Missile M51


Missile M51
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir M51.
M51
Image illustrative de l'article Missile M51
Présentation
Fonction MSBS
Constructeur EADS Astrium Space Transportation
Coût à l'unité 120 millions d'euros (développement inclus)[1]
Déploiement En service depuis le 27 septembre 2010
Caractéristiques
Moteur 3 étages à propergols solides de 180 t de poussée
Masse au lancement 56 t
Longueur 12 m
Diamètre 2,3 m
Vitesse Mach 15+
Portée > 8 000 km à 10 000 km
Altitude de croisière apogée : 1 000 km
Charge 6 à 10 têtes TN 75 de 110 kt, remplacées par des TNO de 100 kt en 2015
Guidage Inertiel recalé par visée stellaire
Précision 200 m
Plateforme de lancement SNLE-NG

Le missile M51 est un missile balistique français de type mer-sol-balistique-stratégique (MSBS), dont l'ogive peut contenir plusieurs têtes nucléaires MIRVées.

Sommaire

Projets

Le missile M51 est destiné à succéder au M45 pour équiper les sous-marins nucléaires lanceurs d'engins (SNLE) de nouvelle génération de la Force océanique stratégique française (FOST) à compter de 2010. Sa mise en service a eu lieu en même temps que le SNLE Le Terrible. Il est prévu de le mettre en œuvre depuis les SNLE Le Vigilant, Le Triomphant et Le Téméraire après refonte.

60 missiles M51 (15 par sous-marin) devraient être produits (il y a actuellement 64 missiles M45 : 16 par sous-marin) : 1 en 2007, 2 en 2008, 2 autres en 2009, aucun en 2010, 10 par an de 2011 à 2015, et les 5 derniers en 2016.

Contractants

Le service des programmes nucléaires et de missile de la direction générale de l'armement (DGA), qui est chargé de la direction du programme, a notifié fin 2004 à European Aeronautic Defence and Space Company (EADS) une commande d’un montant de 3 milliards d’euros pour la production du missile balistique M51.

Dans la continuité des systèmes de missiles balistiques de la force de dissuasion française, développés initialement par aerospatiale, y compris les études initiales, EADS Astrium Space Transportation, après la reprise de cette activité à partir de 1998, est responsable du développement et de la production des missiles M51 ainsi que de leur système de mise en œuvre à la base opérationnelle de l’Île Longue et à bord des SNLE, en association avec DCNS. Pendant toute la durée de vie des systèmes elle sera responsable de leur maintien en condition opérationnelle.

Le GIE G2P, composé de Snecma Propulsion Solide et de SME (« SNPE Matériaux Énergétiques ») assure quant à lui la maîtrise d’œuvre de la propulsion, en co-traitance avec EADS Astrium Space Transportation.

Les travaux d’intégration ont lieu sur la Base de Lancement Balistique (BLB) au Centre d’essais des Landes à Biscarrosse.

Personnes clés

Laurent Collet-Billon est délégué général pour l'armement, François Auque est président directeur général d’Astrium et maitre d'œuvre du programme M51[2].

Caractéristiques

C'est un missile à trois étages, d'une hauteur de 12 mètres, d'une masse totale supérieure à 50 tonnes (56 maximum, contre 35 tonnes pour le missile M45) qui a été conçu afin de pouvoir être lancé depuis un sous-marin en plongée. Éjecté par un système de chasse à poudre, le missile jaillit de l’eau puis allume son moteur à quelques dizaines de mètres de la surface.

Ses étages sont dotés de propulseurs équipés de tuyères à butées flexibles, développant 180 tonnes de poussée, ce qui lui permet d'atteindre la vitesse de Mach 15 (19 000 km/h). Les structures sont réalisées en fibre de carbone/ époxy bobinée. Sa propulsion est identique à celle des « boosters » (moteurs auxiliaires) de la fusée civile Ariane 5. Le carburant utilisé est un propergol solide (perchlorate d’ammonium), qui se présente sous la forme d’une gomme noirâtre.

