Maison De Roquefeuil


Maison De Roquefeuil

Familles de Roquefeuil

Il a existé plusieurs familles de Roquefeuil, dont une seule, celle du Rouergue, paraît subsistante.

Sommaire

En Provence

La famille de Roquefeuil, en Provence, issue des vicomtes de Marseille, et qui s'est éteinte au XVIIIe siècle. Elle tient son nom d'un fief de Roquefeuil (13340), situé en Provence. Elle commençait avec :

    • I. Raymond de Roquefeuil (1293), cinquième fils de Burgondion (+1246), vicomte de Marseille, seigneur de Trets et d'Ollières, et de Mabille d'Agoult. Leur fils,
    • II. Burgondion II de Roquefeuil (+1350), seigneur de Roquefeuil et de Puyloubier, épouse Ameliana , qui lui donne au moins un fils,
    • III. Burgondion III de Roquefeuil, marié à ou Cécile de Fos, dont :
    • Burgondion IV de Roquefeuil, seigneur de Puyloubier,
    • (...)
    • XVI. Honoré d'Agoult de Roquefeuil (+ 1718 à Roquefeuil, marié avec Margueritte Disdier d'Allons, dont une fille :
    • Gabrielle d'Agoult d'Ollières, dame de Roquefeuil, héritière de cette branche cadette de la famille d'Agoult d'Olières, mariée le 10 août 1723 au château de Roquefeuil à Pourrières avec Pierre Isoard de Chénérilles, dont descendance.

En Languedoc

La famille des seigneurs de Roquefeuil, en Languedoc, dans l'Aude, qui était une famille noble d'extraction, rameau de celle des seigneurs de Niort, et qui a dû s'éteindre au XIIIe siècle, en conséquence de la guerre des Albigeois. On la connaît depuis :

    • I. Guilhem de Niort, vicomte de Sault, marié avec Bradimena de Foix, fille de Roger III de Foix et de Chimène de Barcelonne, elle-même fille de Raymond Bérenger III comte de Barcelonne, duc de Provence et seigneur de Laurac, et de Marie de Bivar (elle-même fruit des amours du Cid et de Chimène). Leur petit-fils :
    • II. Guilhem II, seigneur de Sault et vicomte de Sault, marié à Esclamonde de Roquefort fille de Blanche de Laurac, toutes deux Cathares. Un de leurs fils :
    • III. Raymond de Roquefeuil, seigneur de Roquefeuil, (+1227) était marié à Marquèze de Mirepoix, fille de Roger VI et de Philippa de Pereilhe, dont il a eu un fils :
    • IV. Raymond II de Roquefeuil, qui lui succède. Il avait épousé Alix de Blanchefort, dont il n'eut qu'une fille,
    • V. Jordanne de Roquefeuil, qui épousera Pierre III de Voisins, devenu seigneur de Rennes-le-Château. C'est le frère aîné de Raymond de Roquefeuil (+1227), Bernard-Othon de Niort (1212-1258), seigneur de Laurac, qui lui succède comme seigneur de Roquefeuil.

Ces Roquefeuil étaient possesseurs du château de Niort, qui était devenu un des principaux refuges cathares. Raymond de Roquefeuil et Bernard-Athon de Niort, tous deux seigneurs de Roquefeuil, sont restés légendaires sous l'appellation de frères maudits;

En Rouergue

La famille des seigneurs de Roquefeuil, en Rouergue, est une famille noble d'extraction chevaleresque qui subsiste de nos jours[1]. Elle fut l'une des principales familles de la noblesse du Rouergue. Elle a donné des hommes de guerre, des marins et de grands administrateurs. L'histoire de cette famille recouvre celle de deux anciennes branches qui ont eu un développement considérable :

    • la branche légitime des Roquefeuil, qui s'est poursuivie après deux substitutions, l'une au XIIe siècle par la Maison d'Anduze et l'autre au XIVe siècle par la Maison de Blanquefort qui subsiste aujourd'hui.
    • la branche légitimée des Roquefeuil, branche Versols, elle aussi issue de la Maison d'Anduze, éteinte en ligne noble au XIXe siècle, mais ayant donné une branche naturelle qui commence à fin du XVIIIe siècle et qui subsiste aujourd'hui.

