Connectivité biologique


Connectivité biologique

Connectivité écologique

La connectivité écologique est une notion relative et théorique, récente du point de vue de son acception scientifique, et relevant des théories de l'écologie du paysage (proche de la notion d'intégrité écologique fonctionnelle).

Les théories de la connectivité ou de la percolation peuvent s'appliquer à toutes les échelles du paysage

Marie Bonnin note qu'elle est de plus en plus intégrée par le Droit, et que le respect et de la restauration de la connectivité écologique semble même être devenu un troisième et nouveau temps[1] du droit contemporain de la conservation de la nature (le premier étant celui de la protection d'espèces, et le second celui de la protection d'habitats d'espèces menacées)[2].

Sommaire

Définition

La connectivité écologique désigne la connectivité fonctionnelle qui lie ou relie des éléments éco-paysagers (habitats naturels ou semi-naturels, zones-tampon, corridors biologiques) entre eux, du point de vue d'un individu, d'une espèce, d'un population ou d'une association de ces entités, pour tout ou partie de leur stade de développement, à un moment donné ou pour une période donnée La connectivité écologique diminue notamment quand la fragmentation écologique augmente.

Notion relative : cette (zone humide naturelle située entre Victoria et Vancouver), non fragmentée, offre à l'échelle du mètre carré un bon exemple de connectivité écologique, en dépit de l'apparence de fragmentation par les cours d'eau : les vasières et zones humides constituent encore ici un espace physiquement et écologiquement intègre (d'une seule pièce, matérialisé par la couleur verte sur la photo). Néanmoins, vue de plus haut, cette zone apparaît semi-isolée par deux grands cours d'eau.
Les bocages français normand ou breton, tels qu'ils existaient encore dans les années 1930-1940 offraient de remarquables milieux de substitutions aux espèces de lisières forestières et des milieux ouverts, tout en maintenant une forte connectivité écologique.
L'agriculture intensive est facteur d'insularisation écologique

Enjeux

Pour l'écologue, la connectivité écopaysagère est un facteur très important car

  • elle contrôle les taux de migration (ou de dispersion) des espèces dans la mosaïque éco-paysagère.
  • elle est un des facteurs de résilience écologique d'un milieu
  • sa bonne compréhension est nécessaire à la cartographie des corridors biologiques
  • elle devrait être cartographiée et protégée ou restaurer à l'occasion des études d'impact d'infrastructures, d'aménagements ruraux et d'urbanisme.
  • c'est souvent un des indices de naturalité d'un paysage.

Dans le droit de l'environnement et l'aménagement du territoire, ce concept (qui fonde la Trame verte promue par le Grenelle de l'environnement, ou le SDAGE imposé par l'Europe) prend une importance croissante. Marie Bonnin, juriste spécialisée dans le droit de l'environnement en fait un enjeu nouveau et central pour la nouvelle gouvernance territoriale.

Notion relative

La connectivité prend un sens différent selon les espèces et populations étudiées, mais aussi selon le grain et l'échelle du paysage considérés par l'observateur, et selon le milieu (atmosphère eaux douces ou marines, sols et différents écosystèmes).
Ainsi deux milieux peuvent être connectés pour une espèce et disconnectés pour une autre.

Ex : un grand cours d'eau ou une route sont quasi infranchissables pour certaines espèces (vers de terre), mais aisément franchissables pour des oiseaux.
Un profond cours d'eau est un obstacle pour les espèces terrestres fuyant instinctivement l'eau. Mais certaines n'hibernant pas traverseront néanmoins ce même cours d'eau gelé. l'accès à une presqu'île vraie ou « métaphore écopaysagère »(cf théorie de l'insularisation écologique) est coupé à marée haute, mais la mer n'est plus un obstacle à marée basse (pour une espèce qui ne craindrait pas de circuler « à découvert ».

Pour des espèces suffisamment mobiles (ou capables de disperser leurs propagules), les milieux peuvent être physiquement disjoints, mais fonctionnellement interconnectés par des « structures-gué », ou par des corridors biologiques immatériels utilisables par une espèce considérée.
Une barrière éco-paysagère peut être invisible à nos yeux (barrière d'odeur marquant un territoire, barrière de pesticides pour des invertébrés, barrière lumineuse fragmentant l'environnement nocturne, pour une espèce lumiphobe, etc. Un élément de paysage écologiquement déconnecté de jour pour une espèce de type « agoraphobe » (espace ouvert entre deux bois), peut être considéré comme fonctionnellement connecté de nuit pour cette même espèce si elle ne craint pas les milieux ouverts dans le noir. (Pour de nombreux animaux, une grande part des déplacements locaux et les grandes migrations se font de nuit).