De par leurs dimensions — plus de deux mètres de diamètre pour près de six mètres de haut —, les corps de propulseurs actuellement en fabrication qui sont destinés au premier étage du missile, sont aujourd'hui les plus grandes structures composites jamais réalisées en Europe pour un étage à poudre, et les deuxièmes au niveau mondial, derrière celles de Thiokol Propulsion aux États-Unis.

Le M51 diffère de son prédécesseur actuellement en service, le M45, non seulement en termes de dimensions, mais également d'interface avec les tubes de lancement. Il présente également de nombreuses améliorations.

Comparaison des systèmes d'armes : à gauche, SNLE équipé du M4. À droite, SNLE-NG équipé du M45, et le futur M51.

Alors que les missiles M45 avaient une portée de l'ordre de 6 000 km, ce nouveau vecteur spatial a des performances balistiques qui lui confèrent une portée supérieure à 8 000 km (de l'ordre de 10 000 km) en configuration standard (la portée maximale, bien que tenue secrète et dépendante du nombre d'ogives embarquées, est estimée supérieure à 8 000 km), après avoir assuré un vol pouvant dépasser 1 000 km d’altitude, l'ensemble avec une précision améliorée par rapport aux missiles actuels M45. Ces caractéristiques permettent aux sous-marins de restreindre leurs zones de patrouille en évitant le goulet du détroit de Gibraltar : l'ouest du golfe du Bengale ou l'Amérique du Nord sont ainsi accessibles depuis la zone de patrouille Atlantique et le continent euro-asiatique depuis l'océan Indien[3]. Chaque sous-marin embarque seize missiles stratégiques.

Le missile M51 dispose d’une capacité d’emport accrue, pouvant aller jusqu'à près du double de celle du M45, et ce grâce à l'adoption d'un profil de coiffe hydrodynamique trapu complété par un réducteur de traînée aérodynamique. Armé pour commencer de l'ogive furtive TN 75 de 110 kt (de 6 à 10 têtes) qui équipe l'actuel M45, le missile M51 sera ensuite équipé de la nouvelle tête nucléaire océanique (TNO) en 2015.

Il est également doté d'une capacité multi-objectifs lui permettant de frapper plusieurs objectifs éloignés grâce à un système d'espacement des têtes intégré à la partie haute du missile.

Enfin, selon certains experts, la « perfection »[4] des 6 tirs de la TN 75 effectués à Moruroa et Fangataufa entre le 5 septembre 1995 et le 27 janvier 1996 et l'accord de coopération franco-américain du 17 juin 1996 laisseraient augurer du succès de « la mise au point d'armes à capacité variable, l'ultra-miniaturisation pour objectifs ponctuels (la mise en place de systèmes de guidage à précision métrique) et les armes de troisième génération destinées à générer de puissantes impulsions électromagnétiques »[5]. En outre, « il est dans le domaine du possible » que le M51 puisse délivrer des charges conventionnelles[6].

Historique

Le programme de développement du missile M51 s'inscrit dans l'évolution de la force de dissuasion française, initiée par le missile M1 entrée en service en 1971.

Lancé en 1992 et confirmé en février 1996, ce projet de développement d'une nouvelle génération de missiles balistiques a nécessité une phase de développement ayant mobilisé près d'un millier d'ingénieurs et de techniciens pendant 4 ans. Sa durée de développement a été réduite de manière à pouvoir équiper directement la nouvelle génération de sous-marin nucléaire lanceur d'engins, cet aménagement du calendrier permettant une économie globale de plus de 800 millions d'euros sur le développement de l'ensemble des programmes SNLE-NG, M45 et M51.

Le développement du système de mise en œuvre à la base opérationnelle de l’Île Longue a été lancé en 2000.

