Andrée Maillet
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Maillet.

Andrée Maillet (7 juin 1921 - 3 décembre 1995) est une poétesse et romancière québécoise.

Sommaire

Biographie

Née le 7 juin 1921 dans une famille bourgeoise montréalaise d'origine franco-canadienne, Andrée Maillet était une écrivaine et poétesse québécoise. Son père, Roger Maillet, ancien combattant de l'aviation britannique lors de la guerre de 14, était journaliste et propriétaire de plusieurs journaux à succès, tels que le Petit Journal et le Photo Journal. Il épousa la fille du propriétaire des grands magasins Dupuis Frères, Corinne Dupuis, artiste et écrivaine elle aussi. Leur demeure familiale était le rendez-vous d'une élite affranchie.

C'est dans ce milieu artistique et intellectuel québécois en plein bourgeonnement, qu'Andrée Maillet publia ses premiers poèmes à l'âge de 10 ans chez Jean-Charles Harvey. Au cours de son adolescence, elle partagea sa vie entre le manoir familial à l'île Perrot, le pensionnat Villa-Maria et l'atelier de l'avenue Lorn, celui appartenant au 8e membre du groupe des 7 et ami de la famille ; Edwin Holgate. Puis, de Montréal en guerre, elle est allée étudier le chant à New York et aussitôt la guerre terminée, elle fût envoyée à Paris comme correspondante des journaux de son père. C'est là qu'elle fit la rencontre de Lloyd Hobden, officier canadien-anglais et étudiant en Lettres à la Sorbonne. Tous deux journalistes, ils parcoururent ensemble la France pendant plusieurs années après s'être mariés.

Une fois de retour à Montréal en 1951, Andrée Maillet prit la direction de la revue Amérique française achetée quelques années plus tôt par sa mère à Pierre Elliott Trudeau et François Hertel. C'est grâce à cette dernière qu'elle pu obtenir des textes de personnalités connues de sa génération, tels que Germaine Guèvremont, François Hertel, Clarence Gagnon, Robert Choquette, etc. L'apport de cette revue dans la littérature québécoise est indéniable. Bon nombre d'artistes aujourd'hui devenus célèbres se sont fait connaître grâce au travail d'André Maillet, des noms tels que Gaston Miron, Anne Hébert, Paul-Marie Lapointe, Jean Jules Richard, Rina Lasnier, Carmen Roy, Paul Dupuis, Geneviève de Gaulle, Jacques Ferron, Cécile Cloutier, Sylvain Garneau, Alain Horic, etc.

Parallèlement au développement de la revue Amérique française, Andrée Maillet commence à s'occuper elle-même de sa propre production littéraire tout en étant mère de trois enfants (voir sa bibliographie au bas de cette page). Les honneurs ne manquent pas de s'accumuler. En effet, elle devient Officier de l'ordre du Canada en 1978, puis reçoit le prix Athanase-David en 1990 et est nommée "femme de l'année" par la Presse canadienne. Un an après, elle devient également Grand Officier de l'ordre National du Québec.

Après des années de bataille contre ce Mal, elle s'éteint finalement dans la journée du 3 décembre 1995 à l'âge de 74 ans.

Hommage

« Quels que soient le continent, le pays, la langue, lorsqu'un écrivain meurt, il emporte avec lui, là où nous allons tous, le souvenir vivant de ceux qui l'ont aimé. Il ne part pas seul. Et lorsqu'avec les autres ombres, il attend son tour au bord du fleuve fatal, ce qu'il tient de plus précieux à la main, cette obole qui lui permettra d'entrer dans l'Éternité la tête haute, c'est cet amour. La pièce que tient Andrée Maillet est sans alliage.

C'était une femme de combat, dont la personnalité ne souffrait aucune compromission. Elle aimait passionnément, de tout l'être, avec une fidélité rare. Elle avait des idées politiques arrêtées et généreuses. Certains de ses amis ont évolué à l'encontre de ce qu'elle estimait juste. Elle condamnait ces palinodies, jamais l'homme. Elle aimait le Québec, pays et patrie, dans toutes ses composantes et souhaitait pour lui l'éclatement solaire de l'indépendance. Elle nous aura accompagnés, encouragés, elle aura fouetté notre espérance jusqu'à cette orée de la mystérieuse forêt de l'avenir où nous sommes parvenus.

