-65

-65

Années :
-68 -67 -66  -65  -64 -63 -62

Décennies :
-90 -80 -70  -60  -50 -40 -30
Siècles :
IIe siècle av. J.‑C.  Ier siècle av. J.‑C.  Ier siècle
Millénaires :
IIe millénaire av. J.‑C.  Ier millénaire av. J.‑C.  Ier millénaire


Calendriers :
Romain Chinois Grégorien Hébraïque Hindou Musulman Persan Républicain

Cette page concerne l'année -65 du calendrier julien proleptique.

Sommaire

Événements

Monde romain

  • Sous le consulat de L. Tullius et M’. Lepidus, les deux consuls désignés, P. Autronius et P. Sylla, poursuivis pour avoir violé les lois sur la brigue, avaient été condamnés (-66). Peu après, Catilina, accusé de concussion, se voit interdire la candidature au consulat, faute d’avoir pu se faire inscrire dans le délai légal. Catilina et Cn. Pison, aidés de quelques jeunes nobles ruinés comme eux, décident l’assassinat des deux consuls désignés pour -65, L. Cotta et L. Torquatus (1er janvier). Ils devaient eux-mêmes saisir les faisceaux et envoyer Pison occuper les deux Espagnes à la tête d’une armée. Le complot ayant transpiré, l’exécution en est remise aux nones de février (5 février). Mais Catilina donne trop tôt le signal de l’action à la porte du Sénat, ce qui fait échouer le complot, trop peu de conjurés en arme n’étant alors dans la place. Plus tard, Pison, envoyé comme propréteur en Hispanie citérieure grâce à l’appui de Crassus, sera tué en route dans sa province même par des cavaliers espagnols de son armée.
  • Jules César est élu édile. À ce titre il offre des combats somptueux (dont 640 gladiateurs). Il fait relever au Capitole les trophées de Marius, abattus lors de la réaction syllanienne, et gagne la faveur du peuple par la magnificence de ses jeux. Sa popularité est si grande qu’il ose disputer à Crassus le commandement d’une expédition en Égypte, qui finalement n’aura pas lieu. Les deux compétiteurs se rapprochent et joueront un rôle équivoque lors de la conjuration de Catilina.

Art & culture

Naissances

Décès

  • Judée : date possible de la persécution et de la mort du Maître de Justice[1], fondateur probable de la secte des Esséniens, créateur d’une gnose qui emprunte beaucoup au pythagorisme[2]. Après sa mort, la secte de la Nouvelle Alliance, un temps exilée à Damas, se développe considérablement. La découverte à Qumrân de sa communauté principale, où les adeptes menaient une vie d’ascèse et de méditation, et de sa bibliothèque a livré des textes essentiels (manuscrits de la mer Morte), notamment le Manuel de discipline. L’essénisme préfigure le christianisme[3].

Notes et références


  • Portail du monde antique Portail du monde antique

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article -65 de Wikipédia en français (auteurs)

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”