Cheng Ho


Cheng Ho

Zheng He

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Zheng (homonymie).

Zheng He (13711433) (鄭和, pinyin : Zhèng Hé, EFEO : Tch'eng Ho, Wade-Giles : Cheng Ho, arabe : حجّي محمود [Hajji Mahmud]) était un eunuque chinois et un explorateur maritime célèbre. Il fut un des rares à se faire attribuer le titre bouddhique de Sanbao taijian (三保 太監), « Grand Eunuque aux trois joyaux »[1].

Idéogrammes pour Zheng He

Sommaire

Biographie

Carte historique des pays et des villes de 1402, dite carte Kangnido[2], réalisée d'après des cartes chinoises de 1330 et 1370 et des données persanes.

Né en 1371 dans la province du Yunnan, dans le sud-ouest de la Chine, son nom initial était Mǎ Sānbǎo (馬 三保). Zheng He était un Hui, un Chinois Han musulman. Il est également possible qu'il soit d'origine cham musulmane, lorsque le Royaume Champâ arrivait jusqu'à la bordure méridionale du Tonkin avec le Yunnan au Nord. Le préfixe honorifique Hajii (Al hajj) indique qu'il est allé à La Mecque, comme son père et son grand-père. Le trône impérial a eu plusieurs hauts dignitaires d'origines ethniques diverses, comme le Vénitien Marco Polo chargé de l'exploitation du sel gemme par forages avec des derricks et du commerce de ce sel, monopole d'État.

On ne connaît que peu de choses sur son enfance. On sait qu'il était le fils d'un chef de la province alors mongole du Yunnan, jusqu'à son invasion par l'armée de l'empereur de Chine, pendant laquelle son père fut tué et lui capturé, castré à 9 ans, comme il était coutume pour les fils des chefs de guerre rivaux prisonniers, destinés à faire partie des eunuques de la Cour impériale (les eunuques possédaient beaucoup de pouvoir grâce à leur relation privilégiée avec l'empereur). Il gravit petit à petit les échelons et devint le grand eunuque impérial. Entré dans les faveurs de Yongle, le troisième empereur de la dynastie Ming, il changera son nom en Zheng He (en 1404).

Yongle désirait étendre les limites de la Chine, aussi bien vers le Nord (il transféra la capitale chinoise de Nankin à Pékin en 1409) que vers le sud. Il fait de Zheng He l'amiral de la flotte impériale, sans que celui-ci ne soit jamais allé en mer. Il lance la construction de centaines de navires à Nankin, sur le Yangzi Jiang (ce qui réduira de moitié la couverture forestière du sud de la Chine) et ordonne de grandes expéditions exploratrices dans tout l'océan Indien. En tant qu'amiral, Zheng He effectue sept voyages de 1405 à 1433.

Le successeur de Yongle, Hongxi, ne soutint pas ces expéditions et Zheng He dut annuler celle qui était prévue.

Cependant, son règne fut éphémère et Xuande, le nouvel empereur, reprit les idées de Yongle et commanda une septième expédition, la plus importante de toutes et celle qui alla le plus loin.

La flotte chinoise

Fusain représentant la flotte de Zheng He

La flotte comptait environ 30 000 hommes et 70 vaisseaux à son apogée.

Après la découverte d'un gouvernail énorme lors de fouilles dans le sud-est de la Chine et en se fondant sur un récit datant de près de 100 ans après l'époque de Zheng He, certains spécialistes affirment que ces vaisseaux pouvaient atteindre 138 mètres de long et 55 mètres de large et comptaient neuf mâts[3].

Un parchemin bouddhiste datant de l'époque de Zheng He et représentant des vaisseaux à 4 mâts semble infirmer cette thèse : ceux-ci n'auraient alors mesuré qu'une soixantaine de mètres de long.

Cela reste toutefois bien supérieur aux 30 mètres de long et 8 mètres de large de la Santa Maria, la caraque de Christophe Colomb, qui seront construites environ 70 ans plus tard.

Les expéditions chinoises authentifiées

La girafe ramenée par Zheng He en 1414 fut qualifiée de qilin. Peinture de Shen Du, artiste de la cour des Ming

Zheng He explora, durant toutes ces longues années de voyage :

Il remonta la mer Rouge jusqu'en Égypte et descendit les côtes africaines jusqu'au Mozambique.

