232 Q 1


232 Q 1

La 5-232 Q 1 était une locomotive à vapeur prototype de la SNCF qui fut mise en service en 1940. Elle était de type Baltic avec une disposition d'essieux de type 232.

Sommaire

Genèse

Cette machine fut commandée en date du 9 mars 1936 par la Société nationale des chemins de fer français pour tenter de résoudre le problème de l'embiellage qui limitait, en partie, la vitesse de la locomotive et augmentait sa longueur dès que l'on voulait augmenter la puissance. Elle fut notifiée à la société Schneider et Cie.

Descriptif

Il fut décidé de doter la machine d'une chaudière classique à haute pression et de turbines individuelles pour les essieux.

La chaudière choisie fut du type, classique, « à tubes à fumées ». Cette chaudière était timbrée à 25 bars, soit la pression maximum de ce type de chaudière, contrairement à la 2-232 P 1 qui avait une chaudière de type « à tubes à eau », timbrée à 60 bars.

Les turbines, au nombre de 3, attaquaient les essieux moteurs par l'intermédiaire d'une liaison élastique de type « Westinghouse ». Ils avaient une vitesse de rotation de 10 000 tr/min pour une vitesse de 140 km/h. Cette motorisation présentait l'avantage de se passer des bielles, d'où une suppression de tout mouvement alternatif et de la surcharge périodique de la voie.

Du fait de l'absence de bielles, le châssis était extérieur. Elle disposait en outre d'un carénage intégral.

Utilisation et services

Sortie des ateliers de Schneider et Cie, sise au Creusot, dans les premiers jours de juin 1940, elle entreprit immédiatement des essais. Cependant, le déclenchement de la Seconde Guerre mondiale fit que ces essais furent très vite interrompus et la machine fut remisée dès le 12 juin dans les ateliers du constructeur. Les essais reprirent toutefois en septembre de la même année, avant l'expédition en octobre 1940 vers le banc d'essais de Vitry pour une série de prises de mesures. Cette première série de mesures révéla que la machine était très silencieuse et très stable. À partir du 16 janvier 1942, la locomotive fut utilisée pour tracter des trains ouvriers dans la région du Creusot et des trains réguliers entre Paris et Dijon. Une avarie sur la turbine centrale motiva son retour chez le constructeur où elle subit un premier bombardement sans dommage. Par la suite, elle fut déplacée au dépôt des Laumes où elle subit à nouveau un bombardement sans dommage. Finalement, elle fut sabotée par les Allemands en retraite en août 1944. Réparable, elle ne le fut pourtant pas car il fut adressé un courrier dans ce sens en date du 8 août 1946. Placée en attente d'amortissement en avril 1947, elle fut finalement radiée en janvier 1948.

Conclusion

Cette locomotive devait répondre au souci de réduire les pièces en mouvement et de rendre la marche plus confortable. Cependant, le retard dû à la Seconde Guerre mondiale et le nouveau choix fait par la SNCF en matière de traction font que les bons résultats obtenus n'eurent aucune incidence sur les locomotives à vapeur à venir. On peut faire le parallèle avec les autres prototypes qui finalement arrivèrent trop tard : la 2-232 P 1, la 3-242 A 1 et la 4-160 A 1.

Tenders

Le tender qui lui fut accouplé était un des tenders à bogies du type 30 A ex-PLM contenant 30 m³ d'eau et 6 tonnes de charbon. Il fut muni d'un pousseur à charbon fonctionnant à la vapeur pour faciliter la tâche du chauffeur.

Caractéristiques

  • Pression de la chaudière : 25 bars (2,5 MPa)
  • Diamètre des roues motrices : 1500 mm
  • Diamètre des roues du bogie avant: ? mm
  • Diamètre des roues du bogie arrière: ? mm
  • Masse en ordre de marche : 122 t
  • Masse adhérente : ? t
  • Longueur hors tout : 15,740 m
  • Masse du tender en ordre de marche : ? t
  • Masse totale : ? t
  • Longueur totale : ? m
  • Vitesse maxi en service : 130 km/h


Voir aussi

Article connexe

Lien externe


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article 232 Q 1 de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • 232 U 1 — 232 U La locomotive 232 U 1 à la Cité du train de (Mulhouse) …   Wikipédia en Français

  • 232 R — Type de locomotive Date de construction 1940 Production totale 3 Disposition des roues ooOOOoo Classification UIC 232 Gabarit Stan …   Wikipédia en Français

  • 232 av. J.-C. — 232 Années : 235 234 233   232  231 230 229 Décennies : 260 250 240   230  220 210 200 Siècles : IVe siècle …   Wikipédia en Français

  • 232 S — La 231 S 1 équipée de son carénage d origine, au dépôt de La Chapelle. Les 2 232 S 1 à 4 furent des locomotives à vapeur étudiées pour la Compagnie des chemins de fer du Nord ; la création de la SNCF mit le projet en sommeil et celui ci ne… …   Wikipédia en Français

  • 232 — Années : 229 230 231  232  233 234 235 Décennies : 200 210 220  230  240 250 260 Siècles : IIe siècle  IIIe siècle …   Wikipédia en Français

  • -232 — Années : 235 234 233   232  231 230 229 Décennies : 260 250 240   230  220 210 200 Siècles : IVe siècle av. J.‑C.  …   Wikipédia en Français

  • 232 — Portal Geschichte | Portal Biografien | Aktuelle Ereignisse | Jahreskalender ◄ | 2. Jahrhundert | 3. Jahrhundert | 4. Jahrhundert | ► ◄ | 200er | 210er | 220er | 230er | 240er | 250er | 260er | ► ◄◄ | ◄ | 228 | 229 | 230 | 231 | …   Deutsch Wikipedia

  • 232 P 1 — La 2 232 P 1 était une locomotive à vapeur prototype de la Compagnie des chemins de fer du Nord puis de la SNCF qui fut mise en service en 1939. Elle était de type Hudson avec une disposition d essieux de type 232. Sommaire 1 Genèse 2 Descriptif …   Wikipédia en Français

  • 232 — Años: 229 230 231 – 232 – 233 234 235 Décadas: Años 200 Años 210 Años 220 – Años 230 – Años 240 Años 250 Años 260 Siglos: Siglo II – Siglo I …   Wikipedia Español

  • 232 a. C. — Años: 235 a. C. 234 a. C. 233 a. C. – 232 a. C. – 231 a. C. 230 a. C. 229 a. C. Décadas: Años 260 a. C. Años 250 a. C. Años 240 a. C. – Años 230 a. C. – Años 220 a. C. Años 210 a. C. Años 200 a. C. Siglos …   Wikipedia Español