Gardes-Francaises


Gardes-Francaises

Gardes-Françaises

Les Gardes-Françaises étaient une unité d'infanterie de la France d'Ancien Régime, partie de la maison militaire du roi.

Sommaire

Ancien régime

Selon Brantôme, les Gardes-françaises furent créés en 1563 pour assurer la garde du roi Charles IX. Leur nom vient de ce qu'ils étaient français, à la différence des autres unités de la garde royale (la garde suisse notamment). Les gardes-françaises furent progressivement structurés en régiment. Il s'agissait d'un corps d'élite, rattaché à la maison militaire du roi. Ils assuraient conjointement avec les gardes suisses la garde de l'extérieur des palais royaux. Les gardes-françaises avaient le pas sur toutes les autres unités d'infanterie, y compris leurs vieux rivaux les gardes suisses[1].

Le recrutement des gardes était ouvert aux meilleurs éléments des régiments d'infanterie. Il s'agissait donc en majorité d'un recrutement non aristocratique, ce qui faisait que les soldats et les bas-officiers (nos actuels sous-officiers) n'avaient aucune chance de devenir officiers. Le recrutement des officiers se faisait plutôt dans des corps privilégiés, notamment les mousquetaires. C'est le cas, par exemple, de d'Artagnan. Les officiers aux gardes-françaises[2] jouissaient du privilège de comittimus, qui leur permettait de transmettre leurs procès directement au parlement de Paris.

Le régiment, composé à l'origine de 500 hommes en 10 compagnies, s'accrut au fur à mesure du temps pour atteindre le chiffre de 9600 hommes et 32 compagnies sous Louis XIV. Louis XV ramena l'effectif à 4100 hommes. En raison des privilèges accordés aux garde-françaises, il y a peu de raison pour supposer qu'il était atteint par la désertion, mal endémique des armées modernes. Une partie des compagnies était stationnée à Paris pour assurer l'ordre public dans la capitale[3]. Le régiment noua ainsi des liens forts avec la population parisienne, dont étaient d'ailleurs issus nombre de gardes

Témoignage (1762)

« Je ne fus pas longtemps sans être instruit du service que le régiment fait auprès du roi. Il est chargé de la garde extérieure de sa personne et toutes les avenues, grilles et portes sont gardées par des sentinelles françaises et suisses à qui l’on donne une consigne particulière, conformément à la tranquillité du château et à la sûreté du roi dans le commandement prend l’ordre tous les jours.
Quant à la troupe, elle n’a de service que quand le roi sort. Alors elle est obligée de se trouver dans la cour royale, rangée en bataille sur trois rangs ouverts, la gauche appuyée à la cour de marbre et la droite à la grille d’entrée. Elle est sous les armes quand le roi passe devant elle, les officiers à la tête, et on attend sans s’écarter son retour pour se remettre sous les armes, après quoi on rentre au corps de garde, sans avoir d’autre service à faire. Les gardes à Versailles ne durent que quatre jours pleins. On part de Paris à 6 heures du matin, ou plutôt de Vaugirard où les compagnies se rassemblent. On fait une petite halte à Meudon, pendant laquelle on déjeune, et on arrive communément à Versailles sur les 9 heures. On s’habille, et au coup sonnant de 11 heures, la garde montante et la garde descendante entrent dans la cour et se relèvent. La nouvelle reste trois jours entiers, non compris la moitié du premier, et est relevée le 5° ; elle retourne ensuite à Paris, en s’arrêtant encore à Meudon où on dîne, et on ne peut arriver que sur les 5 heures chez soi, les officiers étant obligés de reconduire leurs troupes au quartier. L’intervalle de ma première garde et la seconde fut de 28 jours, comme c’est d’ordinaire pendant lesquels nous restâmes fort tranquilles sans nous exercer, et sans avoir rien à faire. »

— BNF, Richelieu, manuscrits français 14 185, Planelli de Maubec, Campagnes d’Allemagne et de Flandres (1760 à 1762), p. 162.

