Achille Laviarde

Achille Laviarde (Reims [1], 7 novembre 1841Paris[2], 16 mars 1902) fut, sous le nom de Achille Ier, ou Aquiles Ier, le pittoresque deuxième souverain titulaire du royaume d'Araucanie et de Patagonie : il succédait à Orllie-Antoine Ier, né Antoine de Tounens.

Sommaire

Biographie

Enfance et jeunesse

Au cimetière de Tourtoirac, la pierre tombale d'Achille Laviarde et de sa femme est à la gauche de celle d'Antoine de Tounens et le désigne comme
S.M. Achille Ier, Roi d'Araucanie.

Achille Laviarde, fils d'un fabricant de tissus de Reims, passe son enfance dans sa ville natale, au 33, rue du Barbâtre. A 18 ans, après ses études au lycée de Reims, il part pour cinq ans de voyage en Europe: tour de France, Italie, Suisse, Allemagne, Belgique, Angleterre, Algérie. Lorsque son père meurt en 1867, Achille Laviarde est au service du Bey de Tunis. De retour en Europe, il aurait été chargé d'une mission à Saint-Marin par un duc d’Acquaviva.

De retour en France, il s'engage en politique, dans le parti impérial. Il soutient la candidat impérial Édouard Werlé, qui est élu maire de Reims. Le 15 janvier 1873, il assiste, officiellement, aux obsèques de Napoléon III. Le 16 mars 1874, il dirige la députation rémoise à la proclamation de majorité du Prince impérial : sur la photographie du groupement des personnalités rassemblées à cette occasion à Camden House, on le voit aux côtés de Paul de Cassagnac.

Roi d'Araucanie

Le 17 septembre 1878, la mort à Tourtoirac (Dordogne) d'Antoine de Tounens marque le tournant de sa vie. Tounens et Laviarde se connaissaient: le premier, qui se proclamait encore Orrlie-Antoine Ier, roi d'Araucanie et de Patagonie, avait conféré à Laviarde le titre de prince des Aucas, duc de Kialeon le 30 décembre 1873. Le 26 mars 1882, le neveu et héritier désigné d'Orllie-Antoine Ier, « Monseigneur Adrien-Jean de Tounens » (1844-1889), renonce au royaume d'Araucanie en faveur de Laviarde, par un acte invocant les « dernières volontés » d'Orllie-Antoine Ier et contresigné par nombre de ceux qui avaient reçu une charge d'Orllie-Antoine Ier. Gustave-Achille Laviarde devient donc Achille Ier [3], roi d'Araucanie et de Patagonie. L'épopée d'Orrlie-Antoine Ier restait à ce point populaire en France que son successeur put assurer le fonctionnement des institutions de cette monarchie en exil !

Dans l'acte de 1882, le nouveau roi a déjà deux ministres secrétaires d’État — le comte Antoine Jimenez, et Antoine-Hippolyte Cros, duc de Niacalel, qui fait fonction de garde des sceaux — ainsi qu'un conseil ministériel. Un ami des premières heures, Émile Godret, dit Bazière, enfant du Barbâtre, accepte la charge de ministre de la Marine.

Laviarde fonde ou perpétue un ordre de chevalerie, la Constellation du Sud, et bientôt un autre, la Couronne d'acier, puis un troisième, l'Étoile du Sud[4].

Le « Gotha » enregistre[réf. souhaitée] l’existence officieuse de S.A.R. le prince d’Araucanie et de ses conseillers. Le comte Pecci, neveu du pape Léon XIII, lui donne de la « Majesté » ! La réussite d'Achille Ier fut d'obtenir l'exequatur pour les consuls qui le représentaient dans différentes villes d'Europe (Londres, Rome). Ses consuls en Italie passent pour avoir tenté d'escroquer l'ordre des salésiens mais le roi semble y avoir mis bon ordre.

Achille Ier ne se rendit jamais en Amérique. Il était marié à Alexandrine Guéry, dite princesse Dona Maria Elisa, rémoise comme lui, née le 16 septembre 1851 et décédée en 1893, comme l'indique leur pierre tombale à Tourtoirac ; il la tenait pour une épouse morganatique ; on ne leur connaît pas d'enfant.

