Albert du Bois

Albert du Bois d'Enghien

Le Comte Albert du Bois d'Enghien (Écaussinnes-d'Enghien, le 4 septembre 1872 - Bruxelles, le 3 décembre 1940) est un homme de lettre de langue française et un diplomate belge ainsi qu'un militant wallon.

Sommaire

Idées politiques

Secrétaire de la délégation belge à Paris, il est renvoyé de son poste le 17 février 1903 après avoir écrit « Belges » ou Français ? dans lequel il se fait l'avocat de l'annexion des provinces wallonnes de Belgique par la France[1].

Albert du Bois déplorait que les Wallons fussent assez inintelligents «  pour se laisser scinder et fractionner par leurs ennemis désireux de les affaiblir [...], pour subir un pareil traitement [...] sans s’en apercevoir..[2].» :

« En effet, la frontière nord de la France actuelle divise en deux des provinces françaises, des terres françaises, des populations françaises qui constituèrent des unités politiques [...]. Jusques à la fin du dix-septième siècle, Mons et Valenciennes, Avesnes et Chimay faisaient partie du même comté de Hainaut et cette terre, exclusivement française, avait vécu depuis les temps les plus reculés, d’une existence autonome parallèle et connexe à celle de la terre de France tout entière. »
« De ce fait historique indéniable, découle un fait actuel et patent : cette terre de Hainaut, coupée en deux selon les exigences de vainqueurs étrangers et haineux, Allemands et Anglais, continue à être habitée des deux côtés de la ligne idéale de la frontière, par des populations entre lesquelles il est totalement impossible de découvrir la plus petite différence au point de vue le plus minime. C’est le même peuple, le même esprit, le même caractère, la même nation. C’est Paris coupé en deux, par une ligne tracée au cordeau du Lion de Belfort à la butte Montmartre. Imaginez-vous un vainqueur tudesque se livrant à une telle opération et disant aux habitants du Faubourg Saint-Honoré et à ceux du Faubourg Saint-Denis : "Vous allez désormais être l’un pour l’autre deux peuples étrangers ! Je vous défends de vous donner la main et de vous regarder à travers la Frontière que mon glaive et ma fantaisie viennent de tracer. Honoriens, et vous Denisiens, vous êtes désormais deux nations !" Et imaginez-vous les Honoriens et les Denisiens acceptant cette décision placidement, béatement, avec une soumission niaise, une résignation imbécile, une inconscience qui n’est presque plus humaine.[2]»  »

Et dans la préface de son roman « Belges » ou Français ?, Albert du Bois s’était déjà exclamé :

« [...] Belges ! ... Ceux qui habitent dans le cercle que le crayon distrait d’un Palmerston quelconque traçait à Londres, en 1831, sur une carte d’Europe, sont des « Belges » ! C’est ainsi que l’on crée un peuple ! C’est ainsi que l’on forme une nation ! C’est ainsi que l’on constitue un pays ! ... Pour parquer les chiens dans les expositions canines, on fait au moins attention à leurs races et à leurs espèces ; mais pour parquer les peuples en troupeaux de « contribuables », on ne doit pas y regarder de si près. Il suffit de prendre trois millions d’individus d’une espèce et trois millions d’individus d’une autre espèce. On leur dit : "Tâchez de ne pas trop se dévorer entre vous. Vous êtes une même nation. On vous appellera des Belges" - et les pauvres bêtes répondent docilement au nom qu’on leur donne [3]!  »

A la décharge des Wallons, il déclarait : «Jamais, peut-être, population ne fut victime d’une conspiration plus habile. Jamais peut-être on n’essaya d’abuser avec une telle perfidie de la bonne foi et de l’ignorance d’un peuple, pour lui faire méconnaître ses intérêts les plus sacrés. » [4].

Il se montre lucide face aux revendications du Mouvement flamand :

« Nous n’avons pas la lente et tenace obstination de nos associés flamands. Mais il ne faut pas se fier au calme apparent avec lequel nous subissons une foule d’attentats mesquins contre notre véritable nationalité. Il compte parmi ses innombrables défauts celui de manquer totalement de patience. Il fera quelque jour explosion. Ceux qui viennent jouer avec de la flamme autour de ce coin de terre, tout pétri de poussière noire, ceux qui viennent y jongler avec les brandons de discorde du « patriotisme belge », de la « nationalité belge », de « l’âme belge », [...], ceux-là se trompent étrangement ! » Ils s’apercevront – bientôt peut-être ! – qu’ils ont joué avec de la poudre et quand elle flambera – soudainement – en une explosion géante, ce sera pour jeter aux quatre coins de l’Europe, les débris de cet édifice de haine, de conquête et d’asservissement sur le fronton duquel on a sculpté ce nom mensonger : « ROYAUME DE BELGIQUE !»[2]  »