Première maison: les seigneurs de Roquefeuil

On connaît l'existence d'un Henri de Roquefeuil qui fonda l'hôpital de Notre Dame du Bonheur, sur la montagne de l'Espérou[2]. Bernard de Roquefeuil, qui était fils d'Henri de Roquefeuil et de Iolande de Creyssels, se maria avec Saixa de Lodève qui lui donna au moins un fils, Séguin de Roquefeuil[3], vicaire ou vicomte de Nîmes. En 1032, ce dernier donna plusieurs terres dans les comtés de Lodève et du Rouergue à l'Abbaye de Sylvanès, et en 1039 à l'abbaye de Saint-Guilhem-le-Désert. En 1080, une donation est faite à cette même abbaye par Raymond de Roquefeuil[4]. De son mariage avec Stephanie de Vissac, il eut deux fils, Raymond, qui continua la lignée des seigneurs de Roquefeuil, et Bernard, celle de Creyssels jusqu'à Ermengarde, mariée à Hugues Ier, comte de Rodez.

Cette branche possédait les châtellenies de Creyssels, et de Roquefeuil [5] dans le départements de l'Aveyron, ainsi que celle de Meyrueis dans celui de la Lozère, l'autre celle de Nant, aussi dans l'Aveyron. Ses membres s'intitulaient barons de Roquefeuil et vicomtes de Creyssels[6], ou comtour de Nant.

Cette première maison de Roquefeuil se perpétua pendant six générations jusqu'à Arnaud ou Henri, seigneur de Roquefeuil et comtour de Nant, qui n'eût que deux filles, Adélaïde et Agnès, la première mariée en 1129 à Bertrand, seigneur d'Anduze et d'Alais.

Deuxième maison: les Roquefeuil-Anduze

Branche légitime: les Roquefeuil-Anduze

Leur troisième fils, Raymond Ier, hérita donc des terres de sa mère et fut l'auteur de la seconde maison de Roquefeuil dite aussi Roquefeuil-Anduze. Il épousa en 1169 Guillemette, fille de Guillaume VII, seigneur de Montpellier, et de Mathilde de Bourgogne, qui lui donna au moins deux fils :

Il avait fermement interpelé le pape[réf. nécessaire], lors du concile de Latran en 1215, et s'était fait l'avocat du jeune fils de Roger Raymond II Trencavel, prisonnier des croisés de Simon de Montfort avec ces paroles: "Seigneur, vrai père, aie merci d'un enfant orphelin d'âge tendre et banni. Aie merci pour le fils de l'honorable comte de Béziers, tué par les croisés et par Simon de Montfort quand on le lui livra. Car de tiers ou de moitié sont déclinées noblesse et courtoisie, depuis que, sans tort et sans péché un tel baron a été martyrisé. Car il n'y a pas dans la Cour, cardinal ou abbé dont la croyance soit plus chrétienne que la sienne. Mais puisqu'il est mort, à son fils déshérité rends sa terre et sauve ainsi ton honneur... Rends lui tout à jour fixe et prochain, sinon je te demanderai tout: la terre, le droit, et l'héritage au jour du jugement dernier, ce jour où tu seras jugé"....[réf. nécessaire]

  • Arnaud de Roquefeuil-Anduze, comtor de Nant, son unique frère, se maria le 15 novembre 1228 avec sa cousine Beatrix d'Anduze, dont il eut six enfants, et il eut pour maîtresse, Ricarde de Beauvoisin, dont sont issus les Roquefeuil-Versols;
Obole Roquefeuil-Anduze frappée à l'atelier de Sommières - 1226

Ces seigneurs de Roquefeuil battaient monnaie à l'atelier de Sommières vers 1226[7].

C'est sans doute à la Cour de son fils Raymond III, comtour de Nant, et de sa femme Alazie du Tournel mariés en 1259), que fut composé entre 1250 et 1270 par un troubadour resté anonyme, le célèbre roman de Flamenca [8] (roman occitan de 8 085 vers octosyllabes, incomplet en son début et en sa fin). Cette œuvre est typique de la littérature narrative méridionale de langue d'Oc.

