Arènes d'Arles (amphithéâtre romain)

Arènes d'Arles

43° 40′ 40″ N 4° 37′ 52″ E / 43.67772, 4.631222

SPQRomani.svg Amphithéâtre d'Arles SPQRomani.svg
Arènes d'Arles
Lieu de construction
Arelate (Gaule narbonnaise)
Date de construction
80 ap. J.-C. / 90 ap. J.-C.
Sous le règne de
Domitien
Dimensions externes
136m * 107m * 21m
Capacité
25 000 places (*)
Rénovations
XIXe siècle
XXe siècle
XXIe siècle
Liste des amphithéâtres romains
Série Rome antique

Les Arènes d'Arles sont un amphithéâtre romain construit vers 80 ap. J.-C. / 90 ap. J.-C., dans le cadre des extensions flaviennes de la ville. L’amphithéâtre d'Arles est le monument le plus important de l’ancienne colonie romaine qu'il nous soit permis d’admirer, quelque deux millénaires après son édification. Son architecture est entièrement conçue en rapport avec sa vocation de lieu à grands spectacles, accueillant un nombreux public.

Sommaire

Description

Intérieur coté Nord des Arènes en 2009.

Les ingénieurs romains bâtissent l’amphithéâtre d’Arles sur la colline de l’Hauture. Pour ce faire, ils doivent démolir l’enceinte Augustéenne érigée un siècle plus tôt.

Les arènes reprennent les caractéristiques classiques de ce type de construction et s'inspirent du Colisée de Rome tout juste terminé : un système d'évacuation par de nombreux couloirs d'accès, une scène centrale de forme elliptique entourée de gradins, des arcades, ici sur deux niveaux, le tout pour une longueur totale de 136 mètres, soit d’une dimension supérieure à celle des arènes de Nîmes construites peu après mais cependant mieux conservées ( l'attique de couronnement des arènes d'Arles a malheureusement disparu ). Cet édifice pouvait accueillir 25 000 spectateurs.

À Arles, comme dans tout l'Occident, l'amphithéâtre est, de la fin du Ier siècle au milieu du IIIe siècle, le signe le plus évident de la romanité.

Histoire

Les Arènes en 2006 : travaux de restauration
Les Arènes d'Arles : corrida

Ce temple du jeu où s’affrontent les gladiateurs reste en fonction jusqu’à la fin de l’Empire romain. En 255, l'empereur Gallus y fait célébrer des jeux en célébration des victoires remportées par ses armées dans les Gaules. Au début du IVe siècle ,Constantin y fait représenter de grandes chasses et des combats à l'occasion de la naissance de son fils aîné. Plus tard, Majorien y donne plusieurs spectacles. Enfin, nous savons par Procope, qu'en 539, Childebert, roi de Paris, s'étant rendu dans le midi des Gaules, veut qu'on renouvelle en sa présence les jeux des antiques[1].

Des documents historiques montrent qu’il est encore utilisé sous l’épiscopat de Césaire[Note 1] et après le passage de la cité sous la domination franque[Note 2], jusque vers 550[Note 3].

À la fin du VIe siècle siècle, les arènes s'adaptent à la nouvelle réalité du temps : le retour de l'insécurité. Les voilà donc transformées en bastide, sorte de forteresse urbaine qui au fil du temps se dote de quatre tours et dans laquelle s'intègrent plus de 200 habitations et deux chapelles. Le médecin et géographe Jérome Münzer de passage dans la cité d'Arles en 1495 écrit :

Aujourd'huy, de pauvres gens habitent ce théâtre, ayant leur cahutes dans les cintres et sur l'arène[2],

et François Ier visitant la ville en 1516, s’en étonne et regrette de trouver un tel édifice dans un si triste état.

Cette fonction résidentielle se perpétue dans le temps avant que l'expropriation commencée dès la fin du XVIIIe siècle n'aboutisse définitivement en 1825 sous l’impulsion du maire de l’époque, le baron de Chartrouse. Les arènes retrouvent en 1830, lors d’une fête inaugurale à l’occasion de la célébration de la prise d’Alger, le côté festif et dramatique initial pour lequel elles ont été construites, comme une sorte de pérennisation des mœurs romaines, avec le spectacle taurin ce qui lui vaut son appellation courante actuelle d’Arènes. Mais ce n'est que le 30 décembre 1840 que la Commission archéologique fait démolir les dernières maisons adossées à l'amphithéâtre[3].

Cet amphithéâtre romain est classé monument historique dès 1840 sur l’initiative de l'écrivain Prosper Mérimée[Note 4] et en 1981, inscrit au Patrimoine mondial de l'UNESCO.

De nos jours

Aujourd’hui l'amphithéatre romain[4] est le monument de la ville le plus visité, portant ainsi l’image d’Arles dans le monde entier. Il est également le lieu qui abrite de nombreux spectacles, des corridas, course camarguaise (dont la cocarde d'Or), théâtre et spectacles musicaux, une manière d'allier la préservation du patrimoine ancien et la vie culturelle d'aujourd'hui. L'été voit un retour aux sources pour l'amphithéâtre : chaque semaine des passionnés d'archéologie font revivre les us-et-coutumes romains en mettant en scène des reconstitutions de combats de gladiateurs[5].

