Langue sumérienne


Langue sumérienne

Sumérien

Le sumérien tel qu'il a été parlé dans l'ancien Sumer est une langue qui a disparu et est tombée dans l'oubli jusqu'au XIXe siècle, se distinguant ainsi des autres langues parlées dans la région, telles l'arabe, l'akkadien, le babylonien, l'assyrien, l'ancien hébreu, toutes langues sémitiques. Certains chercheurs émettent l'hypothèse que sa structure grammaticale ressemblerait à celle d'autres langues agglutinantes telles le turc, le japonais, et autres langues altaiques ou finno ougriennes tel le hongrois...

Le sumérien semble être la première langue écrite connue. Son écriture, le cunéiforme (ce qui signifie « en forme de coin ») a été plus tard reprise par l'akkadien, l'ougaritique, et l'élamite. L'écriture cunéiforme a même été utilisée par certaines langues indo-européennes, tel le hittite (qui avait en parallèle une écriture hiéroglyphique) et le perse ancien, bien que ces derniers ne se soient pas servi des mêmes instruments de gravure, s'éloignant de la graphie originelle. En effet, le perse n'a employé que la forme de l'écriture, tandis que la prononciation des signes n'avait plus rien à voir avec le système originel.

Sommaire

Caractéristiques

Le sumérien est une langue agglutinante, ce qui signifie que chaque mot est formé de multiples morphèmes associés les uns aux autres ; il s'oppose ainsi aux langues isolantes comme le chinois (où chaque mot n'existe que sous une forme fixe) et aux langues flexionnelles, où les mots se déclinent sous des formes différentes formées par l'utilisation d'affixes ne pouvant être séparés de la racine. On retrouve en sumérien une utilisation importante de mots composés : ainsi par exemple le mot lugal signifiant « roi » est formé par l'accolement des mots pour « grand » et « homme ».

C'est aussi une langue ergative, ce qui signifie que le sujet d'un verbe transitif direct est décliné au cas ergatif, ce qui se marque par la postposition -e. Le sujet d'un verbe intransitif et l'objet direct d'un verbe transitif relèvent de l'absolutif, ce qui en sumérien (comme dans la plupart des langues ergatives) est marqué par l'absence de suffixe (ou encore ce qui est appelé « suffixe zéro »), comme dans lugal-e é mu-un-dù « le roi construit une maison/un temple/un palais » ; lugal ba-gen « le roi partit ».

Grammaire

Nom

Le nom sumérien est composé typiquement de une ou deux syllabes, rarement plus sauf dans les mots composés. Exemples : igi = œil, e = temple, nin = femme/dame. Beaucoup de mots bisyllabiques sont décomposables ; exemple déjà cité : lugal = roi (lu = homme, gal = grand). En fin de mot, une particule s'ajoute afin de préciser le rôle du mot dans la phrase ainsi que diverses modalités. D'autres particules comme les possessifs se greffent aussi en fin de mot. Exemple : lugal.ani = son roi (ani étant la marque de la 3e personne). Deux mots peuvent se suivre afin de fabriquer un génitif, surtout dans le cas de noms propres. Exemple : ur.Namma = homme de Namma (ur = homme, Namma = dieu local). Sinon, usuellement, on utilise le marqueur .k pour le génitif.

Exemple :

nin.ani.r = pour sa dame (femme.possessif_3ème_personne.pour)
nin.ani.k = de sa dame (k = génitif)
e.r       = pour (le) temple (temple.pour)
e.k       = du temple (k = genitif)
e.0       = le temple (0 = marque du vide, absolutif)

Verbe

Le verbe sumérien a comme le nom, une ou deux syllabes. Il est sujet à deux conjugaisons (transitive et intransitive) et à deux aspects (hamtu et maru comme indiqué dans les grammaires akkadiennes du sumérien).

Les terminaisons usuelles sont :

1re personne du singulier, intransitif = -en 
1re personne du pluriel, intransitif = -en -dè -en 
2ème personne du singulier, intransitif = -en -zè -en 

Toutefois, la conjugaison sumérienne est plus complexe que celles de la plupart des langues modernes car le verbe est soumis à un double marquage indiquant non seulement la personne du sujet mais en outre celle du complément d'objet direct et des autres compléments s'il y a lieu..