  • Arnaud II de Roquefeuil fut chevalier du Roi Jean II le Bon et combattit les Anglais en Agenais. Il fut aussi, avec Jean de Lévis, ambassadeur de Jean le Bon auprès du Roi d'Aragon pour traiter le mariage du Duc d'Anjou avec l'Infante d'Aragon. Ce même Arnaud est enfin connu pour avoir mené une guerre contre le roi de Majorque responsable de la mort d'un de ses fils. Il attaqua et battit les troupes du Roi de Majorque près de Montpellier. Le Pape Clément VI arbitra le conflit en 1348 mais ne donna pas totalement raison à Roquefeuil qui déclara "l'honneur me reste, cela suffit". Cette phrase est restée la devise des Roquefeuil.

Les aînés des Roquefeuil-Anduze s'éteignirent à leur tour lors du mariage, le 11 novembre 1380, de Catherine de Roquefeuil avec Jean, seigneur de Blanquefort et de Pujols, qui prit le nom de Roquefeuil. Ainsi apparut la troisième Maison de Roquefeuil.

Branches naturelles légitimées: les Roquefeuil-Versols et les Roccafull espagnols

Article détaillé : Roquefeuil, branche Versols.

Troisième maison : les Roquefeuil-Blanquefort

Jean de Pujols, baron de Blanquefort, a été substitué au nom et aux armes des Roquefeuil-Anduze[9].

Ici se présente une difficulté de nos jours encore non résolue du fait de l'absence de consensus entre les différents historiens ayant traité de l'histoire des Roquefeuil.

Actuellement, la généalogie de Jean, seigneur de Pujols et de Blanquefort (vers 1355-1393/), le fait descendre de Guilhem Esclamat de Fumel, fils d'Esquieu, seigneur de Fumel et de Sérène de Ravignan. De son mariage avec Saure, fille héritière de Pujols, on lui connaît quatre fils : Pons, seigneur de Fumel, Bertrand, vicomte de La Barthe, Raymond-Bertrand, seigneur de Montesquieu, et Hugues, seigneur de Pujols, dit Nux, qui se marie à l'héritière de l'autre partie de la seigneurie de Blanquefort-sur-Briolance dont les Pujols-Blanquefort étaient déjà co-seigneur en 1264. Leur fils Hugues de Pujols, seigneur de Pujols et de Blanquefort a deux fils : Raymond de Pujols dont descend le Jean de Pujols dont il est question ici, et Hugues de Blanquefort, qui n'a pas de descendance.

Mais selon le Dictionnaire de la noblesse de La Chesnaye-Desbois, la lignée de ce Jean de Blanquefort aurait été issue d'un cadet des Roquefeuil-Anduze qui avait pris le nom de Blanquefort, l'une de ses seigneuries, et qui, après son mariage avec l'héritière de la branche aînée des Roquefeuil-Anduze, reprit le nom de Roquefeuil qu'il ne portait plus de façon usuelle. Cette deuxième thèse met en avant que la seigneurerie de Blanquefort appartenait aux Roquefeuil-Anduze dés 1227, ainsi qu'en témoigne le contrat de mariage du 1er mars 1227 entre Arnaud de Roquefeuil et Béatrix d'Anduze[10]. Cette seigneurie fut donnée à un des fils d'Arnaud et de Béatrix, lequel prit vraisemblablement, suivant l'usage du temps, pour se distinguer, le nom de sa seigneurie et s'appela Blanquefort. Selon cette hypothèse, Jean de Blanquefort-Pujols pourrait donc être un cadet de la maison de Roquefeuil-Anduze et il ne serait pas surprenant que le père de Catherine de Roquefeuil, n'ayant que des filles, ait choisi pour perpétuer sa race un de ses parents.

Les rameaux des Roquefeuil-Blanquefort

  • Jean II de Roquefeuil-Blanquefort et son frère Antoine II s'étant rangés dans le parti d'Armagnac pendant les troubles de la Ligue du Bien public, ils durent obtenir des lettres de rémission du roi Louis XI en février 1478. [11]
  • Bérenger de Roquefeuil (1448/1530) qui n'avait pas participé à la Ligue, quitta brutalement en 1477 la cour d'Amboise, lorsqu'il apprit que Jacques d'Armagnac (1433-1477), duc de Nemours et comte de la Marche, allait être décapité en place publique. Revenu sur ses terres, Bérenger montre sa puissance en agrandissant et en fortifiant considérablement son château de Bonaguil.
Le chateau de Bonaguil

Les Roquefeuil-Blanquefort participent, parfois à la tête de leur propre régiment, à toutes les guerres et campagnes des XVI et XVIIe siècles et subissent la politique royale d'abaissement de la noblesse [12].

