Barabbas
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Barabbas (homonymie).
Jésus et Barabbas devant Pilate, gravure d'après Bernhard Rode (1789)

Barabbas est un personnage du Nouveau Testament. Il est présenté dans les Évangiles comme un prisonnier dont la foule a réclamé la libération plutôt que celle de Jésus.

Sommaire

Le personnage d'après les Évangiles

Le nom de Barabbas apparaît plusieurs fois dans les Évangiles. Notamment dans Matthieu (chapitre 27), Marc (chapitre 15) et Luc (chapitres 23 et 18).

Accusé de sédition, il aurait été le meneur d'une révolte contre l'autorité romaine. Deux évangiles sur les quatre retenus par l'Église le présentent en ce sens, c’est-à-dire comme un résistant. Selon Marc 15, Barabbas était détenu « pour un meurtre commis dans une sédition » et selon Luc 23, Barabbas était « en prison pour une sédition qui avait eu lieu dans la ville ». Un troisième évangile le cite comme un « prisonnier fameux » (Mathieu, 27). Seul le quatrième évangile, celui de Jean, 18, en fait un « brigand », encore que, en cette époque de résistance intense à l'occupation romaine, le mot « brigand » ait souvent servi à désigner les patriotes insurgés.

Barabbas est jugé par le gouverneur romain Ponce Pilate, au milieu d'insurrections juives répétées et de répressions romaines sans merci. Pendant sa procurature, Ponce Pilate, comme ses prédécesseurs, a pressuré les Juifs et fait crucifier par centaines les insoumis capturés, quand il ne les envoyait pas aux arènes.

Or, durant le procès de Barabbas, qui connaît plusieurs étapes, Pilate doit également décider du sort du prévenu Jésus-Christ, sur la requête d'autorités religieuses juives selon lesquelles il aurait enfreint la Loi, c'est-à-dire la Torah, en proposant des réformes. Ces autorités souhaitent sa perte, selon le Nouveau Testament. Pilate interroge Jésus et ne trouve aucun motif de condamnation. Devant la foule remontée, le procurateur rappelle que la coutume juive veut que l'on libère un prisonnier lors de la fête de la Pâque. Pilate prétend s'en laver les mains afin d'exprimer son détachement. De fait, Pilate a le pouvoir de gracier qui bon lui semble, en tant que préfet, c’est-à-dire représentant direct de l'empereur. Il a le droit de vie et de mort en Judée sur toute personne sauf les citoyens romains.

C'est alors qu'il demande au public hébreu présent dans la cour du Temple de choisir celui qui échappera à l'exécution. .

Signification du récit

Libérez Barabbas, gravure de 1910

Le sens étymologique du nom de Barabbas est « fils du père » (de bar, en araméen : fils de, et abba, père). Le "s" final est une marque génitive grecque.

Pilate donne au peuple rassemblé le choix de sauver Barabbas ou Jésus et la foule lui crie de libérer Barabbas. Ce récit du Nouveau Testament, reportant sur les Juifs la responsabilité de la crucifixion, a été utilisé à des fins antisémites en servant de base aux accusations de peuple déicide[1]. Ces accusations sont démenties par le catéchisme du concile de Trente (1566), pour lequel l'unique responsable de la crucifixion est l'ensemble des péchés de l'humanité, depuis le péché originel jusqu'à la fin des temps[2].

Interprétations diverses

Une thèse veut que Bar Abba soit un nom de famille et que le prénom de ce personnage ait été également Jésus, éludé autant pour des raisons de rédaction par les scribes (Charles Perrot) que pour éviter qu'il y ait deux Jésus dont un voleur (Hyam Maccoby citant Origène et Etienne Trocmé). Hyam Maccoby et d'autres soutiennent même que Bar Abba, est en réalité une construction fictive issue d'une dissociation de la personne de Jésus, et s'appuient sur l'étymologie fils du père. Il s'agirait alors de faire la distinction entre les deux faces de Jésus, Jésus détesté et Jésus aimé par la foule, un Jésus condamné et un Jésus lavé de ses pêchés, un Jésus politique et un Jésus spirituel. Plus globalement, la figure de Barabbas est hautement énigmatique et entraîne des intérprétations littérales ou symboliques[3].[réf. nécessaire]

Le personnage dans l'art

Musique

Roman

Filmographie

Théâtre

Culture populaire

  • Au Québec, l'histoire de Barabbas a donné naissance à l'expression « connu comme Barabbas dans la Passion »[5].