Une première campagne de 8 essais de lancement (qui ont tous été conduits avec succès, à Toulon) de maquettes « Jonas » (Virginie et Magali) instrumentées échelle 1 du M51 a commencé le 27 novembre 2003 et s'est achevée 17 octobre 2005.

Un premier vol expérimental du missile stratégique M51 (sans arme) est effectué le 9 novembre 2006 malgré la présence d'opposants sur le site du Centre d’essais des Landes. Lancé vers 9 h 45 à Biscarrosse, il atteint environ un quart d'heure plus tard son point d’impact dans l'Atlantique nord, au large des côtes américaines, après une rentrée dans l’atmosphère à Mach 25. Avant même ce tir, le ministère des Affaires étrangères canadien émet une protestation auprès de la France et lui demande même de l'annuler en raison de risques pour le transport aérien (chute de débris). Le gouvernement canadien réitère ses demandes à l'occasion du deuxième tir, qui a lieu avec succès le 21 juin 2007 à 10 h 14 avec amerrissage dans l'espace aérien américain, mais proche de celui du Canada[7]. Un troisième tir sous-marin a lieu avec succès le 13 novembre 2008 à 10 h 05[8]. Le premier tir à partir d'un sous-marin en plongée a eu lieu le 27 janvier 2010 à 9 h 25 depuis leTerrible (S619), submergé en baie d'Audierne[2]. Le missile a parcouru environ 4 500 kilomètres en 20 minutes[9].

Avant la mise en service du missile qui a eu lieu le 27 septembre 2010, moins de 10 tests ont été effectués au large des côtes du Finistère.

Pour 2015, EADS Astrium Space Transportation prépare une version M51.2 lui permettant d'exploiter la nouvelle tête nucléaire océanique (TNO), plus furtive, dotée de meilleures aides à la pénétration, et d'une puissance estimée de 100 kt, qui est actuellement développée par le Commissariat à l'énergie atomique (CEA).

Contestation

En 2003, le général de réserve Étienne Copel conteste dans un ouvrage[10] puis dans différentes interviews le remplacement du M45 par le M51[11] ainsi que le format de la FOST à 4 SNLE[12]. Selon Copel, « remplacer les M45 par les M51 [...] n'est pas un progrès. C'est une régression. Qui nous coûtera environ 15 milliards d'euros »[13].

Cette critique de la dissuasion nucléaire se justifie par des motifs économiques (« défense civile, modernisation des Armées et réduction du déficit de l'État ») et stratégiques :

« La première est que les missiles M45 qui sont en train d'équiper nos sous-marins nucléaires sont de véritables bijoux. Ils bénéficient de toutes les aides à la pénétration les plus modernes, leur portée est telle qu'un seul sous marin pourrait menacer, en même temps, à la fois New York, Alger et Moscou, leur fiabilité est excellente [...]. La deuxième raison qui montre que nous n'avons aucune raison de changer nos missiles est que, depuis l'effondrement du monde soviétique, personne ne dispose de système d'interception de missiles balistiques. Mieux, personne ne développe de tels systèmes. Même pas les Américains pour faire face à des missiles nettement moins sophistiqués que nos missiles M45. Certes, les États-Unis ont assez régulièrement des projets de défense antimissiles, mais ils ne passent pas à l'acte, tant il est difficile et coûteux d'intercepter un missile balistique arrivant de la stratosphère à plusieurs milliers de mètres par seconde [...]. Dans ces conditions, il est clair qu'il n'y a aucune raison opérationnelle de dépenser des milliards pour remplacer nos missiles M45 par de nouveaux missiles M51 [...] dont on ne pourra même pas tester les têtes nucléaires, puisque c'est maintenant interdit ! »

Sur le nombre de sous-marins, il est à noter que durant la guerre froide trois SNLE patrouillaient en permanence, et que le format a déjà été réduit en 1999 de 5 à 4 SNLE (dont 1 en patrouille, 1 disponible à quai, à la mer ou en entraînement, 2 en entretien de longue et de courte durée). Concernant le coût, un rapport du Sénat de 2004[14] montre « qu'en monnaie constante, le budget de la dissuasion nucléaire a été divisé par deux entre 1990 et 2005 » et devrait avoisiner « moins de 18 % de l'effort d'équipement militaire en 2008 ».