En 1618, Louis XIII érige[réf. nécessaire] la terre de Roquefeuil en marquisat en faveur de ...[réf. nécessaire]...[13][14].

  • Antoine-Alexandre de Roquefeuil, seigneur de Blanquefort et de Bonaguil, voit sa situation financière se déteriorer. Il est le premier à porter le titre de marquis de Roquefeuil. De son mariage en 1625 avec Claude de Saint-Aignan, il n'eut qu'une fille, Marguerite-Gilberte de Roquefeuil, qui héritera en 1639 d'un château de Bonaguil presque en ruines, où cependant elle habitera.

Les seigneuries de Blanquefort et de Bonaguil vont passer dans la famille de Dyo par le mariage de Marie-Isabel de Coligny, fille de Gaspard, seigneur de Saligny, et de Marguerite-Gilberte de Roquefeuil, avec Noël-Léonor de Dyo, marquis de Montpeyroux. Bonaguil fut ensuite vendu à la famille de Fumel qui le possédait et qui y habitait à l'époque de la Révolution.

Rameaux de Padiès puis du Bousquet et de Montpeyroux

Cette branche est issue d'Antoine II (1408-1494) de Roquefeuil, seigneur de La Salle et de Padiès, quatrième fils d'Antoine de Roquefeuil (1386-1416), seigneur du Poujet et de Blanquefort et de Delphine d'Arpajon. Son arrière petit-fils Pierre de Roquefeuil, seigneur de Padiès, épouse Françoise, dame du Bousquet, à Montpeyroux dans le Rouergue, dont il a quatre fils, dont :

  • Guy de Roquefeuil, seigneur du Bousquet, qui donne les marquis de Roquefeuil
  • Jean de Roquefeuil, seigneur de Milhars, dont les descendants s'établissent dans le Puy-de-Dôme
  • François de Roquefeuil, seigneur de Montpeyroux, qui s'étendra.

On trouve dans ces rameaux un grand nombre d'officiers généraux et d'amiraux, dont notamment :

Aymar Joseph de Roquefeuil
  • René-Aymar de Roquefeuil et du Bousquet, son second fils fut Chef d'escadre des armées navales.

Plusieurs Roquefeuil-Blanquefort participent à la Guerre d'indépendance des Etats-Unis d'Amérique et sont reçus membres de la Société des Cincinnati fondée en 1783 par George Washington.[16]

À la fin du XVIIIe siècle, ils servent dans les armées royales: un régiment de Roquefeuil est levé dans l'armée des Princes et trois Roquefeuil participent au débarquement de Quiberon (deux furent pris et fusillés[17]).

  • François de Roquefeuil (1770 - 1853), seul rescapé, est le bras droit de Cadoudal en Bretagne. Il sera nommé maire de Rennes en 1821.

Rameaux de Bars, d'Amber, de La Bessière et de Cahuzac

  • Camille de Roquefeuil-Cahuzac (1781 - 1831), entré en 1797 dans la Marine, la quittera avec le grade de lieutenant de vaisseau. Il terminera sa carrière comme gouverneur des ports de la Réunion où il est mort. Faute de commandements disponibles dans la Marine après les terribles défaites navales de l'Empire, il est contraint de commander "au commerce" le navire "Le Bordelais" de l'armateur Balguérie de Bordeaux. Il fait un tour du monde en trente-six mois (1816/1819) pour ouvrir de nouvelles voies commerciales à la métropole aquitaine. Le récit de son voyage traduit en anglais, allemand et espagnol connait un succès d'édition. [18].
  • Amédée de Roquefeuil de Bars, député en 1849.
  • Félix de Roquefeuil-Cahuzac (1833 - 1893), conseiller à la Cour des Comptes est avec Albert de Mun le principal dirigeant de l'œuvre des Cercles Catholiques Ouvriers et eut une influence dans la conception de la doctrine sociale de l'Église catholique exprimée par l'encyclique "Rerum novarum"[19].
  • Robert de Roquefeuil (1864 - 1940), son fils, est le premier président de l'Association Catholique de la Jeunesse française et est un des artisans du ralliement des catholiques à la République.
  • Henri de Roquefeuil (1869 - 1928), fils de Robert, capitaine de Vaisseau, officier de renseignement, fut attaché militaire en Grèce et joua un rôle reconnu dans l'installation au pouvoir en 1916 du premier ministre francophile Eleftherios Venizelos qui engagea la Grèce dans la guerre au côté des alliés (1917)[20].