Mesure de la connectivité

Chacun comprend intuitivement ce qu'est la connectivité, mais sa quantification est délicate. 0n cherche à la mesurer ou plutôt à l'approcher au travers d'indices de connectivité calculés par des modèles et logiciels qui analysent les « patrons » de « taches » du paysage, souvent à partir d'images satellites, aériennes ou de cartes. Les modes de calculs sont inspirés de théories de l'Écologie du paysage, de la géométrie du pattern paysager et parfois de la théorie de la percolation. On peut s'intéresser à la connectivité réelle (pour des espèces présentes) ou à des écopotentialité (dans le cadre d'une trame verte ou d'un plan de restauration d'espèces ou d'un groupe d'espèce par exemple).

La vérification sur le terrain du degré réel de connectivité écologique d'éléments du paysage nécessite des méthodes souvent coûteuses et/ou délicates (radio-pistage, télédétection, détection et/ou photographie automatique, pièges à traces, méthodes de capture-marquage-recapture...). C'est pourquoi on cherche à affiner les modélisations mathématiques et SIG de cette dimension du paysage.

Protection juridique

En application de la convention mondiale sur la biodiversité, L'Europe[3] et de nombreux pays intègrent peu à peu la protection ou la restauration et/ou gestion des continuums écologiques dans leur droit.
En Europe :

  • En 2002, la 8ème conférence des parties de la convention de Ramsar a recommandé d’établir un zonage intégrant l’importance de la connectivité entre les zones noyaux des sites Ramsar.
  • Le Comité permanent de la Convention de Berne (sur la protection du patrimoine naturel en Europe ; signée à Berne, en 1979) a à plusieurs reprises, invité les États à mettre en place des réseaux écologiques. Il a (entre autres) adopté en 1991 une Recommandation (n° 25) relative à la conservation des espaces naturels à l’extérieur des zones protégées proprement dites, dans laquelle il recommande aux parties contractantes de « favoriser la conservation et, le cas échéant, la restauration des corridors écologiques ».
  • En France, certains schémas régionaux d'aménagement durable du territoire, puis la Stratégie nationale de la diversité biologique, puis la Trame verte et les SDAGEs s'y réfèrent explicitement (à la différence des contrats de plans précédents, hormis celui du Nord/Pas-de-Calais. En 2007, la plupart des Contrats d'objectifs et des chartes de PNR révisées contenaient un objectif de remaillage écologique du territoire par des corridors biologiques (Ex : PNR Oise Pays-de France)[4].
  • En Flandre belge, la loi désigne une Structure verte principale, en Estonie c'est un réseau d’aires compensatoires, et en Lituanie un Systèmes d’aires de compensation écologique, alors que le législateur a en Slovaquie et en République Tchèque instauré un Système territorial de stabilité écologique.
  • Il existe aussi des projets transfrontaliers impliquant les collectivités locales[5] et/ou associant 2 pays ou plus ; avec par exemple le réseau alpin[6] ou avec le projet « Reigiobogen », de ceinture verte tri-nationale associant la France, la Suisse et l'Allemagne

De nombreux pays en développement intègrent peu à peu cette notion dans leur droit ou politique de protection de la nature, dont Madagascar[7].

Moyens de conservation

La restauration de corridors biologiques, la création d'écoducs, ou l'utilisation du téléphérique ou de passages en tunnels, ou encore le débardage par câble, par chevaux ou l'utilisation de routes provisoires (structures démontables de type génie militaire) permettent de réduire la fragmentation écopaysagère due aux routes, canaux et voies ferrées. L'usage du dirigeable est aussi périodiquement évoqué, par exemple pour l'installation d'éoliennes, ou le débardage afin de pouvoir se passer de construire des routes surdimensionnées pour les camions et engins de levage qui ne serviront que peu. Depuis les années 2000, certaines lois (loi Voynet en France) commencent à intégrer la notion de réseau écologique, et donc d'intégrité écologique, qui doivent alors faire l'objet de mesures conservatoires et compensatoires lors de grands travaux. Une directive européenne impose aussi d'étudier les impacts des plans et grands travaux, y compris, théoriquement, sur la connecticité écologique.

Voir aussi

Articles connexes

Bibliographie

  • (fr) Françoise Burel et Jacques Baudry, Écologie du paysage. Concepts, méthodes et applications, Paris, TEC & DOC, 1999, 362 p.
  • (en) Bennett G. et Wit P. (2001), The development and application of ecological networks, IUCN, 137 pages
  • (en) Forman, R.T.T. and M. Godron. 1986. Landscape Ecology. John Wiley and Sons, Inc., New York, NY, USA.
  • (en) Forman, R.T.T. 1995. Land Mosaics: The Ecology of Landscapes and Regions. Cambridge University Press, Cambridge, UK.
  • (en) Naveh, Z. and A. Lieberman. 1984. Landscape ecology: theory and application. Springer-Verlag, New York, NY, USA.

