Base aérienne 118

Base aérienne 118 Mont-de-Marsan

Base aérienne 118 Mont-de-Marsan
French-roundel.svg
Code AITA'
'
Code OACI
LFBM
Pays France
Date de création 1932
Type de base Militaire
Gestionnaire Armée de l'air
Altitude 53 m 203 ft
Latitude 43° 54′41″ N
Longitude 0° 30′33″ W
Superficie 670 ha
Pistes
Direction Longueur Surface
mètres pieds
09 / 27 3 603 x 80 11 821 x 148 béton
Catégories
Aéroports • Aéroports par pays
Bases aériennes par pays
Listes
Liste des aéroportsPar code AITA
Liste des bases aériennes

43°54′41″N 0°30′33″O / 43.91139, -0.50917 La base aérienne 118 « Colonel Rozanoff » de l'Armée de l'air est située à Mont-de-Marsan, dans le département des Landes (43°54.35′N 0°30.15′W / 43.90583, -0.5025).

Situation de la BA 118 sur le territoire français

Sommaire

Historique

C'est en 1911 qu'a lieu sur l'hippodrome de Mont-de-Marsan le premier meeting aérien montois.
Dès 1914, l'école d'aviation de Pau installe à Mont-de-Marsan son terrain de secours. Le 5 janvier 1928, l'aéroclub des Landes est créé par Henri Farbos. Hélène Boucher a été son élève [1]. Cet aéroclub, qui reçoit entre autres la visite du premier hélicoptère français, mène, outre ses activités "classiques" de formation et de meetings, des missions de protection de la forêt landaise, en repérant incendies. C'est cette mission qui poussa Henri Farbos à créer le terrain de Dax, suivi de nombreux autres terrains dans les Landes. Les courses de chevaux sont alors interrompues par les décollages et atterrissages, c'est pourquoi un aérodrome digne de ce nom est construit en 1932 et inauguré en 1934.

Durant la Seconde Guerre mondiale, la Luftwaffe, qui souhaite baser des Focke-Wulf Fw 200 Condor et des Junkers Ju 290 à Mont-de-Marsan pour attaquer les convois maritimes alliés et faire de la reconnaissance au-dessus de l'Atlantique, construit une piste en béton et donne au site sa vocation militaire. En 1944, le site bombardé par les Américains est abandonné par les Allemands.

Après la guerre, le développement de nouveaux avions induit la création d'un centre d'essais aériens militaires. C'est le colonel Kostia Wladimir Rozanoff qui est chargé de trouver son emplacement. La présence de la piste de béton créée par les Allemands et la possibilité d'effectuer des essais de tirs à proximité le pousse à choisir Mont-de-Marsan. Le CEAM (Centre d'Expériences Aériennes Militaires) y emménage en 1945.

En 1964, avec le début de la politique de dissuasion nucléaire, les premiers Mirage IVA sont basés sur la BA 118 avec leur escadron de ravitalement en vol doté de C-135F. En 1986, les Mirage IVA sont remplacés par des Mirage IVP, équipés en 1992 d'un conteneur photo leur permettant de réaliser des missions de reconnaissance.

Mirage IV au sol

Le 1er février 1989, le commandement de la BA 118 est dissocié de celui du CEAM, ce dernier relevant directement du Chef d'état-major de l'armée de l'air.
A l'été 1996, la mission nucléaire stratégique est retirée aux Mirage IV et l'escadron de ravitaillement en vol déménage du même coup sur la Base aérienne 125 Istres-Le Tubé. Durant la participation militaire de la France en Afghanistan, les Mirage IVP sont déployés, fournissant des photos d'excellente qualité. Ils sont retirés du service le 22 juillet 2005. L'histoire des Mirage IV est intimement liée à celle de la BA 118, considérée aujourd'hui comme l'une des plus importantes bases opérationnelles des forces aériennes françaises.

Principales unités

Le CEAM

Le Centre d'Expériences Aériennes Militaires a pour mission l'étude, l'expérimentation et la définition des futures utilisations des équipements testés. Il se compose d'"Équipes de marques", petites unités d'experts spécialisés dans un domaine et d'escadrons, unités plus importantes.

Rafale "330-EJ" du 5/330

Il comprend ainsi :

Autres unités

La BA 118 abrite l'école des contrôleurs aériens (CICDA) et le centre de détection et de contrôle (CDC), qui scrute le ciel du quart sud-ouest de la France, l'EDSA (escadron de défense sol-air) « Tursan » mettant en œuvre les missiles sol-air Crotale et Aspic et bien sûr les contrôleurs aériens de la tour de contrôle gérant les alentours de l'aérodrome.

La BA 118 accueille la 2e COGA (2e Compagnie Opérationnelle du Génie de l'Air), seule unité du type dans le Sud-Ouest, l'escadron de transport "Ventoux", doté de Twin Otter DHC 6 et de Casa 235.
Une des missions-phare de l'Armée de l'air est dévolue à la BA 118 : la permanence opérationnelle, prête à faire décoller un avion armé en moins de 7 minutes et un 2e 7 minutes plus tard afin de faire face à une menace ou de venir en aide à un aéronef en difficulté.

Liens internes

Liens externes

Bibliographie

  • Des Ailes et des Hommes, d'Alexandre Paringaux
  • Brochure de présentation de la BA 118

Notes et références


Pigne.png Série des Landes de Gascogne

Médoc • Landes de Bordeaux • Pays de Buch • Pays de Born • Haute-Lande-Girondine • Landes du Bazadais • Grande-Lande • Marensin • Maremne • Landes de Dax • Petites Landes • Landes du Lot-et-Garonne

Pigne.png
  • Portail de l’histoire militaire Portail de l’histoire militaire
  • Portail de l’Aquitaine Portail de l’Aquitaine
  • Portail des Landes Portail des Landes
Ce document provient de « Base a%C3%A9rienne 118 Mont-de-Marsan ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Base aérienne 118 de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”