Strabon
Strabon
Strabon d'Amasée, gravure du XVIe siècle
Strabon d'Amasée, gravure du XVIe siècle

Activités géographe, historien
Naissance vers 58 av. J.-C.
Amasée
Décès entre 21 et 25 après J.-C.
Genres roman
Œuvres principales
  • Géographie
  • Histoire (perdue)

Strabon (en grec ancien Στράϐων / Strábôn, « qui louche », en latin Strabo), né à Amasée dans le Pont (actuelle Amasya en Turquie) vers 58 av. J.-C.[1], mort entre 21 et 25 après J.-C., est un géographe grec.

Sommaire

Biographie

Peu de choses de sa vie sont connues. Sa famille habitait à Amasée, une ville dans la région du Pont-Euxin. Strabon lui-même dit qu'il a étudié auprès d'Aristodème de Nysa, précepteur des enfants de Pompée, en Carie. Ensuite, il s'installa à Rome et étudia auprès d'un certain Tyrannion, géographe de son état. En 25 ou 24 av. J.-C., il voyagea en Égypte, accompagnant le préfet romain Ælius Gallus le long du Nil.

Après de nombreux voyages, il retourna à Amasée, où il entreprit de rédiger une Histoire (Ἱστορικὰ Ὑπομνήματα / Historika Hypomnếmata) en 43 volumes, qu'il voulait la continuation de l'œuvre de Polybe. Aucun de ces volumes n'est parvenu aux lecteurs d'aujourd'hui. Ensuite, il commença une Géographie (Γεωγραφικά / Geôgraphiká), conçue comme complémentaire de l’Histoire, en 17 volumes, qui, elle, ne fut pas perdue, sauf quelques parties manquantes du livre VII. Son but était d'offrir à un lectorat aussi large que possible un livre agréable et instructif, qui pût être lu d'affilée.

La Géographie

La Géographie est divisée comme suit :

  • les livres I et II constituent une longue introduction à l'ouvrage, où Strabon entend prouver que le géographe Ératosthène a eu tort de rejeter l'œuvre d'Homère d'un point de vue géographique ;
  • les livres III à X décrivent l'Europe, et plus particulièrement la Grèce (livres VIII-X) ;
  • les livres XI à XIV décrivent l'Asie mineure ;
  • les livres XV à XVI décrivent l'Orient ;
  • le livre XVII décrit l'Afrique (Égypte et Libye).
L'Europe telle que la voyait Strabon

Strabon pensait que la fortune de la Grèce était partiellement due à sa situation maritime, et esquissait une corrélation intéressante entre l'avancement d'un peuple en matière de civilisation et son contact avec la mer. En même temps, il insistait sur le fait que la géographie ne pouvait à elle seule expliquer la grandeur d'un peuple, et affirmait que la civilisation grecque reposait sur l'intérêt de ses citoyens pour les arts et la politique.

Si son œuvre reprend parfois des textes antérieurs de plusieurs siècles à la période où il a vécu, néanmoins sa connaissance du droit romain des différentes cités en fait aussi une source essentielle pour décrire les débuts de la romanisation en Gaule et dans la Péninsule ibérique. Il montre ainsi, dans les livres III et IV notamment, le développement d'une nouvelle culture dans ces régions, suite à l'acculturation partielle des populations.

L'œuvre de Strabon resta dans l'ombre sous l'Empire romain, malgré le vœu de son auteur. Ce ne fut qu'à partir du Ve siècle qu'elle commença à être citée, et que Strabon devint l'archétype du géographe. Au XVe siècle l'érudit italien Guarino Veronese traduisit la totalité de l'œuvre de Strabon, contribuant ainsi à sa redécouverte. Les historiens classiques comme Wilamowitz ont reconnu l'intérêt de son œuvre, ainsi que ses talents littéraires, qui lui permettaient de décrire un lieu où il n'était pas allé mieux que Pausanias, qui y était allé.

Strabon, grâce à ses nombreux voyages, participe également à l'élaboration de la liste des sept Merveilles du monde. Il affirme notamment :

« Babylone est située [...] dans une plaine. Ses remparts ont 365 stades[2] de circuit, 32 pieds d'épaisseur[3] et 50 coudées[4] de hauteur dans l'intervalle des tours, qui elles-mêmes sont hautes de 60 coudées. Au haut de ce rempart on a ménagé un passage assez large pour que deux quadriges puissent s'y croiser. On comprend qu'un pareil ouvrage ait été rangé au nombre des Sept Merveilles du monde »

— Géographie [détail des éditions] [lire en ligne], XVI, 1, 5 (« L'Assyrie, l'Adiabène et la Mésopotamie »).