Depuis 2006, le missile M51 fait l'objet d'une campagne de contestation[15], « non au missile M51 », initiée par le collectif du même nom, composé de 13 organisations antinucléaires et pacifistes dont le Réseau Sortir du nucléaire et le Mouvement de la Paix. Selon eux, le M51 constitue un encouragement à la prolifération nucléaire contrevenant aux dispositions de l'article VI du Traité de non-prolifération nucléaire (TNP). Le 23 septembre 2006, quelque temps avant la période (supposée par les manifestants) choisie par l'armée pour le premier tir d'essai du missile M51, une manifestation a rassemblé 1 500 personnes à Biscarrosse[16]. Le collectif « non au missile M51 » annonce avoir bloqué le 19 juin 2007 un deuxième vol expérimental grâce à la présence d'opposants[17] réalisant ce qu'ils appellent une inspection citoyenne[18],[19]. Or, le président de la République a, le 21 mars 2008, annoncé une réduction du nombre de têtes nucléaires embarquées sur SNLE[20] : « Après cette réduction, notre arsenal comprendra moins de 300 têtes nucléaires » contre 348 aujourd'hui. Avec la réduction à 40 aéronefs (et 40 têtes sur missile ASMP ou ASMP-A) des Forces aériennes stratégiques, cela donnerait moins de 260 ogives nucléaires à la disposition de la FOST. Cela signifie qu'en supposant que chaque SNLE conserve ses 16 missiles, ceux-ci seront équipés de 5 ou 6 têtes (en moyenne 5,4 têtes par missile), les autres étant des leurres.

Le premier procès des opposants aux tirs d'essai du M51 s'est tenu le 8 septembre 2010 à Mont de Marsan. Les 7 activistes du collectif ont comparu pour l'occupation d'un radar au Centre d'Essai de Lancement de Missile (CELM) de Biscarrosse, le 1er décembre 2009, jour de l'ouverture du créneau de tir du 4e tir d'essai du missile M51. Ils ont été reconnus coupables avec dispense de peine, alors qu'ils avaient dans un premier temps été condamnés sans débats contradictoires à 150 euros de contraventions. La presse a analysé cette décision comme une victoire pour le collectif "non au missile M51"[21]. Les prévenu(e)s aussi puisqu'ils (elles) n'ont pas fait appel.

Notes et références

  1. [PDF] Alain Boudier, « Le Terrible ou l'assurance-vie de la France », dans 3AF - La Lettre, no 7, août 2008, p. 5 (ISSN 1767-0675) [texte intégral (page consultée le 29 avril 2009)] 
  2. a et b « Succès du premier tir du nouveau missile nucléaire M51 depuis un sous-marin », Libération, 27 janvier 2010.
  3. Stéphane Ferrard, « SNLE NG + M51 = une capacité de frappe intercontinentale », dans Défense et Sécurité internationale (ISSN 1772-788X), no 36, avril 2008.
  4. Selon le président de la République, le 22 février 1996, « les essais que nous avons fait ont atteint la perfection, je dis bien la perfection. Je peux vous dire que les Américains ont été stupéfaits ».
  5. Marc Theleri, Initiation à la force de frappe française, 1945-2010, Stock, Paris, 1997 (ISBN 2-234-04700-5).
  6. Stéphane Ferrard, « Prompt Global Strike, science-fiction ou réalité à moyen terme ? », dans Défense et Sécurité internationale (ISSN 1772-788X), no 35, mars 2008.
  7. (en) Steven Chase, « Canada blasts France over missile tests », dans The Globe and Mail, 28 mars 2008 (ISSN 0319-0714) [texte intégral (page consultée le 16 novembre 2008)] :