Les Roquefeuil-Blanquefort aujourd'hui

Au début du XXIe siècle, trois Roquefeuil-Blanquefort atteignent simultanément le grade d'officier général :

  • Jean-Melchior de Roquefeuil et du Bousquet (°1926), commandeur de l'Ordre National du Mérite et officier de la Légion d'Honneur, est général de brigade de l'Armée de terre[21] (et fut, par ailleurs, président de la Société des Cincinnati de France de 1997 à 2004[22]).
  • Pierre de Roquefeuil (°1951), commandeur de l'Ordre National du Mérite et officier de la Légion d'Honneur, contre-amiral, ancien commandant de l'Ecole Navale, ancien Inspecteur des forces maritimes [23].
  • Henry de Roquefeuil (°1952), commandeur de la Légion d'Honneur et de l'Ordre National du Mérite, général de corps aérien [24].

Blasons

Figure Nom de la famille et blasonnement
Blason ville fr Roquefeuil-1696 (Aude).svg Roquefeuil en Albigeois.

De sinople aux trois billettes d'or posées en pal[25].

Figure Nom de la famille et blasonnement
Armes de Roquefeuil et du Bousquet.jpg Maison de Roquefeuil-Blanquefort Rouergues et Quercy. Armes des branches du Bousquet, Anduze, Pradt et Montpeyroux

D'azur aux neuf cordelières d'or posées 3, 3 et 3[26].

Armes de Roquefeuil-Cahuzac.jpg Maison de Roquefeuil-Blanquefort Armes de la branche de Cahuzac

Fascé contre-fascé d'or et de gueules aux neuf cordelières posées 3, 3 et 3; chaque fasce chargé d'une cordelière de l'un en l'autre.