Liens externes

  • (fr) Étude éco-potentialité en région Nord Pas-de-Calais (incluant cartographies des corridors et de la naturalité/fragmentation) ; Analyse du fonctionnement écologique du territoire régional par l'écologie du paysage, Biotope-Greet Nord-Pas-de-Calais, Diren Nord Pas de Calais, Conseil régional Nord Pas de Calais, MEDAD (Mise en ligne avril 2008)

Notes et références

  1. Bonnin Marie (2004), Les aspects juridiques des corridors biologiques, Vers un troisième temps de la conservation de la nature, Thèse de doctorat de droit public, Université de Nantes, mars 2004, 596 pages.
  2. Voir notamment : Marie Bonnin Connectivité écologique et gouvernance territoriale, 9 pages (Télécharger PDF) ; IRD/C3ED, Guyancourt
  3. Le réseau écologique paneuropéen, Questions et réponses, n° 4, avril 1998, 28 pages
  4. Marie Bonnin, in « Connectivité écologique et gouvernance territoriale », déjà cité (page 5/9) qui cite Gaudin J-P (2006), La contractualisation des politiques et la nouvelle action publique, in Collectivités territoriales et gouvernance contractuelle, (Ed) Y. Luchaire, Logiques juridiques, L’Harmattan, 214 p., pp 16-35.
  5. Mougenot C.(2001), Réseau écologique paneuropéen et collectivités locales : prise en compte des activités humaines et instruments sociologiques pour la gestion de la nature, in 2ème symposium international du réseau écologique paneuropéen : le partenariat des collectivités locales et régionales pour la conservation de la diversité biologique et paysagère, Rencontres Environnement n° 50, Conseil de l’Europe, 176 pages
  6. Réseau Alpin (2004), Étude 'Réseau écologique transfrontalier', Signaux alpins 3 /2004, 240 pages.
  7. Carriere S., Meral P. et al, « Corridors à la une de la politique environnementale malgache. Quelle pertinence pour la conservation de la biodiversité et le développement durable », Séminaire de clôture de l’ATI Aires protégées, novembre 2006, 27 pages.
  • Portail de l’écologie Portail de l’écologie
Ce document provient de « Connectivit%C3%A9 %C3%A9cologique ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Connectivité biologique de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Connectivite ecologique — Connectivité écologique La connectivité écologique est une notion relative et théorique, récente du point de vue de son acception scientifique, et relevant des théories de l écologie du paysage (proche de la notion d intégrité écologique… …   Wikipédia en Français

  • Connectivité Écologique — La connectivité écologique est une notion relative et théorique, récente du point de vue de son acception scientifique, et relevant des théories de l écologie du paysage (proche de la notion d intégrité écologique fonctionnelle). Les théories de… …   Wikipédia en Français

  • Connectivité écologique — La connectivité écologique est une notion relative et théorique, récente du point de vue de son acception scientifique, et relevant des théories de l écologie du paysage (proche de la notion d intégrité écologique fonctionnelle). Elle est par… …   Wikipédia en Français

  • Corridor biologique — L’expression « corridor biologique » (ou « biocorridor ») désigne un ou des milieux reliant fonctionnellement entre eux différents habitats vitaux pour une espèce, une population, une métapopulation[1] ou un groupe d’espèces… …   Wikipédia en Français

  • Corridor Biologique — L’expression « corridor biologique » (ou Biocorridor) désigne un ou des milieux reliant fonctionnellement entre eux différents habitats vitaux pour une espèce ou un groupe d’espèce (habitats, sites de reproduction, de nourrissage, de… …   Wikipédia en Français

  • Convention Sur La Diversité Biologique — Pour les articles homonymes, voir CDB. Logo de la 9e Conférence sur la biodiversité …   Wikipédia en Français

  • Convention sur la Diversité Biologique — Pour les articles homonymes, voir CDB. Logo de la 9e Conférence sur la biodiversité …   Wikipédia en Français

  • Convention sur la diversite biologique — Convention sur la diversité biologique Pour les articles homonymes, voir CDB. Logo de la 9e Conférence sur la biodiversité …   Wikipédia en Français

  • Convention sur la diversité biologique — Pour les articles homonymes, voir CDB. Logo de la Conférence mondiale sur la biodiversité, de Nagoya (2010) …   Wikipédia en Français

  • Zone de connexion biologique — Dans le domaine de l écologie du paysage et au sein d un réseau écologique, une zone de connexion biologique est un espace où plusieurs corridors biologiques fonctionnent conjointement ; chaque corridors biologiques désignant ici une… …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.