GNU's Not UNIX


GNU's Not UNIX

GNU

Official gnu.svg GNU
Famille Type Unix
Type de noyau Micronoyau
État du projet actif
Entreprise/
Développeur
Projet GNU
Licence GNU GPL et GNU LGPL principalement
États des sources Logiciel libre


Site Web www.gnu.org

GNU est un projet de système d'exploitation composé exclusivement de logiciels libres.

Sommaire

Présentation

Son nom est un acronyme récursif qui signifie en anglais « Gnu's Not Unix » (littéralement, « GNU n'est pas UNIX[1] ») en référence d'une part à sa similitude ou plutôt son accointance ou ses accointances (atomes crochus, parenté) avec UNIX et d'autre part à sa volonté d'échapper à toute pression des « propriétaires » d'UNIX.

Au début de la création de GNU, le système d'exploitation UNIX était déjà largement répandu et son architecture considérée comme suffisamment robuste par les universitaires et les ingénieurs. GNU fut donc conçu pour être compatible avec ce système, mais complètement nouveau (par l'absence de tout code source d'origine Unix), afin d'obtenir un équivalent libre.

GNU a été fondé et créé par Richard Stallman à la suite de son désaccord avec les licences de Berkeley, et constituait le principal objectif de la Free Software Foundation (FSF).

Les licences GNU GPL, GNU LGPL et GNU FDL ont été écrites pour GNU mais font cependant partie de projets dissociés.

Le symbole de GNU est un gnou ; le logo a été dessiné par Étienne Suvasa.

Origine

Baby GNU

Le projet GNU est lancé par Richard Stallman en 1984, alors qu'il travaillait au laboratoire d'intelligence artificielle du MIT, afin de créer un système d'exploitation libre et complet et, d'après ses mots, « ramener l'esprit de coopération qui prévalait dans la communauté informatique dans les jours anciens » (il n'était pas question alors de propriété intellectuelle, et tous les codes sources, distincts, s'échangeaient librement).

On ne peut comprendre réellement ce qu'est le projet GNU si on en néglige ses motivations, relevant de l'éthique et de la philosophie politique. Il vise en effet à ne laisser l'homme devenir ni l'esclave de la machine et de ceux qui auraient l'exclusivité de sa programmation, ni de cartels monopolisant des connaissances en fonction de leurs seuls intérêts. Le projet GNU œuvre pour une libre diffusion des connaissances, ce qui n'est pas sans implications politiques, éthiques, philosophiques et sociales, ou sociétales.

Les programmes disponibles en accord avec le projet GNU sont appelés les paquets GNU ou les programmes GNU. Parmi les composants de base du système, on retrouve : la collection de compilateurs GNU (GCC), les outils binaires GNU (binutils), le shell Bash, la bibliothèque C GNU (glibc), et les outils de base GNU (coreutils).

Histoire du système GNU

En 1985, Stallman crée la Free Software Foundation, structure logistique, légale et financière du projet GNU. La FSF finance également des développeurs pour contribuer au projet, une proportion substantielle des logiciels et documents ayant été (et étant encore) réalisée par des bénévoles. À ce titre, des communautés universitaires ou scientifiques, américaines et internationales, contribuent énormément à la viabilité de ces projets.

Alors que la réputation de GNU grandissait, des entreprises intéressées ont commencé soit à contribuer au développement, soit à revendre les logiciels du projet GNU et à offrir du support technique. La principale de ces sociétés est Cygnus Solutions, qui fait maintenant partie de Red Hat.

À partir de 1990, le système GNU dispose de son propre éditeur de texte (Emacs), d'un compilateur très performant (GCC), et de la plupart des bibliothèques système d'une distribution Unix standard. Le principal composant encore manquant étant le noyau.

En janvier 2004, l'Unesco a inscrit comme "Trésor du monde" le projet GNU[2].