Notes et références

  1. Elle est membre de l'Association d'entraide de la noblesse française
  2. ancien titre en forme de codicille, du 21 février 1002, sous le règne de Robert le Pieux
  3. Dom Vaissette, l'Histoire générale du Languedoc, cite un Roquefeuil du temps d'Hugues Capet
  4. Cartulaires des abbayes de Sylvanès et de Vabres
  5. le château de Roquefeuil, dont l'existence est anciennement attestée, se trouve situé sur le Mont Saint Guiral (forme dialectale de Saint Géraud)au hameau de Seingleys sur la commune de Saint-Jean-du-Bruel - autrefois paroisse Saint Jean de Roquefeuil - dans le département de l'Aveyron; il en reste encore aujourd'hui quelques ruines.
  6. Le Spécilège ou Spicilegium de Dom Luc Achery, moine bénédictin de la congrégation de Saint Maur - Volume VIII - BN.
  7. M. Poey d'Avant, Monnaies féodales françaises, Tome II, Pages 297 et 298
  8. Voir aussi l'article "Flamenca" dans l'Encyclopedia Universalis ainsi que "Flamenca et les « novas » à triangle amoureux : contestation et renouveau de la « fin’amor »" de Dominique Luce-Dudemaine Coll. « Études occitanes » nº 1, ISSN 1962-1116.
  9. d'Hozier et Courcelles
  10. Guillaume Jourdain, notaire à Montpeyroux
  11. cf. Lettre de rémission du roi Louis XI Arch. Nat. JJ203, folio 41
  12. Sur les régiments de Roquefeuil (toutes branches) de l'ancien régime ("La Roquette-infanterie" (levé:7 juillet 1621/licencié: 15 février 1623) et "Roquefeuil-infanterie" (levé: 8 juillet 1635/licencié: 1637), voir "Histoire des généraux français" du général Suzanne, tome 5 page 267 n° 732 et la Gazette de France du 9 juillet 1636.
  13. Greffe, dépôt ou registre public où se trouvent ces lettres d'érection. ou leur mention. Ouvrage qui donne cette information.
  14. Sur le marquisat de Roquefeuil voir notamment: 1)-"Démission en faveur du marquis de Roquefeuil" -17 juillet 1628- Archives Departementales du Gard 1E1884. 2)- la lettre de commandement du roi Louis XIII en date du 8 juillet 1635 "à Antoine-Alexandre, marquis de Roquefeuil, pour lever un régiment d'infanterie de son nom" (archives familiales du marquis de Roquefeuil, Copie et transcription visible à l'adresse: http://roquefeuil.net/ menu: "galerie des documents"). 3)-généalogie de la Maison de Roquefeuil par d'Hozier, du 27 juin 1667 - BN no 290 folio 23-4 4)-"Cahier des certificats de la publication du dénombrement du marquisat de Roquefeuil" du 29 avril 1668 - Archives départementales du Tarn et Garonne C496p2 5)-les articles "Roquefeuil" des dictionnaires de la noblesse de Moreri, la Chesnaye des Bois, Bonald, etc., 6)- voir aussi les mémoires au roi pour les Honneurs de la Cour à la Maison de Roquefeuil-Blanquefort: "Monsieur le Marquis de Roquefeuil et du Bousquet" - Clairambault - Archives Nationales MM813 - 19/04/1755; "Madame la Marquise de Roquefeuil" - Archives Nationales o1 829 - 1773; "Monsieur le Marquis de Roquefeuil" - Archives Nationales o1 829 - 1777. A noter cependant que dans l'ouvrage de Régis Valette intitulé Catalogue de la noblesse française subsistante au XXIe siècle, aucun titre de noblesse n'est mentionné pour les Roquefeuil, ce qui donne à penser que soit ce titre n'a jamais existé, soit qu'il n'a jamais été régularisé soit enfin qu'il est éteint.
  15. Archives de la Marine
  16. La Société des Cincinnati de France et la guerre d'Amérique (1778-1783), de Ludovic de Contenson, réimpression de l’édition de 1934, Editions Picard, 2007
  17. Il s'agit de Charles Balthazar de Roquefeuil -Cahuzac (1752-1795), capitaine de Vaisseau, chevalier de Saint Louis, du Saint Esprit et de Malte, membre d'origine de la société des Cincinnati et de François-Pierre de Roquefeuil - Cf. Mémorial des fusillés de Quiberon à la chartreuse de Sainte Anne d'Auray)
  18. "Journal d'un voyage autour du monde" par Camille de Roquefeuil, 1823 version française chez Ponthieu, Lesage et Gide.
  19. Voir dans "Albert de Mun" de Charles Molette - 1970 - ISBN 2-7010-0427-6, Beauchesne éditeur, l'analyse des 570 lettres de la correspondance entre Albert de Mun et Félix de Roquefeuil
  20. Voir: 1)-"First Athenian Memories" de Compton Mackenzie, Cassel éditeur; 2)- "Allied Secret Services in Greece" de Sir Basil Thomson, KCB, Hutchinson éditeur; 3)- The Times, articles en date des 31 mars et 21 avril 1931 et 4)- "Souvenir d'un marin" d'Hector de Bearn, éditions La Palatine 25 fevrier 1960; 5)- "Un attaché naval dans la grande guerre : le commandant de Roquefeuil à Athènes (1915-1917)" par Nicolas Dujin ISBN.2130556191.
  21. cf. notamment: Décret du 2 mai 2003 portant promotion et nomination
  22. Cf. le site internet de la société des Cincinnati de France: http://cincinnati-france.org/presidents.htm
  23. cf. Décret du 5 juillet 2006 portant promotion et nomination dans la 1re et la 2e section et affectation d'officiers généraux
  24. cf. Décret du 21 janvier 2008 portant maintien dans la 1re section d'officiers généraux NOR: DEFB0800631D
  25. Armorial général des personnes, domaines, compagnies, corps et communautés (circonscription actuelle de l'Aude) / extrait de l'Armorial général (manuscrit), dressé en vertu de l'édit de 1696 par Charles d'Hozier, éd. de Carcassonne, 1876, page 13, (texte sur Gallica)
  26. Sur les armes Roquefeuil des différentes branches, voir notamment: BN cabinet d'Hozier, registre 298 (fr.31179) dossier 8131- 23 avril 1710 et BN fr 31784; voir aussi les articles sur la famille de Roquefeuil dans les dictionnaires de la noblesse de Moreri, Barrau, La Chesnaye des Bois, etc...

