Urville-Hague

Urville-Nacqueville

Urville-Nacqueville
Administration
Pays France
Région Basse-Normandie
Département Manche
Arrondissement Cherbourg-Octeville
Canton Beaumont-Hague
Code Insee abr. 50611
Code postal 50460
Maire
Mandat en cours
Yveline Druez
2008-2014
Intercommunalité Communauté de communes de la Hague
Démographie
Population 2 217 hab. (2006)
Densité 191 hab./km²
Géographie
Coordonnées 49° 40′ 29″ Nord
       1° 44′ 15″ Ouest
/ 49.6747222222, -1.7375
Altitudes mini. 0 m — maxi. 148 m
Superficie 11,58 km²

Voir la carte physique

Voir la carte administrative

Urville-Nacqueville est une commune française, située dans le département de la Manche et la région Basse-Normandie. Elle est issue de la fusion de Urville-Hague et de Nacqueville, le 1er janvier 1964.

Sommaire

Géographie

Villas longeant la plage d'Urville

Histoire

Urville fut une station balnéaire très prisée au début du XXe siècle. De cette époque date le "village normand", conçu en 1911 par René Levavasseur, architecte de la Gare maritime de Cherbourg, il a été détruit par les bombardements de juin 1944, comme de nombreuses villas construites sur la côte de Landemer.

Une de ces villas accueillera dans les années 1920, la famille du jeune Boris Vian, qui écrira plus tard "Landemer, ça s'appelait. Dix-sept habitants. On avait des petites baraques là-bas. [...] Un chouette merveilleux pays."

Héraldique

Blason ville fr Urville-Nacqueville (Manche).svg

Les armes de la commune d'Urville-Nacqueville se blasonnent ainsi :
De gueules au léopard d'or armé et lampassé du champ, surmonté de deux lettres U et N capitales gothiques aussi d'or.

Administration

Liste des maires successifs
Période Identité Parti Qualité
 ???  ??? Jean-Baptiste Belhôte[1] - -
 ???  ??? Jean-Louis le Moigne-Larivière[2] - -
1977 2001 Guy Odilon[3] RPR -
mars 2001 en cours Yveline Druez PS -
Toutes les données ne sont pas encore connues.

Démographie

Évolution démographique
(Source : INSEE[4])
1962 1968 1975 1982 1990 1999
852 867 941 1 245 2 109 2 227
Nombre retenu à partir de 1962 : population sans doubles comptes

Lieux et monuments

  • Le Château de Nacqueville est un monument historique datant du XVIème siècle.
  • Le manoir de Dur-Ecu est lui aussi un monument historique datant de la même période.
  • La plage et ses villas de bord de mer. En 1906, M. Fontanes, cherbourgeois devenu directeur du théâtre du Châtelet, construit plusieurs villas en bord de plage (villa le Chatelet), alors que la Mailleraie accueillit l'infante Eulalie d'Espagne
  • La villa de La Roche d'Airel, construite par René Levavasseur, surplombe la route de Landemer.
  • La plage d'Urville-Nacqueville est bien connue des wind-surfeurs pour ses vents et ses vagues de qualité. Les finales des compétitions "Rip Curl Funboard Tour" s'y disputaient conjointement avec Siouville-Hague.

L'église d'Urville-Nacqueville

La construction de l'église d'Urville-Nacqueville commence en 1958, après la pose de la première pierre le 6 octobre, en remplacement des deux églises détruites à l'occasion des opérations militaires de la Libération. En 1944, chacune des deux communes possédait son église. Celle de Nacqueville, là-haut sur la colline, fut dynamitée par les Allemands dans les premiers jours du mois de juin 1944, en représailles après de sévères bombardements anglais visant à détruire les installations de radars situées à deux pas de l'édifice. Très repérable, avec son clocher élancé, cette église de style néogothique avait été construite en 1904 par le châtelain de l'époque, Hildevert Hersent, qui en fit don à la commune. La nef et le chœur de celle d'Urville-Hague, déjà très ébranlés par les bombardements, s'écroulèrent au passage des chars américains. Il n'en reste que le clocher en bordure du CD 45, direction Landermer.

Si les deux communes comportent de nombreux villages excentrés, Urville-Hague et Nacqueville forment en pied de coteau une agglomération mitoyenne. Dès que la région fut libérée, un accord entre la préfecture et l'évêché décide de fusionner les deux paroisses et de ne reconstruire qu'une seule église pour les deux communes. Quelques années plus tard, ces deux collectivités fusionneront elles aussi.