Œuvres

Poésies

  • Rapsodies passionnées, 1901

Pièces de théatre

Romans

  • Les Civilisations mortes - Amours antiques, 1895
  • Leuconoé, l'histoire de Tyrtée à Sparte, 1897
  • Les Romans de la voie sacrée, 1897
  • Sous les Lauriers roses, 1898
  • L'Amant légal, 1901
  • Écrit avec le sang de Rome, 1922
  • Les Quatre bustes du temple de l'amour, 1922
  • Le Secret de la Villa des Trois Cyprès, le 17 octobre 1925
  • Le Dernier vol de l'Alouette, le 14 juillet 1928
  • Aux portes de la Nuit, 1929
  • Corsica, dans La Petite Illustration, n°s 596 et 597, les 8 et 15 octobre 1932
  • Le Sourire du roi des Juifs, dans La Petite Illustration, n° 390, le 4 mai 1935

Œuvres politiques

  • Catéchisme du Wallon, 1902
  • Belges ou Français ?, 1903
  • Poèmes impériaux, 1907 ?

Notes et références

  1. (en) Parti pro-Français dans les provinces wallonnes de Belgique [Pro-French party in the Walloon Provinces of Belgium], The New York Times, le 2 mars 1903, p. 5. [lire en ligne]
  2. a , b  et c Albert du Bois d’Enghien, Poèmes impériaux, 1907.
  3. Albert du Bois d’Enghien, « Belges » ou Français ?, 1903.
  4. Albert du Bois d’Enghien, Poèmes impériaux, 1907

Voir aussi

Liens internes

  • Portail de la littérature Portail de la littérature
  • Portail de la Wallonie Portail de la Wallonie
  • Portail de la Belgique Portail de la Belgique
Ce document provient de « Albert du Bois d%27Enghien ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Albert du Bois de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Albert du Bois d'Enghien — Le Comte Albert du Bois d Enghien (Écaussinnes d Enghien, le 4 septembre 1872 Bruxelles, le 3 décembre 1940) est un homme de lettre de langue française et un diplomate belge ainsi qu un militant wallon. Sommaire 1 Idées… …   Wikipédia en Français

  • Catastrophe du Bois du Cazier — Bois du Cazier 50°22′50.7″N 4°26′34″E / 50.38075, 4.44278 …   Wikipédia en Français

  • La Ville-du-Bois — 48° 39′ 40″ N 2° 16′ 07″ E / 48.661096, 2.2687465 …   Wikipédia en Français

  • Raoul Pène Du Bois — Pour les articles homonymes, voir Bois (patronyme). Raoul Pène Du Bois (ou Raoul Pene Du Bois) est un costumier et décorateur américain, né à New York (État de New York) le 29 novembre 1914, décédé à New York le… …   Wikipédia en Français

  • Massacre du bois du Thouraud — Vue globale du monument du bois du Thouraud. Reconstitution de la …   Wikipédia en Français

  • W. E. B. Du Bois — W. E. B. Du Bois, en 1918 Nombre completo William Edward Burghardt Du Bois Nacimiento …   Wikipedia Español

  • Saint-Christophe-du-Bois — Pour les articles homonymes, voir Saint Christophe. 47° 01′ 46″ N 0° 56′ 38″ W …   Wikipédia en Français

  • Saint-christophe-du-bois — Pour les articles homonymes, voir Saint Christophe. Saint Christophe du Bois Administration Pays France Région Pays de la Loire …   Wikipédia en Français

  • Prix du bois de vincennes — Le Prix du Bois de Vincennes est une course hippique de trot attelé se déroulant au mois de mars sur l hippodrome de Vincennes. C est une course internationale de Groupe II réservée aux chevaux de 4 à 10 ans, ayant gagné au moins 160 000 €… …   Wikipédia en Français

  • Élection à Saint-Georges-du-Bois (Sarthe) — Article principal : Saint Georges du Bois (Sarthe). Cet article donne les résultats des dernières élections à Saint Georges du Bois. Saint Georges du Bois est une commune française, située dans le département de la Sarthe et la région Pays… …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”