    « French missile tests in the North Atlantic - the world's busiest oceanic airspace - have caused friction between Canada and France, with Ottawa appealing to Paris to rethink the launches on the grounds they're a safety risk for planes and costly for air carriers. »

     
  8. (fr) Troisième test réussi pour le futur missile stratégique français sur defense.gouv.fr, Ministère de la Défense français, 13 novembre 2008. Consulté le 13 novembre 2008.
  9. (fr) Jean-Dominique Merchet, « Le missile M-51 est retombé à 2000 kilomètres des côtes américaines », dans Libération, 27 janvier 2010 [texte intégral] 
  10. Étienne Copel, Prévenir le pire, éviter les catastrophes terroristes, Michalon, Paris, 2003 (ISBN 2-84186-217-8).
  11. Étienne Copel, « Économiser sur le nucléaire », dans Le Figaro (ISSN 0182-582),no 18576, 27 avril 2004.
  12. Alain Mathieu, « Crédits militaires – Sarkozy a raison : des économies sont possibles – Entretien avec le général Étienne Copel », dans Société Civile (ISSN 1166-8210), no 39, septembre 2004.
  13. « Essai réussi pour le nouveau missile nucléaire français contesté », Le Monde, 27 janvier 2010.
  14. Avis no 77 du 25 novembre 2004 relatif à la Défense, le nucléaire, l'espace et les services communs [lire en ligne]
  15. [PDF] Brochure « Non au missile M51 »
  16. AFP, 23 septembre 2006 « Missile M51 : manifestation pour l’« inspection » du centre d’essais des Landes ».
  17. Communiqué du collectif « Non au missile M51 » daté du 19 juin 2007.
  18. « Manifestation dans les Landes contre le missile nucléaire M51 », Libération, 23 septembre 2006.
  19. « Un nouveau tir du missile nucléaire d'attaque français M51 bloqué ! », Indymedia, 19 juin 2007.
  20. Discours du président de la République française du 21 mars 2008 [lire en ligne]
  21. (fr) http://www.sudouest.fr/2010/11/03/les-militants-du-collectif-non-au-missile-m51-dispenses-de-peine-229297-3452.php

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes



Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Missile M51 de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Missile M-51 — Missile M51 Pour les articles homonymes, voir M51. M51 …   Wikipédia en Français

  • Missile M-4 — Missile M4 Pour les articles homonymes, voir M4. M4 A/M4 B …   Wikipédia en Français

  • Missile Hades — Missile Hadès Hadès [[Image:|275px|center|]] Fonction Missile nucléaire préstratégique Constructeur Matra Coût à l unité Déploiement 1991 …   Wikipédia en Français

  • Missile S2 — exposé au Musée de l air et de l espace au Bourget. Le S2 est le premier missile balistique français à être développé avec un premier vol d essai en 1965. Il s agit d un missile à portée intermédiaire (en anglais IRBM : Intermediate Range… …   Wikipédia en Français

  • Missile M45 — M45 Présentation Fonction MSBS Constructeur aerospatiale Coût à l unité 50 mill …   Wikipédia en Français

  • Missile M4 — Pour les articles homonymes, voir M4. M4 A/M4 B Présentation …   Wikipédia en Français

  • M51 — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom.   Sigles d’une seule lettre   Sigles de deux lettres > Sigles de trois lettres   Sigles de quatre lettres …   Wikipédia en Français

  • Missile Hadès — Hadès Présentation Fonction Missile nucléaire préstratégique Constructeur aerospatiale Déploiement 1991 …   Wikipédia en Français

  • Missile Pluton — Pour les articles homonymes, voir Pluton. Pluton Présentation Fonction …   Wikipédia en Français

  • Missile S3 — Pour les articles homonymes, voir S3. S3 Missile S3 monté en position verticale (Musée du Bourget) …   Wikipédia en Français