Les arènes et l'art

Vincent van Gogh - Les arènes d'Arles, 1888

Les arènes ont inspiré de nombreux peintres, comme Vincent van Gogh ou Picasso[6], qui trouvera à Arles ce que son Espagne natale ne pouvait plus lui offrir : la culture des jeux taurins.

Elles ont également été photographiées, dès les années 1850 par Édouard Baldus[7],[8],[9],[10] dans le cadre de la Mission héliographique et par Dominique Roman vers 1860[Note 5].

Notes et références

Notes

  1. Entre 503 et 542.
  2. Hiver 536-537
  3. Les derniers spectacles historiques datent de 549, date approximative de l'arrivée de la peste dans la région.
  4. Prosper Mérimée, bien qu'écrivain, est également inspecteur général des Monuments historiques depuis 1834. Il conserve cette fonction jusqu’en 1860.
  5. Lors de la visite de l’Empereur Napoléon III et de l’Impératrice Eugénie à Arles en 1860, la municipalité remet au couple impérial un album photographique constitué par Dominique Roman et représentant les monuments antiques de cette cité.

Références

  1. Société de statistique, d'histoire et d'archéologie de Marseille et de Provence (1851) - volume 14-15, pages 298-299
  2. Louis Stouff (1930-....) - Arles au Moyen Age, page 26.
  3. Émile FassinBulletin archéologique d’Arles, 1890 n° 12, pages 186-190.
  4. ici
  5. ici
  6. Pablo ici
  7. Cf. Musée de la photographie de Charleroi
  8. Cf. Musée d'Orsay
  9. Plusieurs clichés, dont un des arènes d'Arles
  10. Cf. Site culture.gouv.fr

Voir aussi

Liens internes

Liens externes

Commons-logo.svg

  1. Visite Virtuelle des Arènes d'Arles
  2. Site
  3. Identification Unesco, n°164-001
  4. L'amphithéâtre d'Arles sur le site du patrimoine arlésien
  5. Un portail sur les arènes d'Arles : photos, maquette, ...
  6. Une étude sur les arènes d'Arles
  7. Dominique Roman : Les arènes d'Arles, la tour sarrazine (sur la base Joconde), vers 1862
  • Portail de la Rome antique Portail de la Rome antique
  • Portail de l’architecture et de l’urbanisme Portail de l’architecture et de l’urbanisme
  • Portail d'Arles Portail d'Arles
Ce document provient de « Ar%C3%A8nes d%27Arles ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Arènes d'Arles (amphithéâtre romain) de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Arènes d'Arles — Amphithéâtre d Arles Arènes d Arles Lieu de construction Arelate (Gaule narbonnaise) Date de construction 80 ap. J. C. / 90 ap. J. C …   Wikipédia en Français

  • Arenes d'Arles — Arènes d Arles 43° 40′ 40″ N 4° 37′ 52″ E / 43.67772, 4.631222 …   Wikipédia en Français

  • Histoire D'Arles À L'époque Romaine — Carte de la Gaule en 58 av. J. C. : les peuples de la Narbonnaise En récompense de son soutien à Jules César contre Marseille en 49 av. J. C., Arles (ou Arelate, selon le toponyme de l époque), devient une colonie romaine. La fortune… …   Wikipédia en Français

  • Histoire d'Arles a l'epoque romaine — Histoire d Arles à l époque romaine Carte de la Gaule en 58 av. J. C. : les peuples de la Narbonnaise En récompense de son soutien à Jules César contre Marseille en 49 av. J. C., Arles (ou Arelate, selon le toponyme de l époque), devient une …   Wikipédia en Français

  • Histoire d'Arles à l'époque romaine — 43° 40′ 36″ N 4° 37′ 48″ E / 43.676579, 4.629965 …   Wikipédia en Français

  • Histoire d'arles à l'époque romaine — Carte de la Gaule en 58 av. J. C. : les peuples de la Narbonnaise En récompense de son soutien à Jules César contre Marseille en 49 av. J. C., Arles (ou Arelate, selon le toponyme de l époque), devient une colonie romaine. La fortune… …   Wikipédia en Français

  • Chronologie d'Arles — Présentation chronologique, par date, d évènements historiques de la ville d Arles en France dans le département des Bouches du Rhône en région Provence Alpes Côte d Azur …   Wikipédia en Français

  • Cirque d'Arles — Course de chars, par Albert Kuhn (1913) Le Cirque romain d Arles est le plus vaste édifice romain de la cité; il est édifié en 149. Il est classé au titre des monuments historiques, depuis 1992. Sommaire …   Wikipédia en Français

  • Obélisque d'Arles — Présentation Nom local Aiguille d Arles Type obélisque monolithe anépigraphe …   Wikipédia en Français

  • Aiguille d'Arles — Obélisque d Arles Arles, la place de la République avec l hôtel de ville, l Aiguille d Arles et le portail de Saint Trophime L Aiguille d Arles ou Obélisque d Arles est un obélisque monolithe anépigraphe, d origine romaine, érigé au centre de la… …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”