Voir aussi

Notes

  1. Hyam Maccoby, L'exécuteur sacré, ed Cerf, 1982, p. 184-187 
  2. Première partie, chap. 5, § 3 : « Et il faut le reconnaître, notre crime à nous dans ce cas est plus grand que celui des Juifs. Car eux, au témoignage de l’Apôtre, s’ils avaient connu le Roi de gloire, ils ne L’auraient jamais crucifié. Nous, au contraire, nous faisons profession de Le connaître. Et lorsque nous Le renions par nos actes, nous portons en quelque sorte sur Lui nos mains déicides ».
  3. Modèle:Corpus Christi - Documentaire episode 4 "Barabbas"
  4. La graphie Barrabas est apparemment celle qui était en usage à l'époque du film.
  5. [1]

Lien externe


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Barabbas de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Barabbas — biblical masc. proper name, Gk. Barabbas, from Aramaic barabba, son of the father, or son of the master. In Hebrew, it would be ben abh …   Etymology dictionary

  • Barabbas —    Péplum de Richard Fleischer, d après le roman de Pär Lagerkvist, avec Anthony Quinn, Silvana Mangano, Jack Palance, Ernest Borgnine.   Pays: États Unis et Italie   Date de sortie: 1961   Technique: couleurs   Durée: 2 h 20    Résumé    La… …   Dictionnaire mondial des Films

  • Barabbas — Barabbas, jüdischer Räuber u. Aufrührer, saß zu Jerusalem gefangen. Als an dem Passahfeste, an welchem Jesus von den Juden vor das Gericht gestellt wurde, der Procurator Pontius Pilatus dem Volke B. od. Jesum zur Wahl darstellte, welchen von… …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Barabbas — ou Barrabas agitateur politique. Condamné à mort, il fut gracié par Pilate, à la place de Jésus, sous la pression de la foule (évangiles) …   Encyclopédie Universelle

  • BARABBAS — Latine filius patris, insignis latro et homicida, Matth. c. 27. v. 16. Sedulius de Iudaeis: Tunc coluêre Baal, tunc elegêre Barabbam …   Hofmann J. Lexicon universale

  • Barabbas — [bə rab′əs] n. [L(Ec) < Aram < baraba, son of Abba] Bible the prisoner whom the people wanted freed rather than Jesus: Matt. 27:16 21 …   English World dictionary

  • Barabbas — In the Christian narrative of the Passion of Jesus, Barabbas, according to some texts Jesus bar Abbas [cite web title=Bible Gateway The Message, Matthew 27:15 18 url=http://www.biblegateway.com/passage/?book id=47 chapter=27 verse=15 version=65… …   Wikipedia

  • Barabbas — Gib uns Barabbas! , aus The Bible and its Story Taught by One Thousand Picture Lessons, 1910. Barabbas (griechisch Bαραββᾶς) war nach allen evangelischen Berichten des Prozesses gegen Jesus ein Mann, der sich in der Zeit der Passion in römischer… …   Deutsch Wikipedia

  • Barabbas — /beuh rab euhs/, n. a condemned criminal pardoned by Pilate in order to appease the mob, which demanded that he be freed instead of Jesus. Mark 15:6 11; John 18:40. * * * In the New Testament, a prisoner or criminal freed to please the mob before …   Universalium

  • Barabbas — Aramaic for ‘son of the father’. All the gospels name Barabbas as a prisoner held by the Romans at the time of Jesus trial as a nationalist rebel (Mark 15:7) but released. Mark and Matthew report that there was a custom to release a prisoner at… …   Dictionary of the Bible

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”