GNU est toujours en 2007 en cours de développement, car son noyau officiel, GNU Hurd reste incomplet et l'ensemble des composants GNU ne sont pas compatibles avec ce dernier. Pour cette raison, la plupart des utilisateurs de GNU utilisent le noyau tiers Linux. Bien que Linux n’ait pas été adopté comme étant le noyau officiel de GNU, ce dernier intègre officiellement certains logiciels tiers tels que l'implémentation X.Org du système de fenêtrage X et le système de typographie TeX. De nombreux programmes ont également été portés pour d'autres systèmes d’exploitation comme Microsoft Windows, les variantes BSD, Solaris et Mac OS.

Où se trouve le GNU

GNU en lévitation par Nevrax Design Team

Systèmes complets

«  Le système GNU comprend des programmes qui ne sont pas des logiciels GNU, ce sont des programmes qui ont été développés par d'autres, dans le cadre d'autres projets, pour leurs buts propres, mais qu'on peut réutiliser, car ce sont des logiciels libres. [3] »

Le projet d'un système d'exploitation GNU, avec le noyau Hurd, reste un projet (bien que la plupart du système soit fonctionnel pour les développeurs et utilisateurs). On peut pourtant le découvrir en symbiose avec des projets connexes (comme Debian), ou concurrents d'une partie (comme Linux).

GNU et le noyau Linux

L'association du projet GNU avec le noyau Linux se produit naturellement lorsque le noyau est disponible et parfaitement fonctionnel dans l'environnement GNU. Le projet GNU avait prévu le développement du noyau Hurd pour compléter le système, mais au début des années 1990, Hurd ne fonctionnait pas encore et son développement rencontrait encore des difficultés.

L'arrivée du noyau Linux rendit donc disponibles les logiciels du projet GNU sur les ordinateurs animés par des microprocesseurs de la famille Intel x86. Cela leur assura une large diffusion car ces projets étaient complémentaires.

L'ensemble des distributions Linux portent l'empreinte plus ou moins présente du projet GNU (ne serait-ce que dans leurs licences), d'où l'appellation distribution GNU/Linux défendue par Richard Stallman.

Les logiciels non libres associés au système GNU

On retrouve de nombreux éléments qui ne correspondent pas toujours aux critères des logiciels libres associés à des distributions, sur la base du système GNU. Les plus célèbres sont la bibliothèque Qt du bureau KDE et l'algorithme de compression des images GIF, tous deux devenus libres depuis (plus précisément, Qt a été mis sous double licence sur décision de ses développeurs, tandis que GIF est passé dans le domaine public, ce qui pour un format de données équivaut à une "libération", mais sans que ce soit voulu par ses auteurs).

Les éléments non libres le plus couramment ajoutés sont les logiciels qui permettent de faire fonctionner certaines parties de l'ordinateur (pilotes de certaines cartes graphiques et wifi surtout) ; et des logiciels de lecture de format propriétaire (DVD, Divx, MP3, Flash, etc.).

Ils vont à l'encontre des logiques qui ont abouti à la création de GNU puisqu'ils rendent le système, pris dans sa globalité, non libre (par exemple, il n'est pas légal de copier ou de diffuser un système qui intègre le lecteur Flash puisque ce dernier reste la propriété d'Adobe Systems).

Compatibilité de philosophie

Les distributions complètement compatibles avec les principes de base de GNU sont peu nombreuses. On peut citer les suivantes : (répertoriées par la FSF)[4]:

Distribution GNU/Linux conforme aux principes GNU:

Source : Distributions GNU/Linux recommandées par la Free Software Foundation


Autres distribution compatible au niveau éthique :

Éléments issus du projet ou utilisés

Article détaillé : Liste des paquets GNU.

Par unité de projets, on peut plus clairement identifier ceux qui sont affiliées à GNU, comme l'environnement graphique GNOME ou le logiciel de retouche d'image The GIMP.

