Aizenay

46° 44′ 24″ N 1° 36′ 30″ W / 46.74, -1.60833333333

Aizenay
Armoiries
Détail
Administration
Pays France
Région Pays de la Loire
Département Vendée
Arrondissement La Roche-sur-Yon
Canton Le Poiré-sur-Vie
Code commune 85003
Code postal 85190
Maire
Mandat en cours
Bernard Perrin
2008-2014
Intercommunalité Communauté de communes de Vie et Boulogne
Démographie
Population 7 754 hab. (2008)
Densité 96 hab./km²
Gentilé Agésinate
Agezynate
Agérinate
Géographie
Coordonnées 46° 44′ 24″ Nord
       1° 36′ 30″ Ouest
/ 46.74, -1.60833333333
Altitudes mini. 10 m — maxi. 76 m
Superficie 81,06 km2

Voir la carte physique

Voir la carte administrative

Aizenay est une commune française de la Vendée, dont les habitants sont appelés Agésinates, ce qui voudrait dire « conducteur d’ânes » selon une tradition du XIIe siècle, mais qui se révèle fausse, les Agésinates étant le peuple celte qui peuplait la région.

Sommaire

Géographie

Aizenay est situé à 15 km au nord-ouest de La Roche-sur-Yon, 25 km de Saint-Gilles-Croix-de-Vie et de Challans et 30 km des Sables-d’Olonne (sur la côte vendéenne).

Aizenay est limitrophes des communes de La Chapelle-Palluau, Maché, Apremont, Coëx, La Chapelle-Hermier, Martinet, Beaulieu-sous-la-Roche, Venansault, La Génétouze et Le Poiré-sur-Vie.

Sa limite septentrionale suit le cours de la Vie et sa limite méridionale le cours du Jaunay

Commune du canton du Poiré-sur-Vie, Aizenay se prononce Esnàe en poitevin (parlanjhe). Traditionnellement, les Agésinates sont appelés en poitevin lés Trjhous (« les Toujours »).

Formes anciennes : Ecclesia de Asineis au XIe siècle, Asiniacum et Asianum au XIIe, Asènes, Asyanensis, Asiniacum et Aisenei au XIIIe, de Asiano, Ayzenoys et Aizenois au XIVe, Asenayum au XVe, Izenay au XVIIe, Aizenay au XVIIIe.

Environnement

Aizenay possède deux fleurs au concours des villes et villages fleuris[1] (2e fleur obtenue lors du palmarès 2007).

Aizenay possède une magnifique forêt de plus de 700 hectares, qui s’étend jusqu’à la commune de la Genétouze.

Histoire

Il ne subsiste que peu de vestiges du passé sinon des habitations troglodytiques au bord de la Vie. Saint-Benoit y est mort en 360 (voir Abbaye Saint-Benoît de Quinçay).

L’Église d’Aizenay a été inscrite Monument Historique en 2007.

On recense quelques vestiges archéologiques :

  • des puits dits funérailles gallo-romaines sous le bourg actuel,
  • une nécropole du haut Moyen Âge autour de l’ancienne église,
  • le château de « La Marronnière » dont il reste encore le corps de bâtiment central qui a remplacé une forteresse des XIVe-XVe siècles. Aujourd'hui, le château a été retapé de manière grotesque et ne présente plus aucun intérêt.

On note également sur le territoire communal la présence de nombreuses belles demeures comme « La Petitière » (maison noble transformée en ferme), « La Giraudinière » (ancien château) ou le logis du « Grand Plessis ».

Parmi les éléments remarquables :

  • une cheminée à « Bonnefonds »
  • une croix processionnelle et une lampe sanctuaire en argent du XVIIe siècle, des calices, des statues et crucifix anciens.

Histoire contemporaine

Située entre Saint-Joseph des Landes et La Brionnière, la stèle de la Brionnière commémore le parachutage de 3 tonnes d’armes, le 11 août 1943.

Le 27 mars 1944, un B-17 américain s’écrase à la lisière de la forêt d’Aizenay. Baptisé Big Red par son équipage, il appartenait au 388e Group Bomb. Avec 545 autres appareils, il allait bombarder des objectifs situés dans la région de Bordeaux.

La Chapelle-Palluau a été rattaché à Aizenay entre le 1er septembre 1972 et le 31 mai 1979.

Contes et légendes

La vie d’un pays ne s’exprime pas seulement dans les faits et événements qui jalonnent son histoire, mais encore dans ses contes et ses légendes qui prennent avec la réalité la plus grande liberté, mais expriment peut-être dans un style plus imagé, plus poétique, les aspirations, les croyances ou les craintes de tout un peuple.

Les sabats de sorciers

Les Sabats de sorciers se tenaient aux croisés de la Clapechère ou de Lavignon, et le loup-garou qui hantait le village des Arcis ne fut mis en fuite qu’au moyen d’un bâton de néflier.

