Aqueduc de Zaghouan
Aqueduc de Zaghouan
{{{légende1}}}

Date de construction 122
Ordonné par Hadrien
Date(s) de rénovation 1852
Longueur 132 km
Coordonnées 36° 36′ 58″ N 10° 08′ 03″ E / 36.616056, 10.13419436° 36′ 58″ N 10° 08′ 03″ E / 36.616056, 10.134194
Vue intérieure de l'une des citernes de La Malga, débouché de l'aqueduc au nord de la cité de Carthage
Vue intérieure de l'une des citernes de La Malga, débouché de l'aqueduc au nord de la cité de Carthage
Listes des aqueducs romains

L'aqueduc de Zaghouan, ou aqueduc de Carthage, est un ancien aqueduc romain reliant Carthage aux sources de la région de Zaghouan (Tunisie).

Restauré au XIXe siècle, cet ouvrage est le seul de cette importance existant en Tunisie avant l'instauration du protectorat français.

Sommaire

Histoire

Construction

Plan d'adduction d'eau de Tunis incluant l'aqueduc (1928)

Selon les historiens, les Romains doivent se contenter, durant les premiers temps de leur occupation, d'user, tout comme leurs prédécesseurs, d'eau de pluie conservée dans des citernes. Une sécheresse exceptionnelle, qui sévit de 123 à 128, tarit les maigres ressources en eau de la région et vide les citernes. Cette sécheresse montre alors l'absolue nécessité de rechercher, plus loin, les eaux qui font défaut aux abords de la ville et de les ramener à Carthage. Constructeur habile, l'empereur Hadrien décide le captage des sources existant dans les massifs montagneux du Djebel Zaghouan et du Jouggar ainsi que la construction d'un immense aqueduc destiné à conduire les eaux vers les citernes de La Malga, réservoirs d'eau de 25 000 m3, situés sur une partie élevée de la colline de Carthage. Les sources ont un débit très variable, allant de 5 000 m3 par jour à plus de 25 000 m3 par jour. Les citernes privées restent toutefois nécessaires pour les quartiers plus élevés que celui de La Malga.

Les sources captées sont au nombre de quatre : Nympheum et Aïn Ayed (dans la région de Zaghouan) ainsi qu'Aïn Djour et Aïn Ziga (dans la région du Jouggar). L'aqueduc, conçu pour assurer un débit journalier de 32 000 m3, comporte deux branches, l'une venant de Zaghouan mesurant 6,01 kilomètres de longueur, l'autre, venant du Djouggar mesurant 33,63 kilomètres, se réunissant à Moghrane. La longueur totale de l'aqueduc jusqu'à Carthage, y compris les diverses ramifications, est de 132 kilomètres[1]. Sa déclivité est précisément de 0,29 %.

Il est coupé à plusieurs reprises (d'abord par les Vandales puis par les Arabes). Remis en état au Xe siècle, il est pourvu d'une dérivation sur Tunis au XIIIe siècle. Après les Hafsides, son entretien est négligé.

Restauration

En 1852, il ne fonctionne plus depuis trois siècles lorsque Sadok Bey le fait restaurer sur les conseils du consul de France de l'époque et avec le concours d'ingénieurs français. Les parties du canal à fleur de sol et en sous-sol sont remises en état et les parties sur arcades sont remplacées par des conduites en fonte. Les captages sont partiellement remis en service.

La réparation, qui dure une dizaine d'années, est complétée par la construction du réservoir de Sidi Abdallah d'une capacité de 3 700 m3 par jour. Dès 1861, les eaux de Zaghouan et du Jouggar arrivent de nouveau à Tunis avec un débit de 12 000 m3 en hiver et de 3 000 m3 en été. Elles contribuent ainsi à améliorer l'ordinaire des habitants réduits à l'usage de l'eau des citernes. Toutefois, l'incurie des diverses entreprises à qui sont confiés l'entretien et l'exploitation de l'aqueduc oblige le grand vizir Kheireddine Pacha à concéder, en 1872, pour trente ans, l'exploitation des eaux de Tunis aux généraux Baccouche, Husseïn, Rustum et Mohamed. Les résultats ne sont pas non plus brillants, en raison des nombreux abus, et son exploitation sera progressivement abandonnée.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Notes et références

  1. L'Afrique dans l'Occident romain : Ier siècle av. J.-C.-IVe siècle ap. J.-C. : actes du colloque, éd. École française de Rome, Rome, 1990, p. 171

Bibliographie

Sur les autres projets Wikimedia :

  • Naïdé Ferchiou, Le chant des Nymphes : les aqueducs et les temples des eaux de Zaghouan à Carthage, éd. Nirvana, Tunis, 2008

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Aqueduc de Zaghouan de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Aqueduc De Zaghouan — Aqueduc de Zaghouan …   Wikipédia en Français

  • Aqueduc de zaghouan — Aqueduc de Zaghouan …   Wikipédia en Français

  • Aqueduc de Carthage — Aqueduc de Zaghouan Aqueduc de Zaghouan …   Wikipédia en Français

  • Zaghouan — 36° 24′ N 10° 09′ E / 36.40, 10.15 …   Wikipédia en Français

  • Site archeologique de Carthage — Site archéologique de Carthage Site archéologique de Carthage 1 Patrimoine mondial de l’UNESCO « La dame de Carthage » (mosaïque du VIe siècle) …   Wikipédia en Français

  • Site archéologique de Carthage — Site archéologique de Carthage * Patrimoine mond …   Wikipédia en Français

  • Thermes d'Antonin de Carthage — Thermes d’Antonin de Carthage Ruines des thermes d’Antonin Lieu de construction Carthage, Tunisie Date de construction 145 162 Type de bâtiment …   Wikipédia en Français

  • Parc national de Jebel Zaghouan — Temple des eaux dominé par le Djebel Zaghouan Pays  T …   Wikipédia en Français

  • Djebel Zaghouan — vu de Zriba Géographie Altitude 1 295 m, Ras El Gassâa Massif Dorsale tunisienne …   Wikipédia en Français

  • Citernes de La Malga — Citernes de La Mâalga Vue des citernes de La Malga Localisation Pays …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”