Confederation des syndicats nationaux


Confederation des syndicats nationaux

Confédération des syndicats nationaux

Logo de la CSN

La Confédération des syndicats nationaux (CSN) est une centrale syndicale dont le siège social est situé au Québec, Canada.

Sommaire

Historique

1921 : la Confédération des travailleurs catholiques du Canada (CTCC) a été fondée en septembre 1921 (elle prendra le nom de Confédération des syndicats nationaux en 1960).  À l’époque, le clergé exerçait une influence considérable au Québec. La CTCC se démarquait du courant syndical nord-américain en faisant la promotion d’un syndicalisme national et catholique. La CTCC se basait sur la Doctrine sociale de l'Église et a prôné le corporatisme jusqu'aux années 1940. La déconfessionnalisation s'est produite progressivement, des années 1940 jusqu'au retrait des références à la Doctrine sociale de l'église en 1960, lors de la fondation de la CSN. 

1924 : lock-out chez E.B. Eddy à Hull. La CTCC obtient l’adoption de la Loi des syndicats professionnels.

1937 : grève des 3000 ouvriers des chantiers navals et des fonderies de Sorel.

1940 : la CTCC réclame une loi contre les briseurs de grève.

1943 : les employés de Price Brothers and Company à Alma, Kénogami et Jonquière, font la grève pour obtenir un syndicat affilié à la CTCC.

1944 : adoption de la Loi des relations ouvrières.

1947 : la CTCC revendique que le gouvernement établisse un régime d’assurance automobile.

1949 : grève des 5000 ouvriers de l’amiante à Asbestos et Thetford Mines.

1958 : grève des journalistes de La Presse pour obtenir la libération syndicale du nouveau président de la CTCC, Roger Mathieu.

19581959 : grève des réalisateurs de Radio-Canada pour obtenir le droit de se syndiquer.

Logo de la CSN adopté en 1961.

1960 : Le 29 septembre 1960, lors de son 39e congrès, la CTCC se déconfessionnalise et change son nom qui devient la Confédération des syndicats nationaux[1]. Tout le Québec est en ébullition ; il sort de la période de la Grande Noirceur. Pour la toute jeune CSN, l’action syndicale doit transformer tous les aspects de la vie au travail : d’abord les salaires, mais aussi les conditions dangereuses, les discriminations de toutes sortes, la hiérarchie, les cadences exténuantes, l’arbitraire, l’appropriation de la connaissance, tout ce qui atteint les travailleuses et les travailleurs dans leur dignité. 

1963 : au Saguenay–Lac-Saint-Jean, la CSN part en guerre contre les compagnies de finance et les prêts usuraires.

1966 : grève de trois semaines de 32 500 employé(e)s d’hôpitaux du Québec. Signature de la première convention collective nationale dans ce secteur. Le Syndicat des professeurs de l’État du Québec réussit, après cinq ans d’efforts et trois semaines de grève, à arracher une première convention collective comprenant la majorité de leurs demandes. 

19691970 :   grève des travailleurs de la CSN–Construction. La fédération obtient la parité salariale pour tous les travailleurs.

1970 :  la loi sur l’assurance maladie est adoptée.

19711972 : la CSN fait front commun dans les secteurs public et parapublic avec deux autres centrales syndicales, la Centrale de l'enseignement du Québec (CEQ) et la Fédération des travailleurs du Québec (FTQ). Une grève générale est entamée. Les présidents des trois centrales ainsi qu’une cinquantaine de militantes et de militants sont emprisonnés. Parmi les revendications syndicales, l’objectif d’un salaire minimum de 100 $ par semaine est atteint.

1973 : grève de 20 mois chez Canadian Gypsum de Joliette pour obtenir la formule Rand (déduction de la cotisation syndicale à la source).

1974 : après huit mois de grève, les travailleurs de Price Brothers and Company à Alma, Jonquière et Kénogami établissent un nouveau modèle d'horaires de travail dans l'industrie des pâtes et papiers.

1975 : grève des travailleurs de l’amiante à Thetford Mines. 

1977 : grève dans les minoteries de Montréal contre la loi fédérale imposant le gel des salaires. En juillet, des fiers-à-bras ouvrent le feu sur des manifestants à la Robin Hood.  Le Syndicat des ouvriers du fer et du titane CSN occupe l’usine et en expulse les contremaîtres afin d’obtenir des conditions de travail respectant leur santé et leur sécurité.

1978 : Cadbury annonce la fermeture de son usine de Montréal et le transfert de la production en Ontario. La CSN lance une campagne de boycottage des produits Cadbury.

