Syndrome des jambes sans repos


Syndrome des jambes sans repos
Restless legs syndrome
Classification et ressources externes
RLS-Schlafmuster.png
Hypnogramme d'un sommeil normal (en bleu).
Celui d'un patient atteint du syndrome des jambes sans repos (en rouge).
CIM-10 G25.8
CIM-9 333.94
OMIM 102300

608831

DiseasesDB 29476
eMedicine neuro/509 
MeSH D012148

Le syndrome des jambes sans repos se caractérise par le besoin impérieux de bouger les membres inférieurs. Lorsqu'il est d'origine iatrogène, ce syndrome se nomme akathisie voire tasikinésie. Dans le cas d'un syndrome de sevrage aux benzodiazépines, il prend fin au terme des symptômes de sevrage pouvant durer 10 ans chez les personnes sujettes à un symptôme prolongé de sevrage aux benzodiazépines (12 % environ)[réf. nécessaire].

Ce syndrome possède d'autres appellations incluant Syndrome d'Impatiences des Membres à l'Éveil (SIME) Impatiences, Restless Legs Syndrome (en anglais) et Syndrome de Wittmaack-Ekbom.

Sommaire

Historique

La première description en a été faite en 1685 par le neurologue Thomas Willis mais le syndrome a été publié sous ce nom par Karl Axel Ekbom en 1944[1].

Épidémiologie

Cette maladie touche environ 8,5 % de la population française, 8 % de la population américaine, et 12 % de la population canadienne. Elle est par contre rare dans d'autres populations, en particulier asiatiques[2]. Elle touche parfois plusieurs membres d'une même famille, ce qui laisse croire qu'elle possède une composante héréditaire.

Même si le syndrome peut survenir chez une personne jeune, il atteint en règle générale les sujets après 40 ans. Les femmes sont en moyenne deux fois plus touchées que les hommes[3].

Chez la femme, le syndrome des jambes sans repos survient plus volontiers durant les grossesses et après la ménopause mais la raison de cette plus haute fréquence des troubles à ces périodes est inconnue.

Causes

Elles ne sont pas connues. Par contre, le syndrome est plus fréquent chez les sujets qui présentent une anémie par carence en fer où il est présent dans près d'un quart des cas[1], en cas d'insuffisance rénale, de grossesse et en cas d'antécédent chez les ascendants. Ce dysfonctionnement neurologique pourrait avoir pour origine un manque de dopamine dans le cerveau et la moelle épinière.

Un variant du gène BTBD9, situé sur le chromosome 6, est associé significativement avec ce syndrome[4].

Description

Ce besoin résulte de la nécessité à soulager des sensations désagréables : fourmillements, démangeaisons, picotements et courants électriques. Ces sensations, parfois violentes dans les cas extrêmes, sont déclenchées par l'immobilité que demande par exemple l'endormissement. Elles apparaissent lorsque le sujet est au repos, en position assise ou allongée, surtout le soir et la nuit, et disparaissent lors des mouvements : par exemple le fait de se lever, la marche, l'éveil. Durant le sommeil, les sensations ne sont pas perçues mais les mouvements involontaires persistent à des degrés variables. Ces mouvements peuvent aller jusqu'à des contorsions, et de fortes courbatures matinales peuvent alors se faire ressentir en plus de l'accumulation de fatigue, lorsque le syndrome est sévère. En effet, ces symptômes perturbent le sommeil, et il n'est pas rare que les personnes qui en souffrent éprouvent également des troubles de la concentration et de la mémoire.

Les symptômes de ce syndrome sont bénins. L'examen clinique est normal. L'évolution est imprévisible.

Diagnostics différentiels

  • Le syndrome des mouvements périodiques des jambes
  • Les crampes, souvent nocturnes et douloureuses, définies comme étant une contraction musculaire, absente dans le syndrome
  • Les neuropathies
  • Les paresthésies dues à la compression d'un nerf
  • L'akathisie, manifestations ressemblant au syndrome, mais secondaire à un traitement neuroleptique.
  • les rythmies du sommeil
  • les myoclonies d'endormissement
  • Le syndrome des jambes douloureuses avec mouvement des orteils
  • L'insuffisance veineuse profonde
  • Survenue ou aggravation au repos : les troubles s'aggravent lorsque la personne atteinte est au repos, assise ou couchée[5].

Conséquences

La principale conséquence est la mauvaise qualité du sommeil, voire l'insomnie, avec fatigue et baisse de vigilance diurnes.

