Dead Can Dance


Dead Can Dance
Dead Can Dance
nothumb
Brendan Perry et Lisa Gerrard en mars 2005

Pays d’origine Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Drapeau d'Australie Australie
Genre musical Heavenly Voices
Darkwave(débuts)
Dream Pop
New Age
Musiques du monde
Gothic
Années d'activité 19811998 / 2005
Site officiel site officiel Dead Can Dance
Anciens membres Lisa Gerrard
Brendan Perry

Dead Can Dance, également connu sous l'acronyme DCD, est un groupe britannico-australien composé essentiellement de la contralto, Lisa Gerrard (née le 12 avril 1961 à Melbourne, Australie) et du baryton, Brendan Perry (né le 30 juin 1959 à Londres, Royaume-Uni). Formé en 1981 à Melbourne, le groupe s'est séparé en 1998 mais s'est reformé en 2005 pour une tournée mondiale.

Dead Can Dance a été l'un des fers de lance du label discographique indépendant britannique 4AD, avec d'autres groupes tels que Bauhaus, les Cocteau Twins, les Pixies, This Mortal Coil ou les Throwing Muses.

Les deux membres fondateurs, Brendan Perry et Lisa Gerrard, ont développé leur propre univers, évoluant de la cold wave originelle vers des musiques d'inspiration liturgiques et médiévales aux sonorités incantatoires voire magiques, avant d'aboutir à une musique plus folklorique aux emprunts nord-africains, sud-américains ou asiatiques.

Sommaire

Biographie

En 1981 à Melbourne, Brendan Perry fonde Dead Can Dance avec Simon Monroe (batterie) et Paul Erikson (basse), rapidement rejoints par Lisa Gerrard que Brendan a rencontrée alors qu'ils se produisent tous les deux dans des clubs locaux. Le nom du groupe évoque un masque aborigène, apparemment macabre mais qui devait symboliser la capacité des choses "inanimées" à devenir animées (comme les instruments de musique par exemple...). En 1982, le groupe déménage à Londres, dont la scène leur paraît plus propice à l'ambition d'une musique non conventionnelle. Simon Monroe étant resté en Australie, le trio recrute le batteur Peter Ulrich, qui habite le même lotissement dans l'East End londonien et c'est avec lui qu'ils enregistrent des démos qu'ils envoient à des maisons de disques. La première année semble très difficile pour les musiciens, qui vivent d'allocations chômage. En 1983, Paul Erikson est remplacé à la basse par Scott Rodger. Le groupe est augmenté dans la même année de James Pinker aux percussions, mais il semble bien que la création musicale procède déjà essentiellement de Brendan et Lisa.

Les démos ayant intéressé Ivo Watts Russell du label 4AD, Dead Can Dance se voit offrir l'opportunité de faire deux fois la première partie du groupe Xmal Deutschland en juin et juillet 1983. Les prestations de Dead Can Dance sont convaincantes, et Ivo signe le groupe et leur permet d'entrer en studio pour enregistrer en septembre. En novembre, Dead Can Dance assure la première partie de Cocteau Twins sur une tournée de 7 dates, puis enregistre une session à la BBC pour John Peel.

Leur premier album Dead Can Dance, sort en février 1984. Il marie les influences rock de Perry avec celles plus mystiques et classiques de Gerrard. Ainsi se côtoient morceaux cold à la basse doucereuse (A passage in time) avec Perry au chant, à des morceaux plus enlevés et éthérés comme Ocean ou Musica Eternal. C'est aussi l'apparition de percussions, chose assez inhabituelle dans le paysage sonore de l'époque et ajoutant à l'ambiance cérémoniale de l'album.

Les premières rentrées financières permettent à Brendan Perry de faire l'acquisition d'un synthétiseur-échantillonneur et d'une boîte à rythmes. Il se lance immédiatement dans la composition de morceaux avec des sons de cuivres, de cordes et des percussions d'orchestre. Ivo Watts Russell leur alloue également plus de temps de studio, et les confie aux bons soins d'un nouveau producteur, John A. Rivers.