Bibliographie

  • Simon de Schryver, Le Royaume d’Araucanie-Patagonie, Antoingt, 1887.
  • Achille Gigante, Il nuevo regno Arauco-Patagone (actes diplomatiques d’Achille Laviarde), Rome, 1888 (BM Reims).
  • Jean Émile-Bayard, Montmartre, hier et aujourd’hui. Avec les souvenirs de ses artistes et écrivains les plus célèbres. Ouvrage orné de 15 h.-t. d’après les eaux-fortes originales de M. Lucien M. Gautier, Jouve & Cie éditeurs, Paris, 1925.
  • Eugène Dupont, Rois d’opérette, p. 357 à 377, in Almanach Matot-Braine, 1935,
  • René Druart, Achille Laviarde, in Travaux de l’Académie de Reims, n° 155, Reims, 1951-1952.
  • Claude Pasteur, Le descendant du roi d’Araucanie, in Miroir de l’Histoire, août-septembre 1963.
  • Dominique Labarre de Raillicourt, Nouveau Dictionnaire des Biographies françaises et étrangères, tome I, fascicule 10 (rois d’Araucanie), 1965.
  • Jacques Fontugne, Gustave Achille Laviarde 1841-1902, communication faite en séance de la Société d’Agriculture, Commerce, Sciences et Arts de la Marne, à Châlons le 11 mai 1977.
  • Jacques Fontugne, Généalogie Laviarde (1978).
  • Jacques Fontugne, baron de Fonte-Milla, vice-président du Souvenir Franco-Araucanien, Renseignements bibliographiques sur Achille Ier, second roi d’Araucanie de 1882 à 1902, Cahiers de l’Académie des Hautes Etudes Araucaniennes, n° 21, Paris, 1979.
  • Michel Gaudart de Soulages et Hubert Lamant, Dictionnaire des Francs-maçons français , éd. Albatros, 1981 (Achille Laviarde, Grand Maître honoris de la Franc-maçonnerie italienne).
  • Bernard Fouqueray, Achille Laviarde, enfant de Fléchambault, roi d’Araucanie, article publié dans Ville de Reims Informations en février 1987.
  • Société bretonne des études patagonnes (président d’honneur : François Jean Mouneix, arrière-petit-neveu de Sa Majesté Orllie-Antoine 1er), n° 8, L’acharnement de la police parisienne contre Achille Laviarde. Dinan, éditions Protésilas, 2001.
  • Philippe Prince d´Araucanie: Histoire du Royaume d´Araucanie (1860-1979), une Dynastie de Princes Français en Amérique Latine. S.E.A., Paris 1979, 468 p.


Notes et références

  • Cet article contient tout ou partie d'un document provenant du site La vie rémoise.
  1. Né à Reims au 201, rue du Barbâtre.
  2. Décédé au 2, avenue du Trône, dans le 12e arrondissement de Paris, inhumé au Cimetière du Sud de Reims, il fut exhumé le 15 septembre 1976 pour reposer à Tourtoirac (Dordogne).
  3. ou 'Aquiles Ier
  4. Sur ces "ordres de chevalerie", voir le site araucanie.com, consulté le 20 janvier 2008: Constellation du Sud, Couronne d’Acier, Étoile du Sud.

Liens externes

Précédé par Roi Achille Ier le Diplomate
(Achille Laviarde)
Suivi par
Roi Orllie-Antoine Ier le Fondateur (Antoine de Tounens)
Flag of the Kingdom of Araucanía and Patagonia.svg Souverains du Royaume d'Araucanie et de Patagonie
1878-1902
Roi Antoine II le Philosophe (Antoine-Hippolyte Cros)



Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Achille Laviarde de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Achille Laviarde, dit Achille Ier, roi d'Araucanie — Achille Laviarde Achille Laviarde (Reims [1], 7 novembre 1841 Paris [2], 16 mars 1902) fut, sous le nom de Achille Ier, ou Aquillès Ier, le pittoresque deuxième souverain titulaire du royaume d Araucanie et de Patagonie  …   Wikipédia en Français

  • Bibliographie sur le Royaume d'Araucanie et de Patagonie — La Bibliographie sur le Royaume d Araucanie et de Patagonie présentée ici est classée par ordre chronologique afin de mettre en évidence que l intérêt dont il a bénéficié n a jamais véritablement faibli. XIXe siècle Simon de Schryver, Le… …   Wikipédia en Français

  • Antoine de Tounens — Sa Majesté Orllie Antoine Ier roi d Araucanie et de Patagonie en Nouvelle France Antoine de Tounens, né le 12 mai 1825 à La Chèze[1], commune de …   Wikipédia en Français

  • 22 à Asnières — Asnières sur Seine Pour les articles homonymes, voir Asnières. Asnières sur Seine Château d Asnières …   Wikipédia en Français

  • Antoine-Hippolyte Cros — Pour les articles homonymes, voir Cros. Antoine Hippolyte Cros, né à Lagrasse (Aude) le 10 mai 1833 et mort à Asnières (Seine, le 1er novembre 1903, fut le troisième roi (titulaire) d Araucanie et de Patagonie (1902 1903) sous le nom d Antoine II …   Wikipédia en Français

  • Araucanie-Patagonie — Royaume d Araucanie et de Patagonie Royaume d Araucanie et de Patagonie fr 1860   1876 …   Wikipédia en Français

  • Asnieres-sur-Seine — Asnières sur Seine Pour les articles homonymes, voir Asnières. Asnières sur Seine Château d Asnières …   Wikipédia en Français

  • Asnières-sur-Seine — Pour les articles homonymes, voir Asnières. 48° 54′ 39″ N 2° 17′ 20″ E …   Wikipédia en Français

  • Asnières (Seine) — Asnières sur Seine Pour les articles homonymes, voir Asnières. Asnières sur Seine Château d Asnières …   Wikipédia en Français

  • Asnières sur Seine — Pour les articles homonymes, voir Asnières. Asnières sur Seine Château d Asnières …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”