Agésinates

Les Agésinates auraient formé un peuple celte vassal (client) des Pictons et des Santons. Ils auraient fondé la ville d'Angoulême (Charente). On a aussi longtemps cru qu'Aizenay en Vendée a été leur capitale. Certains auteurs ont aussi placé les Agésinates autour d'Agen[1].

Sommaire

Histoire

Cette tribu est uniquement citée par l'historien romain Pline l'Ancien[2].

Localisation

Louis Desbrandes (ancien maire d'Angoulême) contredit l'analogie qui est faite entre le nom des Agésinates et celui d'Aizenay : La désignation d'Aizenay en tant que capitale des Agésinates est issue d'une interprétation du géographe Jean-Baptiste Bourguignon d'Anville qui évoque une bulle du pape Jean XXII (1317) laquelle créa le diocèse de Luçon suite notamment à l'ajout du doyenné d'Asianesis (Aizenay), alors ôté au siège épiscopal de Poitiers. Or, à cette interprétation étymologique, Louis Desbrandes oppose une argumentation fondée sur les travaux de Pline l'Ancien qui place les Agésinates parmi les peuples de l'Aquitaine[3].

D'après l'abbé Lacurie, archéologue de Saintes, en 1844, qui reprend la phrase de Pline[2], on n'a qu'une certitude, c'est que les Agésinates étaient voisins des Pictaves (« Cambolectri Agesinates Pictonibus juncti »), mais l'ordre des peuples dans cette liste suggère que cette tribu n'était pas à l'ouest des Pictaves, ce qui écarte aussi Aizenay[4].

Le pagus Ecomensis (Angoumois) fut élevé à l'état de Cité indépendante des Santons par les Romains, assez tardivement, au IVe siècle, parce qu'il constituait une ethnie dépendant d'un des peuples environnants, mais néanmoins bien individualisée. Mais de par la carence de sources antiques et l'avancement insuffisant des recherches modernes, on n'a aucune certitude quant à l'identification de cette ethnie[5],[6].

Les géographies ancienne et moderne s'accordent toutefois pour borner les Agésinates par les peuples du Berry, du Limousin, de la Saintonge, du Poitou et du Périgord. Elles tendent ainsi à reconnaître que les Agésinates semblent être les premiers habitants connus de l'Angoumois.

Notes et références

  1. Toponymie du pays basque français et des pays de l'Adour : Landes, Pyrénées..., Jacques Lemoine, (éd. Picard, 1977), p.90
  2. a et b Hist nat lib. IV. C. 33 : « Aquitanicae sunt Ambilatri, Anagnutes, Pictones, Santones liberi : Bituriges liberi cognomine Ubisci : Aquitani undè nomen provinciae, Sediboniates. Mox in oppidum contributi Convenae, Begerri, Tarbelli, Quatuorsignani, Cocosates Sexsignani, Venami, Onobrisates, Belendi, saltus Pyrenaeus. Infraque Monesi, Oscidates montani, Sibyllates, Camponi, Bercorcates, Bipedimui, Sassumini, Vellates, Tomates, Consoranni, Ausci, Elusates, Sottiates, Oscidates campestres, Succasses, Tarusates, Basabocates Vassei, Sennates, Cambolectri Agesinates Pictonibus juncti. Hinc Bituriges liberi, qui Cubi appelantur. Dein Lemovices, Arverni, etc. »
  3. Louis Desbrandes, Histoire de l'Angoumois (1816), manuscrit conservé à la bibliothèque municipale d'Angoulême
  4. abbé Lacurie, « L'espace santon », Histoire Passion, 1844. Consulté le 3 janvier 2010
  5. Jean Combes (dir.) et Michel Luc (dir.), La Charente de la préhistoire à nos jours (ouvrage collectif), St-Jean-d'Y, Imprimerie Bordessoules, coll. « L'histoire par les documents », 1986, 429 p. (ISBN 2-903504-21-0) [présentation en ligne], p. 52-56 (Louis Maurin) 
  6. Buisson et Gomez de Soto, Les « Ecolismiens », les Santons et les autres. De l’identité de l’Angoumois celtique et gallo-romain, ou de l’usage contemporain des traditions érudites erronées. In "Territoires celtiques. Espaces ethniques et territoires des agglomérations protohistoriques d’Europe occidentale" (actes du XXIVe colloque international de l’AFEAF, Martigues, 1-4 juin 2000), Paris, Errance, 2002, p. 256-260

Voir aussi

Liens internes

Lien externe


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Agésinates de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Agesinates — Agésinates Les Agésinates auraient formé un peuple celte vassal (client) des Pictons et des Santons, Aizenay (Vendée) étant leur capitale. Ils auraient également fondé la ville d Angoulême (Charente). Cette tribu est uniquement citée par l… …   Wikipédia en Français

  • AGESINATES — populi Galliae, Pictonibus vicini. Plin. l. 4. c. 19 …   Hofmann J. Lexicon universale

  • Aizenay — 46° 44′ 24″ N 1° 36′ 30″ W / 46.74, 1.60833333333 …   Wikipédia en Français

  • Aizenay — Aizenay …   Deutsch Wikipedia

  • Histoire de la Charente — Carte administrative de la Charente. Armoir …   Wikipédia en Français

  • Liste des peuples celtes — Cet article a pour vocation de servir d index des peuples celtes ou à caractère celtique. Le nom latin du peuple est donné entre parenthèses lorsque le nom francisé sert de titre à l article détaillé. Sommaire 1 Gaule cisalpine 1.1 Sud du Pô 1.2… …   Wikipédia en Français

  • Pictones — The Pictones (or Pictavi) were a tribe inhabiting a region along the Bay of Biscay in what is now western France. Their region extended north past the Liger (Loire), east to the region of the Turones (Touraine), and south to the border with the… …   Wikipedia

  • Angoumois — Comté d Angoumois 866 – 1790 armoiries …   Wikipédia en Français

  • Aquitaine Seconde — Pour les articles homonymes, voir Aquitaine (homonymie). L Aquitaine seconde ou Aquitania secunda a été constituée au IIIe siècle sous la tétrarchie, quand la réforme de Dioclétien a décomposé la grande Gaule Aquitaine en trois parties  …   Wikipédia en Français

  • Aquitaine seconde — Pour les articles homonymes, voir Aquitaine (homonymie). L Aquitaine seconde ou Aquitania secunda a été constituée au IIIe siècle sous la tétrarchie, quand la réforme de Dioclétien a décomposé la grande Gaule Aquitaine en trois parties  …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”