Leur second opus, Spleen and Ideal est une référence aux poètes et symbolistes du XIXe siècle, en particulier à Charles Baudelaire, dont le recueil Les Fleurs du mal comporte un chapitre intitulé Spleen et idéal. L'ambiance générale est plus intimiste, plus sombre, l'instrumentation rock laisse place aux partitions classiques (violon, violoncelle, timbales). La voix de Lisa Gerrard est plus travaillée et plus discernable. La tournée étonne le public, peu habitué à ces ambiances mystiques et magiques, qui tranchent avec la new wave de l'époque, ou encore les atmosphères de concerts gothiques.

Les Dead Can Dance développent encore cette thématique de musique éthérée en produisant Within the Realm of a Dying Sun. Cet album navigue entre morceaux mystiques comme Anywhere out of the world et atmosphériques Summoming of the Muse.

Puis avec The Serpent's Egg, leur quatrième album, ils multiplient les influences et les mélanges. L'émergence du style médiéval se fait sentir dans Orbis de Ignis ou Chant of the Paladin et la musique religieuse baroque dans Ulysses ou Severance.

Aion continue dans cette voie baroque et joue dans le registre de la musique liturgique de la Renaissance.

Dead Can Dance poursuivra ses explorations musicales avec Into the Labyrinth et Spiritchaser, plus influencés par les musiques du monde et les percussions tribales.

Parallèlement et par la suite, ils suivront chacun une carrière solo et multiplieront les collaborations : Denez Prigent, CoEx, Elijah's Mantle, Pieter Bourke, Hans Zimmer, Piano Magic, etc.

C'est en 1998, en pleine préparation de leur nouvel album, que le groupe décide de se séparer pour divergence sur la ligne à suivre sur les nouveaux enregistrements. Seul un titre resurgira de ses sessions, il s'agit de The Lotus Eaters présent sur l'anthologie Dead Can Dance 1981-1998 (sortie en 2001), ainsi que la compilation Wake (sortie en 2003).

Lisa Gerrard a développé sa propre mélopée aux accents mélancoliques, et est internationalement reconnue depuis sa participation à nombre de bandes originales de films de qualité (Heat, 1995 ; Nadro, avec Pieter Bourke, 1998 ; The Insider, avec Pieter Bourke, 1999 ; Gladiator, avec Hans Zimmer et Klaus Badelt, 2000 ; Ali, avec Pieter Bourke, 2001 ; Mission Impossible II (participation), 2001 ; La Chute du faucon noir, avec Hans Zimmer, 2002 ; Whale Rider, 2002 ; Tears of the Sun, avec Hans Zimmer, 2003 ; et bien d'autres participations...)[1] Son langage construit de toute pièces comme un espéranto de la World Music.

Brendan Perry a plus modestement écrit Eye of the Hunter en 1999 puis Ark en 2010 et collaboré aux projets sus-cités.

2005 marque la reformation du groupe avec une tournée d'adieu européenne et nord-américaine. L'occasion de découvrir de nouvelles compositions telles que Saffron ou Hymn For The Fallen. Cette tournée fera l'objet de la sortie de la plupart des concerts en double album en tirage limité[2],[3].

En 2008, dix ans après leur séparation, a eu lieu la réédition et remasterisation de tous les albums officiels sortis chez 4AD. Dans un premier temps en juin 2008, est sortie la collection "Audiophile Edition", éditée au Japon par Warner Music Group en association avec 4AD à quelques milliers d'exemplaires (6000 pour les albums, 3000 pour Garden of the Arcane Delights), proposant dans un format SACD luxueux chaque album dans son format d'origine dans une pochette cartonnée réplique du vinyle 33 tours[4]. La liste des morceaux de chaque album respecte celle des vinyles. C'est ainsi que Garden of the Arcane Delights a fait l'objet d'une sortie séparée, et que Into The Labyrinth inclut les titres Spirit et Bird ; la compilation A Passage in Time n'étant pas rééditée. En novembre 2008, les albums remasterisés sont sortis au format CD en boîtier Super Jewel Case. La liste des morceaux, cette fois-ci, est la même que pour la sortie au format CD d'origine. La remasterisation a été effectuée par le célèbre studio Mobile Fidelity Sound Lab[5].
Cette même année, le label Vinyl 180 a quant à lui commencé une réédition de luxe au format vinyle. Les premières sorties sont Dead Can Dance et Spleen and Ideal[6].


Le 25 juillet 2011, Brendan Perry annonce sur le site officiel la reformation du groupe avec Lisa Gerrard pour un nouvel album et une tournée mondiale à venir en 2012.

