Conseil National De La Résistance


Conseil National De La Résistance

Conseil national de la Résistance

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir CNR.

Le Conseil national de la Résistance (CNR) fut l'organe qui dirigea et coordonna les différents mouvements de la Résistance intérieure française, de la presse, des syndicats et des membres de partis politiques hostiles au gouvernement de Vichy à partir de mi-1943.

Sommaire

Le CNR sous Jean Moulin

Son premier président fut Jean Moulin, délégué du général De Gaulle. Ce Conseil était voulu par ce dernier afin d'unifier les différents mouvements de Résistance qui s'étaient spontanément constitués depuis la défaite et son appel du 18 juin 1940, le lendemain de la demande d'armistice par le maréchal Pétain.

En effet, les mouvements de Résistance, hormis les Francs-Tireurs Partisans (FTP) et autres résistants d'obédience communiste, étaient le plus souvent inorganisés et n'étaient pas suffisamment coordonnés, selon les dirigeants de la France libre. Notamment, nombre de maquis n'entretenaient pas de relations entre eux et ce cloisonnement des mouvements de Résistance empêchait toute action commune organisée, et donc efficace.

Ainsi, Jean Moulin, un fidèle de De Gaulle, devient le représentant du général le 1er janvier 1942 afin d'unifier l'ensemble des mouvements de Résistance. Ce tour de force se produira le 27 mai 1943 avec la première réunion du Conseil National de la Résistance (CNR) qui se tient dans l'appartement de René Corbin, au premier étage du 47 rue du Four, à Paris (VIe).

Membres du CNR (27 mai 1943)

La première réunion (27 mai 1943) réunit, outre Moulin et ses deux collaborateurs, Pierre Meunier et Robert Chambeiron

Cette réunion aura une importance politique considérable, ainsi que l'expose Robert Chambeiron :[1]

« Après le 27 juin, les Américains ne peuvent plus douter de la légitimité de De Gaulle. La France devient un pays allié à part entière et, à ce titre, sera présente lors de la capitulation des armées nazies, le 8 mai 1945. D’autre part, les Alliés doivent abandonner leur projet d’administrer eux-mêmes la France au fur et à mesure de sa libération. Et, parce qu’il y a eu le CNR et de Gaulle, la France sera, lors de la création de l’Organisation des Nations unies, l’une des cinq grandes puissances à occuper un siège permanent au sein du Conseil de sécurité. »

Le CNR après Jean Moulin

Mais, peu après sa création, Jean Moulin qui en était alors le président, est capturé à Caluire par les SS, sur dénonciation. Il est alors torturé pendant trois jours par Klaus Barbie lui-même, et décède pendant son transfert vers l'Allemagne sans avoir rien dit à ses tortionnaires. Son mutisme empêche les nazis de démanteler le CNR. Cependant, celui-ci décide par sécurité de mettre fin aux séances plénières et constitue un bureau exécutif de cinq membres, chaque membre représentant son propre courant et deux autres courants ses actions, sous la direction d'Alexandre Parodi, délégué général et de Georges Bidault, nouveau président. Le 15 septembre 1944, Louis Saillant lui succède à la tête du CNR.

Le programme politique du CNR

Le CNR charge un Comité général d'étude de préparer une plate-forme politique pour la France d'après la Libération.

Adopté le 15 mars 1944 après des mois de négociations, le programme du Conseil National de la Résistance est très empreint de rénovation sociale et de l'influence des groupes communistes comme le Front National, surtout dans la partie II : « Mesures à appliquer dès la libération du territoire », qui vise à instaurer une vraie démocratie sociale, sous un régime d'économie planifiée, avec une forte décentralisation.

Parmi les mesures envisagées et appliquées à la Libération, citons la nationalisation de l'énergie, des assurances et des banques, la création de la Sécurité Sociale... Ces actions ont constitué jusqu'à aujourd'hui une grande partie des acquis sociaux de la seconde partie du XXe siècle.

Dans les premiers mois de la Libération, onze des Conseils départementaux de la Libération (institutions provisoires mises en place pour remplacer l'administration départementale vichyste) ne veulent pas être remplacés devant la nouvelle administration préfectorale, nommée par le Gouvernement provisoire. Souhaitant appliquer le programme du CNR, ces institutions composées de résistants finissent par s'effacer lors des premières élections, les Français souhaitant dans l'ensemble un retour aux structures habituelles (centralisme, conseils généraux). À partir de 1946-1947, aucun Conseil départemental de la Libération n'a plus de rôle effectif.

Sources

  1. L'Humanité, 27 mai 1943

Voir aussi


  • Portail de la Résistance française Portail de la Résistance française
Ce document provient de « Conseil national de la R%C3%A9sistance ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Conseil National De La Résistance de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Conseil National de la Résistance — Pour les articles homonymes, voir CNR. Le Conseil national de la Résistance (CNR) fut l organe qui dirigea et coordonna les différents mouvements de la Résistance intérieure française, de la presse, des syndicats et des membres de partis… …   Wikipédia en Français

  • Conseil national de la Resistance — Conseil national de la Résistance Pour les articles homonymes, voir CNR. Le Conseil national de la Résistance (CNR) fut l organe qui dirigea et coordonna les différents mouvements de la Résistance intérieure française, de la presse, des syndicats …   Wikipédia en Français

  • Conseil national de la résistance — Pour les articles homonymes, voir CNR. Le Conseil national de la Résistance (CNR) fut l organe qui dirigea et coordonna les différents mouvements de la Résistance intérieure française, de la presse, des syndicats et des membres de partis… …   Wikipédia en Français

  • Conseil National de la Résistance — The Conseil National de la Résistance (CNR) or the National Council of the Resistance is the body that directed and coordinated the different movements of the French Resistance the press, trade unions, and members of political parties hostile to… …   Wikipedia

  • Conseil national de la Résistance — Pour les articles homonymes, voir CNR. Le Conseil national de la Résistance (CNR) fut l organe qui dirigea et coordonna les différents mouvements de la Résistance intérieure française, de la presse, des syndicats et des membres de partis… …   Wikipédia en Français

  • Conseil National de la Résistance — Der Conseil National de la Résistance (CNR, dt. Nationaler Widerstandsrat), war das Organ, das die unterschiedlichen Bewegungen und Gruppen der Résistance, der Presse, der Gewerkschaften und der Mitglieder politischer Parteien, die dem Vichy… …   Deutsch Wikipedia

  • Conseil national de la Résistance — Der Conseil National de la Résistance (CNR, dt. Nationaler Widerstandsrat), war das Organ, das die unterschiedlichen Bewegungen und Gruppen der Résistance, der Presse, der Gewerkschaften und der Mitglieder politischer Parteien, die dem Vichy… …   Deutsch Wikipedia

  • Conseil National De La Résistance Iranienne — Le Conseil national de la résistance iranienne, CNRI fédère une faction de l opposition iranienne à l étranger, contre la République islamique d Iran. Il est présidé par Massoud Radjavi. Il est essentiellement composé de l Organisation des… …   Wikipédia en Français

  • Conseil national de la resistance iranienne — Conseil national de la résistance iranienne Le Conseil national de la résistance iranienne, CNRI fédère une faction de l opposition iranienne à l étranger, contre la République islamique d Iran. Il est présidé par Massoud Radjavi. Il est… …   Wikipédia en Français

  • Conseil national de la résistance d'Iran — Organisation des moudjahiddines du peuple iranien Drapeau des Moudjahiddines du peuple iranien. L Organisation des Moudjahiddines du peuple iranien (OMPI), connue aussi sous l appellation Mujaheddin e Khalq (MeK), est un mouvement de résistance… …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.