1979: nouvelle ronde de négociations dans le secteur public entamée par le Front commun des employé-es de l’État. Les négociations aboutissent sur des augmentations salariales et sur le congé de maternité, désormais payé à 100 % du salaire pendant une période de 20 semaines.

1980 : les syndicats du personnel du soutien scolaire et du soutien cégep font la grève (18 et 30 jours). Ils obtiennent, entre autres, « le plan d’effectifs » qui définit les besoins en personnel pour l’année qui suit. La CSN entreprend une vaste campagne de syndicalisation des travailleuses en garderie et revendique un régime universel et gratuit de garderies contrôlées par les usagers et les travailleuses.

1981 : la Grande Corvée vient en aide aux travailleurs forestiers en grève depuis 12 mois.

1983, 1984, 1985 : conflits chez Expro à Valleyfield et à Marine Industrie à Tracy pour travailler sans danger et réduire la semaine de travail.

1989 : les travailleurs de la Société de transport de la Rive-Sud de Montréal entreprennent une grève de 22 mois où ils obtiennent la semaine de quatre jours. Les syndicats du secteur public de la CSN déclenchent la grève générale le 12 septembre, elle dure cinq jours. La loi 160 s’applique dans presque tous les établissements de la santé et des services sociaux : confiscation de jours de paye, perte d’ancienneté et interruption de la perception à la source de la cotisation syndicale.

1993 : après 15 mois de conflit, les cols blancs de la municipalité de Marieville obtiennent l’équité salariale.

1996 : La CSN salue l'adoption de la Loi québécoise sur l’équité salariale et la création de la Commission de l’équité salariale.

1997 : après une lutte de 43 mois, les employé-es du Holiday Inn Crowne Plaza Centre-Ville à Montréal font échec à la sous-traitance.

1998 : après sept ans de lutte, les travailleuses et les travailleurs de Metro-Richelieu à Montréal obtiennent justice et retrouvent leurs emplois que l’employeur voulait confier à la sous-traitance. L’employeur doit verser plusieurs de dizaines de milliers de dollars aux travailleurs lésés.

2001 : les 6000 agentes et agents correctionnels du Canada adhèrent à la CSN et fondent, après plusieurs mois de lutte pour le faire reconnaître, le syndicat Union of Canadian Correctional Officers - Syndicat des agents correctionnels du Canada - CSN (UCCO–SACC–CSN).

2002 : la Fédération nationale des enseignants et enseignantes du Québec (FNEEQ) négocie une structure salariale comportant une rémunération additionnelle pour les détenteurs d’une maîtrise. L’enseignement collégial fait maintenant parti de l’enseignement supérieur. Elle négocie également une échelle salariale unique. 

2003 :

  • Après un lock-out de plus de trois ans, les syndiqués des élévateurs à grain de Cargill, à Baie-Comeau, retournent au travail. Les clauses discriminatoires à l’endroit des jeunes ont été éliminées.
  • À l’automne et à l’hiver 2003, le gouvernement Charest adopte une série de mesures antisociales et antisyndicales. La CSN lance la campagne Stoppons la démolition !.

2004 : après plus de vingt mois de grève, le Syndicat de Radio Nord Communications obtient une nouvelle convention collective comprenant de nombreux gains, entre autres au plan régional. 

2005 :

  • Les 3800 membres du syndicat de magasins et de bureaux de la Société des alcools du Québec (SAQ), en grève depuis novembre 2004, joignent la CSN qui entreprend une campagne de solidarité. Une entente intervient le 4 février, permettant des gains entre autres au chapitre de la sécurité d’emploi et des horaires de travail.
  • À l’automne, les membres du secteur public de la CSN et de la FTQ font la grève pour appuyer leurs revendications. Le 15 décembre, le gouvernement Charest adopte le projet de loi 142 (loi 43), mettant fin aux négociations et imposant les conditions salariales et une partie des conditions de travail. Adopté sous le bâillon et dans la contestation, le décret comporte aussi de dures mesures répressives qui empêchent l’expression de toute contestation. Le 29 mars 2007, le Bureau international du travail (BIT) rend une décision qui condamne cette loi.

2006 :

  • En mai, conclusion du programme d’équité salariale dans le secteur public québécois.
  • Le 29 septembre, les 2200 membres du Syndicat des agents de la paix en service correctionnel du Québec adhèrent à la CSN. Ils reçoivent son appui dans leur lutte pour la revalorisation de leur métier.

2007 : l’Alliance syndicale dans la construction, dont est membre la CSN–Construction, obtient la signature d’une entente touchant les 140 000 travailleurs de cette industrie. La nouvelle convention collective prévoit plusieurs gains importants, entre autres au plan salarial.


