Censeur
Rmn-military-header.svg

Monarchie romaine
753509 av. J.-C.
République romaine
50927 av. J.-C.
Empire romain
27 av. J.-C.476
Empire byzantin
3951453

Magistratures ordinaires
Consul
Proconsul
Préteur
Propréteur
Censeur
Tribun
Édile
Questeur
Magistratures extraordinaires
Dictateur
Maître de cavalerie
Tribun consulaire
Interroi
Décemvir
Triumvir
Titres et honneurs
Empereur romain
Auguste
César
Préfet du prétoire
Tétrarque
Dux
Magister militum
Princeps senatus
Pontifex maximus
Préfet de Rome
Imperator
Légat
Licteur
Institutions et lois
Constitution romaine
Sénat romain
Assemblées
Magistrats
Cursus honorum
Auctoritas
Droit romain
Mos majorum
Citoyenneté
Imperium
Potestas
Série Rome antique

Le censeur (en latin censor) est un magistrat romain. Deux censeurs sont élus tous les cinq ans parmi les anciens consuls par les comices centuriates. Le pouvoir des censeurs est absolu : aucun magistrat ne peut s’opposer à leurs décisions, seul un autre censeur qui leur succède peut les annuler. Après 18 mois de mandat, ils président une grande cérémonie de purification, le lustrum, à la suite de laquelle ils abdiquent. La censure est la seule magistrature romaine qui n’autorise pas la réélection.

Sommaire

Rôle du censeur

Rôle civil

Leur principale fonction est le recensement quinquennal des citoyens romains (census) par niveau de fortune, une pratique administrative qui remonte, selon la tradition, au roi Servius Tullius. Ils inscrivent les nouveaux citoyens romains dans les registres de leur centurie et de leur tribu, passent en revue les chevaliers (la recognicio equorum) et dressent l’album sénatorial par la lectio Senatum.

À ce titre ils sont chargés de mettre à jour l'album, c'est-à-dire le registre des personnes admises au Sénat. Leur fonction les amène également à surveiller les mœurs. À cet effet, ils détiennent la cura morum qui leur permet de rayer de l’album sénatorial les sénateurs indignes, mais aussi de flétrir publiquement la réputation d’une personne par la nota censoria.

Ce dernier rôle est à l’origine du glissement de sens du mot « censeur » vers des connotations morales rigoristes et la censure.

Rôle économique

Les censeurs ont un rôle d’administrateur de la fortune publique :

  • ils surveillent les adjudications des affermages de la collecte des impôts aux sociétés de publicains
  • ils attribuent les marchés de travaux publics d’investissement, tel que la construction des voies romaines ou d’entretien des biens publics (temples, etc.)

Par exemple le censeur Appius Claudius Caecus lança les travaux de construction de la voie Appienne, et Caton l'Ancien fit construire la basilique Porcia.

Évolution historique de la fonction

La fonction de censeur, réservée aux patriciens, fut créée l'an 444 av. J.-C. en réaction à la concession politique faite aux plébéiens qui leur permettait l’accès à la magistrature de tribun militaire à pouvoir consulaire. Selon Tite-Live, les consuls accaparés par les opérations militaires souhaitent se décharger du recensement, fonction qu’ils jugeaient fastidieuse et accessoire. Le sénat approuva et les tribuns de la plèbe n’y firent aucune opposition[1].

Au nombre de deux, les censeurs devaient exercer les fonctions pendant 5 ans, intervalle entre deux recensements; mais dès 434 av. J.-C., dans la crainte qu'ils n'abusassent de leur autorité, le dictateur Aemilius Mamercus fit voter par le peuple l'abaissement de leur mandat à dix huit mois[2].

Les premiers plébéiens qui accédèrent à la censure grâce à leurs qualités individuelles et leurs alliances politiques furent Caius Marcius Rutilius en -351, puis Quintus Publilius Philo.
Cette magistrature devint systématiquement accessible aux plébéiens l'an 339 av. J.-C., en vertu d'une loi proposée par le consul Quintus Publilius Philo, imposant qu’un des deux censeurs soit plébéien.