C'est à la suite d'une de ces expéditions qu'en 1414, le sultan de Malindi (dans l'actuel Kenya) inaugure des relations diplomatiques avec la Chine.

A la différence des Portugais, les voyages d'exploration entrepris par les Chinois ne débouchèrent pas sur une entreprise d'expansion outre-mer. L'autre expédition chinoise lointaine a été Le Voyage en Occident du moine Xuanzang pour rapporter d'Inde des textes bouddhiques. Les cartes marines chinoises circulaient dans le golfe Persique avec les marins arabes suivis de Vénitiens.

La plupart des récits furent retracés par Ma Huan (馬歡), fidèle compagnon de route de l'amiral Zheng He. Durant leurs voyages, Ma Huan a noté minutieusement des choses concernant la géographie, les lois, la politique, les conditions climatiques, l'environnement, l'économie, les coutumes locales. La compilation s'appelle en français Merveilles des océans (瀛涯勝覽).

Les récits étaient initialement destinés à l'empereur, relatant notamment trois des sept expéditions dans les « océans occidentaux » :

Chronologie Date Régions parcourues
1er voyage 1405-1407 Champa, Java, Palembang, Malacca, îles Aru, Sumatra, Ceylan, Cochin, Calicut
2e voyage 1407-1409 Champa, Java, Siam, Cochin, Ceylon
3e voyage 1409-1411 Champa, Java, Malacca, Sumatra, Ceylan, Quilon, Cochin, Calicut, Siam, Lambri, Kaya, Coimbatore, Puttanpur
4e voyage 1413-1415 Champa, Java, Palembang, Malacca, Sumatra, Ceylan, Cochin, Calicut, Kayal, Pahang, Kelantan, Aru, Lambri, Ormuz, Maldives, Mogadiscio, Malindi, Aden, Mascate, Dhofar
5e voyage 1416-1419 Champa, Pahang, Java, Malacca, Sumatra, Lambri, Ceylan, Sharwayn, Cochin, Calicut, Ormuz, Maldives, Mogadiscio, Brawa, Malindi, Aden
6e voyage 1421-1422 Ormuz, Afrique de l'Est, Péninsule arabique
7e voyage 1430-1433 Champa, Java, Palembang, Malacca, Sumatra, Ceylan, Calicut, Ormuz...

La première compilation date de 1416 environ. Après son premier retour, la version finale est imprimée en 1451. La traduction anglaise est réalisée par John V.G. Mills pour Hakluyt Society en 1970.

D'inventions chinoises, l'impression des cartes marines, le gouvernail d'étambot et la boussole ont permis la navigation hauturière qui n'intéressait pas la Chine impériale, mais qui a permis à l'Occident de faire ses colonisations.

Hypothèse de la circumnavigation chinoise

Carte dite de Liu Gang, présentée comme la reproduction en 1763 d'une carte de 1418. Probablement un faux ou une copie d'une carte européenne du XVIIIe siècle (voir Peter van der Krogt et Mao Peiqi)

En 2002, une thèse du britannique Gavin Menzies a soutenu qu'une partie de la flotte aurait contourné le sud du continent africain pour remonter l'Atlantique jusqu'aux Antilles, qu'une autre partie aurait franchi le détroit de Magellan pour explorer la côte ouest de l'Amérique et, finalement, qu'une troisième partie aurait navigué dans les eaux froides de l'Antarctique. Les côtes de l'Australie auraient même été atteintes lors des ces voyages d'exploration[4].

Culte de Zheng He

La mosquée Cheng Hoo à Surabaya en Indonésie

Sur la côte nord de l'île de Java en Indonésie, Zheng He est l'objet d'un culte. Des temples (klenteng) lui sont dédiés, dont le plus connu et le plus visité est le Sam Poo Kong à Semarang.

En outre, une mosquée portant son nom, la Mesjid Cheng Hoo, a été construite à Surabaya par une association de Chinois d'Indonésie musulmans et inaugurée en 2007.

