Nagasaki


Nagasaki
Page d'aide sur les redirections Cet article concerne la ville de Nagasaki. Pour l'attaque atomique, voir Bombardements atomiques de Hiroshima et Nagasaki.

32°46′25″N 129°51′47″E / 32.77361, 129.86306

Nagasaki-shi (長崎市)
Nagasaki C1414.jpg
Littoral de Nagasaki
Administration
Pays Japon
Région Kyūshū
Préfecture Nagasaki
Code postal 〒850-8685
Maire Tomihisa Taue
Site web Site officiel
Démographie
Population 442 399 hab. (mai 2010)
Densité 1 089 hab./km2
Géographie
Coordonnées 32° 46′ 25″ Nord
       129° 51′ 47″ Est
/ 32.77361, 129.86306
Superficie 406,40 km2

Géolocalisation sur la carte : Japon

(Voir situation sur carte : Japon)
Nagasaki-shi
Emblème
Emblème de Nagasaki-shi

Nagasaki Prononciation du titre dans sa version originale (長崎市, Nagasaki-shi?, litt. « longue pointe », -shi signifiant ville) est une ville japonaise, capitale de la préfecture de Nagasaki. En 2010, Nagasaki compte 442 399 habitants.

L'histoire de Nagasaki a presque entièrement été construite par des étrangers ; en effet, ce sont les Portugais qui en font une ville portuaire prospère au XVIe siècle. Sous la période Tokugawa, la persécutions des chrétiens y fut particulièrement vive, avant que la ville ne soit ouverte après la restauration Meiji. Aujourd'hui, Nagasaki est principalement connue pour avoir été la cible du deuxième bombardement atomique américain durant la Seconde Guerre mondiale.

Sommaire

Histoire

Fondée il y a un peu moins de 500 ans par les Portugais, c'était à l'origine un village isolé. C'est l'arrivée d'explorateurs européens au milieu du XVIe siècle, quand un navire portugais s'échoua accidentellement sur les rives de la préfecture de Kagoshima en 1543, qui en provoqua la naissance et l'essor. Le missionnaire jésuite François Xavier arriva au Japon en 1549, mais bien qu'il partît pour la Chine en 1551 et y mourût peu de temps après, ses disciples restèrent au Japon et y convertirent plusieurs daimyō (chefs de guerre). Le plus important fut Sumitada Ōmura qui fit un grand profit de sa conversion, car il reçut une part du commerce des navires portugais dans un port qu'ils établirent à Nagasaki en 1571, date de fondation de la ville, avec son accord.

Le petit village portuaire grandit rapidement, et les produits importés à Nagasaki (comme le tabac, le pain, les beignets — tenpura, les gâteaux et les vêtements occidentaux) furent assimilés dans la culture populaire japonaise — la plupart d'entre eux ont d'ailleurs conservé leur nom d'origine portugaise comme les fameux gâteaux de Nagasaki, les castella. Les Portugais amenèrent aussi avec eux des marchandises d'origine chinoise et les armes à feu.

Les 26 crucifixions de Nagasaki marquent le début d'une répression sanglante contre les chrétiens (1597). Représentation d'Eustaquio Maria de Nenclares datant du XIXe siècle.

La prospérité de Nagasaki fut menacée en 1587 lorsque Hideyoshi Toyotomi arriva au pouvoir. Inquiété par l'influence des chrétiens dans le sud du Japon, il ordonna l'expulsion de tous les missionnaires. Ōmura avait donné aux jésuites un contrôle administratif partiel de Nagasaki, et la ville retourna sous le contrôle impérial. Les chrétiens japonais et étrangers furent persécutés. En 1596, Hideyoshi fit crucifier 26 chrétiens à Nagasaki pour détruire toute tentative d'usurper son pouvoir. Toutefois, comme l'empereur ne fit pas bannir les marchands portugais, l'économie de la ville continua à prospérer.

Quand presque vingt ans après, Ieyasu Tokugawa prit le pouvoir, la situation ne s'améliora pas. Le christianisme fut interdit en 1614 et tous les missionnaires furent déportés, ainsi que les daimyō qui ne renoncèrent pas à leur religion. Une campagne brutale de persécution s'ensuivit, avec des centaines de tués ou torturés à Nagasaki et dans d'autres parties du Japon. Les chrétiens offrirent une certaine résistance, en 1637 lors l'insurrection de l'enclave de Nagasaki Shimabara. Au nombre de 40 000, ils capturèrent le château d'Hara et humilièrent le daimyō local. En réponse, le shogun envoya 120 000 soldats. Ce fut la fin du bref « siècle chrétien » au Japon. Ils durent pratiquer leur religion en secret, toujours victimes d'inquisitions occasionnelles (voir les Seize martyrs de Nagasaki).