La censure, temporairement supprimée par Sylla, fut abolie sous Auguste. Les pouvoirs de censeur furent transférés à un préfet des mœurs, fonction occupée personnellement par Auguste. Les empereurs successifs jusqu'à Vespasien possédèrent la puissance censoriale qui leur permettait d’évincer du Sénat des sénateurs opposants, mais aussi par la procédure de l’adlectio d’introduire dans l'assemblée des personnes n’ayant pas occupé de magistratures.

Après la mort de Vespasien en 79, on voit disparaître toute trace de cette magistrature. Domitien devient en 85 censeur perpétuel, et tous ses successeurs détiendront la puissance censoriale. L'empereur Dèce (249-251) voulut rétablir cette magistrature, mais cette tentative n'eut pas de suite.

Censeurs célèbres

Article connexe : Liste des censeurs romains.

Parmi ceux qui se distinguèrent dans cette magistrature, le plus célèbre fut Caton dit « le Censeur ».

Notes

  1. Tite-Live, livre IV, VIII
  2. Tite-Live, Histoire Romaine, livre IV, XXIV

Voir aussi

Liens internes

Liens externes

http://remacle.org/bloodwolf/institutions/censeur.htm


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Censeur de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • CENSEUR — Magistrature romaine créée vers CENSEUR 430 par démembrement du consulat. Deux censeurs, élus d’abord pour cinq ans et ensuite pour dix huit mois, sont chargés de la purification périodique du peuple romain, fonction proprement religieuse et… …   Encyclopédie Universelle

  • censeur — CENSEUR. s. m. Celui qui reprend ou qui contrôle les actions d autrui. Sans épithète, il se prend d ordinaire en mauvaise part. C est un censeur, pour dire, C est un homme qui trouve à redire à tout. Il se prend en bonne ou en mauvaise part, et c …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • censeur — CENSEUR. s. m. Celuy qui reprend ou qui controlle les actions d autruy. Sans epithete il se prend d ordinaire en mauvaise part. C est un censeur, pour dire, C est un homme qui trouve à redire à tout. Avec epithete il se prend tantost en bonne… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • censeur — Censeur, Censor. Estre censeur, Censuram gerere. Punition et condemnation faite par le censeur, Censio …   Thresor de la langue françoyse

  • censeur — (san seur) s. m. 1°   Magistrat dans l ancienne Rome. Les censeurs, qui étaient au nombre de deux, dénombraient les citoyens, estimaient les biens et veillaient au maintien des moeurs. 2°   Dans le langage général, celui qui censure la conduite,… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • CENSEUR — s. m. On appelait ainsi, chez les anciens Romains, Un magistrat qui tenait un registre du nombre des citoyens et de leurs biens, et qui avait en outre le droit de rechercher leurs moeurs et leur conduite. Caton le censeur.   Il signifie, par… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • CENSEUR — n. m. Celui qu’un gouvernement prépose à l’examen des livres, des journaux, des pièces de théâtre, etc., avant d’en permettre la publication ou la représentation. Le censeur refusa son approbation. On lui donna un censeur très sévère. Censeur des …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • Censeur Romain — Monarchie romaine 753 – 509 av. J. C. République romaine 509 – 27 av. J. C. Empire romain 27 av. J. C. – 476 Empire byzantin 395 – 1453 …   Wikipédia en Français

  • Censeur romain — Monarchie romaine 753 – 509 av. J. C. République romaine 509 – 27 av. J. C. Empire romain 27 av. J. C. – 476 Empire byzantin 395 – 1453 …   Wikipédia en Français

  • Censeur (Venise) — Le censeur (en latin censor; en Vén.: censòr) était à l origine un magistrat romain. Rôle du censeur La République de Venise en comptait deux. Leur juridiction s étendait sur : les mœurs des particuliers ; les brigues, faites par les… …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”