1985 en Nouvelle-Calédonie

Années :
1982 1983 1984  1985  1986 1987 1988

Décennies :
1950 1960 1970  1980  1990 2000 2010
Siècles :
XIXe siècle  XXe siècle  XXIe siècle
Millénaires :
Ier millénaire  IIe millénaire  IIIe millénaire


Chronologies géographiques :
Afrique • Amérique (Canada, États-Unis) • Asie • Europe (France, Italie, Suisse) • Océanie


Chronologies thématiques :
Aéronautique Architecture Automobile • Bande dessinée Chemins de fer Cinéma Disney Droit Économie • Football Informatique Jeu • Jeu vidéo Littérature Musique Musique classique Parcs de loisirs Photographie Santé et médecine • Science Sociologie • Sport Télévision Théâtre


Calendriers :
Romain Chinois Grégorien Hébraïque Hindou Musulman Persan Républicain

Cette page concerne l'année 1985 du calendrier grégorien.

Histoire de la Nouvelle-Calédonie

1960 - 1961 - 1962 - 1963 - 1964 - 1965 - 1966 - 1967 - 1968 - 1969

1970 - 1971 - 1972 - 1973 - 1974 - 1975 - 1976 - 1977 - 1978 - 1979

1980 - 1981 - 1982 - 1983 - 1984 - 1985 - 1986 - 1987 - 1988 - 1989

1990 - 1991 - 1992 - 1993 - 1994 - 1995 - 1996 - 1997 - 1998 - 1999

2000 - 2001 - 2002 - 2003 - 2004 - 2005 - 2006 - 2007 - 2008 - 2009

Événements

  • 7 janvier : Edgard Pisani propose un plan visant à organiser en juillet un référendum qui donnerait le choix entre le maintien dans la République française ou la création d'un État indépendant associé à la France.
  • 11 janvier : Yves Tual, jeune de 17 ans, est tué par des militants indépendantistes sur la propriété de ses parents près de Thio. Cette mort entraîne de violentes émeutes anti-indépendantistes à Nouméa dans la nuit du 11 au 12 janvier. Les commerces de personnalités indépendantistes dans la capitale sont pris d'assauts, incendiés ou pillés : la pharmacie générale (appartenant à Maurice Lenormand), la station service d'André Dang, entre autres. Les manifestants loyalistes convergent vers le Haut-commissariat. Le bilan se dresse à 48 blessés et 51 interpellations.
  • 12 janvier : mort du leader indépendantiste radical Éloi Machoro, tué d'une balle dans la poitrine par un membre du GIGN avec un autre militant indépendantiste, Marcel Nonnaro, dans une ferme de La Foa qu'ils occupaient. Le même jour, l'état d'urgence est déclaré et le couvre-feu installé en Nouvelle-Calédonie.
  • 19 janvier : lors d'une visite éclaire de 24 heures sur le territoire, le président de la République François Mitterrand annonce l'élaboration prochaine par le gouvernement d'un nouveau statut pour le Territoire. Plus de 30 000 personnes manifestent à Nouméa pour la Nouvelle-Calédonie française.
  • 25 janvier : Dick Ukeiwé, au nom de l'exécutif local et du RPCR, oppose au projet d'indépendance-association d'Edgard Pisani l'idée d'un statut de type fédéral.
  • 9 février : le FLNKS se prononce contre le projet Pisani de référendum et d'indépendance-association lors de son congrès de Nakéty. Ce Congrès structure également l'action indépendantiste : les pouvoirs du bureau politique du FLNKS sont renforcés, il décide que les instances de base du Front sont les comités de lutte unitaires installés dans chaque commune afin d'organiser les actions sur le terrain et les occupations de terre tout en désignant les 37 députés de la Convention nationale, véritable « Parlement » indépendantiste chargé d'élire le gouvernement provisoire de Kanaky et d'adopter son budget. Appelant sinon au boycott de l'« école coloniale », des Écoles populaires kanak, offrant des enseignements en langues vernaculaires, sont créées dans les zones contrôlées par le FLNKS. Le boycott est levé en mai, avec un libre choix des parents, tandis que l'on compte 56 EPK dans 8 communes comptant 230 animateurs scolarisés et 1 500 à 2 000 enfants Kanaks scolarisés (soit environ 15 % du total).
  • 26 février : nouvelle manifestation anti-indépendantiste à Nouméa : « défilé de la liberté » au cours duquel 35 000 personnes marchent contre le couvre-feu et l'état d'urgence.
  • mars-décembre : apogée des violences : des affrontements se succèdent jours et nuits sur l'ensemble du Territoire dans un climat de quasi guerre civile, avec assassinats, incendies, grèves, manifestations, barrages, plasticages, sabotages, arrestations et opérations militaires.
  • 21 mai : Edgard Pisani, ministre chargé de la Nouvelle-Calédonie dans le gouvernement socialiste de Laurent Fabius, avec pour mission de préparer un nouveau statut pour le Territoire.
  • 31 mai : l'Assemblée territoriale vote à son tour contre le projet de référendum et d'indépendance-association proposé par Edgard Pisani en janvier.
  • 14 juin : le couvre-feu est levé.
  • 30 juin : l'état d'urgence prend fin.
  • 23 août : « Statut Fabius-Pisani » qui accorde plus d'autonomie à la Nouvelle-Calédonie. Création de 4 Régions (Nord, Centre, Sud et Îles) disposant chacune d'un conseil élu au suffrage universel à la proportionnelle de liste, la réunion de ces 4 conseils formant le Congrès du Territoire qui remplace l'Assemblée territoriale de Nouvelle-Calédonie. L'exécutif appartient toujours au Haut-commissaire toutefois secondé par un Conseil exécutif dirigé par le président du Congrès et composé des 4 présidents de Région. Il est créé également dans chaque région un conseil consultatif coutumier, dont la réunion forme le conseil coutumier territorial.
  • 24 septembre : en visite sur le territoire, le président du RPR et chef de l'opposition Jacques Chirac organise un meeting « bleu, blanc, rouge » devant plus de 7 000 personnes sur la Place des Cocotiers : tout en critiquant le projet d'indépendance-association (système « profondément malhonnête et indigne »), il se prononce en faveur d’un référendum d'autodétermination et de la mise en place d'une aide exceptionnelle pour favoriser le développement du territoire (programme d’équipements collectifs et création d’un centre urbain sur la Côte est). En réponse aux indépendantistes, il déclare : « Vous êtes chez vous mais nous sommes aussi chez nous car nous avons tous ici notre place dans un destin commun : Mélanésiens, Caldoches venus de la vieille Europe mais aussi Wallisiens, Tahitiens ou Asiatiques. Oui, nous sommes chez nous car nous sommes en France ! ».
  • 29 septembre : premières et seules élections territoriales du statut Fabius-Pisani. Le FLNKS, contrairement à 1984, y participe. Le RPCR remporte une seule région, celle du Sud (présidée par Jean Lèques puis Pierre Frogier), mais obtient la majorité au Congrès ainsi que la présidence de cette assemblée et donc du Conseil exécutif (en la personne de Dick Ukeiwé). Le FLNKS quant à lui remporte les 3 autres Régions (Jean-Marie Tjibaou dans le Nord, Léopold Jorédié dans le Centre et Yeiwéné Yeiwéné dans les Îles Loyauté).
  • 15 novembre : démission d'Edgard Pisani du gouvernement socialiste de Laurent Fabius, il n'est pas remplacé.
  • 18 novembre : Roger Laroque, maire de Nouméa depuis 1953 et l'un des membres fondateurs du RPCR, décède. Son 1er adjoint, Jean Lèques, assure l'intérim en attendant l'élection d'un nouveau maire.