Discographie

Albums

Maxi

  • Garden of the Arcane Delights (maxi 4 titres, 1984, 4AD) : les 4 titres sont incorporés à la version CD de l'album Dead Can Dance

Compilations

Collaborations

  • It'll End in Tears (This Mortal Coil, 1984, 4AD)
  • Lonely Is an Eyesore (Compilation 4AD, 1987, 4AD)
  • Baraka (Bande originale du film, 1992, Milan)

Filmographie et vidéographie

  • Toward the Within, 1994 (Live filmé et enregistré à Santa Monica, en Californie.)[7]
  • El Niño de la Luna (L'Enfant de la Lune), film fantastique réalisé par Agusti Villaronga, présenté au Festival de Cannes en 1989 mettant en scène Lisa Gerrard dans le premier rôle et accompagné de musiques inédites de Dead Can Dance. Le tournage semble avoir été une expérience traumatisante pour Lisa Gerrard. Le film n'est jamais sorti sur les écrans.

Sujet de roman

Le roman La mort peut danser[8] de Jean-Marc Ligny paru en 1994 et réédité en 1999 est librement inspiré de l'imaginaire musical de Dead Can Dance ainsi que de la vie des artistes du groupe ; les héros du roman, Bran et Alyz, font référence de façon transparente à Brendan et Lisa. Lisa Gerrard a d'ailleurs officiellement dédicacé le roman.

Le roman raconte la vie du groupe de rock La mort peut danser dont la chanteuse, Alyz, semble en proie à des crises psychiques au cours desquelles elle interprète des mélopées aussi troublantes qu'inspirées. Les chants d'Alyz renvoient à ceux de la dernière barde irlandaise morte sur le bûcher des sorcières au Moyen Âge, et qui semble la hanter.

Notes

  1. Cf. D-Side n° 26, janv./févr. 2005, pp. 36 à 41
  2. Site sur les albums sortis suite à la tournée de 2005
  3. Ecouter un titre de la tournée 2005 sur le site officiel
  4. Extrait du blog MySpace de Dead Can Dance informant de la réédition des albums
  5. Site Officiel présentant les rééditions de 2008
  6. Vinyl 180 : Site du label effectuant les rééditions des albums au format vinyl
  7. Ou le public se trouvait assis, calmement, applaudissant respectueusement la formation symphonique, comme à un concert de musique classique
  8. Jean-Marc Ligny. La mort peut danser. 1999. Paris. Denoël. Coll. Présence du fantastique.

Liens externes


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Dead Can Dance de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Dead Can Dance — Dead Can …   Wikipedia

  • Dead can Dance — Dead Can Dance, Konzert München 27. März 2005 Dead Can Dance ist eine Musikgruppe australischen Ursprungs, die Einflüsse aus sehr unterschiedlichen, multi ethnischen Musikstilen zu einem unverwechselbaren Stil verbindet. Inhaltsverzeichnis 1 Stil …   Deutsch Wikipedia

  • Dead can dance — Dead Can Dance, Konzert München 27. März 2005 Dead Can Dance ist eine Musikgruppe australischen Ursprungs, die Einflüsse aus sehr unterschiedlichen, multi ethnischen Musikstilen zu einem unverwechselbaren Stil verbindet. Inhaltsverzeichnis 1 Stil …   Deutsch Wikipedia

  • Dead Can Dance — Брендан Перри и Лиза Джеррард …   Википедия

  • Dead Can Dance — Saltar a navegación, búsqueda Dead Can Dance Información personal Origen Melbourne …   Wikipedia Español

  • Dead Can Dance — Dead Can Dance …   Deutsch Wikipedia

  • Dead Can Dance — es una banda compuesta por Lisa Gerrard y Brendan Perry. Formada en Melbourne en 1981 e inicialmente establecida en Australia, se separaron temporalmente en 1998 y se reunieron para una gira por Europa y Estados Unidos en 2005. Luego de ser un… …   Enciclopedia Universal

  • Dead can dance — …   Википедия

  • Dead Can Dance discography — Dead Can Dance discography Dead Can Dance, 24 March 2005 …   Wikipedia

  • Dead Can Dance (album) — Dead Can Dance Studio album by Dead Can Dance Released February 27, 1984 …   Wikipedia


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.