Debardage


Debardage

Débardage

Débardage avec un tracteur
Débardage avec un flume
Débardage avec un cheval de race Shire

Le débardage est une technique de sylviculture qui consiste à transporter des arbres abattus de leur lieu de coupe vers une route ou un lieu de dépôt provisoire.

Sommaire

Différents systèmes

Plusieurs systèmes de débardage sont utilisés :

  • systèmes de traînage,
  • systèmes de portage,
  • systèmes de téléphérage (dit débardage par câble),
  • systèmes de débardage aérien (ballons dirigeables, plusieurs fois testé et étudié, mais non testé à grande échelle),
  • systèmes de débardage par utilisation d'animaux de trait (en particulier traditionnellement par les chevaux, ou des éléphants en Asie)
  • systèmes reposant sur la flottaison du bois (flumes),
  • autres systèmes.

Le débardage par traînage et/ou voie d'eau a longtemps été la méthode la plus courante. Dans les forêts de sylviculture il a souvent au XXe siècle été remplacé par un débardage mécanisé, auquel il est aujourd'hui reproché des dégâts importants sur les sols (tassement défavorisant la pousse des racines et la bonne circulation de l'eau et des nutriments) et l'environnement (bruit, pollution due aux moteurs, huiles, etc, nécessité d'un réseau dense de routes et pistes, etc.

Le débardage par animaux (cheval, buffle, éléphant) connaît un renouveau grâce à la volonté d'utiliser une méthode plus « écologique », plus respectueuse des sols forestiers et moins gourmande en carburants. Le téléphérage permet de limiter les impacts sur le sol, mais pour un coût légèrement augmenté, sauf en milieu difficile (massifs montagneux peu accessibles aux engins).

Débardage par cheval

Il permet[1] de diminuer le tassement du sol, n'impose pas de créer de nouveaux layons ou nouvelles pistes ou accès. Se contentant de passages de moins de un mètre de large, le cheval respecte les sols fragiles et travaille sans bruit de moteur ni pollution. Le cheval, avec des performances variables selon l'attelage, la taille et forme des arbres à tirer et le terrain, peut traîner un cube maximal moyen (en traîne directe) de 1 m³, 1,5 pour deux chevaux), avec un maximum d'efficacité à 0,5 m³ pour un cheval seul et 0,7 m³ pour trois chevaux. La performance monte à 2,5 m³ si l’on utilise un triqueballe ou avant-train. Soit un volume moyen quotidiennement débardable traîné sur 100 m de 18 m³ jour (pour un distance-cube moyen (DCM) de 0,25 m³), de 25 m³/jour pour une DCM de 0,5 m³, et de 18 m³/jour pour une DCM de 1 m³. Pour une distance de 200 m, ces chiffres passent respectivement à 12, 18 et 12. Sur un terrain plus facile, le fardier (ou trinqueballe ; engin hippomobile à 2 roues freinées, un timon et un treuil) permet avec 2 ou 3 chevaux de soulever et tirer des grumes pesant jusqu'à 5000 kg (3 à 4 m3)[2].

Le cheval est moins rapide en moyenne, mais plus efficace pour le débusquage sur les sols difficiles et moins coûteux (24 euros par heure de prestation contre 32 euros pour le tracteur agricole (en tenant compte du coût d'achat, et d'utilisation, des coûts salariaux et d'entretien et déplacement (identiques ou proches). Le tracteur reste plus rentable pour le débardage hors du boisement lui-même (sur pistes). Le cheval est plus coûteux par m³ exporté mais il exploite plus facilement les fortes pentes (dans le sens de la descente) et ce surcoût est parfois entièrement compensé par l'absence de besoin d'infrastructures et par le bénéfice (bois vendu beaucoup plus cher) d'écolabels tels que le FSC plus facilement acquis avec ce type de débardage.

Dans les Ardennes belges (Province belge de Luxembourg), environ 90 % des trois premières éclaircies des boisements de résineux sont aujourd’hui exploitées à l’aide du cheval qui sortent facilement et de manière rentable ces bois légers[3]

Avec des engins motorisés équipés de grues à moteur auxiliaire, en charrette ou traîneau, la production journalière varie du simple au double (15 à 30 stères/jour) selon la difficulté du chantier. Le tracteur impose par ailleurs un cloisonnement qui est cause d'une grande perte de surface exploitable et de dégradation des sols, ainsi que d'une artificialisation marquée des forêts.

A la différence du tracteur, pour le débardage ou débusquage, le cheval est aussi à l'aise en futaie régulière qu'en futaie jardinée ou en zone protégée (par exemple pour le tétra) où le cheval est particulièrement apprécié. Il est également apprécié dans les cas où le propriétaire demande un label ou une certification de gestion « écologique » de sa forêt (FSC par exemple). Il est aussi efficace pour aider les travaux de cantonniers de rivière à l'enlèvement d'embâcles et de macrodéchets et à restaurer la ripisylve.

Voir aussi

Commons-logo.svg

Wiktprintable without text.svg

Voir « débardage » sur le Wiktionnaire.

Articles connexes

Bibliographie

  • Code modèle FAO des pratiques d'exploitation forestière, Food & Agriculture Organisation, [1]

Notes et références

  1. http://www.cecdebardage.be/EtudeTravailDebardeur.pdf Note et chiffres sur le débardage (Belgique)
  2. Page sur le débardage consultée 2009/08/06.
  3. SNOECK B. [2000]. Ces chevaux qui « traînent au bois ». Forêt Wallonne 46 : 12-23
  • Portail du bois et de la forêt Portail du bois et de la forêt
Ce document provient de « D%C3%A9bardage ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Debardage de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Débardage — avec un tracteur Débardage avec un …   Wikipédia en Français

  • débardage — DÉBARDAGE. s. mas. Action de débarder …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • débardage — débarder [ debarde ] v. tr. <conjug. : 1> • 1522; de dé et bard, proprt « décharger d un bard » 1 ♦ Mar. Décharger (du bois; par ext. des marchandises) à quai (opération du débardage,1680). 2 ♦ Techn. Transporter ( …   Encyclopédie Universelle

  • Debardage — De|bar|da|ge [debar da:ʒə], die; , n [frz. débardage] (veraltet): das Ausladen, Löschen einer [Holz]fracht …   Universal-Lexikon

  • Debardage — De|bar|da|ge [...ʒə] die; , n <aus gleichbed. fr. debardage zu débarder, vgl. ↑debardieren> das Ausladen, Löschen einer [Holz]fracht …   Das große Fremdwörterbuch

  • DÉBARDAGE — s. m. Action de débarder …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • DÉBARDAGE — n. m. Action de débarder …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • débardage — (dé bar da j ) s. m. Action de débarder. ÉTYMOLOGIE    Débarder …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • débardage — nm. => Déchargement, Sortir (du bois coupé d une forêt) …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • Débardage par câble — Le débardage par câble (encore appelé « téléphérage ») est une forme de débardage (c est à dire d extraction du bois coupé des parcelles forestières exploitées) qui vise à limiter les impacts sur le sol. Débardage câble et moteur à… …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.