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article 1985 en Nouvelle-Calédonie de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Culture en Nouvelle-Calédonie — La Nouvelle Calédonie a développé, au travers des nombreuses communautés qui composent sa population, une grande mixité et diversité culturelles. Sommaire 1 Culture ou cultures de Nouvelle Calédonie ? 2 Pratiques culturelles 2.1 Langues …   Wikipédia en Français

  • Transport en Nouvelle-Calédonie — Les réseaux de transport en Nouvelle Calédonie sont soumis à un certain nombre de contraintes géographiques : l insularité, le climat, l éloignement de la Métropole (distante d environ 17 000 kilomètres), l aspect relativement étendu de …   Wikipédia en Français

  • 2009 en Nouvelle-Calédonie — Années : 2006 2007 2008  2009  2010 2011 2012 Décennies : 1970 1980 1990  2000  2010 2020 2030 Siècles : XXe siècle  XXIe siècle …   Wikipédia en Français

  • 1988 en Nouvelle-Calédonie — Années : 1985 1986 1987  1988  1989 1990 1991 Décennies : 1950 1960 1970  1980  1990 2000 2010 Siècles : XIXe siècle  XXe siècle …   Wikipédia en Français

  • 1987 en Nouvelle-Calédonie — Années : 1984 1985 1986  1987  1988 1989 1990 Décennies : 1950 1960 1970  1980  1990 2000 2010 Siècles : XIXe siècle  XXe siècle …   Wikipédia en Français

  • 1990 en Nouvelle-Calédonie — Années : 1987 1988 1989  1990  1991 1992 1993 Décennies : 1960 1970 1980  1990  2000 2010 2020 Siècles : XIXe siècle  XXe siècle …   Wikipédia en Français

  • 1986 en Nouvelle-Calédonie — Années : 1983 1984 1985  1986  1987 1988 1989 Décennies : 1950 1960 1970  1980  1990 2000 2010 Siècles : XIXe siècle  XXe siècle …   Wikipédia en Français

  • 1984 en Nouvelle-Calédonie — Années : 1981 1982 1983  1984  1985 1986 1987 Décennies : 1950 1960 1970  1980  1990 2000 2010 Siècles : XIXe siècle  XXe siècle …   Wikipédia en Français

  • 1989 en Nouvelle-Calédonie — Années : 1986 1987 1988  1989  1990 1991 1992 Décennies : 1950 1960 1970  1980  1990 2000 2010 Siècles : XIXe siècle  XXe siècle …   Wikipédia en Français

  • 1982 en Nouvelle-Calédonie — Années : 1979 1980 1981  1982  1983 1984 1985 Décennies : 1950 1960 1970  1980  1990 2000 2010 Siècles : XIXe siècle  XXe siècle …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”