Pendant ce temps les Néerlandais, appelés au Japon Hollandais (Oranda-jin), continuèrent discrètement à exercer leurs affaires au Japon, ramenant même avec eux des japonaises en Hollande. Malgré la politique officielle des Shogun, désireux de mettre fin à l'influence étrangère dans le pays, les Hollandais démontrèrent qu'ils étaient intéressés surtout par le commerce, et prouvèrent leur engagement aux côtés des Tokugawa durant la rébellion de Shimabara en ouvrant même le feu sur les chrétiens afin de venir en aide au pouvoir shogunal. En 1641, on leur octroya Dejima, une île artificielle dans la baie de Nagasaki, afin que celle-ci serve de base à leur commerce et dans laquelle ils étaient confinés. Depuis cette date et jusqu'en 1855, les contacts du Japon avec le monde extérieur furent strictement limités à Nagasaki. En 1720, la censure qui frappait les livres néerlandais fut levée. Des centaines d'étudiants en profitèrent pour affluer vers Nagasaki pour étudier les sciences et les arts européens.

Après que le commodore Matthew Perry eut débarqué en 1853, le shogunat se désagrégea et le Japon ouvrit alors de nouveau ses portes. Nagasaki devint un port libre en 1859. Avec la restauration Meiji, Nagasaki devait rapidement dominer d'un point de vue économique, notamment grâce à la construction de navires. Lors de la première reconstruction d'une église, des chrétiens japonais sortirent du secret pendant lequel ils s'étaient mis depuis le XVIIe siècle : ils furent néanmoins, dans un premier temps, persécutés avant de pouvoir exercer librement leur culte

Le bombardement atomique de 1945

Champignon atomique sur la ville de Nagasaki

Pendant la Seconde Guerre mondiale, le 9 août 1945 à 11 h 02 du matin, le B-29 Bockscar piloté par Charles Sweeney, parti de Tinian dans les îles Mariannes du Nord, largua la bombe atomique Fat Man sur la ville : elle explosa à 580 m d'altitude, à l'aplomb du quartier Urakami. Ce fut la seconde explosion nucléaire au Japon, trois jours après celle d'Hiroshima.

Cette bombe était une bombe au plutonium d'une puissance de 17 kilotonnes, différente de celle d'Hiroshima (uranium 235), mais semblable à celle de l'essai Trinity, réalisé à Alamogordo, le 15 juillet 1945.

Le scénario d'Hiroshima se reproduisit, à peine moins meurtrier. En effet, la topographie de Nagasaki en fait un site plus ouvert alors que les collines ceignant Hiroshima avaient amplifié les effets dévastateurs de l'explosion.

75 000 des 240 000 habitants de Nagasaki furent tués sur le coup, et au moins autant d'habitants décédèrent des suites de leurs maladies ou de leurs blessures — non seulement des Japonais mais aussi 13 000 Coréens (travailleurs forcés pour la plupart) et 200 prisonniers de guerre alliés. La cathédrale chrétienne d'Urakami 32° 46′ 34″ N 129° 52′ 06″ E / 32.776194, 129.868389, le principal lieu de culte catholique du Japon, presque à l'aplomb du largage (dit hypocentre), confondue avec un bâtiment portuaire, fut entièrement détruite. Le bombardier devait viser les quais Mitsubishi. Mais l'objectif initial du B-29 était Kokura, devenue depuis un quartier de Kitakyushu, au nord de Kyushu : malgré trois survols de Bockscar, les nuages sauvèrent cette ville.

La reconstruction

Le pont Megane-bashi

La ville fut reconstruite après la guerre, quoique radicalement différente. De nouveaux temples furent bâtis ainsi que des églises, car la présence chrétienne ne disparut en fait jamais. Il y eut même, après la guerre, une augmentation du nombre de fidèles. Parmi ceux-ci, le Docteur Takashi Nagai (1908-1951), le premier citoyen honoraire de la ville, mort de leucémie. Quelques débris furent laissés en place en souvenir du bombardement : comme une porte (torii) dont il ne reste plus qu'un poteau dressé.

Comme Hiroshima, Nagasaki présente son parc de la Paix et les deux villes sont associées dans les protestations contre les armes atomiques et leurs essais.