Notes et références

  1. Concernant la date de naissance de Strabon : W. Aly, Strabonis geographica, iv. Strabon von Amaseia. Untersuchungen uber text, aufbau und quellen des geographie antiquas 1. Reihe v, Bonn, 1957, p. 11 (propose les dates 63-62). D. Dueck, Strabo of Amasia. A Greek Man of Letters in Augsutan, Rome, Londres et New-York, 2000, p. 2 (propose une période entre 64 et 50). S. Pothecary, “The expression ‘our times’ in Strabo’ Geography”, in CPh, 1997, 92, p. 235-246 (propose les dates de 65-63).
  2. 365 stades : soit entre 65 et 70 km de circonférence, c'est-à-dire de l'ordre de deux fois la longueur du boulevard périphérique parisien !
  3. 32 pieds : environ 9 m.
  4. 50 coudées : plus de 20 m.

Annexes

Éditions

Consulter la liste des éditions de cette œuvre

  • Géographie, trad. Amédée Tardieu, 1867, Hachette, 4 vol. [1] [2]

Liens externes

Sur les autres projets Wikimedia :


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Strabon de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Strabon — (* etwa 63 v. Chr. in Amaseia in Pontos; † nach 23 n. Chr.), altgr. Στράβων, lateinisch Strabo („der Schielende“), war ein antiker griechischer Geschichtsschreiber und Geograph. Inhaltsverzeichnis 1 Leben 2 Die Geographie …   Deutsch Wikipedia

  • STRABON — (STRABON 63 env. env. 25) Historien et géographe grec, né à Amaseia, ville d’Asie Mineure, ancienne capitale du royaume du Pont. On ne sait de sa vie et de sa famille que ce qu’il en dit épisodiquement dans son œuvre. Ses ancêtres paraissent… …   Encyclopédie Universelle

  • Strābon — Strābon, griech. Geograph, um 60 v. Chr. bis 20 n. Chr., aus Amasīa im Pontos, lebte nach ausgedehnten Reisen seit 20 v. Chr. dauernd in Rom. Außer einem großen historischen Werk in 47 Büchern, das bis auf wenige Fragmente (zuletzt gesammelt von… …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • Strabon — Stràbōn <G Strabóna> (o.63 o.20. pr. Kr.) DEFINICIJA grčki geograf i povjesničar (Geografija u 17 knjiga, važan izvor za proučavanje antičke geografije) …   Hrvatski jezični portal

  • Strabon — Stra|bo , Stra|bon [st...] (griechischer Geograf und Geschichtsschreiber) …   Die deutsche Rechtschreibung

  • WALAFRID STRABON — ou WALAFRID LE LOUCHE (808 env. 849) Moine à Reichenau, élève de Raban Maur à Fulda (826 829), Walafrid est appelé par Hilduin en 829 pour être le précepteur du fils de Louis le Pieux, qui le nomme abbé de Reichenau en 838; expulsé de son abbaye… …   Encyclopédie Universelle

  • Walafrid Strabon — Walahfrid Strabo est un religieux franc d origine souabe de la 1re moitié du IXe siècle. Né en Souabe vers la fin du VIIIe siècle/début du IXe siècle, il est formé à la célèbre abbaye de Fulda en Germanie, puis, devenu abbé en 838 …   Wikipédia en Français

  • Theoderich Strabon — Theoderich „Strabo“ („der Schieler“; † 481) war ein oströmischer Heermeister ostgotischer Abstammung. Theoderich stammte wie sein Namensvetter Theoderich der Große aus dem Haus der Amaler, jedoch aus einer anderen Seitenlinie; der Name seines… …   Deutsch Wikipedia

  • Strabo — Strabon Geographe (Gravur von André Thevet; Illustration im Buch Les vrais pourtraits et vies des hommes, Paris 1584) Strabon (* etwa 63 v. Chr. in Amaseia in Pontos, † nach 23 n. Chr.), altgr. Στράβων, lateinisch Strabo („der …   Deutsch Wikipedia

  • Geographica — Strabon Strabon d Amasée, gravure du XVIe siècle Strabon (en grec ancien Στράϐων / Strábôn, « qui louche », en latin …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”