pape Sylvestre Ier à l'époque de Constantin sont avérées ; il proposa de ne garder que le jour du seigneur (dimanche) et le sabbat (samedi) puis de numéroter les jours (feria prima, feria secunda...)[3]. La réforme échoua mais fut reprise à son compte par l'évêque de Braga au Portugal au VIe siècle qui déplorait que les jours étaient consacrés à des divinités païennes[9]. Ultérieurement, les autorités ecclésiastiques proposèrent la nomenclature suivante : "jour de la lumière" (Luminis dies) pour lundi, "jour des martyrs" (Martyrium dies) pour mardi, "jour de l'Église sans tâche" (Merae ecclesiae dies) pour mercredi, "jour du saint sacrement" (Jesus dies) pour jeudi, "jour de la passion" (Veneranda dies) pour vendredi, "jour du sabbat" (sabbato dies) pour samedi et bien sur "jour du seigneur" (dominica dies) pour le dimanche. La réforme n'eut pas plus de succès. Mais le "jour du seigneur (dimanche) réussit à se substituer au "jour du soleil" dans quelques régions européennes[10].

De même, la confusion en latin entre le chabbat et le samedi (sambati dies) est une hypothèse qui peut expliquer le même décalage pour la religion juive du dernier jour de la semaine vers le samedi[11].

Plus vieux qu'on ne le pense

La durée de la semaine (sept jours) correspond au quart d'un mois lunaire (28 jours). Les Gaulois avaient une année de 13 mois lunaires de 28 jours, assez proche de notre année solaire (voir calendrier de Coligny). L'héritage celtique voire antérieur, est avéré chez les peuples germaniques par les noms des deux derniers jours de la semaine (par exemple en anglais Saturday (Saturne) pour samedi et Sunday (Soleil) pour dimanche)

De nos jours : noms, abréviations, et étymologie

Une semaine comporte sept jours dont les noms, abréviations et étymologie sont :

Jour Abr. En latin Signifiant (astre, dieu ou jour de repos)
lundi lun. lunæ dies jour de la Lune (grec et romain : de la déesse Artémis/Diane)
mardi mar. Martii dies jour de Mars (grec et romain : du dieu Arès/Mars)
mercredi mer. Mercurii dies jour de Mercure (grec et romain : du dieu Hermès/Mercure)
jeudi jeu. Iouis dies jour de Jupiter (grec et romain : du dieu Zeus/Jupiter)
vendredi ven. Veneris dies jour de Vénus (grec et romain : de la deesse Aphrodite/Venus, joumoua pour les musulmans)
samedi sam. sambati dies jour de Saturne (grec et romain : du dieu Chronos/Saturne) qui a donné saturday en anglais et du chabbat (dans la religion israélite)
dimanche dim. di[d]ominica jour du Soleil (qui a donné sunday en anglais), en français jour du Seigneur, par contraction de dies dominica

Ne pas confondre sambati dies avec Saturni dies (« jour de Saturne ») qui est une appellation latine plus ancienne de « samedi » et qui est, elle, à l'origine de mots tels que Saturday et Zaterdag.

Début et fin de la semaine

Dans la neuvième édition de son dictionnaire, l'Académie française note pour dimanche :

« Traditionnellement, et aujourd'hui encore dans la langue religieuse, premier jour de la semaine qui commémore la résurrection du Christ ; il comportait aussi la prescription du repos. Dans la langue courante, septième et dernier jour de la semaine. »[12].

Des pays comme le Japon font commencer la semaine par le dimanche, conformément à l'habitude juive, elle-même issue du récit biblique de la Création du Monde. Le mot Chabbat, SBT en hébreu, est apparenté au mot « sept »'. En portugais de même, la plupart des jours n'ont pas de nom, à part samedi et dimanche. Lundi devient segunda feira, ce qui signifie « deuxième jour (de marché = foire) ».

Mais d'autres pays font commencer la semaine le lundi, ce qui est cohérent avec le concept anglo-saxon de week-end, mais opposé à la définition chrétienne du dernier jour de la Création comme jour de repos, qui est le samedi. Le dimanche étant le premier jour de la semaine chez les chrétiens. La majorité des pays musulmans font commencer la semaine le samedi, car selon la religion musulmane la journée de prière correspond au vendredi qui est le jour saint de l'islam ce qui est conforme à la semaine chaldéenne originelle (voir ci-dessus).

L'Organisation internationale de normalisation (ISO) a émis les recommandations suivantes :

  1. Le lundi est considéré comme le premier jour de la semaine. (norme ISO 8601 et Académie française[13]).
  2. Les semaines d'une même année sont numérotées de 01 à 52 (parfois 53).
  3. La semaine qui porte le numéro 01 est celle qui contient le premier jeudi de janvier.
  4. Il peut exister une semaine no 53 (années communes finissant un jeudi, bissextiles finissant un jeudi ou un vendredi).

Une semaine en chiffres


Les autres "semaines"

Les Égyptiens, les Chinois et les Grecs groupaient les jours en décades.

Le décompte romain en ides et calendes, qui comprenait une semaine de huit jours ou nundines, fut remplacé par la semaine telle que nous la connaissons aux alentours du IIIe siècle.