De nouveaux bâtiments furent créés pour servir de mémorial, tel le musée de la Bombe atomique ; mais Nagasaki reste une ville portuaire, avec une construction navale florissante, offrant un exemple de persévérance. Les chantiers de construction navale de Mitsubishi Heavy Industries sont parmi les plus importants du monde après ceux de Hyundai à Ulsan (Corée du Sud). La ville est desservie depuis 1975 par l'aéroport de Nagasaki, installé sur une île artificielle.

Dans la nuit du mardi 17 au mercredi 18 avril 2007, Itchō Itō, le maire de la ville fut assasiné par un Yakusa.

Education

La ville compte plusieurs universités, dont l'Université de Nagasaki qui est une université nationale du Japon.

Lieux et monuments

  • Cathédrale catholique d'Urakami. Située à côté du Parc pour la paix, elle a été reconstruite en 1959. Principalement constituée de briques, elle est située à ce qui fut l'hypocentre de l'explosion de la bombe atomique;
  • Église catholique d'Oura: Édifiée en 1864 sous l'égide de l'évêque français Bernard Petitjean, c'est la plus vieille église japonaise. Par le passé, et selon les moments, la communauté catholique locale s'y rendait parfois clandestinement. Elle est, aujourd'hui, classée "trésor national";
  • Sanctuaire des Seize martyrs.
  • Le Jardin Glover.

Jumelages

Notes et références

Voir aussi

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes

  • Madame Butterfly, opéra de Puccini dont l'action se situe à Nagasaki en 1904.

Liens externes

Bibliographie

  • R. Oberlé, S. Woelffel et N. Aida, Hiroshima-Nagasaki, la guerre du Pacifique, Editions Hirlé, 2005. ISBN 2-914729-40-5

Filmographie

Yves Ciampi, Typhon sur Nagasaki, 1957, film franco-japonais, avec Jean Marais, Danielle Darrieux.


Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Nagasaki de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Nagasaki — 長崎   Core city   長崎市 · Nagasaki City Nagasaki s vibrant waterfront fea …   Wikipedia

  • Nagasaki — shi 長崎市 Geographische Lage in Japan …   Deutsch Wikipedia

  • Nagasaki — • History of Catholicism in this Japanese city Catholic Encyclopedia. Kevin Knight. 2006. Nagasaki     Nagasaki     † …   Catholic encyclopedia

  • Nagasaki — (長崎市; Nagasaki shi) es la capital y la mayor ciudad de la prefectura de Nagasaki, ubicada sobre la costa sudoeste de Kyushu en Japón. Hacia el año 2003 la ciudad tiene una población estimada de 418.901 habitantes y una densidad de 1.736,74… …   Enciclopedia Universal

  • Nagasaki — Nagasaki, by i det sydvestlige Japan, ligger på vestsiden af Kiushiu for enden af en lang, smal, af høje bjerge omgivet fjord. Beliggenheden er kendt som en af de smukkeste i verdenen, og den dybe fjord danner en af de bedste og sikreste havne i… …   Danske encyklopædi

  • Nagasaki —    Nagasaki was the large seaport and center of war production on the west coast of Kyushu, Japan, where the second atomic bomb was dropped from a U.S. Air Force B 29 bomber on 9 August 1945. The original choice of target, Kokura, had been… …   Historical Dictionary of the Roosevelt–Truman Era

  • NAGASAKI — NAGASAKI, port in S. Japan. With the opening of Japan to international relations in the mid 19th century, Nagasaki gradually grew into a center of foreign trade. In the 1860s a small number of Jews, mainly from Eastern Europe, settled in the city …   Encyclopedia of Judaism

  • Nagasāki — Nagasāki, Stadt auf der japanesischen Insel Kiusin, eine der fünf Reichsstädte Japan s, liegt auf der Westküste der Halbinsel Ohomura an der sogen. Bai von Kiusiu, ist stark befestigt u. besitzt einen vortrefflichen Hafen, welcher durch eine… …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Nagasaki — (Nangasaki), Hauptstadt der japan. Provinz Hizen und dem fremden Verkehr geöffneter Hafen an der Westküste der Insel Kiushiu, unter 32°43´ nördl. Br., am Ende einer langen, schmalen Bucht prächtig gelegen, einer der tiefsten und sichersten Häfen… …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • Nagasaki — Nagasāki (Nangasaki), Hafenstadt an der Westküste der japan. Insel Kiushiu [Karte: Ostasien I], Hauptstadt des Ken N. (in der ehemal. Prov. Hizen), (1903) 153.293 E.; bis 1854 einziger dem fremden Handel geöffneter Hafen Japans; Docks,… …   Kleines Konversations-Lexikon

  • Nagasaki — Nagasaki, s. Nangasaki …   Herders Conversations-Lexikon


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.