Antoine Bertin
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bertin.
Portrait d'Antoine Bertin par A. Lalauze.

Antoine Bertin, dit le chevalier Bertin, est un poète français né à l'île Bourbon le 10 octobre 1752 et mort à Saint-Domingue le 30 juin 1790.

Sommaire

Biographie

Fils de François-Jacques Bertin, Antoine Bertin fut emmené en France à l'âge de neuf ans et, « transplanté dans Paris », selon sa propre formule, il fit de brillantes études à la pension Colin de Picpus puis au collège du Plessis. Il entra dans la carrière des armes et fut lieutenant puis capitaine de cavalerie au régiment de Franche-Comté avant de devenir en 1777 écuyer du comte d'Artois.

Il fut un familier de la cour de Louis XVI et de la reine Marie-Antoinette. Attiré par la poésie, il commença par imiter Claude-Joseph Dorat. Ami et commensal d'Évariste de Forges de Parny, son compatriote de l'île Bourbon, il faisait partie de sa « société de la Caserne », à Marly[1], société fort libre, et mêlait avec lui les plaisirs de la vie et ceux de la poésie. Dès 1772, Bertin avait collaboré à l'Almanach des Muses. En 1777, il publia un Voyage en Bourgogne mêlé de prose et de vers, à l'imitation du célèbre Voyage de Chapelle et Bachaumont.

Vers 1773, Antoine Bertin s'éprit de la créole de Bourbon Marie-Catherine Sentuary[2] sœur de Michelle de Bonneuil, toutes les deux très jolies et membres, comme lui, de la société anacréontique dite de la Caserne. Leur liaison dura sept ans. La jeune femme est décrite dans Les Amours sous le nom d'Eucharis. Lorsqu'elle mourut prématurément d'un "mal lent et funeste", en 1783, il lui consacra quelques uns de ses plus beaux vers. Il voyagea en Italie où il fut séduit par les ruines antiques. Par la suite, Antoine Bertin se lia avec une jeune créole de Saint-Domingue âgée de 16 ans, Hélène de Lestang, surnommée Catilie.

Il semble qu'il prit part à la Guerre d'indépendance des États-Unis. De retour en France métropolitaine, il effectua vers 1782 un voyage à Cauterets pour y soigner une santé compromise. C'est de là qu'il adressa une lettre restée célèbre à Parny.

Peu avant la Révolution française, Bertin s'embarqua pour Saint-Domingue afin d'épouser Hélène de Lestang. Il arriva épuisé, et le mariage dut être retardé. Il fut enfin célébré en juin 1790 dans la chambre du poète, qui s'évanouit sitôt après avoir prononcé le « oui ». Il mourut âgé de seulement 38 ans 17 jours plus tard, le 30 juin, emporté par le typhus.

Notes

  1. Son siège était dans le château où mourut le chevalier de Boufflers sous l'Empire
  2. Epouse du négociant bordelais Testart et petite nièce par sa mère du modèle la Viginie du roman "Paul et Virginie de Bernardin de Saint-Pierre

Œuvre

Bertin n'a pour ainsi dire rien composé que des élégies, réunies sous le titre Les Amours (1773, 1780). Elle lui ont valu le surnom, d'ailleurs peu justifié, de « Properce français ». Il imite souvent Tibulle et Ovide. Ses vers sont harmonieux, spirituels, de bon ton, plein de grâce et de sentiment, ils ne manquent pas de sensualité, mais l'auteur reste un poète du XVIIIe siècle, académique et relativement monotone.

  • Les Amours, élégies en trois livres, 1773, 1780.
  • Voyage de Bourgogne, 1777.
  • Épître à M. Des Forges-Boucher, 1778.

Ses Œuvres complètes ont été réunies à Paris en 1802 et en 1824, 1 volume in-8.

Source partielle

Marie-Nicolas Bouillet et Alexis Chassang (dir.), « Antoine Bertin » dans Dictionnaire universel d’histoire et de géographie, 1878  (Wikisource)

Catriona Seth, « Oubliées et non perdues : les Rêveries de Bertin » in Cahiers Roucher – André Chénier n° 10 - 11 (1990 - 1991).

Catriona Seth, Les poètes créoles du XVIIIe siècle, Paris-Rome, Memini, Bibliographie des écrivains français, 1998, 318 p.

Liens externes

Sur les autres projets Wikimedia :


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Antoine Bertin de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Antoine de Bertin — Antoine Bertin Pour les articles homonymes, voir Bertin. Portrait d Antoine Bertin par A. Lalauze. Antoine Bertin, dit le chevalier Bertin, est un …   Wikipédia en Français

  • Bertin — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Sommaire 1 Saints chrétiens 2 Patronyme 3 …   Wikipédia en Français

  • Antoine Balpêtré — Données clés Naissance 3 mai 1898 Lyon, France Nationalité Française Décès 29 mars 1963 …   Wikipédia en Français

  • Antoine-Félix Boisselier — Naissance 22 mai 1790 Paris Décès 29 avril 1857 Versailles Nationalité …   Wikipédia en Français

  • BERTIN (A. de) — BERTIN ANTOINE DE (1752 1790) Comme Chabanon, Léonard et Parny, comme plus tard Leconte de Lisle, le chevalier de Bertin est né sous les tropiques (à l’île Bourbon). Son œuvre est mince, mais elle mérite de survivre à l’oubli. Transplanté en… …   Encyclopédie Universelle

  • Antoine de Sartine — Antoine Raymond Jean Gualbert Gabriel de Sartine, comte d Alby (July 12, 1729 mdash; September 7, 1801) was a French statesman who served as Lieutenant General of Police of Paris (1759 1774) during the reign of Louis XV and as Secretary of State… …   Wikipedia

  • Antoine leandri — (1860 1933) est un journaliste corse au centre de deux affaires mystérieuses. Né à Santa Lucia di Tallanu le 10 juillet 1860, Antoine Pierre Leandri est élevé grace à un oncle prétre et fait de bonnes études à Aix en provence. Bonapartiste… …   Wikipédia en Français

  • Antoine Leandri — (1860 1933) est un journaliste corse au centre de deux affaires mystérieuses. Né à Santa Lucia di Tallanu le 10 juillet 1860, Antoine Pierre Leandri est élevé grâce à un oncle prêtre et fait de bonnes études à Aix en Provence. Bonapartiste… …   Wikipédia en Français

  • Antoine Carcano — est un fabricant de baromètres, de thermomètres et inventeur d’instruments scientifiques, né vers 1755 et mort vers 1820. Biographie Il était d’origine italienne, comme de nombreux autres fabricants qui influencèrent l’Europe dans ce domaine y… …   Wikipédia en Français

  • Bertin — (spr. Berteng), 1) Exupère Joseph, geb. 1712 in Tramblay bei Rennes, war Arzt in Rheims, dann zu Paris, Leibarzt des Hospodars der Walachei u. Moldau, kehrte 1744 nach Paris zurück u. st. in Gohard bei Rennes 1781. Er schr.: Traité d ostéologie,… …   Pierer's Universal-Lexikon

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”