Bibliographie

  • Généalogies de la Maison de Roquefeuil dans les différents dictionnaires de la noblesse:
    • (fr) V° "Généalogie de Roquefeuil", in XXXX, par Moreri.
    • (fr) V° "Généalogie de Roquefeuil", in Dictionnaire de la noblesse, par La Chesnaye Desbois, date, pp.
    • (fr) V° "Généalogie de Roquefeuil", in Documents historiques sur le Rouergue ..., consulter le tome 1er, par H. de Barrau.
    • (fr) V° "Généalogie de Roquefeuil", in Annuaire de la noblesse de France, 1898, par Borel.
    • (fr) "Généalogie de Roquefeuil Cahuzac, Versols & Peralada", in XXX, par Vicomte de Bonald.
    • (fr)Généalogie de Roquefeuil en Rouergue par Chérin - Bibliothèque Nationale - Chérin 214 D3552.
    • (fr) M. Poey d'Avant, Monnaies féodales françaises, Tome II
    • (en) Charles Mula (2000) The Princes of Malta, PEG publications, San Gwann (Malta)


Articles connexes


  • Portail de l’histoire Portail de l’histoire
Ce document provient de « Familles de Roquefeuil ».

Wikimedia Foundation. 2010.

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Maison De Roquefeuil de Wikipédia en français (auteurs)

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Maison de Roquefeuil — Familles de Roquefeuil Il a existé plusieurs familles de Roquefeuil, dont une seule, celle du Rouergue, paraît subsistante. Sommaire 1 En Provence 2 En Languedoc 3 En Rouergue 3.1 Première maison: les …   Wikipédia en Français

  • Maison de roquefeuil — Familles de Roquefeuil Il a existé plusieurs familles de Roquefeuil, dont une seule, celle du Rouergue, paraît subsistante. Sommaire 1 En Provence 2 En Languedoc 3 En Rouergue 3.1 Première maison: les …   Wikipédia en Français

  • Maison De Roquefeuil-Blanquefort — Familles de Roquefeuil Il a existé plusieurs familles de Roquefeuil, dont une seule, celle du Rouergue, paraît subsistante. Sommaire 1 En Provence 2 En Languedoc 3 En Rouergue 3.1 Première maison: les …   Wikipédia en Français

  • Maison de Roquefeuil-Blanquefort — Familles de Roquefeuil Il a existé plusieurs familles de Roquefeuil, dont une seule, celle du Rouergue, paraît subsistante. Sommaire 1 En Provence 2 En Languedoc 3 En Rouergue 3.1 Première maison: les …   Wikipédia en Français

  • Maison de Roquefeuil - Blanquefort — Familles de Roquefeuil Il a existé plusieurs familles de Roquefeuil, dont une seule, celle du Rouergue, paraît subsistante. Sommaire 1 En Provence 2 En Languedoc 3 En Rouergue 3.1 Première maison: les …   Wikipédia en Français

  • Maison de roquefeuil-blanquefort — Familles de Roquefeuil Il a existé plusieurs familles de Roquefeuil, dont une seule, celle du Rouergue, paraît subsistante. Sommaire 1 En Provence 2 En Languedoc 3 En Rouergue 3.1 Première maison: les …   Wikipédia en Français

  • Maison de Roquefeuil-Versols — Famille de Roquefeuil Versols La famille de Roquefeuil Versols est une très ancienne branche naturelle et noble, de celle des Roquefeuil du Rouergue. Elle a donné à la fin du XVIIIe siècle un rameau naturel reconnu, et qui s est poursuivi… …   Wikipédia en Français

  • Roquefeuil, branche Blanquefort — Familles de Roquefeuil Il a existé plusieurs familles de Roquefeuil, dont une seule, celle du Rouergue, paraît subsistante. Sommaire 1 En Provence 2 En Languedoc 3 En Rouergue 3.1 Première maison: les …   Wikipédia en Français

  • Roquefeuil Blanquefort — Familles de Roquefeuil Il a existé plusieurs familles de Roquefeuil, dont une seule, celle du Rouergue, paraît subsistante. Sommaire 1 En Provence 2 En Languedoc 3 En Rouergue 3.1 Première maison: les …   Wikipédia en Français

  • Maison d'Anduze — Armoiries des Anduze Le château de Por …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.