L'édifice actuel est l'œuvre de François Champart. L'architecte a voulu reprendre avec les possibilités des techniques contemporaines, les formes trapues des vielles églises de la Hague. Les matériaux, pierres apparentes, couvertures en schiste, concourent à rappeler les édifices traditionnels de la région. Sur le parvis, on remarque le baptistère en forme de pigeonnier, abritant les fonts baptismaux de l'ancienne église d'Urville (XVIIIe siècle), placé comme un exonarthex avec un cheminement (la couverture en a été enlevée) prévu pour accueillir le nouveau baptisé directement dans la chapelle de la Vierge. Ce vaste parvis introduit le visiteur sous un porche généreux qui mène dans une nef ample, elle-même emportant le regard vers les piliers du clocher encadrant l'autel principal. Au-dessus du porche, on peut lire "Ut omnes ununt sint, sicut tu Pater in me et ego in te". Que tous soient uns, comme toi, Père tu es en moi et moi en toi"(Evangile de Jean 17, 21). Allusion à la devise de Monseigneur Guyot, évêque de Coutances à l'époque : "Ut sint unum : qu'ils soient un". La première eucharistie y fut célébrée le 1er novembre 1960. La consécration de l'autel et la bénédiction de l'église eurent lieu le 6 août 1961.

Les vitraux

Posés en 1960, les vitraux sont l'œuvre de Henri Martin-Granel, maître verrier, ami de l'architecte François Champart. Une réalisation selon la technique de la dalle de verre alors très en vogue au milieu du XXe siècle.

L'architecte et le maître verrier ont cherché à donner de l'importance au chœur de l'église, par rapport à la nef, ce qui explique les coloris beaucoup plus chauds des verrières du chœur où dominent surtout le rouge et l'or.

Les vitraux de la nef, plus pâles pour laisser passer la lumière, ce qui ne les empêche pas cependant d'avoir l'élan de ceux du chœur. Leurs couleurs alternent : fonds jaunes et fonds verts. En plus de la signification expliquée plus loin, l'artiste a voulu figurer les pommiers de Normandie dans la succession des saisons.


Signification

La verrière au-dessus du portail, les "claustra", donnent tout son éclat au soleil couchant. Les trois vitraux du sanctuaire, derrière le maître autel, représentent les saints patrons de la paroisse : la Vierge Marie, assise sur son trône de gloire, présente son fils Jésus, représenté en noir, allusion possible aux liens qu'entretint le maître verrier avec l'Afrique. Mais aussi, pour signifier que le Christ est le sauveur de toute l'humanité. Notre-Dame est en effet la patronne principale de la nouvelle paroisse d'Urville-Nacqueville. Côté évangile, Saint Laurent, patron de l'ancienne paroisse de Nacqueville, attaché à son gril. Sa tête exprime la douleur, tandis que ses mains en prière traduisent la confiance. Côté épître, Saint Martin, patron de l'ancienne paroisse d'Urville-Hague, coupe avec son épée un pan de son manteau dont il couvrira le pauvre.

Dans la chapelle de la Vierge, à droite en entrant, on admire l'éclat, surtout au soleil du matin, du vitrail de la Sainte Vierge. Il représente Jessé couché, en songe, et la Vierge Marie issue de la descendance de David. C'est l'Arbre de Jessé dont parle Isaïe (11,1), thème souvent traité dans l'iconographie religieuse. Une illustration de la généalogie du Christ descendant par la Vierge de la royauté de David et donc de l'Ancien Testament. Comme dans les représentations du Moyen Âge, l'artiste a figuré l'arbre et les rameaux qui continuent dans les vitraux des redans de la nef et conduisent à la Vierge et à son Fils représentés là-haut dans le vitrail du sanctuaire.

Enfin un dernier petit vitrail particulièrement réussi, près de l'escalier de la tribune, représente un poisson au milieu des vagues. Allusion au mot grec "icthus" qui signifie "poisson". Les lettres de ce mot sont les initiales en grec de "Jésus-Christ, Fils de Dieu, Sauveur". Les premiers chrétiens se servaient de ce signe pour se reconnaître.

Remarquer les deux vitraux, côté épitre, au sud dans le sanctuaire. L'un, à gauche, représente les armoiries du pape de l'époque, Jean XXIII. L'autre à droite, celles de Mgr Guyot, évêque du diocèse jusqu'en 1966. C'était une façon de situer dans le temps la construction de l'église pour les générations à venir.

Les visiteurs de l'église notent souvent l'intérêt des vitraux qui réchauffent et tempèrent la sévérité des matériaux de l'ensemble de l'édifice. Ils participent, un peu à la manière des vitraux des grandes cathédrales du Moyen Âge, à la formation du visiteur.