C'était une femme de courage. Élevée dans l'opulence et dans un milieu privilégié où le luxe s'alliait à l'idéal le plus élevé de la culture, elle a été terrassée par la maladie à cet instant précis où son talent d'écrivain venait de donner sa mesure. Elle n'a pas cédé. L'adversaire était de taille. Elle parlait de ses maux comme s'il s'était agi d'une autre, de telle sorte que ses amis, tout en admirant sa volonté de fer, avaient presque tenu pour acquis ce courage de Romaine de la République.

Elle a transformé la souffrance en pouvoir créateur et je ne connais personne qui, mieux qu'elle, ait su vivre en profondeur la leçon de Pascal sur le bon usage des maladies. Cette grande malade avait compris la leçon de l'absolu esclavage de l'écrivain. Il est l'enfant de son œuvre. Elle a écrit jusqu'à la fin, vainquant la douleur par la volonté de se dire.

Car c'était une femme de l'écriture. Elle appartient à cette prestigieuse lignée de femmes-écrivains dont les œuvres jalonnent l'histoire de notre littérature: Madame Bégon, Fadette, Laure Conan, Germaine Guèvremont, Gabrielle Roy, Cécile Chabot, Andrée Maillet.

Leurs œuvres fortes, souvent sublimes, donnent à notre littérature son ton particulier, fait d'amour de ce peuple dont nous sommes issus, amour de sa grandeur dans l'histoire, de sa fragilité, de ce don que nous avons d'accepter l'abnégation; compréhension maternelle de cette aliénation historique qui nous ronge le foie. Andrée Maillet a su décrire les virtualités de l'homme québécois dans Profil de l'orignal comme dans Les Remparts de Québec, où une langue d'une virtuosité lumineuse est mise au service de l'analyse psychologique et de la prescription sans fadeur de notre milieu.

L'écrivain qui ne recherche pas la justice ne rencontrera jamais la vérité. Cependant, son grand talent l'a amenée à écrire dans tous les genres.

Elle n'a pas su s'astreindre à la ligne droite du roman, de la poésie, d'un registre dominant. Elle a aimé les routes vicinales de l'écriture, ce qui explique le morcellement, mais aussi le pétillement vivace, de son œuvre. Andrée Maillet n'a pas cru bon de nous laisser des Mémoires. Ses parents à eux seuls méritaient un livre; ses souvenirs d'enfance un autre, car elle a connu tous les écrivains qui ont compté et qui comptent; ses années à Amérique Française avec Hertel et Baillargeon, quelle richesse!

Et ce portrait d'elle-même qu'elle ne nous a pas donné! Il y a sans doute une insigne pudeur dans ce retrait, dans ce refus de se livrer en pâture. On reconnaît là un trait caractéristique de ces femmes de la haute bourgeoisie qui savent d'instinct jusqu'où dans le domaine de la confidence il ne faut pas aller trop loin.

Elle fut une femme d'amour. Jusqu'à la fin, son mari l'a entourée de soins.

Elle est morte au sein de sa famille, elle s'est éteinte paisiblement dans l'amour, ayant choisi de ne pas se survivre. Je me fais l'interprète des écrivains québécois et, je sais qu'Andrée Maillet aurait aimé cette nuance, des écrivains de langue française du monde entier, en lui disant adieu, témoignage d'affection pour l'être humain et la femme qu'elle fut, d'admiration pour l'écrivain et son œuvre, indissolublement liés, témoignage enfin de cette dignité de l'écrivain qui se dressera toujours comme un rempart infranchissable contre l'oubli. »


(Jean Éthier Blais, « Hommage à Andrée Maillet, 1921-1995 : Une femme de l'écriture », Le Devoir, jeudi 14 décembre 1995, p. A7)

Œuvre

Cette journaliste engagée ne se confina pas à un seul genre littéraire. Poète sensible, elle publia des nouvelles (Les Montréalais, Le lendemain n'est pas sans amour), des romans (Les remparts de Québec, Profil de l'orignal, À la mémoire d'un héros, Lettres au surhomme), des contes (Le marquiset têtu, Ristontac, Le chêne des tempêtes), des recueils de poèmes (Élémentaires, Le chant de l'Iroquoise, Le paradigme de l'idole) et des articles dans différents journaux, magazines et revues littéraires, le tout d'échelonnant sur une période de plus de 50 ans.