  • Augmentation de la latence d'endormissement (c'est-à-dire du temps nécessaire pour s'endormir)
  • Le stress engendré peut provoquer une forte augmentation subite de la fréquence et de la tension cardiaques[6]

Traitements

Le traitement ayant obtenu une AMM dans cette indication en France est le ropinirole, un agoniste des récepteurs dopaminergiques. Cependant, en raison des effets indésirables habituels des agonistes dopaminergiques[7], d'une part, et d'une augmentation de la sévérité des symptômes à long terme lors de l'emploi prolongé, d'autre part, le rapport bénéfice-risque est défavorable pour ce type de produit[8].
D'autres thérapeutiques ont été essayées, mais le rapport bénéfice-risque est également défavorable, voire il n'y a aucune amélioration des symptômes (benzodiazépines, antiépileptiques, lévodopa, agonistes dopaminergiques). Depuis 2005, il existe un médicament, le pramipexole, commercialisé en France sous le nom de Sifrol. C'est un agoniste dopaminergique utilisé comme antiparkinsonien. Il est aussi considéré comme ayant un rapport bénéfice/risque défavorable[9].

Notes et références

  1. a et b Ekbom KA, Restless legs syndrome, Neurology 1960;10:868-873
  2. Merlino G, Valente M, Serafini A, Gigli GL, Restless legs syndrome: diagnosis, epidemiology, classification and consequences. Neurol Sci 2007;28:Suppl 1:S37-S46
  3. Mathis PD. Diagnostic et prise en charge quotidienne. Tribune médicale 2007 ; 9 : 14
  4. Stefansson H, Rye DB, Hicks A et Als. A genetic risk factor for periodic limb movements in sleep, N Eng J Med, 2007;357:639-647
  5. Sources :
    • 1. Monaca C, Derambure P. Physiopathologie. In :Le syndrome des jambes lourdes. Krieger J (ed), pp 1 - 19. John Libbey Eurotext, Paris, 2006.
    • 2. Monaca C, Derambure P. Médecine du sommeil FICHE PRATIQUE : Le syndrome des jambes sans repos
  6. Syndrome des jambes sans repos : le cœur encaisse
  7. nausées, céphalées, vertiges, somnolence, hypotension orthostatique, syncopes, troubles du rythme cardiaque, troubles psychiques divers
  8. Le ropinirole n'est remboursé que dans les formes très sévères du syndrome avec handicap majeur sur la vie du sujet. Il est à prescription initiale réglementée.
  9. Revue Prescrire n°277 novembre 2006 Jambes sans repos : toujours pas de médicament satisfaisant Un rapport bénéfices sur risques défavorable, comme avec le ropinirole.

Annexes

Articles connexes

Lien externe

Catégorie Syndrome des jambes sans repos de l’annuaire dmoz


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Syndrome des jambes sans repos de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Jambes sans repos — Syndrome des jambes sans repos Le syndrome des jambes sans repos se caractérise par le besoin impérieux de bouger les membres inférieurs. Lorsqu il est d origine iatrogène, ce syndrome se nomme akathisie voire tasikinésie. Dans le cas d un… …   Wikipédia en Français

  • Syndrome de Wittmaack-Ekbom — Syndrome des jambes sans repos Le syndrome des jambes sans repos se caractérise par le besoin impérieux de bouger les membres inférieurs. Lorsqu il est d origine iatrogène, ce syndrome se nomme akathisie voire tasikinésie. Dans le cas d un… …   Wikipédia en Français

  • Syndrome d'apnées du sommeil — Classification et ressources externes Illustration de l obstruction de la ventilation CIM …   Wikipédia en Français

  • Syndrome de Kleine-Levin — Classification et ressources externes CIM 10 G47.8 CIM 9 327.13 OMIM …   Wikipédia en Français

  • Syndrome de tachycardie orthostatique posturale — Le syndrome de tachycardie orthostatique posturale (ou STOP ; en anglais : Postural orthostatic tachycardia syndrome, POTS) est une condition de dysautonomie[1], et plus précisément d intolérance orthostatique[2], pour laquelle un… …   Wikipédia en Français

  • Syndrome — Pour les articles homonymes, voir syndrome (homonymie). Un syndrome est un ensemble de signes cliniques et de symptômes qu un patient est susceptible de présenter lors de certaines maladies, ou bien dans des circonstances cliniques d écart à la… …   Wikipédia en Français

  • Syndrome hypernycthéméral — Le syndrome hypernycthéméral, également appelé syndrome libre cours est un trouble du sommeil faisant partie des troubles du rythme circadien. Il est lié à une absence de synchronisation du rythme circadien endogène normal (qui est environ de… …   Wikipédia en Français

  • Syndrome d'Ondine — Pour les articles homonymes, voir Ondinisme. Syndrome d Ondine Référence MIM 209880 Transmission Dominante Chromosome …   Wikipédia en Français

  • Syndrome de haute résistance des voies aériennes supérieures — Le syndrome de hautes résistances des voies aériennes supérieures ou SHRVAS[1] est défini par une somnolence diurne excessive inexpliquée par une autre cause et non associée à plus de 50 % d’événements apnéiques ou hypopnéiques. Les voies… …   Wikipédia en Français

  • Syndrome de la tête qui explose — Le syndrome de la tête qui explose est un trouble du sommeil, totalement bénin, faisant partie des parasomnies. Sommaire 1 Épidémiologie 2 Diagnostic 2.1 Aspects cliniques …   Wikipédia en Français