Une garache

Une garache citée sur Aizenay par la Dr Baudouin était en réalité une demoiselle métamorphosée qui courait ainsi le loup-garou. C’est probablement la même que mentionnait déjà l’abbé Baudry en 1873 : Un soir, un prétendant, blotti sous le lit, vit sa fiancée partir pour Lavignon, après s’être ointe d’une graisse magique, et avoir répété trois fois :

Par dessus les haies et les buissons !
Pour aller joindre Lavignon !

Désireux de la suivre, il s’oignit de la même manière ; seulement, ayant oublié la formule « Par dessus… » et l’ayant remplacée par les mots « À travers les haies et les buissons », il arriva à Lavignon le corps tout ensanglanté par les épines contre lesquelles il avait dû se heurter. De plus, au retour, voyant sa fiancé franchir la rivière d’un bond, il se serait écrié admiratif « Jésus ! », ce qui eut pour effet de lui faire perdre tout pouvoir ; et du coup, il fut obligé de rentrer à pied.

La tasse aux trois curés

La tasse aux trois curés est le nom d’un lieu-dit qui se trouve à la limite d’Aizenay et du Poiré-sur-Vie. Plus précisément, il s’agit d’un nom donné à une portion de la rivière du Courtin, qui sépare les deux localités. On dit en effet que les curés d’Aizenay, du Poiré et de La Génétouze avaient autrefois coutume de se réunir à cet endroit pour y faire leur partie de mouche habituelle, à la belle saison. Un jour qu’ils avaient soif, ils s’étaient allongés tous les trois pour boire à même la rivière, quand passa au même moment un quidam qui s’écria : "Ca fait trois curés qui boivent à la même tasse!". Et le nom en serait resté.

Notre-Dame de Bonsecours

Notre-Dame de Bonsecours, implorée lors d’une terrible épidémie, aurait libéré la paroisse de ce fléau, en reconnaissance de quoi les habitants d’Aizenay bâtirent dans le bourg une chapelle qui lui fut dédiée. Cette chapelle fut bientôt un but de pèlerinage pour les gens des alentours. Elle fut définitivement détruite en 1837.

La Tranchée des Maures

Une légende dit que les Maures, après avoir été battus à Poitiers par Charles Martel, se seraient enfuis en rejoignant la côte à travers une tranchée, cette tranchée passant par Aizenay.

Anecdote : La ligne du téléphone rouge qui relie la Maison Blanche à l’Élysée passe par Aizenay.

Héraldique

Blason Blasonnement
D'hermine au chef de gueules.

Démographie

Évolution démographique

En 2008, Aizenay comptait 7 754 habitants (soit une augmentation de 27 % par rapport à 1999). La commune occupait le 1 228e rang au niveau national, alors qu'elle était au 1 513e en 1999, et le 12e au niveau départemental sur 282 communes.

L'évolution du nombre d'habitants depuis 1793 est connue à travers les recensements de la population effectués à Aizenay depuis cette date. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans. Pour Aizenay, cela correspond à 2005, 2010, etc. Les autres dates de « recensements » (2006, 2008, etc.) sont des estimations[2],[N 1].

Le maximum de la population a été atteint en 2008 avec 7 754 habitants.

Évolution démographique
Années 1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
Population non disponible 2 067 2 891 3 359 3 303 3 384 3 519 3 706 3 793
Années 1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
Population 3 764 3 800 3 845 3 909 3 897 3 943 4 000 4 173 4 298
Années 1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
Population 4 462 4 607 4 512 3 961 3 929 3 859 3 869 3 779 3 867
Années 1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2008
Population 4 077 4 348 4 802 5 149 5 344 6 094 7 147 7 334 7 754
Notes, sources, ... En 1972, la commune absorbe La Chapelle-Palluau, qu'elle cède de nouveau en 1979 (la valeur pour l'année 1975 dans le tableau ci-dessus ne tient pas compte de cette fusion temporaire).
Sources : base Cassini de l'EHESS pour les nombres retenus jusque 1962 et pour le recensement 2005[3], et à partir de 1968 : Insee (population sans doubles comptes puis population municipale à partir de 2006)[4],[5],[6]
Histogramme

Pyramide des âges

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (18,5 %) est en effet inférieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (25,1 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (50,4 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 49,6 % d’hommes (0 à 14 ans = 22,3 %, 15 à 29 ans = 17,9 %, 30 à 44 ans = 24,2 %, 45 à 59 ans = 19,4 %, plus de 60 ans = 16,2 %) ;
  • 50,4 % de femmes (0 à 14 ans = 21,2 %, 15 à 29 ans = 16,7 %, 30 à 44 ans = 23,4 %, 45 à 59 ans = 17,9 %, plus de 60 ans = 20,9 %).
Pyramide des âges à Aizenay en 2007 en pourcentage[4]
Hommes Classe d'âge Femmes
0,3 
90 ans ou +
1,2 
5,8 
75 à 89 ans
7,7 
10,1 
60 à 74 ans
12,0 
19,4 
45 à 59 ans
17,9 
24,2 
30 à 44 ans
23,4 
17,9 
15 à 29 ans
16,7 
22,3 
0 à 14 ans
21,2 
Pyramide des âges du département de la Vendée en 2007 en pourcentage[7]
Hommes Classe d'âge Femmes
0,4 
90 ans ou +
1,2 
7,3 
75 à 89 ans
10,6 
14,9 
60 à 74 ans
15,7 
20,9 
45 à 59 ans
20,2 
20,4 
30 à 44 ans
19,3 
17,3 
15 à 29 ans
15,5 
18,9 
0 à 14 ans
17,4 

Autres éléments

variation pop annuelle de 1990 à 1999 dû au solde naturel dû au solde migratoire
+ 1,47% + 0,60% + 0,87%

Economie

Bois, traditionnellement, grâce à sa forêt.