Présidences

Membres

La confédération compte actuellement plus de 300 000 membres répartis également entre hommes et femmes ainsi qu'entre le secteur privé et le secteur public dans 4 300 lieux de travail. Elle est ainsi la deuxième plus grande centrale syndicale du Québec par le nombre de ses membres.

Administration

La CSN est caractérisée par une administration décentralisée : les syndicats locaux s'affilient à une fédération par secteur d'activité ainsi qu'à un conseil central, sur une base régionale. Les syndicats CSN sont autonomes, c'est-à-dire que chaque syndicat CSN détient son propre certificat d'accréditation et peut se désaffilier de la centrale, selon un processus démocratique.

Fédérations

La CSN est composée de neuf fédérations. Ces dernières sont :

Conseils centraux

La CSN est composée treize conseil centraux. Ces derniers sont:

  • Conseil central de l'Abitibi–Témiscamingue–Nord-du-Québec
  • Conseil central du Bas-Saint-Laurent
  • Conseil central du Coeur-du-Québec
  • Conseil central de l'Estrie
  • Conseil central de la Gaspésie et des Îles-de-la-Madeleine
  • Conseil central de Lanaudière
  • Conseil central des Laurentides
  • Conseil central de la Montérégie
  • Conseil central du Montréal métropolitain
  • Conseil central de la Côte-Nord
  • Conseil central de l'Outaouais
  • Conseil central de Québec–Chaudière-Appalaches
  • Conseil central du Saguenay–Lac-Saint-Jean

Exécutif actuel

Affiliation

La CSN est membre de la Confédération syndicale internationale (CSI).

Notes et références

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes

  • Portail du Québec Portail du Québec
  • Portail du Canada Portail du Canada
  • Portail du syndicalisme Portail du syndicalisme
Ce document provient de « Conf%C3%A9d%C3%A9ration des syndicats nationaux ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Confederation des syndicats nationaux de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Confédération Des Syndicats Nationaux — Logo de la CSN La Confédération des syndicats nationaux (CSN) est une centrale syndicale dont le siège social est situé au Québec, Canada. Sommaire 1 Historique …   Wikipédia en Français

  • Confédération des syndicats nationaux — Logo de la CSN. Les trois anneaux représentent les fédérations, les conseils centraux et les syndicats affiliés. La Confédération des syndicats nationaux (CSN) est une centrale syndicale canadienne fondée en 1921. Son siège social est situé à… …   Wikipédia en Français

  • Confédération des syndicats nationaux — CSN Full name Confederation of National Trade Unions Native name Confédération des syndicats nationaux Founded 1921 Members 300,000 …   Wikipedia

  • Confédération des travailleurs catholiques du Canada — Confédération des syndicats nationaux Logo de la CSN La Confédération des syndicats nationaux (CSN) est une centrale syndicale dont le siège social est situé au Québec, Canada. Sommaire 1 Historique …   Wikipédia en Français

  • Confederation europeenne des syndicats — Confédération européenne des syndicats Pour les articles homonymes, voir CES. La Confédération européenne des syndicats (CES), ou « European trade union confederation » (ETUC), regroupe la plupart des organisations syndicales… …   Wikipédia en Français

  • Confédération Européenne Des Syndicats — Pour les articles homonymes, voir CES. La Confédération européenne des syndicats (CES), ou « European trade union confederation » (ETUC), regroupe la plupart des organisations syndicales européennes pour leur permettre de mener ensemble …   Wikipédia en Français

  • Confédération Européenne des Syndicats — Pour les articles homonymes, voir CES. La Confédération européenne des syndicats (CES), ou « European trade union confederation » (ETUC), regroupe la plupart des organisations syndicales européennes pour leur permettre de mener ensemble …   Wikipédia en Français

  • Confédération européenne des syndicats — Pour les articles homonymes, voir CES. Confédération européenne des syndicats Fondation 1973 Pays   …   Wikipédia en Français

  • Confederation europeenne des syndicats independants — Confédération européenne des syndicats indépendants La Confédération européenne des syndicats indépendants est une organisation syndicale européenne fondée en 1990. Elle se veut indépendante de toute idéologie. Sommaire 1 Membres 1.1 Syndicats… …   Wikipédia en Français

  • Confédération Européenne Des Syndicats Indépendants — La Confédération européenne des syndicats indépendants est une organisation syndicale européenne fondée en 1990. Elle se veut indépendante de toute idéologie. Sommaire 1 Membres 1.1 Syndicats européens 1.2 Syndicats nationaux …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.