Cursus Publicus


Cursus Publicus

Cursus publicus

Le cursus publicus est le service de poste impérial qui assurait les échanges au sein de l’Empire romain. L’organisation de ce service commence sous Auguste :

« Pour que l’on pût facilement et plus vite lui annoncer et lui faire connaître ce qui se passait dans chaque province, il fit placer de distance en distance sur les routes stratégiques, d’abord des jeunes gens à de faibles intervalles, puis des voitures. Le second procédé lui parut plus pratique, parce que le même porteur de dépêche faisant tout le trajet, on peut en outre l’interroger en cas de besoin »

— Suétone, La vie des douze Césars, Auguste XLIX

Le cursus publicus fonctionne grâce à une série de gîtes d'étape (mansiones) et de postes relais intermédiaires (mutationes) le long des voies romaines. Une mansio est un établissement où l'on peut se restaurer et passer la nuit, une mutatio (littéralement : changement) est un établissement plus important où l'on trouve des montures fraîches. L’entretien des gîtes et des postes est à la charge des municipalités sur le territoire desquelles ils sont implantés. Le fonctionnement est concédé par contrat à des particuliers ou à du personnel réquisitionné ; au IIe ou IIIe siècle ces établissements peuvent être dirigés par des militaires, comme les "bénéficiaires" (soldats du rang chargés de mission). L’État romain finance par l’impôt le matériel, le remplacement des bêtes et les fonctionnaires qui gèrent l’ensemble.

Stratégique pour les liaisons entre l’empereur, l’administration des provinces romaines et les unités militaires, ce service prend rapidement de l’importance et assure la circulation des correspondances d’État, des personnalités officielles et des impôts perçus. Les particuliers ne peuvent en faire usage qu’avec une autorisation écrite, rarement accordée.

Pour pouvoir bénéficier des prestations disponibles sur le réseau, comme l'hébergement et la remonte, les militaires et les fonctionnaires envoyés en mission reçoivent de l'empereur un "diplôme" ou ordre de mission. Régulièrement, les empereurs légifèrent contre les trafics de diplômes et contre les abus, comme les diplômes délivrés par des gouverneurs de province en toute illégalité.

L’empereur Nerva en 96 ou 97 décharge les villes italiennes des frais d’entretien des postes, et les mit au compte des finances impériales.

L’empereur Hadrien (117-138) confie la gestion du cursus publicus à un fonctionnaire impérial spécial, le praefectus vehiculorum, ou a vehiculis, de rang équestre, placé sous les ordres du préfet du prétoire.

Au début du IIIe siècle, l’empereur Septime Sévère étend l’activité du cursus publicus à l’acheminement de l’annone militaire, c'est-à-dire le ravitaillement des armées. Le personnel de convoyage et les animaux de traits supplémentaires sont mobilisés selon les besoins par réquisitions ou corvées.

Au IVe siècle, la réorganisation administrative de Dioclétien et Constantin Ier rattache la gestion du cursus publicus au maître des offices et à ses agentes in rebus. Les textes de l’époque évoquent des fraudes et des abus dans les réquisitions et la désorganisation de l’économie quotidienne qu’elles engendrent, ainsi que la plainte des municipalités provinciales sur les lourdes charges qu’elles supportent. Les successeurs de Constantin tentent d’y remédier par des mesures ponctuelles (limitation du nombre des ordres de mission accordés, suppression des réquisitions arbitraires). La Notitia Dignitatum (vers 400) précise même pour chaque poste de haut-fonctionnaire le nombre d'ordre de mission annuels auxquels cette dignité donne droit.

Malgré ces vicissitudes, le cursus publicus assure ses missions jusqu’au début du Ve siècle. En 414, le bon fonctionnement de l’annone militaire permet ainsi au patrice Constance III de fixer les Wisigoths en Aquitaine, en échange de livraisons de ravitaillement. Quelques décennies plus tard, la disparition du cursus publicus en Occident suit la dissolution de l’Empire d'Occident.

En Gaule, le souvenir de la présence d'une mansio, mot latin qui a donné le français maison, est perpétué par le toponyme "Maison-Rouge".

Sources

  • La vie des douze Césars, Suétone
  • La paix romaine, Paul Petit, PUF, collection nouvelle Clio, 1971
  • Histoire générale de l’Empire romain, Paul Petit, Seuil, 1974
  • Portail de la Rome antique Portail de la Rome antique
Ce document provient de « Cursus publicus ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Cursus Publicus de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • CURSUS Publicus — iam supra indigitatus; dicebatur, non quod omnibus esset publicus, aut passim omnibus licentia fieret eius usutpandi: Nam non privatis solum eô interdictum, sed nec omnes Magistratus eius usurpationem sibi vindicare audebant, sed illi tantum,… …   Hofmann J. Lexicon universale

  • Cursus publicus — Römische Reisekutsche Mit dem Begriff cursus publicus (lateinisch etwa: „staatliche Beförderung“) wird ein System zur Beförderung von Nachrichten, Gütern und Personen während der Römischen Kaiserzeit …   Deutsch Wikipedia

  • Cursus publicus — The cursus publicus (Greek: δημόσιος δρόμος, public road/course ) was the state run courier and transportation service of the Roman Empire, later inherited by the Byzantine Empire. It was created by Emperor Augustus to transport messages,… …   Wikipedia

  • Cursus publicus — Le cursus publicus est le service de poste impérial qui assurait les échanges officiels et administratifs au sein de l’Empire romain. Son réseau nous est connu par la Table de Peutinger Sommaire 1 Histoire 2 Organisation 3 Notes …   Wikipédia en Français

  • Cursus publicus — Cụrsus publicus,   das nach dem Vorbild des Postwesens der persischen Großkönige (Angareion) von Augustus eingerichtete Beförderungssystem für die amtliche Post des Römischen Reiches.   Literatur:   E. Rehbein: Zu Wasser und zu Lande. Die Gesch …   Universal-Lexikon

  • Cursus publicus — Cur|sus pu|bli|cus* [ ...kus] der; <zu lat. publicus »öffentlich, staatlich, amtlich«> das nach dem Vorbild des Postwesens der pers. Großkönige eingerichtete Beförderungssystem für die amtliche Post des Röm. Reiches …   Das große Fremdwörterbuch

  • CURSUS — I. CURSUS Graece Δρόμος, in Aegyptiorum templis, dictum est in ingressu eorum pavimentum, Latitudine iugeri aut paulo minus, Longitudine triplâ, aut quadruplâ, apud Callimachum. Λιθόςτρωτον vocat Strabo, l. 17, post quam partem erat Προπύλαιον… …   Hofmann J. Lexicon universale

  • Cursus — Stonehenge Cursus, Wiltshire …   Wikipedia

  • CURSUS Fiscalis — apud AEl. Spartian, in Hadrian. l. c. Salmasio idem est, quod Curius Publicus, sic dictus, non quod eum Fiscus exhibere teneretur; hoc enim primus Severus demum instituit: sed quod res siscales eo transveherentur; aurum et argentum sacrarum… …   Hofmann J. Lexicon universale

  • ПОЧТОВОЕ ДЕЛО —    • Cursus publicus,          по видимому, раньше всего развилось на Востоке, именно у персов; персидские скороходы αγγαροι восхвалялись древними. Hdt. 6. 105. 8. 98. Хеn. Суr. 8, 6, 17. Дарий I обратил особенное внимание на это учреждение,… …   Реальный словарь классических древностей


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.