Auparavant confection textile et chaussure. Aujourd’hui les industries ayant le plus d’importance : ouvertures en plastiques (Cougnaud SA Atlantique Menuiserie, groupe Lapeyre-Saint-Gobain) ; micro-ondes (Fagor-Brandt).

Diverses entreprises de métallurgie (avec des spécialisations dans la découpe au jet d’eau et au laser). Plusieurs minoteries et diverses petites sociétés agro-alimentaires. Imprimeries.

Travaux publics, carrière, entreprises de transport.

Sociétés de transport et distribution de boisson au niveau du département (France Boisson du groupe Heineken et Elidis du groupe Kronenbourg).

Artisanats, commerces, grandes surfaces.

Nombreuses entreprises agricoles, avec pour activités principales l’élevage de vache à viande et de vache laitière, élevages de volailles, de porcs, maraîchage… Fromage de chèvre réputé localement.

La 2×2 voies qui relie Aizenay à La Roche-sur-Yon fut le premier tronçon de ce genre en Vendée. Il a été un axe de développement économique majeur pour la commune.

Gastronomie, grâce à de nombreux restaurants, telle que l’auberge du champ de foire, et ses pizzas. (« Le Fougerais » était un restaurant gastronomique classé au guide Michelin, qui a ouvert ses portes pendant 27 ans, jusqu’en 2005).

Municipalité

Liste des maires d’Aizenay

M.Perrin est encarté à l'UMP.

Année Maire Parti
180?- 18?? Pierre Georget
18?? - 18?? M Messager
1837 - 1848 Victor Cormier
18?? - 18?? Julien Ordonneau
18?? - 19?? Victor Neveu
19?? - 19?? Gaston Delaroze
19?? - 193? Dieudonné Martineau
1937 - 1944 André Ferry-Wilczek
1944 - 19?? docteur Buet
19?? - 19?? Jean Labarbe
19?? - 1983 Oger
1983 - en cours Bernard Perrin[8] UMP cadre bancaire retraité

Personnalités nées à Aizenay

  • Marcel Robin, sociologue français, né en 1924, mort en 2010.

Michel Bail,artiste

Notes et références

Notes

  1. Par convention, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de 5 ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de présenter :
    * pour 2004 et 2005 la population réelle publiée dans la base Cassini (attribuée par convention à l'année 2006 par l'EHESS) si elle existe ;
    * la population 2006, première population légale connue post-1999 publiée par l’Insee ;
    * les populations suivantes correspondant aux années réelles de recensement publiées par l’Insee ;
    * la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes

Sur les autres projets Wikimedia :


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Aizenay de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Aizenay — Aizenay …   Deutsch Wikipedia

  • Aizenay — Escudo …   Wikipedia Español

  • Aizenay — (spr. Äs nä), Marktflecken im Bezirk Bourbon Vendée des franz. Departements Vendée; 4000 Ew …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Aizenay — Infobox Commune de France nomcommune=Aizenay blason= AIZENAY blason.jpg région=Pays de la Loire département=Vendée arrondissement=La Roche sur Yon canton=Le Poiré sur Vie insee=85003|cp=85190 |maire= Bernard Perrin mandat=2008 2014 intercomm= Vie …   Wikipedia

  • Aizenay — Original name in latin Aizenay Name in other language Aizenay, Alzenay State code FR Continent/City Europe/Paris longitude 46.74004 latitude 1.60834 altitude 62 Population 6531 Date 2012 01 18 …   Cities with a population over 1000 database

  • Bataille d'Aizenay — Informations générales Date 20 mai 1815 Lieu Aizenay Issue Victoire des Impériaux Belligérants …   Wikipédia en Français

  • Route nationale 148 — N 148 Historique Déclassements D 148, D 648, D 948 Caractéristiques Longueur 290 km Direction nord ouest / sud est …   Wikipédia en Français

  • Bataille de Napoléonville — Bataille d Aizenay Bataille d Aizenay Informations générales Date 20 mai 1815 Lieu Aizenay Issue Victoire des Impériaux Belligérants …   Wikipédia en Français

  • Colonnes infernales — André Ripoché, tué en défendant un calvaire lors de l incendie du Landreau, vitrail de l église de Sainte Gemme la Plaine par Fournier. Informations générales Date 21 janvier 17 mai …   Wikipédia en Français

  • Vendée (département) — Pour les articles homonymes, voir Vendée. Vendée …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”