Le calendrier républicain, utilisant des décades (périodes de 10 jours), n'a pas eu de succès. La semaine de sept jours est une invention millénaire très peu réformable et il n'y avait plus qu'un jour de repos sur dix, contre un sur sept.


Notes et références

  1. A noter qu'on doit également aux Chaldéens notre numération du temps: usage de la base 60 (5x12) pour les minutes et les secondes et du double duodécimale (2x12) pour la journée. CF Georges Ifrah, Histoire Universelle des chiffres. Édition Bouquin 1995.ISBN 2-221-07838-1
  2. Cet ordre correspond au classement des astres visibles à l'œil nu en fonction de leur vitesse de déplacement dans le ciel par rapport aux étoiles de la voute céleste en les rangeant du plus lent au plus rapide. CF Jean-Pierre Durandeau, Physique, option sciences expérimentales 1reS. Édition Hachette, 1994. ISBN 2-01-134995-8
  3. a  et b Pour plus de détails voir Émile Biémont, Rythmes du temps, astronomie et calendriers. Édition De Boeck, 2000. ISBN 2-8041-3287-0
  4. Les musulmans gardent encore la trace de cette semaine initiale.
  5. Exode, chapitre 20, verset 8 sur Wikisource
  6. Un jour de repos, ou d'inactivité, tous les 7 jours, était une pratique déjà usitée des Chaldéens en raison de leurs croyances qui attribuaient un effet néfaste au nombre 7 et par extension à tous ses multiples. CF Bourgoing p 32 et Biémont p 50.
  7. Il est avéré que Le concile de Nicée (325) statua sur les travaux de Denis le petit pour élaborer la date de pâques (qui commis d'ailleurs une erreur, voir Réforme grégorienne). CF Jacqueline de Bourgoing, Le Calendrier maître du temps ?. Édition Gallimard, collection Découvertes, 2000. ISBN 2-07-053440-5. Source à préciser pour l'usage de la semaine dans le calendrier à partir de cette époque.
  8. Voir la lettre apostolique Dies Domini de Jean-Paul II. Voir aussi le calendrier de Bède, le vénérable (temporum ratione)
  9. CF Biémont, p 50 (note)
  10. CF Biémont, p 50
  11. cette théorie de la confusion s'appuie sur la confusion bien réelle et attestée entre ces deux termes durant le Moyen Âge où souvent, les seuls savants à pratiquer l'astronomie étaient de religion juive. Mais il ne s'agit que d'une théorie.
  12. Dictionnaire de l'Académie française, neuvième édition, Version informatisée, chercher pour dimanche
  13. Dimanche : premier ou dernier jour de la semaine ?

Voir aussi

Articles connexes

  • Nundines, semaine romaine antique qui avait huit jours.

Liens externes

Ce document provient de « Semaine ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Hebdomadaire de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • hebdomadaire — [ ɛbdɔmadɛr ] adj. et n. m. • 1460; lat. ecclés. hebdomadarius, gr. hebdomas « semaine », de hepta « sept » 1 ♦ Qui a lieu une fois par semaine, se renouvelle chaque semaine. Fermeture hebdomadaire. Repos hebdomadaire. ⇒ week end. Revue, bulletin …   Encyclopédie Universelle

  • hebdomadaire — HEBDOMADAIRE. adj. de tout genre. Il n a guere d usage qu en cette phrase. Nouvelles hebdomadaires, pour dire, Nouvelles qui se distribuent toutes les semaines …   Dictionnaire de l'Académie française

  • hebdomadaire — (è bdo ma dê r ) adj. 1°   Qui appartient à la semaine. •   C est lui [Bacchus] qui voulut consacrer Le dernier jour hebdomadaire à boire, à rire, à ne rien faire, VOLT. Filles de Minée.. 2°   Qui se renouvelle chaque semaine. Journal… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • HEBDOMADAIRE — adj. des deux genres Qui revient, qui paraît chaque semaine. Recueil, journal hebdomadaire. Publications hebdomadaires. Repos hebdomadaire …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • HEBDOMADAIRE — adj. des deux genres Qui se renouvelle chaque semaine. Recueil, journal hebdomadaire. Publications hebdomadaires …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • hebdomadaire — m revue paraissant une fois par semaine …   Le langage de la presse

  • Hebdomadaire Régional — Un hebdomadaire régional est un journal dont la parution est hebdomadaire et dont la diffusion est limitée au plan géographique à un ou plusieurs départements. Le terme régional n est alors pas compris dans un sens administratif. Par extension,… …   Wikipédia en Français

  • Hebdomadaire regional — Hebdomadaire régional Un hebdomadaire régional est un journal dont la parution est hebdomadaire et dont la diffusion est limitée au plan géographique à un ou plusieurs départements. Le terme régional n est alors pas compris dans un sens… …   Wikipédia en Français

  • Hebdomadaire régional — Un hebdomadaire régional est un journal dont la parution est hebdomadaire et dont la diffusion est limitée au plan géographique à un ou plusieurs départements. Le terme régional n est alors pas compris dans un sens administratif. Par extension,… …   Wikipédia en Français

  • Journal Hebdomadaire — Le Journal hebdomadaire  Le Journal Hebdomadaire {{{nomorigine}}} Pays …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”