À remarquer encore:

  • La statue de la Vierge (1962), œuvre de Ferdinand Parpan (1902-2004).
  • Le grand crucifix provient de la perque de l'église d'Urville.
  • La porte du tabernacle représentant le sacrifice d'Isaac. La Tradition y a vu une préfigure du sacrifice du Christ. Bas-relief du XVIIe siècle (le décor de l'autel caractérise cette époque). On y retrouve encore le maniérisme de la Renaissance. Don d'une famille qui en ignore la provenance.
  • Le grand lutrin est un don de l'architecte : origine espagnole. L'aigle est une représentation symbolique de l'évangéliste Saint Jean. Allusion à l'aigle au début du livre de l'Apocalypse.

À voir aussi sur la commune

La chapelle de Nacqueville. Bâtie sur la colline, à l'emplacement de l'ancienne église dont elle constitue le mémorial, elle est l'œuvre d'architectes locaux Levavasseur et Lebreton. Inaugurée en 1965, elle n'est plus utilisée.

Près du village d'Eudal, sur la route de Sainte-Croix, à voir, un oratoire sur son tertre, avec une statue de Sainte Barbe en pierre polychrome du XVIIIe siècle. Venu de l'Orient chrétien, de la Turquie principalement, le culte à Sainte Barbe s'est beaucoup répandu en Occident. Quelquefois représentée avec la palme des martyres, on la voit le plus souvent adossée à une tour, le lieu de sa captivité selon la légende. Une tour à trois fenêtres, car Barbara fut soutenue par les trois vertus théologales: la foi, l'espérance et la charité.

La chapelle Saint Clair, au-dessus du village de la Rivière, vers Querqueville. Le petit est édifice blotti au bas de la cavée, au pied de ses grands pins. Maison des hommes et maison de Dieu! La célèbre revue "L'Art sacré" en fit l'exemple d'un édifice religieux particulièrement bien intégré dans le site. Aujour-d'hui fermée par des grilles, elle attend une hypothétique restauration pour une destination à trouver.

Personnalités liées

  • Boris Vian, écrivain, a passé ses vacances à Landemer, qu'il décrira dans L'Arrache-cœur.
  • Côtis-Capel, pseudonyme littéraire d'Albert Lohier (1915-1986), écrivain et prêtre normand.

Voir aussi

Références

  1. (fr) Annuaire du Département de la Manche, 33° Année 1861, p 235
  2. (fr) Annuaire du Département de la Manche, 14° Année 1842, p 159
  3. derniers voeux du maire - Urville-Nacqueville
  4. Urville-Nacqueville sur le site de l'Insee

Liens externes


Ce document provient de « Urville-Nacqueville ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Urville-Hague de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Urville-nacqueville — Administration Pays France Région Basse Normandie Département Manche Arrondissement Cherbourg Octeville Canton …   Wikipédia en Français

  • Urville-Nacqueville — Urville Nacqueville …   Wikipedia Español

  • Urville-Nacqueville — 49° 40′ 29″ N 1° 44′ 15″ W / 49.6747222222, 1.7375 …   Wikipédia en Français

  • Urville —  Cette page d’homonymie répertorie les différents lieux partageant un même toponyme. Urville peut faire référence à : Plusieurs communes françaises Urville, dans l Aube Urville, dans le Calvados Urville, dans la Manche, aussi appelée… …   Wikipédia en Français

  • Urville-Nacqueville — Original name in latin Urville Nacqueville Name in other language Urville, Urville Hague, Urville Nacqueville State code FR Continent/City Europe/Paris longitude 49.67444 latitude 1.73664 altitude 10 Population 2307 Date 2012 01 18 …   Cities with a population over 1000 database

  • Cap De La Hague — Presqu île sur une péninsule, à la pointe nord ouest du Cotentin, le cap de la Hague offre de beaux paysages sauvages et a gardé, pour l essentiel, ses villages et son habitat traditionnel. L activité économique principale vient de l usine de… …   Wikipédia en Français

  • Cap de la Hague — Image satellite du cap de la Hague (en bas à droite) avec Cherbourg (à gauche). Localisation Pays …   Wikipédia en Français

  • Cap de la hague — Presqu île sur une péninsule, à la pointe nord ouest du Cotentin, le cap de la Hague offre de beaux paysages sauvages et a gardé, pour l essentiel, ses villages et son habitat traditionnel. L activité économique principale vient de l usine de… …   Wikipédia en Français

  • La Hague — Cap de la Hague Presqu île sur une péninsule, à la pointe nord ouest du Cotentin, le cap de la Hague offre de beaux paysages sauvages et a gardé, pour l essentiel, ses villages et son habitat traditionnel. L activité économique principale vient… …   Wikipédia en Français

  • Greville-Hague — Gréville Hague Gréville Hague Administration Pays France Région Basse Normandie Département Manche Arrondissement Cherbourg Octeville Canton …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”