Annexes

Notes et références

  1. Dominique Lelièvre, Voyageurs chinois à la découverte du monde : De l'Antiquité au XIXe siècle, Olizane, 2004, 472 p. (ISBN 2880863112), p. 262 
  2. Cf. Kenneth Robinson, « Choson Korea in the Ryukoku Kangnido : Dating the Oldest Extant Korean Map of the World (15th Century) », dans Imago mundi, 59-2, 2007, p.177-192.
  3. Levathes, Louise, When China Ruled the Seas : The Treasure Fleet of the Dragon Throne 1405 – 1433, Oxford University Press, 1997
  4. Gavin Menzies, 1421, l'année où la Chine a découvert l'Amérique, Intervalles, 2007.

Liens externes

Bibliographie

  • Dominique Lelièvre, Le dragon de lumière - Les grandes expéditions des Ming au début du XVe siècle, France-Empire, 1996
  • Jacques Gernet, Le monde chinois. 2. L'époque moderne Xe siècle - XIXe siècle, Armand Colin, Paris, 2005, p. 137-145. ISBN 2-266-16133-4
  • Portail du monde maritime Portail du monde maritime
  • Portail de l’exploration Portail de l’exploration
  • Portail du monde chinois Portail du monde chinois
  • Portail de l’islam Portail de l’islam
Ce document provient de « Zheng He ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Cheng Ho de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Cheng — ist der Familienname folgender Personen: Cheng Bugao (1893/1906–1966), chinesischer Regisseur Cheng Chemin (* 1924), chinesischer Physiker Cheng Cong Fu (* 1984), chinesischer Rennfahrer Cheng Enfu (* 1950), chinesischer… …   Deutsch Wikipedia

  • Cheng Pu — General of Sun Quan Names Simplified Chinese 程普 Traditional Chinese 程普 Pinyin Chéng Pǔ Wade Giles …   Wikipedia

  • Cheng Pu — Cheng Pu, 程普, Chéng Pǔ, war ein General der Wu Dynastie unter Sun Jian, Sun Ce und Sun Quan während der Zeit der Drei Reiche im alten China. Cheng Pu diente drei Herrschern der Sun Familie als General und war berühmt für seinen Umgang mit dem… …   Deutsch Wikipedia

  • Cheng —   [tʃ ], Ch eng [tʃ ], Gebrüder, zwei chinesische Philosophen, die Brüder Cheng Hao (oder Cheng Mingdao), * 1032 ✝ 1085, und Cheng Yi (oder Cheng Yichuan), * 1033, ✝ 1108, die im Neokonfuzianismus ein naturhaft moralisches Weltprinzip (Li) in den …   Universal-Lexikon

  • Cheng Pu — servit trois générations de la famille Sun à titre de général, maniant sa fameuse lance serpentée. Lorsque Sun Jian attaque Hua Xiong à la Passe de la Rivière Si dans le conflit contre Dong Zhuo, Cheng Pu tue Hu Zhen et permet à Sun Jian… …   Wikipédia en Français

  • Chéng — Cheng Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Cheng est un monosyllabe chinois présent notamment dans les noms de : Personnes Cheng Lian, général sous Lu Bu, pendant la période des Trois… …   Wikipédia en Français

  • Cheng Wu — Traditional Chinese 程武 Simplified Chinese 程武 Transcriptions …   Wikipedia

  • Cheng — may refer to: Cheng (surname), Chinese surname Cheng County, in Gansu, China Cheng (musical instrument), an ancient Chinese musical instrument Cheng Township, in Malacca, Malaysia Cheng Han, a common name for the Chinese state of Cheng (304 338… …   Wikipedia

  • Cheng Yu — (140 220) est un conseiller de Cao Cao, puissant seigneur de guerre chinois de la fin de la dynastie Han en Chine antique. Il joint les rangs de Cao Cao sur la recommandation de Xun Yu. Dès l’an 193, lorsque Cao Cao part en expédition contre Tao… …   Wikipédia en Français

  • Cheng Yi — may refer to: Cheng Yi (Han Dynasty), a late Han Dynasty general Cheng Yi (Tang Dynasty), a Tang Dynasty chancellor Cheng Yi (philosopher) (1033 1107) This disambiguation page lists articles associated with the same personal name. If an …   Wikipedia

  • Cheng I — (1765 – 1807) [1] (鄭一, pinyin: Zhèng Yī, Cantonese: Jihng Yāt, also romanised as Zheng Yi) was one of the most powerful chinese pirate along the Chinese coast during the 19th century. He and his wife Ching Shih, an prostitute who he fell in love… …   Wikipedia


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.