Mais une grande partie des programmes issue du projet GNU sont des éléments de création, de mise en place ou de fonctionnement qui ne sont pas toujours identifiables par l'utilisateur final (?), par exemple :

  • Bash : Interpréteur de commande UNIX
  • Bison : Parser (analyseur syntaxique) pendant de yacc
  • GNU Classpath : Des bibliothèques pour le support du langage Java
  • Flex : Implémentation GNU de l'analyseur lexical Lex
  • gdb : Le débogueur officiel de GNU
  • glibc : Bibliothèque standard POSIX C
  • Gnash : Visualisateur d'animations Flash
  • GNU Assembler (Gas) : L'assembleur GNU
  • GNU Compiler Collection (GCC) : La collection de compilateurs GNU
  • GNU Emacs : La pléthore de fonctionnalités pousse les mauvaises langues à dire : « Ce n'est pas un éditeur de texte, ce n'est pas un système d'exploitation, c'est Emacs ! »
  • GNU Screen : Permet d'ouvrir plusieurs fenêtres dans une même console, les détacher et réattacher à volonté
  • Gnuzilla : Suite logicielle internet
  • GNUstep : Cadre de travail et environnement graphique
  • GRUB : Un chargeur de démarrage
  • Gsl : Bibliothèque d'outils de calculs scientifiques
  • GTK+ : Bibliothèque graphique
  • Gzip : Bibliothèque et programme de compression
  • IceWeasel : Navigateur web libre
  • IceDove : Client de messagerie libre
  • IceApe : Suite internet libre
  • Hurd : Noyau
  • phpGroupWare : Suite logicielle de groupware (synergiciel)
  • Wget : Outil de téléchargement de fichier/aspiration de site

Anecdote

Le logiciel gnuplot n'a rien à voir avec le projet GNU, lui préexistant de plusieurs années.

Notes et références

  1. Certains partisans de GNU regrettent le choix de cet acronyme qui souvent laisse croire que le projet GNU se réduisait au simple développement d'un noyau linux officieux, alternatif.
  2. http://www.fwtunesco.org/?FWT_ATM_Treasure_List:News:Free_Software_as_a_World_Treasure
  3. Citation de Richard Stallman dans Le projet GNU
  4. Liste des distribution Gnu/Linux en accord avec les principes GNU

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes

  • Portail de l’informatique Portail de l’informatique
  • Portail des logiciels libres Portail des logiciels libres
  • Portail GNU/Linux Portail GNU/Linux

Ce document provient de « GNU ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article GNU's Not UNIX de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • GNU's Not Unix — GNU Die unter GNU verwendete Desktop Umgebung GNOME …   Deutsch Wikipedia

  • GNU's not UNIX — n. (Computers) GNU, operating system founded by Richard Stallman that resembles UNIX and can be distributed modified and copied freely after paying an initial fee (developed by the Free Software Foundation) …   English contemporary dictionary

  • XNU's not unix — XNU XNU est le nom du noyau des systèmes Darwin et Mac OS X. C est un acronyme récursif de « XNU s Not Unix ». C est un noyau enrichi hybride, basé sur le micro noyau Mach, et utilisant le noyau BSD en tant que service du système d… …   Wikipédia en Français

  • Linux's Not UNIX — Linux  Pour l’article homonyme, voir Linux (homonymie).  Linux …   Wikipédia en Français

  • Linux Is Not UNIX — Linux  Pour l’article homonyme, voir Linux (homonymie).  Linux …   Wikipédia en Français

  • UNIX — Ken Thompson und Dennis Ritchie Basisdaten Entwickler …   Deutsch Wikipedia

  • Unix — Kommandozeile (Unix Prompt) Basisdaten Entwickler Ken Thompso …   Deutsch Wikipedia

  • GNU-Manifest — GNU Die unter GNU verwendete Desktop Umgebung GNOME …   Deutsch Wikipedia

  • GNU HURD — GNU Die unter GNU verwendete Desktop Umgebung GNOME …   Deutsch Wikipedia

  • GNU Mach — GNU Die unter GNU verwendete Desktop Umgebung GNOME …   Deutsch Wikipedia