Organisation Civile et Militaire


Organisation Civile et Militaire

Organisation civile et militaire

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir OCM.

L'Organisation civile et militaire (OCM) était l'un des grands mouvements de la Résistance intérieure française (en zone occupée) pendant la Seconde Guerre mondiale.

L'OCM était l'un des huit grands réseaux de résistance membre du Conseil national de la Résistance (CNR).

Sommaire

Historique

L'Organisation civile et militaire est fondée en décembre 1940 à Paris, par la fusion de l'Équipe française d'organisation du redressement (EFOR) de l’industriel Jacques Arthuys (le « groupe de la rue de Logenbach ») et la Confédération des travailleurs intellectuels animée par Maxime Blocq-Mascart. Dès janvier 1941, des fonctionnaires du ministère des Travaux publics, renforcent l'OCM, sous la direction d'André Boulloche et du couple Georges et Raymonde Ricroch. L'OCM recrute aussi dans la bourgeoisie, l’industrie, parmi les commerçants, les anciens combattants, les professions libérales (avocats, architectes), et les universitaires. Deux tendances politiques sont particulièrement représentés : les conservateurs, souvent maréchalistes mais germanophobes et hostiles à la Révolution nationale, d'une part, les socialistes d'autre part. La première tendance est majoritaire à l'origine, mais la deuxième l'emporte au cours de la guerre.

Fin 1941, l'OCM ne compte que quelques centaines de membres, contre 45 000 deux ans plus tard, selon Guillaume Piketty.

L'OCM était dotée d'une organisation militaire rigoureuse. Il est décapité en décembre 1941 par l’arrestation de Jacques Arthuys.

Le nouveau chef de l'OCM est le colonel Alfred Touny, ancien responsable du 2e Bureau (renseignement) de la IVe armée. Pierre Brossolette met l'OCM en contact avec le colonel Rémy (Gilbert Renault), chef du réseau Confrérie Notre-Dame (CND), lié au BCRA du colonel Passy (André Dewavrin). Alfred Touny organise alors le réseau Centurie pour cordonner l’OCM et la CND. L'OCM est également liée au réseau Hector d'Alfred Heurteaux et à Libération Nord. La réorganisation d'Alfred Touny, l'aide de la CND, l'afflux de nouveaux militants, notamment socialistes (Guy Mollet par exemple), font prendre à l'OCM une tout autre dimension en 1942-1943. Malgré les coups très durs que porte la Gestapo (démantèlement de la CND en novembre 1943, arrestation de Touny en février 1944), l'OCM se maintient, notamment grâce à Jacques Piette.

Au total, quatre mille membres de l'OCM sont morts, fusillés, assassinés ou décédés suite à leur déportation.

Principaux membres

Bibliographie

  • Arthur Calmette, L'Organisation civile et militaire. Histoire d'un mouvement de Résistance, de 1940 à 1946, Presses universitaires de France, 1961
  • Daniel Cordier, Jean Moulin, la République des catacombes, éd. Gallimard, 1999
  • Denis Lefebvre, Guy Mollet. Le mal aimé, éd. Plon, 1992
  • Guillaume Piketty, « Organisation civile et militaire », dans François Marcot (dir.), Dictionnaire historique de la Résistance, éd. Robert Laffont, 2006
  • Marc Sadoun, Les Socialistes sous l'Occupation, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, 1982 (ouvrage issu d'une thèse de doctorat d'État dirigée par Maurice Duverger)
  • Daniel Grandclément, L’Énigme Grandclément, Balland, 2003.

Voir aussi

  • Portail de la Résistance française Portail de la Résistance française
Ce document provient de « Organisation civile et militaire ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Organisation Civile et Militaire de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Organisation civile et militaire — Pour les articles homonymes, voir OCM. L Organisation civile et militaire (OCM) était l un des grands mouvements de la Résistance intérieure française (en zone occupée) pendant la Seconde Guerre mondiale. L OCM était l un des huit grands réseaux… …   Wikipédia en Français

  • Organisation civile et militaire — The Organisation civile et militaire (OCM, Civil and military organization ) was one of the great movements of the French Resistance in the zone occupée, the northern German occupied region of France, during the Second World War. The OCM was one… …   Wikipedia

  • Organisation de la résistance de l'Algérie française — L Organisation de la résistance de l Algérie française (ORAF) était un réseau clandestin anti indépendantiste dirigé par le docteur en médecine René Kovacs rassemblant les agents « contre terroristes » des Unités Territoriales durant la …   Wikipédia en Français

  • Organisation du Traité de l'Atlantique Nord — Pour les articles homonymes, voir Otan (homonymie). Organisation du traité de l’Atlantique Nord North Atlantic Treaty Organisation (en) OTAN NATO …   Wikipédia en Français

  • Organisation du traite de l'Atlantique Nord — Organisation du traité de l Atlantique Nord Pour les articles homonymes, voir Otan (homonymie). Organisation du traité de l’Atlantique Nord North Atlantic Treaty Organisation (en) OTAN NATO …   Wikipédia en Français

  • Organisation du traité de l'Atlantique nord — Pour les articles homonymes, voir Otan (homonymie). Organisation du traité de l’Atlantique Nord North Atlantic Treaty Organisation (en) OTAN NATO …   Wikipédia en Français

  • Organisation du traité de l'atlantique nord — Pour les articles homonymes, voir Otan (homonymie). Organisation du traité de l’Atlantique Nord North Atlantic Treaty Organisation (en) OTAN NATO …   Wikipédia en Français

  • Organisation du traité de l’Atlantique Nord — Organisation du traité de l Atlantique Nord Pour les articles homonymes, voir Otan (homonymie). Organisation du traité de l’Atlantique Nord North Atlantic Treaty Organisation (en) OTAN NATO …   Wikipédia en Français

  • Organisation du traité de l'Asie du Sud-Est — États membres de l OTASE Création 8 septembre 1954 Dissolution 30 juin 1977 Type Alliance militaire …   Wikipédia en Français

  • Organisation pour la liberte des femmes en Irak — Organisation pour la liberté des femmes en Irak Créé en juin 2003 par Yanar Mohammed, Nasik Ahmad et Nadia Mahmood, l Organisation pour la liberté des femmes en Irak (OLFI, en:Organization of Women s Freedom in Iraq) est une organisation non… …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.