Fondatrice de la section canadienne-française du PEN Club, elle fut également publiée en Europe et trois émissions de télé-théâtre et une pièce de théâtre ont été créées à partir de ses œuvres. Toutefois, une grande partie de son œuvre demeure inédite.

Bibliographie

  • Le marquiset têtu et le mulot réprobateur (contes), Montréal, Variétés Dussault et Péladeau, 1944.
  • Ristontac (conte), Montréal, Éditions Lucien Parizeau, 1945.
  • Profil de l'orignal (roman), Montréal, Amérique française, 1952.
  • Les Montréalais (nouvelles), Montréal, Éditions du Jour, 1962; l'Hexagone, 1987.
  • Élémentaires (1954-1964) (poésie), Montréal, Déom, 1964.
  • Le paradigme de l'idole : Essai-poème, Montréal, Amérique française, 1964.
  • Les remparts de Québec (roman), Montréal, Éditions du Jour, 1964.
  • Le chêne des tempêtes (contes), Montréal, Fides, 1965.
  • Nouvelles montréalaises, Montréal, Beauchemin, 1966.
  • Le chant de l'Iroquoise (poésie), Montréal, Éditions du Jour, 1967.
  • Le doux mal (roman), Montréal, L'Actuelle, 1972.
  • À la mémoire d'un héros (roman), Montréal, La Presse, 1975.
  • Lettres au surhomme I-II (roman), 2 vol., Montréal, La Presse, 1976-1977.
  • Le lendemain n'est pas sans amour(contes et nouvelles), Montréal, Éditions Beauchemine, 1963.

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Andrée Maillet de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Andree Maillet — Andrée Maillet Pour les articles homonymes, voir Maillet. Andrée Maillet (7 juin 1921 3 décembre 1995) est une poétesse et romancière québécoise. Biographie Andrée Maillet est née le 7 juin 1921 dans une famille bourgeoise montréalaise d origine… …   Wikipédia en Français

  • Maillet — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom.  Pour les articles homophones, voir Maillé et Mayet. Sommaire 1 …   Wikipédia en Français

  • Liste Des Membres Québécois De L'Ordre Du Canada — Article principal : Ordre du Canada. Voici une liste des membres québécois de l ordre du Canada. Nom Grade Année Occupation Monroe Abbey Membre 1978 spécialiste du droit minier et travailleur communautaire …   Wikipédia en Français

  • Liste des membres quebecois de l'Ordre du Canada — Liste des membres québécois de l ordre du Canada Article principal : Ordre du Canada. Voici une liste des membres québécois de l ordre du Canada. Nom Grade Année Occupation Monroe Abbey Membre 1978 spécialiste du droit minier et travailleur… …   Wikipédia en Français

  • Liste des membres québécois de l'Ordre du Canada — Article principal : Ordre du Canada. Voici une liste des membres québécois de l ordre du Canada. Nom Grade Année Occupation Monroe Abbey Membre 1978 spécialiste du droit minier et travailleur communautaire …   Wikipédia en Français

  • Liste des membres québécois de l'ordre du Canada — Article principal : Ordre du Canada. Voici une liste des membres québécois de l ordre du Canada. Nom Grade Année Occupation Monroe Abbey Membre 1978 spécialiste du droit minier et travailleur communautaire Albert Aguayo …   Wikipédia en Français

  • Liste des membres québécois de l'ordre du canada — Article principal : Ordre du Canada. Voici une liste des membres québécois de l ordre du Canada. Nom Grade Année Occupation Monroe Abbey Membre 1978 spécialiste du droit minier et travailleur communautaire …   Wikipédia en Français

  • Académie des lettres du Québec — The Académie des lettres du Québec is a national academy for Quebec writers.It was founded as the Académie canadienne française in 1944 by Victor Barbeau and a group of writers. In 1992 it changed its name to the Académie des lettres du Québec,… …   Wikipedia

  • Academie des lettres du Quebec — Académie des lettres du Québec L’Académie des lettres du Québec (ou ALQ) est une association québécoise réunissant des écrivains et des intellectuels de toutes disciplines et ayant pour objectifs de servir et de défendre la langue et la culture d …   Wikipédia en Français

  • Académie Canadienne-Française — Académie des lettres du Québec L’Académie des lettres du Québec (ou ALQ) est une association québécoise réunissant des écrivains et des intellectuels de toutes disciplines et ayant pour objectifs de servir et de défendre la langue et la culture d …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”