Révolution

Le 12 juillet 1789, les Gardes-Françaises se battirent aux côtés des parisiens contre le régiment Royal-Allemand qui avait chargé la foule. Le 14 juillet 1789, sur six compagnies que comptaient les Gardes-Françaises, cinq se joignirent à la foule et prirent part à la prise de la Bastille. La garde nationale nouvellement créée fut composée en grande partie d'anciens soldats issus des Gardes-Françaises. Parmi eux, le colonel Galiot Mandat de Grancey, colonel des Gardes-Françaises, qui succéda à La Fayette en 1792. Ce régiment fut dissous le 1er septembre 1789, .

Membres éminents

Les faits militaires

Notes et références

  1. À ce propos, on dit toujours un garde-française, mais une garde suisse.
  2. On parle toujours d'officiers aux gardes pour distinguer les officiers gardes-françaises des officiers gardes du corps, qui sont les officiers des gardes.
  3. La caserne de la rue de Babylone, dans le VIIe arrondissement fut construite dans les années 1780 pour les gardes-françaises. Elle héberge aujourd'hui une unité de la garde républicaine.
  4. Mémoires de la Société de l'histoire de Paris et de l'Île-de-France, 1874, p. 143
  5. Pierre Miquel, Les Guerres de religion, Club France Loisirs, 1980, (ISBN 2-7242-0785-8 ) p 348

Voir aussi

Sources

  • Portail de la Révolution française Portail de la Révolution française
  • Portail de l’histoire militaire Portail de l’histoire militaire
Ce document provient de « Gardes-Fran%C3%A7aises ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Gardes-Francaises de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Gardes-françaises — Les Gardes Françaises étaient une unité d infanterie de la France d Ancien Régime, partie de la maison militaire du roi. Sommaire 1 Ancien régime 2 Témoignage (1762) 3 Révolution …   Wikipédia en Français

  • Gardes-Françaises — Les Gardes Françaises étaient une unité d infanterie de la France d Ancien Régime, partie de la maison militaire du roi. Drapeau de l unité Sommaire 1 Ancien régime …   Wikipédia en Français

  • Gardes-Françaises — Uniform der Gardes Françaises 1757 Die Gardes Françaises (übersetzt: Französische Garden) dienten zwischen 1563 und 1789 den Königen von Frankreich als Garde Infanterieregiment. Sie zählte zu den Haustruppen des Königs von Frankreich.… …   Deutsch Wikipedia

  • Gardes Françaises — Infobox Military Unit unit name= Gardes Françaises caption= dates=1563 1789 country=France branch=French Army type=Guard Infantry role=Infantry size= nickname= motto= colors= mascot= battles= notable commanders= anniversaries=The Gardes… …   Wikipedia

  • Gardes françaises — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Les Gardes françaises peuvent faire référence aux : Gardes Françaises, une unité d infanterie sous l Ancien Régime, partie de la maison militaire du… …   Wikipédia en Français

  • gardes-françaises — ● garde française, gardes françaises nom masculin Soldat du régiment des gardes françaises, créé en 1563 pour veiller sur la personne du roi Charles IX encore mineur. (Les gardes françaises assurèrent ensuite, jusqu en 1789, la garde des palais… …   Encyclopédie Universelle

  • Régiment des Gardes Françaises — Gardes Françaises Les Gardes Françaises étaient une unité d infanterie de la France d Ancien Régime, partie de la maison militaire du roi. Sommaire 1 Ancien régime 2 Témoignage (1762) 3 Révolution …   Wikipédia en Français

  • Section des Gardes-Francaises — Section des Gardes Françaises La section des Gardes Françaises était, sous la Révolution française, une section révolutionnaire parisienne. Elle était représentée à la Commune de Paris par : Jean Baptiste Mathieu Dhazard (1758 1794),… …   Wikipédia en Français

  • Section des gardes-françaises — La section des Gardes Françaises était, sous la Révolution française, une section révolutionnaire parisienne. Elle était représentée à la Commune de Paris par : Jean Baptiste Mathieu Dhazard (1758 1794), perruquier, guillotiné le 11… …   Wikipédia en Français

  • Section des Gardes-Françaises — La section des Gardes Françaises était, sous la Révolution française, une section révolutionnaire parisienne. Elle était représentée à la Commune de Paris par : Jean Baptiste Mathieu Dhazard (1758 1794), perruquier, guillotiné le 11… …   Wikipédia en Français


We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.