Exemple : mu.na.n.du.0 = il a construit

mu = marqueur du définitif ou du très probable
na = marque du datif (construire pour)
n  = agent 3e personne singulier
du = radical (construire) 
0  = absolutif

Bibliographie

  • (en) M.-L. Thomsen, The Sumerian language: An introduction to its history and grammatical structure, Akademisk Forlag, 1987
  • (en) D.O. Edzard, Sumerian Grammar, Handbuch der Orientalistisk, Brill, 2003
  • (fra) Jestin, Abrégé de grammaire sumérienne, Geuthner

Liens externes

  • Portail de la linguistique Portail de la linguistique
  • Portail du monde antique Portail du monde antique
  • Portail du Proche-Orient ancien Portail du Proche-Orient ancien

Ce document provient de « Sum%C3%A9rien ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Langue sumérienne de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Langue Sémitique — Langues sémitiques Répartition géographique antéislamique des langues sémitiques. Les langues sémitiques forment un groupe de langues parlées dès l antiquité au Moyen Orient, au Proche Orient et en Afrique septentrionale. Ces langues sont… …   Wikipédia en Français

  • Langue semitique — Langues sémitiques Répartition géographique antéislamique des langues sémitiques. Les langues sémitiques forment un groupe de langues parlées dès l antiquité au Moyen Orient, au Proche Orient et en Afrique septentrionale. Ces langues sont… …   Wikipédia en Français

  • Langue sémitique — Langues sémitiques Répartition géographique antéislamique des langues sémitiques. Les langues sémitiques forment un groupe de langues parlées dès l antiquité au Moyen Orient, au Proche Orient et en Afrique septentrionale. Ces langues sont… …   Wikipédia en Français

  • Langue assyrienne — Assyrien Pour les articles homonymes, voir Assyrien (homonymie). L assyrien est une langue sémitique, formant un rameau linguistique de l akkadien, parlée et écrite en Assyrie antique, et connue par un important corpus d inscriptions monumentales …   Wikipédia en Français

  • Civilisation sumérienne — Sumer Sumer était une civilisation et une région historique située dans le sud de l Irak, la Mésopotamie. Elle a duré de la première colonie de Eridu dans la Période d Obeïd (fin du 6e millénaire av. J. C.) en passant de la période d Uruk (4 e… …   Wikipédia en Français

  • sumérien — sumérien, ienne [ symerjɛ̃, jɛn ] adj. et n. • 1872; de Sumer, du babylonien Sumeru ♦ Hist. Relatif au pays de Sumer et à son peuple, qui s installa vers le IVe millénaire dans la basse Mésopotamie. Art sumérien. « Les basaltes sumériens de… …   Encyclopédie Universelle

  • Période des dynasties archaïques — Stèle des vautours, face, registre supérieur : la « phalange » de l armée de Lagash triomphant des troupes de la cité rivale, Umma. La période des Dynasties archaïques (DA) est une phase de l histoire de la Mésopotamie, parfois… …   Wikipédia en Français

  • Dieux sumériens — Sumer Sumer était une civilisation et une région historique située dans le sud de l Irak, la Mésopotamie. Elle a duré de la première colonie de Eridu dans la Période d Obeïd (fin du 6e millénaire av. J. C.) en passant de la période d Uruk (4 e… …   Wikipédia en Français

  • Sumer — est une civilisation et une région historique située dans le sud de l Irak, la Mésopotamie. Elle a duré de la première colonie d Eridu dans la période d Obeïd (fin du VIe millénaire av. J. C.) en passant de la période d Uruk (IVe millénaire… …   Wikipédia en Français

  • Sumériens — Sumer Sumer était une civilisation et une région historique située dans le sud de l Irak, la Mésopotamie. Elle a duré de la première colonie de Eridu dans la Période d Obeïd (fin du 6e millénaire av. J. C.) en passant de la période d Uruk (4 e… …   Wikipédia en Français